COLLOQUE
22 JUL 16 / 29 JUL 16
Gestualités / Textualités en danse contemporaine des années 80 à nos jours
Cerisy, 22-29 juillet 2016
colloque dirigé par Stefano GENETTI, Chantal LAPEYRE-DESMAISON, Frédéric POUILLAUDE
avec, entre autres : Bojana BAUER, Myrto KATSIKI, Laurent PICHAUD de l'EA MUSIDANSE.

Lien : http://www.ccic-cerisy.asso.fr/dansecontemporaine16.html
Ce colloque se situe à la croisée des pratiques et des recherches en danse contemporaine comme des études littéraires, théâtrales et de la performance. L'empan temporel choisi, des années 80 à nos jours, correspond à une période charnière pour l'émergence d'une nouvelle danse en même temps qu'un tournant esthétique dans les pratiques d'écriture. Gestualités et textualités, leurs relations, leurs tensions, délimitent un angle pour aborder la danse contemporaine: en effet, on voit se multiplier, et sous toutes leurs formes, les croisements du verbal et du kinétique, ainsi que les collaborations entre écrivains et chorégraphes.

Pourquoi ces rencontres du texte et du geste ont-elles lieu? Peut-on penser qu'elles sont en quelque manière nécessaires? Quels rapports entretiennent aujourd'hui corps et voix, gestes et mots, danse et parole, chorégraphie et écriture? L'étude des productions les plus récentes permettra d'approcher autrement la question du "contemporain": en quoi la danse contemporaine, et peut-être, de quoi est-elle contemporaine?
SÉMINAIRE
19 NOV 15 / 14 JUI 16
Séminaire MUSIDANSE 2015-2016 : Espace/Son. Approche interdisciplinaire des milieux sonores
université Paris 8, ouvert aux doctorants et Masters.
Programme détaillé ci-joint
Jeudi 19 novembre 2015, 18h-20h, salle A010
Jonathan Stern : « Space Within Space: Artificial Reverb and the Plasticity of Echoes »
(en partenariat avec la Philharmonie de Paris et le séminaire L'espace-son. Approche interdisciplinaire des milieux sonores)
répondant : Guillaume Loizillon

Mardi 15 décembre 2015, 18h-20h, salle A128
Agostino Di Scipio : « Le son en situation. Espace, environnement, niche »
(en partenariat avec le séminaire L'espace-son. Approche interdisciplinaire des milieux sonores
répondant : Makis Solomos
(en partenariat avec Scènes du monde)

Jeudi 4 février 2016, 18h-20h, Université Paris 8
Marie-Madeleine Mervant-Roux, « Théâtrophonies. Esquisse d'une autre cartographie théâtrale »
Université Paris 8, métro Saint-Denis Université, salle A010

21-25 mars, Université Paris 8 (en partenariat avec la Semaine des arts)
Hildegard Westerkamp, « The Disruptive Nature of Listening »
Université Paris 8, métro Saint-Denis Université

Lundi 11 avril, 14h-16h, Université Paris Ouest la Défense
(en partenariat avec le séminaire du Crem)
Steven Feld, « Etre à l'écoute des manières d'entendre [Listening to Histories of Listening] : une acoustémologie en Papouasie Nouvelle Guinée »
Répondant : Rosalia Martinez
Université Paris Ouest la Défense, RER A, Nanterre Université, Maison Archéologie & l'Ethnologie, - René Ginouvès, 21 Allée de l'Université. Salle 308.

Mardi 14 juin, 16h, Université Paris 8, BU (salle de recherche)
Présentation du fonds de l'Institut de Musique Electroacoustique de Bourges dans le cadre du projet Labex Arts H2H «Les Arts trompeurs. Machines. Magie. Médias »
avec Florent Di Bartolo, Martin Laliberté, Geneviève Mathon, Azadeh Nilchiani, Sylvain Samson et Grégoire Tosser

Renseignements : cguillebaud@free.fr, rosaliamartinez@sfr.fr, Makis.Solomos@univ-paris8.fr
COMMUNICATION
13 JUI 16
Danses tordues', Latifa Laabissi, Joséphine Baker, Polaire, Jane Avril. Métabolisation des conflits et stratégies de survie kinesthésiques, par Isabelle LAUNAY
lundi 13 juin, EHESS, 105 bd Raspail, Paris 6, 15h-18h, salle 7
séance du séminaire 'Histoire culturelle de la danse' coordonné par Sophie Jacotot, Elizabeth Claire, Vannina Olivesi, Emmanuelle Delattre.
FORMATION
12 OCT 15 / 09 MAI 16
Penser un geste efficace, par Catherine PERRET (Arts plastiques), Isabelle GINOT, Isabelle LAUNAY
9 séances 2015-2016. Lundis, 9h30-12h30 et certains lundis après midi 14h00-17h00. Salle D 143
EDESTA /LABORATOIRE MUSIDANSE/LABORATOIRE ART DES IMAGES ET ART CONTEMPORAIN
12 octobre 2015 - 9h30-12h30
Catherine Perret : Introduction « Les techniques du corps, partir de Mauss et Levi-Strauss »

2 Novembre 2015 - 9h30-12h30 :
Isabelle Launay : « Geste et pathologies de l'imitation, partir de Frantz Fanon »

16-17 novembre : Colloque « Le geste filmé : temporalité, mémoires
INHA, Salle Vasari, Paris
http://www.labex-arts-h2h.fr/fr/le-geste-filme-temporalite-memoire-127.html

14 décembre 2015
9h30-12h30 : Christine Roquet, « Efficacité et efficience du geste en danse »
14h00-17h00 : Hubert Godard (sous réserve)

1er février 2016 -Autour de l'anthropologie :
9h30-12h30 : Michael Houseman, « Geste efficace et rite »
14h00-17h00 : Mahalia Lassibile, « La catégorie de geste » (titre sous réserve)

15 février 2016 - 9h30-12h30
autour de la psychanalyse (programme en cours)

14 mars 2016
9h30-17h00 (horaires sous réserve): Isabelle Ginot : « Raconter son geste, partir d'Autour de la table, de Loïc Touzé et Anne Kerzerho », performance réalisée lors de la Semaine des Arts à Paris 8 (21 mars- 25 mars)

9 mai 2016 - 9h30-12h30
Bilan global du séminaire

(Programme susceptible de modifications)

COLLOQUE
05 AVR 16
Bennington Summer School of the Dance Oral History Project 1978-1979, par Sanja ANDUS-L'HOTELLIER
5 avril 2016, Temple University
Détail ci-joint
CONFÉRENCE
02 AVR 16
Aux bords du nu, par Gaëlle BOURGES et Julie PERRIN
2 avril 2016, 18h, T.A.P. Poitiers
La présence du nu sur la scène chorégraphique peut provoquer troubles esthétiques et déplacement de frontières : celles de l'ordre social, moral, sexuel, de la juridiction, du genre ou des normes du monde de l'art... Traversé d'exigences politiques, philosophiques, mais aussi engagé dans des expérimentations plastiques et esthétiques, le danseur nu interroge, dérange, irrite, par excès, trivialité ou simplicité exacerbée. . Comment regarder ces gestes, et accueillir ce qu'ils nous disent ?
CYCLE RENCONTRES
21 MAR 16 / 25 MAR 16
Semaines des Arts, 4e édition : L'art engage
du 21 au 25 mars 2016, Université Paris 8 et partenaires culturels en Seine-Saint-Denis
Du 21 au 25 mars 2016 se tiendra la 4e édition de la Semaine des Arts, organisée par l'UFR Arts, esthétique et philosophie de l'université Paris 8. (programme détaillé joint prochainement)

« L'art engage... »
De toutes les déclinaisons qui peuvent soutenir un tel axiome, le siècle passé nous a fait connaître les pires comme les meilleures. De la mise sous condition de la création jusqu'aux formes les plus radicales de mobilisation du sujet dans son oeuvre, en passant par la volonté de produire l'art là où il n'était pas attendu ou encore le souci d'exprimer une conscience partagée du geste : l'art n'a cessé de produire sur lui-même un discours propre à conférer à l'engagement une approche tout autant existentielle que politique. L'incessant jeu d'aller-retour qui s'effectue entre toute création artistique et les contextes sociaux et économiques, politiques et culturels, au sein desquels elle prend forme, a parfois même pris le pas sur l'oeuvre elle-même.
Passant de ce siècle, il aurait fallu être doté d'oeillères forgées par Héphaïstos lui-même pour conserver l'idée d'un art pur de tout engagement. Engagement dans la cité, aussi bien pour en critiquer les certitudes que pour mettre en scène ses rêves éveillés. Engagement pour nous permettre de distinguer et de reconnaître ce que, sous couvert de l'habitude, nous plaçons hors de toute perception. Engagement pour un sensible qui puisse encore résister aux prédicats de l'utilitarisme. Engagement pour faire tressaillir les frontières et mêler les genres. Multiplicité des engagements du contre - l'exclusion, l'injustice, le racisme, la misère, la guerre...
Engagement, aussi, des acteurs de la création artistique, au titre du travail qu'ils effectuent et qui, en tant que tel, mérite un authentique salaire.
La réception de l'art engage le destinataire (tout autant) que le créateur. L'oeuvre, la performance qu'on les considère comme discours ou comme objet, constituent une adresse, reconfigurent le monde sensible. Perceptions, affects, pensée sont sollicités et le sujet récepteur a à s'engager. Émotions, sensations, fascination magique, interprétation, critique, rejet voire même indifférence constituent des réponses que sans doute le créateur vise mais dont il n'a pas la maîtrise.
Chacune de ces questions continuent de traverser notre actualité, c'est-à-dire tout autant le monde dont nous sommes témoins que notre souci de mettre en acte une idée de nous contraire à toute résignation. Du Centre Expérimental de Vincennes jusqu'à l'UFR Arts, Philosophie, Esthétique de l'Université de Saint-Denis, ce souci de penser un art qui engage a été permanent, tant dans ses implications pratiques que dans ses théorisations. À travers cette quatrième édition, la Semaine des Arts proposera de poursuivre ce projet en explorant autant de pistes que possible pour donner tout son sens à cet axiome de l'art qui engage, ici et maintenant.

Dans ce cadre, le département danse propose de présenter, entre autres :

"Autour de la table" :
Conçu en 2008 par Loïc Touzé et Anne Kerzerho, Autour de la table est un projet de partage de savoirs et de collecte d'expérience du geste, sous-tendu par un processus de transmission qui permet de « rééditer » le projet, avec de nouvelles équipes, depuis sa création. Il propose de réunir, de manière inédite, autour de la question des savoirs et pratiques du corps, artistes, chercheurs et, plus largement toute personne qui, dans sa pratique professionnelle, engage un rapport avec le corps.
L'équipe d'« Autour de la table - édition Paris 8 », sera composée d'étudiants de master (inscrits aux séminaires Autour de la table), d'enseignantes du département danse, de membres du département de philosophie, et accompagnée par des membres de l'équipe « ATT » d'origine ayant déjà l'expérience du projet. D'octobre 2015 à mars 2016, le processus de préparation d'ATT consistera à identifier différents métiers, différentes activités, différentes manières de déambuler propres à l'université Paris 8 (étudiants, enseignants, personnels techniques et administratifs, agents de service, équipes du CROUS, etc.), puis aller à la rencontre de certains de ces professionnels, et autres « habitants » de Paris 8 parfois très visibles, parfois moins, pour les inviter à parler de leur métier et contribuer à « Autour de la table », devenant ainsi ceux qu'on appellera les « speakers » (ceux qui racontent). L'équipe d'Autour de la table accompagne chaque futur « speaker » lors de quelques longs entretiens préparatoires. Il s'agit alors d'écouter ce que le futur speaker a à dire de son activité, accompagner l'émergence des dimensions gestuelles, perceptives, sensorielles de sa pratique, et l'aider à constituer un « récit » partageable de ces savoirs. Ce processus aboutit à la performance « Autour de la table », réalisée à l'occasion de la Semaine des Arts, où ces divers habitants de l'université partageront leur récit de métier et d'activités avec les auditeurs, autour de quelques tables, dans une partition précise permettant à la fois la délivrance du récit, et le partage avec les nouveaux « contributeurs » que sont les spectateurs. Le processus « Autour de la table - Paris 8 » sera construit autour de la réalisation de l'édition elle-même, d'un accompagnement par des séminaires réflexifs visant à situer le projet au sein d'un paysage plus large de pratiques artistiques situées, et d'un laboratoire de recherche doctoral visant à initier un programme de recherche plus large autour de ce projet.

"Les Jeux Chorégraphiques", mis en scène par Laurent Pichaud et Rémy Héritier, avec les
étudiants du département danse.
Les jeux chorégraphiques sont un dispositif spectaculaire, pédagogique et réflexif qui répond à un impératif ludique : risquer de s'entendre parler de danse. Dans ces jeux, librement inspirés de ceux de l'OuLiPo, des « experts » de la danse invités ainsi que le public présent sont mis au défi d'identifier un style, une esthétique, un auteur, à partir d'extraits dansés, écrits ou inventés pour l'occasion. L'enjeu n'est pas tant de « tomber juste » que de créer un espace commun pour faire entendre comment chacun regarde et parle de la danse. Arrivez-vous facilement à parler de la danse ? Nous non plus...
COMMUNICATION
24 MAR 16
Une hypothèse de réinterprétation ou comment faire récit d'une œuvre chorégraphique, par Pauline LE BOULBA
24 mars 2016, université Rennes 2
Détail du programme de la journée d'étude : CONFÉRENCES HYBRIDES : DISPOSITIFS ET SCÉNOGRAPHIES DE LA PAROLE ARTISTIQUE, ci-joint
COMMUNICATION
17 MAR 16 / 18 MAR 16
« Si l'on m'ennuie, j'irai danser dans une forêt, nue, nue, nue... » [...] par Katharina VAN DYK
Université Bordeaux Montaigne, 17-18 mars 2016
Titre complet : « Si l'on m'ennuie, j'irai danser dans une forêt, nue, nue, nue... » Les Bacchanales d'Isadora Duncan : réaliser et déjouer un rêve de danse du XIXe siècle
Communication dans le cadre du colloque "Bacchanales! Le nu, l'ivresse et la danse au XIXe siècle", Université Bordeaux Montaigne.
Programme complet ci-joint.
Isadora Duncan (1877-1927), généralement considérée comme pionnière de la danse moderne telle qu'elle se développe au XXe siècle, est à plus d'un égard héritière du romantisme et des thèmes artistiques et littéraires du XIXe siècle. Celle qui définissait la danse comme « l'extase dionysiaque qui emporte tout » sera simultanément ovationnée et vivement critiquée en Allemagne dès 1902 puis à Paris, sa ville de prédilection. La « danseuse de l'avenir » y apparaitra à maints égards comme une figure dionysiaque, étrangère venue des rives de la Nouvelle Grèce californienne, réveiller les spectateurs européens en donnant a posteriori vie à un rêve de danse (Michel Georges-Michel, par exemple, verra en elle une incarnation de La Danse de Carpeaux). Ainsi, le coup de force de Duncan sera de parvenir à imposer sa danse non seulement comme un art « sérieux » mais aussi comme expérience dionysiaque sur des scènes où celle-ci n'avait jusqu'alors pas été admise, du moins pas sans l'autorité d'un maître de ballet.
Si sa danse toute entière peut être ressaisie comme une bacchanale moderne qui cherche à s'imposer contre le ballet d'alors, nous nous concentrerons pour cette communication sur deux pièces chorégraphiques qui en portent le nom et thématisent l'extase dionysiaque, au sens où elles déploient une forme cohérente rendant visible et palpable l'élan frénétique, l'ivresse et l'abandon. En confrontant nos recherches inédites dans les archives éparpillées à l'international, les apports de l'analyse du mouvement et notre propre expérience d'initiation à cette technique et à son répertoire auprès de sa transmission actuelle, nous interrogerons les enjeux esthétiques et politiques de la Bacchanale finale de l'Iphigénie en Aulide de Duncan sur la musique de Gluck (1905) et de sa Bacchanale sur la musique de Tannhäuser de Wagner, qu'elle danse pour la première fois à Bayreuth en 1904, où elle apparait comme réalisant post-mortem la vision de danse du compositeur allemand, toujours déçu de son vivant par les performances des corps de ballet.
En prenant en compte l'évolution et l'extrême labilité de ces deux pièces, nous verrons comment elles ont logiquement cristallisé à la fois censure et attentes érotiques, que Duncan déjouera ensemble avec subtilité : jusqu'à quel point ces pièces, par leur danse et leur costume, se révèlent-elles transgressives et participent-elles à l'aventure de l'émancipation des femmes ? Comment, en poussant toujours plus loin son exploration du tragique, jusqu'à la disharmonie, à l'outrance, voire au grotesque, apparaît-elle comme une bacchante de plus en plus étrange, troublante et inattendue ?
CONFÉRENCE
15 MAR 16
Limite, membrane, peau : contact et spatialité entre la philosophie de Simondon et la création en danse, par Marie BARDET
mardi 15 mars à 18h30 à l'école des Mines, 60 Boulevard Saint-Michel Paris 75006, L109
FORMATION
25 FEV 16
APPEL du département danse : Taxe d'apprentissage 2015
contact : isabelle.ginot@univ-paris8.fr
Les ressources procurées par la taxe d'apprentissage constituent un apport financier particulièrement important pour le fonctionnement du département Danse. Elle est utilisée à des fins pédagogiques et de recherche.
Elle permet par exemple : l'invitation d'artistes et de professionnels de la culture, la création de bourses de recherche ou de mobilité pour les doctorants, le développement de moyens pédagogiques (matériel, documentation).
Qui est assujetti à cette taxe ? Les personnes physiques morales imposées au titre des bénéfices industriels et commerciaux. Les sociétés et autres personnes morales passibles de l'impôt sur les sociétés, quel que soit leur objet. Certaines coopératives agricoles de production et de vente. Cette taxe a pour objectif de faire participer les employeurs au financement des formations initiales et professionnelles. Les employeurs peuvent en toute liberté choisir les bénéficiaires de cet impôt.
C'est ainsi que nous avons reçu le soutien de : Association l'A, L'atelier des chefs, Biennale de la danse du Val-de-Marne, Cie L'Alambic, Cie La Zouze, CNDC d'Angers - direction E. Huynh, CCN de Montpellier, Danaïdes, L'échangeur de Fere-en-Tardenois, Les Eclats, François Terrien Architecte, Les laboratoires d'Aubervilliers, Mains d'oeuvres, Théâtre de la Ville à Paris, Damien Valette...
Si vous souhaitez verser cette taxe au département Danse, si vous connaissez des personnes / structures qui pourraient le faire, merci de contacter Isabelle Ginot à isabelle.ginot@univ-paris8.fr

JOURNÉE D'ÉTUDE
13 FEV 16
Arts, écologies et transitions
Samedi 13 février 2016 / 9h15 - 18h / INHA - Salle Benjamin 2, rue Vivienne, 75002 Paris
Journée de recherche TEAMeD-Paris 8, MUSIDANSE Université Paris 8
Avec : Agostino Di Scipio (compositeur, Italie), Julie Perrin (MUSIDANSE, Université Paris 8), Lorraine Verner (École des Beaux-Arts de Versailles, TEAMeD Paris 8), Carme Pardo (Université de Girone, Espagne), Roberto Barbanti (TEAMeD, Université Paris 8), Joanne Clavel (Muséum National d'Histoire Naturelle, Paris et Natural movement), Makis Solomos (MUSIDANSE, Université Paris 8), Isabelle Ginot (MUSIDANSE, Université Paris 8), Kostas Paparrigopoulos (Institut Technologique et Éducatif de Crète, Grèce), Tiziana Villani (NABA/Milan et Université Sapienza/Rome, TEAMeD Paris 8).

La journée de recherche du samedi 13 février 2016, qui aura lieu à l'INHA de Paris, vise la préparation du projet Arts, écologies et transitions autour, entre autres, de l'idée d'un livre collectif faisant référence sur la question (en français et en anglais) et joignant musique, arts sonores, arts plastiques, danse (pour l'instant).
Pour cette journée, il est demandé aux intervenants (qui deviendront des collaborateurs potentiels du projet si, à l'issue de la journée, on décide de le monter) de définir, de manière synthétique, la notion d'« écologie » (et, éventuellement, de « transition ») telle qu'ils souhaiteraient l'appliquer par rapport à leur domaine de recherche et leur champ disciplinaire, et plus généralement, en relation avec les arts, les processus de production esthétique, etc.
Nous proposons des interventions d'une durée de 20 minutes suivies d'un débat de même durée. En raison de la brièveté des interventions, nous pensons qu'il serait souhaitable que chacun puisse aller au cœur de son propos en essayant d'en identifier les enjeux clefs et d'activer ainsi un débat de fond.



RENCONTRE
12 FEV 16
"L'imaginaire est dans la sensation". Hommage à Michel Bernard
12 février 2016, 17h au Centre national de la danse à Pantin
Michel Bernard, philosophe par tous les pores de sa peau, interrogeant inlassablement l'expressivité du corps et ce qu'il appelait « la corporéité dansante », fut pendant plus de trente ans obstinément et passionnément curieux de danse contemporaine. Spectateur inlassable, ami de très nombreux danseurs et chorégraphes, professeur généreux et exigeant, étranger à toute côterie et snobisme, auteur d'une pensée aussi érudite que prolixe, aussi rigoureuse que soucieuse d'être au plus près de l'expérience en danse et de ses métamorphoses, il fut l'élan fondateur et vital du département danse.
En 1989, contre vents et marées, de manière visionnaire, il conçut le département avec un collectif de danseurs et chercheurs, et le voulut au service des artistes et des chercheurs en danse. Inauguré par l'artiste Trisha Brown, une des sources essentielles de sa philosophie de la danse, son projet autant pédagogique que philosophique, a profondément déplacé la relation entre la danse contemporaine et la recherche à l'université.
Outre son petit ouvrage fort connu, Le corps, (Points Seuil en 1995), sa thèse importante sur L'expressivité du corps, Recherches sur les fondements de la théâtralité (publiée dès 1976), sa Critique des fondements de l'éducation ou généalogie du pouvoir et/ou de l'impouvoir d'un discours (1988), il a rassemblé ses articles essentiels sur la danse contemporaine dans De la création chorégraphique (2001). Il publie encore en 2011 une Généalogie du jugement critique, suivi de Considérations intempestives sur les dérives actuelles de quelques arts.
Comment ne pas voir que toute la clarté que je peux gagner repose sur une obscurité qui ne se dissipe qu'avec moi ? C'est en épigraphe de son projet d'ouvrage Les pensées du mouvement ou de la rationalisation du changement à la dynamique de l'imaginaire que Michel projetait de faire figurer cette citation de Judith Schlanger (in Fragment épique, une aventure au bord de la philosophie, Belin, 1999).
Le vendredi 12 février 2016 nous rendrons hommage à Michel Bernard, au Centre National de la Danse à Pantin. Avec un programme musical et chorégraphique, des témoignages, des discours, des
documents sonores et visuels, nous tenterons de dissiper l'obscurité que son départ a laissée
dans nos esprits comme dans nos coeurs. Vous êtes cordialement invités à nous rejoindre.

Programme détaillé joint ultérieurement.
TABLE RONDE
12 FEV 16
Table-ronde autour de la pensée philosophique de Michel BERNARD
12 février 2016, CND, salle de projection, 17h-18h30
Sans doute le plus bel hommage que l'on puisse faire à un philosophe est-il de lire ses textes et de se rassembler pour en discuter, de manière critique et sans compromis. C'est là l'objectif de cette table-ronde, qui se pense comme un échange philosophique non simplement entre philosophes mais en dialogue avec des chercheurs de tous horizons s'intéressant de près ou de loin à la pensée de Michel Bernard, autrement dit, la mettant au travail dans les études en danse comme dans celles touchant au théâtre ou aux pratiques sportives. Les témoignages/interventions de Jean-Marie Brohm, Paule Gioffredi et Katharina Van Dyk serviront d'appui pour une discussion prolongée avec le public.
Titre (provisoire) des interventions:
Jean-Marie Brohm, "L'apport de la pensée de Michel Bernard pour les pratiques corporelles".
Paule Gioffredi, "Le chiasme est-il un concept merleau-pontien ?"
Katharina Van Dyk, "Danser, philosopher, une action commune, ou la filiation nietzschéenne de M. Bernard".
COMMUNICATION
11 FEV 16
La recherche en deçà du temps de l'écriture
11 février 2016 à 20h, Centre national de la danse, Pantin
Soirée de l'aCD à l'invitation du Centre national de la danse.
En quoi consiste l'activité de recherche en danse ? Six chercheuses proposent d'y répondre.
Regards : Dialogue entre Betty Lefèvre & Joëlle Vellet
Milieux : Espace partagé par Alice Gervais-Ragu et Aurore Després
Oralités : Tour à tour Mahalia Lassibille et Claude Sorin
La publication d'un texte identifie souvent l'activité de recherche. Mais cette étape de formalisation écrite ne représente que l'aboutissement d'un processus. Ce dernier implique, selon les cas, l'enquête, la récolte d'informations, l'interprétation d'archives, l'analyse des gestes et des œuvres, la pratique des danses, la lecture des écrits d'artistes et théoriciens, ou le débat intellectuel.
Les six chercheuses invitées, toutes membres actives de l'aCD, proposent de rendre compte d'un des aspects de cette activité invisible menée en-deçà du temps de l'écriture. Elles témoigneront de leurs manières de faire et des questions qui se posent à elles dans le quotidien de leur pratique de chercheuses.
La soirée s'organisera suivant trois fils rouges : Regards, Milieux, Oralités. Comme une façon de nommer trois sphères du travail de recherche : l'observation, l'immersion et la parole.

En quoi ces démarches peuvent-elles résonner avec l'activité de recherche d'un artiste ? Le chorégraphe Rachid Ouramdane est invité à répondre aux chercheuses et à tirer les fils de connivences possibles.

La soirée se conclura autour d'un pot convivial au 4e étage.

Cette soirée a été conçue et organisée par B. Boldrin, J. Perrin, A. Poli, N.Steinhausser, C. Sorin et grâce à l'engagement bénévole des membres de l'aCD.

Réservation indispensable à reservation@cnd.fr ou par téléphone au 01 41 83 98 98
COMMUNICATION
11 FEV 16
Performer la critique. Gestes critiques et paroles chorégraphiques, par Pauline LE BOULBA
11 février de 15h à 17h30 dans la salle de projection, CND Pantin
Dans le cadre de : Pratiques de thèse en danse_outils à l'œuvre
Réservation obligatoire à : recherche.repertoires@CND.fr
Ma thèse s'attache à questionner la critique en danse et plus précisément la question de l'analyse d'œuvre et de la réception en danse. Comment écrire sur une œuvre, depuis une œuvre ? Comment restituer mon expérience de spectatrice ? Comment élargir le spectre des discours sur/de la danse ? Comment dialoguer avec des œuvres chorégraphiques ? Mon postulat étant d'envisager l'analyse d'œuvre de manière protéiforme, autant sur une feuille de papier que sur un plateau (textes écrits, performances, citations, rap...). À travers quelques exemples, je partagerai différents états de cette langue qui décrit, dérive et délire.
Programme complet ci-joint
COLLOQUE
06 FEV 16
Mise en ligne du colloque ECOSOMATIQUES
http://natural-movement.fr/files/CONFERENCES/ecosomatiques/presentation.html
mise en ligne du colloque Ecosomatiques organisé au Centre National de la Danse en décembre 2014 :
http://natural-movement.fr/files/CONFERENCES/ecosomatiques/presentation.html
COMMUNICATION
05 FEV 16
Renouveau des formes scéniques 2 : Composition(s) ?, avec Julie PERRIN
5 février 2016, 15h-18h, au Théâtre Nanterre-Amandiers
Intervention dans le cadre du séminaire "Renouveau des formes scéniques 2 : Composition(s) ?" organisé par la jeune équipe NoTHx ("Nouvelles Théâtralités"), associée au laboratoire THALIM (Théorie et Histoire des Arts et des Littératures de la Modernité - UMR 7172 CNRS/Ecole Normale Supérieure/Université Paris 3).
Le séminaire est ouvert à tous, en entrée libre et sans inscription.
Programme complet ici : http://nothx.org/Seminaire-15-16

vendredi 13 novembre 2015 / attention horaire exceptionnel : 17_20h
NATURE THEATER OF OKLAHOMA (KELLY COPPER & PAVOL LISKA), metteurs en scène
ABIGAIL LANG, MCF littérature américaine, Paris-Diderot

vendredi 11 décembre / 16_19h
GUY CASSIERS, metteur en scène
JOSEPH DANAN, Prof. études théâtrales, Paris 3

vendredi 29 janvier 2016 / 16_19h
ESZTER SALAMON, chorégraphe
ÉRIC VAUTRIN, MCF études théâtrales, Unicaen/Vidy

vendredi 5 février / attention horaire exceptionnel : 15_18h
METTE INGVARSTEN, chorégraphe
JULIE PERRIN, MCF danse, Paris 8

vendredi 25 mars / 16_19h
PHILIPPE QUESNE, metteur en scène
MICHEL POIVERT, Prof. histoire de l'art, Paris 1 (sous réserve)

vendredi 8 avril / 16_19h
TIAGO RODRIGUES, metteur en scène
LAURE FERNANDEZ, postdoc Drama, Theatre & Peformance, Roehampton, Londres
COMMUNICATION
28 JAN 16
L'atelier de Christine Gérard ou l'improvisation comme technique et poétique de l'agir, par Anne CAZEMAJOU, Christine GERARD, Isabelle LEVY-LEHMANN, Mélanie PAPIN
Jeudi 28 janvier 2016 à 17h45, Centre national de la danse, Pantin
Dans le cadre de la présentation des travaux de recherche Aide à la recherche et au patrimoine en danse 2014.
Socle de la danse contemporaine et apprentissage à part entière, technique en soi et outil de développement de l'esprit critique, l'improvisation occupe une place aussi centrale que féconde dans la pensée pédagogique. Cette conception a façonné la pratique, la posture et le parcours de Christine Gérard, reconnue dans le champ chorégraphique en France comme l'une des pédagogues (parmi Carolyn Carlson, Susan Buirge, Elsa Wolliaston...) les plus engagées dans la formation du danseur, dans sa dimension créative.
Axé sur l'observation d'un atelier d'improvisation paragidmatique de la démarche pédagogique de Christine Gérard (autour duquel un dispositif de captation vidéo et d'entretiens a été mis en place par l'équipe), cette recherche qui croise différents regards et savoirs d'artistes et de chercheurs, s'attache à dégager les « moteurs » d'où partent des situations de travail, à identifier la posture de l'artiste-pédagogue et à rendre compte de l'expérience du danseur.
CONFÉRENCE
16 JAN 16
Danser hors des théâtres, par Laurent PICHAUD et Julie PERRIN
16 janvier 2016, musée Tsubouchi, université Waseda, Tokyo
Danser hors des théâtres : le musée / Laurent Pichaud
A partir d'un exemple pris dans l'exposition Qui danse? Actualité de la chorégraphie à Tokyo, le chorégraphe Laurent Pichaud témoignera de sa pratique de visite guidée par la danse qu'il a mis en place depuis 2003 dans différentes musées en France. De manière plus large, et en regard de ses autres pratiques de danse hors des théâtres, il interrogera comment le geste dansé a une fonction de faire voir le contexte environnant dans lequel et pour lequel ce geste est créé.

Danser hors des théâtres : le paysage / Julie Perrin
Si l'histoire du paysage est traditionnellement rattachée à la littérature et la peinture, comment l'art chorégraphique s'inscrit-il aussi dans l'histoire de l'invention du paysage? L'expérimentation en plein air (en ville ou à la campagne) charge l'espace de signification, de symboles et de désirs, construisant de nouvelles situations susceptibles de redéfinir nos usages de la ville, nos représentations de la nature, tout autant que les cadres de l'art.
FORMATION
04 JAN 16
Parcours « Danse, éducation somatique et publics fragiles »
En partenariat avec le service Formation Permanente, La Briqueterie, l'association Dessine moi un mouton, l'association AIME
Responsables : Isabelle Ginot - Michel Repellin
En partenariat avec le service Formation Permanente de Paris 8

Ouverture en janvier 2016

Contact, information :
www.fp.univ-paris8.fr

DU Danse et éducation somatique (niveau bac + 3)
Janvier-juin 2016.

DESU d'Intervenant en danse et éducation somatique (niveau bac + 4)
Septembre 2016-janvier 2017

DFSSU Danse, éducation somatique et publics fragiles (handicap, précarité, dépendance...) (niveau bac + 5), Mention Formateur en danse et éducation somatique, ou Mention Concepteur de projets corporels et artistiques
Septembre 2016-Septembre 2017

La question du corps et du geste prend une place de plus en plus importante dans les sphères du « care » - institutions et associations médicales, médico-sociales, socio-éducatives. Souvent démunis face à des publics peu accessibles au langage (jeunes en échec scolaire, personnes âgées touchées par la démence, handicaps et poly-handicaps), les professionnels du soin et de l'éducation sont à la recherche d'outils de communication qui dépassent les soins techniques et la prise en charge somatique, afin d'élargir les palettes de communication et soutenir la bientraitance. Le vaste champ des pratiques corporelles non thérapeutiques, telles que la danse, les techniques dites somatiques (ou pratiques corporelles complémentaires telles que les méthodes Feldenkrais, Alexander, Body-Mind Centering, Eutonie, etc.), les arts martiaux, offre d'importantes ressources, mais comme il est peu institutionnalisé, les professionnels du soin le connaissent mal et ont souvent du mal à s'y repérer.
De leur côté, les danseurs, ainsi que les professionnels formés à ces pratiques, disposent d'un très large éventail de ressources autour du corps et du geste, tant dans la sphère expressive et créative que des apprentissages moteurs et du toucher ; ils sont de plus en plus souvent conduits à intervenir ou concevoir des projets auprès de publics très vulnérables, soit dans le cadre de projets d'action culturelle (résidences artistiques, sensibilisation, travail auprès des publics de structures culturelles, etc.), soit pour répondre à des sollicitations de professionnels du soin, du travail social et médico-social, mais se trouvent souvent démunis dans le dialogue avec l'institution, les logiques soignantes, et ces publics très vulnérables eux-mêmes.
Le parcours « Danse, éducation somatique et publics fragiles » a été conçu pour apporter des réponses et des compétences aux professionnels qui évoluent dans ces contextes. Il accueille un public mixte de professionnels du geste (danseurs, éducateurs au mouvement, praticiens somatiques, artistes martiaux...) et du soin (soignants, éducateurs...), et vise à donner une culture générale théorique et pratique sur les techniques corporelles non thérapeutiques, à construire des compétences transversales permettant de mettre en œuvre ces techniques auprès de publics fragiles.
Ces formations sont conçues comme un parcours complet et progressif visant à constituer, pour le stagiaire, l'ensemble des facettes de métiers aux compétences multiples, mais elles peuvent aussi être suivies de façon indépendante.

Pour les étudiants du département danse (Licence et Master) désirant accéder à ce cursus, des équivalences sont possibles.
COMMUNICATION
11 DEC 15
Danse : écrire ce qui échappe à la langue, par Isabelle GINOT
Vendredi 11 décembre, Théâtre des Abbesses
Dans le cadre du colloque (programme détaillé ci-joint) :
critique <=> création ; une pensée traversée par les arts/des œuvres porteuses de critique
10, 11 et 12 décembre 2015 à Paris
Théâtre des Abbesses et Institut national d'histoire de l'art
SOUTENANCE DE THÈSE
28 NOV 15
Préfiguration, structuration et enjeux esthétiques du métier de chorégraphe (France, 1957-1984). Une histoire administrative, réglementaire et politique de la danse, par Guillaume SINTÈS
Samedi 28 novembre 2015 à 14h00 au Centre national de la danse, Pantin (3ème étage, salle de préojection) - Réservation obligatoire à l'adresse suivante: guillaume.sintes@yahoo.fr
Membres du jury: Mark Franko (Temple University, Philadelphie), Isabelle Launay (Paris 8), Olivier Neveux (Lyon 2), Marina Nordera (Nice Sophia-Antipolis), Emmanuel Wallon (Paris Ouest Nanterre-la Défense).
Résumé: De l'inscription dans la loi française de la reconnaissance de son statut d'auteur (le 11 mars 1957) à la publication de la définition légale de sa fonction au Journal Officiel (le 1er janvier 1984), une génération de chorégraphes a construit les contours, les modalités et les conditions d'un métier. Ce combat s'est traduit par un engagement syndical de longue haleine pendant les années 1960 et 1970. Réuni au sein du Syndicat national des auteurs et compositeurs (SNAC), un groupe de chorégraphes a travaillé à l'élaboration de rapports, d'enquêtes et d'études qui ont abouti à l'organisation professionnelle du champ chorégraphique, permettant ainsi à la « nouvelle danse française » qui lui succèdera dans les années 1980, d'obtenir une considérable visibilité esthétique et de marquer de son empreinte l'histoire culturelle et artistique. Rendre compte des progrès sociaux, comme des configurations et reconfigurations du métier de chorégraphe, c'est aussi rendre compte de la structuration du champ chorégraphique dans son ensemble. Cette thèse interroge l'historiographie juridique du droit d'auteur des chorégraphes pour clarifier la notion de statut d'auteur en danse. Elle propose une généalogie de la politique culturelle en danse pour démythifier l'idée d'un désert administratif et chorégraphique, constitutif de l'ère pré-Lang. Enfin, l'étude des différents projets de réglementation de l'enseignement de la danse permet de révéler les enjeux politiques et esthétiques qui ont contribué, pendant près de vingt-cinq années de négociation, à exacerber les oppositions au sein du champ chorégraphique. Ainsi, s'élabore une histoire administrative, réglementaire et politique de la danse en France qui éclaire une période de l'histoire contemporaine de la danse encore trop peu étudiée.
PARUTION : LIVRE
24 NOV 15
Gestes à l'oeuvre, dirigé par Barbara FORMIS - soirée
de l'incidence édition, nouvelle édition augmentée - Soirée de lancement le 24 novembre, 19h
Le Laboratoire du geste est heureux de vous inviter à son premier rendez vous de la saison 2015-2016 : le 24 Novembre à 19h00
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, UFR d'Arts Plastiques : 47, rue des Bergers, 75015 PARIS, Salle 430 (4e étage)

Présentation de la part des auteurs: Barbara Formis, Jacinto Lageira, Julie Perrin, Mélanie Perrier, Edwige Phitoussi et Sarah Troche

Activation d'un CORPUS VIVANT : jeu rhizomatique et graphique par : Coline Joufflineau, Kahena Sanaâ, Laura Tristan Flores, Daniella de Mourra, Alice Gervais Ragu

Des exemplaires du livre seront disponibles à l'achat à un prix réduit.

http://www.delincidenceediteur.fr/#!gestes-loeuvre/c1gwt

avec la participation de Georges Didi-Huberman, Anne Boissière, Lorraine Duménil, Julie Perrin, Edwige Phitoussi, Fabian Goppelsröder, Christophe Kihm, Jacinto Lageira, Mélanie Perrier, Suzanne Liandrat-Guigues, Chantal Pontbriand, Sarah Troche et Michaël Sheringham.

Que ce soit dans la vie quotidienne ou dans l'art, le geste se confronte toujours à l'œuvre dont il est le principe. Or que se passe-t-il quand le geste est œuvre ? Quand son "œuvrer" n'est plus réduit à un résultat objectif mais maintenu intact dans son état de "faire" ? Une ouverture sur une complexité théorique du geste et de ses possibilités chorégraphiques s'affirme. Les textes réunis dans ce recueil affirment la pertinence de l'idée de geste et en décrivent la méthode : l'intempestif, l'impersonnel, l'incidence.

Gestes à l'œuvre maintient les gestes dans leur caractère intrinsèquement pluriel : un geste se compose en effet d'une myriade de micro-gestes, d'une somme incalculable d'ajustements corporels qui viennent former imperceptiblement ce qui apparaît comme un geste, dont l'unité se révèle fragile et se dissout dans une infinitude potentielle de petits gestes. Ces essais permettent ainsi le croisement de différentes pratiques gestuelles dans le champ de l'art et de la théorie philosophique.

Quand le geste est œuvre, cette dernière ne disparaît pas pour autant : elle existe en tant que processus et expérience. Ainsi les différentes disciplines convoquées dans cet ouvrage (danse, peinture, cinéma, performances, sport, philosophie...) placent l'œuvre dans le geste et mettent le geste à l'œuvre. Voici donc ce qui constitue à la fois la problématique et le pari de cet ouvrage : rendre compte des gestes, de l'actualité tangible du faire et de l'identification possible entre le concept de geste et celui d'œuvre d'art.
COMMUNICATION
20 NOV 15 / 22 NOV 15
Autour des partitions de Deborah Hay et la notion de neutre, par Myrto KATSIKI et Laurent PICHAUD
20-22 novembre 2015, La Manufacture, Lausanne
Dans le cadre du projet de recherche « PARTITION(S) : objet et concept de la scène contemporaine », dirigé par Yvane Chapuis et Julie Sermon, La Manufacture, Lausanne.
COLLOQUE
20 NOV 15 / 22 NOV 15
TraditionS en MouvementS (Atelier de la danse n°7)
Festival de danse de Cannes, Espace Mimont - 5 Rue Mimont, 06400 Cannes
Colloque organisé par Université de Nice Sophia Antipolis, département des Arts- Section Danse et Centre de recherche CTEL / Centre National de la Danse / Festival de Danse de Cannes

Vendredi 20 Novembre de 13H30 à 19H
Samedi 21 Novembre de 9H à 13H (Master-Classe de 11H à 13H au Palais des Festivals avec la Cie Nationale de Corée et en présence de Tero Saarinen)
Samedi 21 Novembre de 14H à 17H
Dimanche 22 Novembre de 9H à 13H

Responsables scientifiques
Federica FRATAGNOLI et Joëlle VELLET - MCF en danse, Université de Nice Sophia Antipolis (UNS)

Partenaires complices
Brigitte LEFEVRE - directrice artistique du Festival de danse de Cannes
Laurent BARRE - responsable du service Recherche et répertoires chorégraphiques, Centre national de la danse (CND)

Comité scientifique :
Sarah ANDRIEU, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
Laurent BARRE, Responsable du service Recherche et Répertoires chorégraphiques, CND
Federica FRATAGNOLI, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
Mahalia LASSIBILLE, MCF danse, Université Paris8 Saint-Denis
Karen NIOCHE, doctorante Université de Nice Sophia Antipolis
Marina NORDERA, PR danse, Université de Nice Sophia Antipolis
Sylvianne PAGES, MCF danse, Université Paris8 Saint-Denis
Joëlle VELLET, MCF danse, Université de Nice Sophia Antipolis

La tradition peut être envisagée comme un lien subtil et aux multiples facettes qui relie au passé tout en inscrivant une dynamique vivante et mouvante qui construit le présent. Les recherches en danse s'intéressent alors tout autant aux continuités qu'aux oublis, pertes ou inventions, aux porosités ou héritages ou filiations, aux processus de transmission comme aux gestes, à l'émergence et au devenir de toute danse, de quelque période et de quelque esthétique qu'il s'agisse.
Les éclairages anthropologiques, historiques, esthétiques seront sollicités car porteurs de ces réflexions, tout autant que ceux liés à l'ethnographie du travail artistique ou à l'analyse du mouvement. La diversité des approches permettra d'aborder les objets comme les processus.
Ce colloque contribuera ainsi à faire le point sur les recherches en cours et permettra confrontation et échanges sur ces questions prégnantes dans le monde actuel des créations chorégraphiques comme des pratiques sociales et culturelles.
Chercheurs en danse et artistes dont Brigitte Lefèvre, Catherine Diverrès, Tero Saarinen et Christian Rizzo se retrouveront en toute complicité à Cannes pour en débattre.
Les temps de ce colloque s'enchaîneront avec atelier de pratique (Cie Nale de Corée), paroles dansées, communications scientifiques et une séance de films inédite pensée par le CND - cinémathèque de la danse.

Entrée libre sur inscriptions
Renseignements : joelle.vellet@unice.fr ou federica.fratagnoli@unice.fr
Pour l'appel à communication et les inscriptions au colloque (entrée libre) : atelierdanse7@gmail.com

COMMUNICATION
12 NOV 15 / 13 NOV 15
Nation "mineure" et (des)accords "majeurs". Aléas politiques dans l'histoire du ballet du Niger (1960-1987), par Mahalia LASSIBILLE
12 et 13 novembre 2015, Maison des Cultures du Monde, Paris
Colloque international : Orchestrer la nation : Musiques, danses et (trans)nationalismes
Programme détaillé ci-joint.
JOURNÉE D'ÉTUDE
06 NOV 15 / 08 NOV 15
Interroger les archives, par l'atelier Pratiques de thèse en danse - outils à l'oeuvre
6-8 novembre 2015, au centre national de la danse à Pantin (sur réservation)
À l'occasion de l'exposition performative Scènes de geste, dont le commissaire est Christophe Wavelet, Pratiques de thèse en danse questionnera pendant trois journées d'études la méthodologie de la recherche d'archives en danse. À la présence de chercheurs affirmés tels Inge Baxmann, Susanne Franco et Julie Perrin, les doctorants et les jeunes docteurs pourront avancer leurs hypothèses de travail autour de la trace écrite et documentaire, de la trace incorporée et mémorielle, ou bien de nouvelles notions de « archive vivante » et de « corps liquide », nées pour se référer à l'interprète contemporain. Un laboratoire pratique autour du travail corporel de La Table Verte de Kurt Jooss sera également proposé par Karine Hermés pour interroger l'utilisation des traces documentaires dans le cas des représentations historiquement informées.

Programme ci-joint.

Le nombre de places étant limité, l'inscription à l'avance aux matinées est indispensable; à ce sujet, écrire à recherche.repertoires@CND.fr pour indiquer la ou les matinées auxquelles vous souhaitez assister.


Pratiques de thèse en danse

Alessandra Sini, doctorante en danse à l'Université de Nice Sophia Antipolis,
Bianca Maurmayr, doctorante en danse à l'Université de Nice Sophia Antipolis,
Bruno Ligore, doctorant en danse à l'Université de Nice Sophia Antipolis,
Evelyne Clavier, doctorante en arts à l'Université de Lorraine et cotutelle avec l'Université de Genève,
Beatrice Boldrin, docteure en philosophie à Paris V Descartes.
JOURNÉE D'ÉTUDE
23 OCT 15
Récit de soi et expérience corporelle
23 octobre, 9h30-17h, université de Nice Sofia Antipolis, Bibliothèque Henri Bosco, Salle des conférences
Organisation : Federica Fratagnoli et Laura Silvestri
Programme détaillé ci-joint
JOURNÉE D'ÉTUDE
29 SEP 15
8e journée d'étude des doctorants en musique et danse
29 septembre 2015, université Paris 8, salle B106
Equipe MUSIDANSE: « Esthétique, musicologie, danse et créations musicales » EA1572
Programme ci-joint
FORMATION
16 SEP 15
Programme 2015-2016 du département danse
Ci-joint la brochure.
RENCONTRE
04 SEP 15 / 06 SEP 15
Laboratoire des utopies : réflexions en partage entre artistes, professionnels et publics
Fondation Royaumont, du 4 au 6 septembre 2015
Laboratoire des utopies : réflexions en partage entre artistes, professionnels et publics
Durant 4 demi-journées, du 4 au 6 septembre, une dizaine personnes (chorégraphes et professionnels) vont débattre dans le secret des murs de l'abbaye d'une réflexion commune.
Samedi 5 septembre à 20h, nous proposerons au public ayant assisté aux spectacles de l'après-midi de participer à un premier échange avec les membres du Laboratoire des utopies. Nous irons ensuite, pour ceux qui le souhaitent, dîner ensemble.
Au terme du week-end , dimanche 6 septembre à 17h, une synthèse des réflexions sera présentée et mise en débat avec le public. Nous espérons ainsi que chacun emportera avec lui des désirs d'utopies.

Les membres du Laboratoire des utopies
Vidal Bini chorégraphe, danseur, directeur artistique compagnie KHZ (France)
Eliane Dheygere directrice, Le Vivat à Armentières (France)
Irène Filiberti critique, conseillère artistique Pôle Sud CDC à Strasbourg (France)
Roberto Fratini Serafide dramaturge, professeur Institut del Teatre de Barcelone (Espagne/ Italie)
Alice Gervais-Ragu doctorante Université Paris 8 (France)
Cristina Grande coordinatrice et programmatrice Fondation Serralves à Porto (Portugal)
Hélène Joly secrétaire générale de l'ACCN (France)
Marie Kinsky directrice du Centre de Développement Chorégraphique SE.S.TA à Prague (République Tchèque)
Daniel Larrieu chorégraphe, danseur, directeur artistique Compagnie Daniel Larrieu (France)
Maud Le Pladec chorégraphe, danseuse, directrice artistique compagnie Léda (France)
Pasquale Nocera danseur, pédagogue, responsable des ateliers pédagogiques et coordinateur de l'Accueil Studio du Ballet de l'OnR - Centre chorégraphique national de Mulhouse (France)
Bouchra Ouizguen danseuse, chorégraphe, directrice artistique Compagnie O (Maroc)
Carole Rambaud directrice Espaces Pluriels, scène conventionnée à Pau (France)
Aurélien Richard pianiste, chorégraphe et compositeur
Hervé Robbe chorégraphe, danseur, directeur artistique compagnie Travelling & Co, directeur artistique du PRCC (France)
Géraldine Schmitt administratrice du Programme Recherche et Composition Chorégraphiques, Fondation Royaumont (France)

Détail du programme ici : http://www.royaumont.com/fr/actualite/entre-actes-choregraphique-saison2015
COLLOQUE
08 JUL 15 / 11 JUL 15
Music-Dance: Sound and Motion in Contemporary Discourse and Practice
Fondazione G. Cini, Venise, 8-11 juillet 2015
Colloque organisé par Gianmario Borio, Patrizia Veroli et Gianfranco Vinay.
Détail ci-joint.
PERFORMANCE
15 JUI 15
VOULOIR CROIRE ENTREVOIR #29, par Pauline LE BOULBA et Violeta SALVATIERRA
Lundi 15 juin 2015, 19h, Laboratoires d'Aubervilliers
VOULOIR CROIRE ENTREVOIR #29 est un prolongement de l'article écrit à quatre mains avec Violeta Salvatierra dans le second numéro des Cahiers d'À bras le corps. Cet espace éditorial se voulait le lieu d'un dialogue depuis nos réceptions face à une pièce chorégraphique. Il tentait d'en révéler les zones d'ombre, en assumant les manques, en matérialisant ses trous/true... Avec la complicité de Violeta, Pauline le Boulba a tenté de déplacer cette trame fictionnelle pour la soirée. Des gestes vus, entraperçus, rêvés ainsi que des récits lus, entendus, imaginés, seront les matériaux déposés sur le plateau. Vouloir croire entrevoir #29 part d'un désir de détourner de manière plus large les discours de/sur la danse, de les transformer, et de rendre visible la part délirante qui émane d'eux.
infos ici : http://www.leslaboratoires.org/date/les-cahiers-d-a-bras-le-corps
RENCONTRE
12 JUI 15
Les critères de la critique en danse, avec Irène Filiberti, Lenio Kaklea, Isabelle Ginot et Christophe Martin
Vendredi 12 juin 2015, Cité internationale universitaire de Paris, Collège franco-britannique
Atelier animé par Irène Filiberti (critique de danse), avec Lenio Kaklea (chorégraphe, Grèce), Isabelle Ginot (professeure en esthétique de la danse à l'Université Paris 8 Saint-Denis) et Christophe Martin (directeur du Festival Faits d'Hiver, France).
Dans le cadre de CHANTIERS D'EUROPE 2015, programme ci-joint
Les ateliers « Pratiques de la critique » sont organisés à l'initiative de l'équipe de recherche en «Histoire des arts et des représentations» (HAR) de l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense, avec ses partenaires de l'Université Paris 8 Saint-Denis, du Labex Arts-H2H et du Théâtre de la Ville, avec le concours du Théâtre de la Cité internationale et du Centquatre-Paris.

Les enregistrements vidéo le vendredi 12 juin au Collège franco-britannique de la Cité internationale universitaire et le dimanche 14 juin au Centquatre, sont désormais en ligne sur la chaîne Youtube du Labex Arts-H2H.
Vous pouvez les visionner à cette adresse : https://www.youtube.com/channel/UCLsaAOAhDXu5x83ruiE8SDA
APPEL à CONTRIBUTION
15 MAI 15
La « contemporanéité » dans les pratiques chorégraphiques scéniques : regards croisés entre l'Afrique et l'Asie du Sud
responsables scientifiques : Federica FRATAGNOLI et Mahalia LASSIBILLE
Dans divers champs artistiques, en danse en particulier, la référence à la « contemporanéité » est fréquemment utilisée et se retrouve sur nombre de continents. En même temps, elle fait l'objet de différentes interprétations selon les espaces géographiques, leur histoire, le contexte social, économique, politique, mais aussi selon les chorégraphes et les danseurs, ce qui rend impossible une définition générale. De plus, une pluralité de termes et de notions entre en jeu pour nommer ce phénomène qui n'a pour l'instant pas trouvé de consensus : fusion, hybridation, métissage, modernité, branchement...

Cet appel à contributions se propose ainsi de traiter de la notion de « contemporanéité » dans les pratiques chorégraphiques scéniques, de considérer ses définitions, ses utilisations, ses enjeux. Il s'agit plus précisément de saisir la manière dont les acteurs l'interprètent et l'utilisent en mettant en regard l'Afrique et l'Asie du Sud. En effet, dans ces deux espaces géographiques, la question de la contemporanéité s'impose depuis les années 80. Or, de par leur association systématique à des pratiques chorégraphiques dites « traditionnelles », l'introduction de cette référence tend à créer une dichotomie dont il est difficile de s'échapper. Comment les praticiens y répondent-ils ? Quelles transformations, quelles dynamiques, quels paradoxes entraînent, ou non, le passage à la « scène contemporaine » ? Y a-t-il des logiques communes et des relations entre Afrique et Inde du Sud sur ce point et/ou des spécificités propres à chaque continent et même à chaque pays ?

En ce sens, il est central de passer par l'analyse des œuvres et des pratiques mais aussi des discours de différentes natures sur ces activités. Cet angle permet de mettre en lumière les transformations concrètes découlant de ce passage, les dispositifs scéniques qui ont été mis en place, la (ré)organisation de l'espace, des acteurs, des costumes qui a pu et peut être observée. Sur ce plan, une attention particulière sera portée au geste : comment l'esthétique gestuelle se réorganise-telle ? De quel point de vue ?
Le passage du « traditionnel » au « contemporain » amène également à s'intéresser aux modes de transmission qui sont utilisés en abordant les questions du rapport aux voies « traditionnelles » de transmission et à l'académisation, de la place des écrits (traités, témoignages d'artistes, ouvrages de chercheurs...) et des moyens actuels de communication et de diffusion (supports audio et vidéo, internet...), ou encore de l'importance accordée à la « technique », qui peuvent être différents entre Afrique et Asie du Sud et qui peuvent varier en fonction des contextes scéniques. Ceci peut conduire au-delà à interroger le statut social des danseurs et chorégraphes pour celui d'« artistes professionnels » : si dans certains cas ce statut est ancien et inscrit dans l'organisation sociale, quels effets le cadre de la « scène contemporaine » entraînent-ils en termes de professionnalisation? Comment cette notion est-elle actuellement investie, incarnée et utilisée par les praticiens dans leurs parcours d'artistes? Quelles sont les conséquences de la professionnalisation sur les contenus artistiques et dans leurs rapports aux autres acteurs de la performance chorégraphique (spectateurs, mécènes, tourneurs, journalistes...)?

Les propositions d'articles peuvent être consacrées à une aire géographique spécifique ainsi qu'à d'éventuels croisements entre Afrique et Asie du Sud. Une focale est attendue sur les paroles d'artistes, leurs pratiques et leurs expériences.

Axes proposés :
1) Traditionnel versus contemporain : une question d'interprétation
2) Pratiques contemporaines et paroles d'artistes : autour du geste chorégraphique
3) Transmission et professionnalisation : entre métiers et statuts

Modalités de soumission

Les auteurs doivent envoyer leur intention de contribution - titre (provisoire), résumé d'environ 2000 signes et courte biographie de 700 signes - aux adresses suivantes :

federica.fratagnoli@unice.fr ; mahalia.lassibille@univ-paris8.fr

La date limite d'envoi des propositions est le 15 mai 2015.

Après étude des propositions reçues, les responsables scientifiques communiqueront à tous les candidats la décision sur l'acceptation de leur article, au plus tard le 30 juin 2015.
Les articles sélectionnés feront l'objet d'une publication papier.

Les textes seront rédigés en langue française et feront entre 40 000 et 50 000 signes maximum, notes comprises. Ils représenteront des contributions originales à la recherche et suivront les normes habituelles de la production scientifique.

La date limite pour l'envoi des articles finalisés est le 30 septembre 2015.


Responsables scientifiques :
Federica FRATAGNOLI, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
Mahalia LASSIBILLE, MCF Danse, Université Paris 8 Saint Denis


Calendrier Prévisionnel :
Date limite de retour des intentions de contribution : 15 mai 2015
Réponse aux auteurs : 30 juin 2015
Date limite pour l'envoi des articles : 30 septembre 2015
La sortie est prévue en septembre 2016





PARUTION : LIVRE
13 MAI 15
A Filosofia da Dança, par Marie BARDET
Martins Editores, "Todas as Artes", 2015, 344 p.
Traduction en portugais du livre "PENSER ET MOUVOIR. Une rencontre entre danse et philosophie" http://www.livrariamartinseditora.com.br/filosofia-da-danca-a-p23854/
Que posturas uma FILOSOFIA deve inventar para capturar os gestos? A que passos comuns e divergentes somos convidados dançando e filosofando?
Nesta obra, esboça-se a paisagem de um encontro entre DANÇA e FILOSOFIA, onde são redistribuídos, através da experiência da gravidade, os pesos e as levezas, as imagens e os gestos, os pensamentos e os movimentos. Uma paisagem povoada de verbos, de passos, de pontos de interrogação e de limites móveis. Uma paisagem conceitual de Schopenhauer a Bergson, e a Deleuze, atravessada por uma inquietude: a da imediatez e do imprevisível como potências limites do exercício filosófico, aí onde ela ressoa com a da improvisação como questionamento incessante da composição coreográfica (da geração do Judson Dance Theater à criação contemporânea).
Pondo-se a pensar, a pesar, a caminhar e a rolar juntas, DANÇA e FILOSOFIA cruzarão alguns problemas de representações, de percepções, de composições e de modos de andar coletivos.

Marie BARDET desenvolve uma pesquisa singular na qual se articulam teoria e prática, entre seu percurso universitário em FILOSOFIA e uma formação em DANÇA. Doutora em FILOSOFIA pela Universidade Paris 8 e pela Universidade de Buenos Aires, onde defendeu em 2008 uma tese intitulada: Filosofia dos corpos em movimento. Entre a improvisação na DANÇA e a FILOSOFIA de Bergson. Estudo da imediatez, ela dá sequência ao seu trabalho de pesquisa em FILOSOFIA (pós-doutoranda na Universidade de Buenos Aires), ao seu trabalho de escrita e ao seu ensino teórico-prático tanto em algumas instituições francesas quanto na Argentina.
APPEL - COLLOQUE
01 MAI 15
TraditionS en mouvementS
1er mai. Atelier de la danse n°7, dans le cadre du Festival de Danse de Cannes 2015 à Cannes les 20-21-22 novembre 2015
Appel à communication ci-joint.
Direction scientifique : Federica FRATAGNOLI, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis ; Joëlle VELLET, MCF danse, Université de Nice Sophia Antipolis et Laurent BARRE, Responsable du service Recherche et Répertoires chorégraphiques, CND

Comité scientifique :
Sarah ANDRIEU, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
Laurent BARRE, Responsable du service Recherche et Répertoires chorégraphiques, CND
Federica FRATAGNOLI, MCF Danse, Université de Nice Sophia Antipolis
Mahalia LASSIBILLE, MCF danse, Université Paris8 Saint-Denis
Karen NIOCHE, doctorante Université de Nice Sophia Antipolis
Marina NORDERA, PR danse, Université de Nice Sophia Antipolis
Sylvianne PAGES, MCF danse, Université Paris8 Saint-Denis
Joëlle VELLET, MCF danse, Université de Nice Sophia Antipolis
COMMUNICATION
10 AVR 15 / 11 AVR 15
« Je t'aime, moi non plus » : gestes fondateurs dans "Roméo et Juliette" d'Angelin Preljocaj, par Christine ROQUET
colloque du séminaire "Lalangue", Université Paris Diderot Halle aux Farines - Amphi 1A 2 rue Marguerite Duras 75013 Paris
Programme détaillé ci-joint.
Qu'est-ce que lalangue ?
Deux ans de travail d'un groupe pluridisciplinaire nous ont amenés à préciser ce qu'il en est de lalangue, concept introduit par Lacan au début des années 1970. Des clinicien(ne)s ont approché les champs de la psychanalyse d'enfants et de la psychose à partir de phénomènes de langage qui ressortissent à lalangue. D'autres chercheurs, linguistes, anthropologues, poéticiens, philosophes, musicologues, psychologues ont mis à l'épreuve ce qui, dans leur recherche, s'éclaire de ce concept et l'illustre en retour. Mais est-ce un concept ? Et en quoi son adoption change-t-elle quelque chose à notre conception de l'inconscient ? Des clinicien(ne)s ont approché les champs de la psychanalyse d'enfants et de la psychose à partir de phénomènes de langage qui ressortissent à lalangue. D'autres chercheurs, linguistes, anthropologues, poéticiens, philosophes, musicologues, psychologues ont mis à l'épreuve ce qui, dans leur recherche, s'éclaire de ce concept et l'illustre en retour.
Mais est-ce un concept ? Et en quoi son adoption change-t-elle quelque chose à notre conception de l'inconscient ? C'est vers cela que convergent nos discussions et par quoi débutera ce colloque.
Ensuite, nous tenterons de restituer les avancées qui, sur les terrains cliniques et les autres domaines théoriques et artistiques ont fécondé nos débats.
Nous conclurons par une investigation pluridisciplinaire dans le monde de la poétique, de la musique et de l'écriture.
Le vendredi soir un moment de convivialité sera organisé dans un lieu proche de l'université pour les participants qui le souhaiteraient, moyennant une participation
aux frais.
CONFÉRENCE DANSÉE
28 MAR 15
La Danse des Furies d'Isadora Duncan, avec Katharina VAN DYK
Réfectoire des Cordeliers. 15 rue de l'Ecole de médecine. 75006 Paris, 16h45
Un collectif de trois étudiantes, Johana Giot, comédienne et étudiante en théâtre à Paris 3, Audrey Margueritat, danseuse et étudiante en langues orientales à l'INALCO, et Katharina Van Dyk, doctorante en philosophie et en recherches en danse à Paris 8, s'initiant toutes trois à la danse d'Isadora Duncan auprès de représentantes européennes de la transmission - Barbara Kane, Françoise Rageau et Amy Swanson - proposent de rendre compte d'une première étape de leur apprentissage et de leur interprétation d'une partie de la Danse des Furies, extraite du programme élargi de l'Orphée et Eurydice d'Isadora Duncan, créé en janvier 1911 au Théâtre du Châtelet. A partir de son travail international dans les archives d'Isadora Duncan, Katharina Van Dyk proposera ensuite une courte conférence (20mn), sur les enjeux historiques et esthétiques de cette danse, qui ouvrira à une discussion avec les interprètes et le public.
Cadre : festival des Dionysies 2015 de la Sorbonne.
Pré-réservations : festival.dionysies@gmail.com
CONFÉRENCE
14 MAR 15
La critique de danse est-elle toujours vivante ?, avec Alice GERVAIS-RAGU, Irène FILIBERTI, Pauline Le BOULBA...
14 mars 2015, 15h30, Théâtre Paul Eluard, Bezons
Conférence-débat animée par Alice Gervais-Ragu du département Danse de Paris 8.
Avec :
Irène Filiberti, critique de danse
Yves-Noël Genod, blogueur (sous réserve)
Pauline Le Boulba, doctorante de Paris 8.
Aurélien Richard, chorégraphe, co-fondateur et rédacteur du magazine BallRoom
Philippe Verrièle, critique de danse
Erika Zueneli, chorégraphe
PERFORMANCE
07 MAR 15 / 14 MAR 15
La Collection Lise B., par Fabrice DUGIED, avec Claude SORIN, Ninon STEINHAUSSER...
7 et 8 mars à 17h Vitry-sur-Scène - la Briqueterie ; 14 mars, théâtre Paul Eluard, Bezons
Cette installation performative puise exclusivement aux sources d'une collection sur la danse rassemblée au fil de sa carrière par la journaliste Lise Brunel (1922-2011). Dès 1958 pour la revue Danse & Rythmes, puis notamment au quotidien Le Matin de Paris (1977-1987), ou bien, entre autres, pour Politis et Les Saisons de la danse jusqu'au milieu des années 90.
Elle a accompagné par son écriture et son regard, les évolutions majeures de l'art chorégraphique en France.
Une large perspective historique est donc offerte aux spectateurs, qui circulent dans une sélection de documents visuels, textuels et sonores, rendus vivants le temps d'une rencontre dansée conçue par le chorégraphe Fabrice Dugied.
Conception, direction, chorégraphie
Fabrice Dugied

Recherche
Claude Sorin et Ninon Prouteau-Steinhausser
Musiques originales Meredith Monk

Chorégraphie en complicité avec les danseurs
Brigitte Asselineau, Edwige Wood, Camille Ollagnier,
Ashley Chen, Mié Coquempot
Et aussi sur scène
Fabrice Dugied, Ninon Prouteau-Steinhausser et Claude Sorin
Scénographie
L'équipe en dialogue avec Laurence Le Bris

Création Sonore Jacques Labarrière
Graphisme Francis Lachance
Sculptures/ installations Diederick Hofland
Lumières et direction technique Frédéric Dugied
Technique Flore Dupont
Aide technique et informatique Jos Van Der Swan
Construction d'éléments de l'exposition
Raphael Vassilief
Souvenirs biographiques et écoute attentionnée
Jean-Luc Dugied

Les Zonards Célestes - Bernard Collin, président

Production : Catherine Monaldi
Coproduction : Les Zonards Célestes, La Briqueterie-CDC du Val-de-Marne, Théâtre Paul Eluard de Bezons, Bourse de Recherche du Centre National de la danse, L'Espal Le Mans, CDC Atelier de Paris Carolyn Carlson
Avec le soutien du Conseil Général du Val d'Oise, de la Médiathèque du Centre National de la Danse, micadanses
COLLOQUE
05 MAR 15 / 07 MAR 15
Transitions des arts, transitions esthétiques: processus de subjectivation et des-croissances
5-7 mars 2015, Musée d'art et d'histoire de Saint-Denis / Université Paris 8 / INHA
Colloque international organisé par MUSIDANSE & TEAMeD-AIAC (Université Paris 8)
à noter parmi les intervenants, des membres du laboratoire : Joanne Clavel, Alice Gervais-Ragu, Isabelle Ginot, Isabelle Launay, ainsi que la professeure invitée Silvia Soter (Universidade Federal do Rio de Janeiro - Centro de Artes da Maré, Brésil)

Ce colloque souhaite accompagner certaines évolutions notables qui surviennent actuellement dans le champ des arts (musique et arts sonores, arts visuels, danse...) ainsi que dans le champ des discours théoriques sur l'art qui, récusant l'enfermement de ce dernier dans la sphère du surplus civilisationnel, sont à l'écoute de questionnements découlant des crises écologique, économique, sociale ainsi que de la crise des représentations que nous traversons. Nous proposons d'utiliser la notion de transition - bien connue dans la sphère de l'écologie - pour aborder des évolutions, radicales ou modérées, qui ne relèvent pas des mutations ou ruptures qu'il est d'usage d'étudier dans l'art moderne : les mutations et ruptures sont davantage d'ordre formel, alors que les transitions dont il sera question pourraient même aller jusqu'à redéfinir la notion d'art en tissant autrement les rapports de ce dernier avec l'environnement, la société et la subjectivation.
Le colloque s'intéressera à deux types de transition. D'une part, il sera question d'une possible redéfinition de la notion d'esthétique : sans nier l'idée d'une autonomie de l'art, on pourrait évoquer la possibilité de déplacer la notion d'esthétique pour revenir à son étymologie - la sensation, la perception ; parallèlement, la notion d'esthétique est de plus en plus débattue dans sa relation avec le champ de l'éthique. D'autre part, seront abordées les transitions des pratiques artistiques qui, rompant avec l'isolement et l'autocentrement de l'art moderne, s'intègrent davantage dans le monde et par là même, redéfinissent la notion d'art dans sa frontière avec les pratiques quotidiennes, sociales, écologiques.
Deux enjeux traversent ces transitions. Le premier réside dans la question renouvelée du sujet: si ce dernier constitue l'objet classique de l'esthétique et de l'art, on peut désormais élargir le débat à l'idée de processus de subjectivation. L'art est un lieu privilégié de production et de recomposition des subjectivations individuelles et collectives. Avec le second enjeux, le mot transition renvoie également à la notion de décroissance. Décroître (au sens de l'homo œconomicus) pour croître : s'il est capable de quitter le mode productiviste qu'il a intériorisé, l'art pourrait proposer un modèle tourné vers la qualité plutôt que la quantité, vers l'expérience plutôt que vers l'éphémère consumériste, vers l'interaction avec la nature plutôt que son exploitation pure et simple, pour ne nommer que quelques domaines que plusieurs artistes actuels explorent.
PARUTION : LIVRE
19 FEV 15
Le Butô en France : malentendu et fascination, par Sylviane PAGÈS
Centre national de la danse, Pantin, 2015, 304 pages
Ce livre retrace l'histoire de la fascination pour le butô en France, depuis le choc de sa découverte à la fin des années 1970. Cette fascination, non dénuée de malentendus, a suscité de nombreux désirs d'ailleurs et de Japon qui ont travaillé la danse contemporaine, alors en pleine effervescence. Quels désirs esthétiques le butô est-il venu combler ? Qu'a-t-il déplacé et déstabilisé dans la danse contemporaine ?

Analyser ce phénomène de réception, c'est déconstruire les lieux communs qui l'accompagnent. C'est aussi relire l'histoire de la danse en France : le butô a fait notamment ressurgir des désirs d'expressionnisme chez les danseurs contemporains alors tournés vers les abstractions américaines. Dans une approche mêlant esthétique et histoire culturelle, analyses de discours critiques et de gestes, ce livre relie l'histoire chorégraphique récente à celles, plus longues, du japonisme et de la mémoire de Hiroshima. Il révèle ainsi les multiples dynamiques qui ont nourri jusqu'à nos jours les regards sur le butô.
RENCONTRE
11 FEV 15
Relire les années 1970 : pour une histoire contemporaine de la danse en France. Constitution et diffusion d'un fonds d'archives documentaires audiovisuelles, par Guillaume SINTES
11 février 2015, Centre national de la danse à Pantin
Présentation de travaux de recherche et de notation dans le cadre de l'Aide à la recherche et au patrimoine en danse 2013
PUBLICATION
02 FEV 15
Art in Motion / Art en mouvement
Cambridge Scholars Publishing, 2015
Art in Motion
Current Research in Screendance / Art en mouvement : recherches actuelles en ciné-danse

Editor(s): Franck Boulègue, Marisa C. Hayes
Contributors: Sophie Walon, Claudia Kappenberg, Amprimoz Clotilde, Tim Glenn, Stephanie Herfeld, Marion Carrot, Paulina Ruiz Carballido, ...

Ce livre bilingue anglais/français regroupe l'ensemble des conférences données lors du premier colloque du Festival International de Vidéo Danse de Bourgogne. Il aborde cette discipline sous une multitude d'angles : analyses esthétiques et historiques, la notion de caméra somatique, points de vue d'artistes créateurs de vidéo-danses... Un panorama contemporain, né du travail d'un groupe de chercheurs internationaux, pour la première fois disponible en français.

Composed of papers originally presented during the International Screendance Conference at the Festival International de Vidéo Danse de Bourgogne, Art in Motion considers the choreography of moving images from a variety of angles, including somatic camera work, aesthetic and gestural analysis, and historical research that delves into cinema's earliest depictions of dance, as well as perspectives from contemporary screendance artists. The geographic diversity of the contributors, many of whom are translated in English for the first time in this volume, reflects the growing number of screendance scholars and artists around the world, providing valuable insights from France, the United Kingdom, Mexico, Brazil, Hungary, and the United States. Art in Motion adopts a broad definition of screendance that explores movement on-screen and with the camera in many forms, while citing parallels between other artistic movements and practices that raise important questions about the role of screendance in moving image and choreographic cultures today.
CONFÉRENCE
16 JAN 15
"Projet de la matière" dans l'oeuvre d'Odile Duboc, par Julie PERRIN
vendredi 16 janvier 2015, 18h-20h, médiathèque Michel Crépeau, La Rochelle
Organisé par Les Eclats dans le cadre des événements : SUR LES PAS D'ODILE DUBOC. Autour de Projet de la matière.
Présentation de l'œuvre de la chorégraphe Odile Duboc, de ses processus de création, et de ses écrits Les mots de la matière, avec extraits vidéos, par Julie Perrin, chercheuse Université Paris VIII.
entrée libre



PUBLICATION
15 DEC 14
Penser les somatiques avec Feldenkrais. Politiques et esthétiques d'une pratique corporelle, sous la dir. d'Isabelle GINOT
L'Entretemps, coll. Lignes du corps, Paris, 2014
Considérées comme alternatives, obscures, voire charlatanesques, les pratiques somatiques sont souvent marginalisées par la médecine classique. Cet ouvrage, écrit par un collectif de praticiens, vise à leur donner une visibilité et surtout, une lisibilité. Car les textes de Feldenkrais, théoricien de référence sur les écrits duquel se basent les auteurs, sont difficiles d'accès. En abordant ses théories et ses pratiques sous leurs différents aspects (scientifique, spatial, temporel et affectif) les textes réunis dans cet ouvrage dévoilent leur utilité, aussi bien pour les professionnels que pour le grand public. Avec cette étude, ce sont tous les enjeux de la réappropriation du corps par l'individu qui sont mis en lumière.
Moshe Feldenkrais (1904-1984) est l'un des introducteurs du judo en France. C'est suite à une blessure grave qu'il s'intéresse aux médecines alternatives. Il forge peu à peu sa propre méthode, fondée sur la réappropriation du corps et la conscientisation du mouvement. Particulièrement appréciée des danseurs et des professionnels du spectacle, cette méthode alternative s'adresse également à un large public.

Dans cet ouvrage sont réunis plusieurs écrits de praticiens : Isabelle Ginot, professeur et co-directrice du département Danse de l'université Paris VIII, Joanne Clavel, Carla Bottiglieri, Marie Bardet et Violeta Salvatierra.
COLLOQUE
12 DEC 14
Nexus Rainer
12 décembre, Palais de Tokyo, 12h-20h
Ce colloque international réunit lors d'une journée de réflexion différents chercheurs en art qui se sont intéressés de près à Yvonne Rainer, afin d'aborder les divers aspects de son œuvre et ses résonances aujourd'hui dans l'art contemporain (chorégraphie, art visuel ou cinéma) ou dans la recherche en art. C'est envisager tout autant Rainer comme chorégraphe et danseuse, que la cinéaste, la théoricienne de l'art (l'on songe aussi bien à ses écrits sur la chorégraphie que ceux sur le cinéma et le genre) ou encore l'écrivain (elle est l'auteure d'une autobiographie et d'un recueil de poésie).
L'événement se tiendra à l'occasion de la présentation du Yvonne Rainer Project conçu par Chantal Pontbriand. Le colloque est co-organisé par Barbara FORMIS(maître de conférence en philosophie de l'art, université Paris 1), Julie PERRIN (enseignante-chercheuse au département danse de l'université Paris 8 Saint-Denis) et Chantal PONTBRIAND, avec le soutien de laboratoire d'analyse des discours et pratiques en danse (1572, université Paris 8).
Programme détaillé ci-joint.
COLLOQUE
08 DEC 14 / 10 DEC 14
Colloque "Eco-Somatiques", par Soma&Po
du 8 au 10 décembre 2014 au Centre National de la Danse, Pantin
À l'initiative de « Soma&Po. Somatiques, Esthétiques, Politiques »
Groupe de recherche, laboratoire « Analyse des discours et pratiques en danse »
Université Paris 8 Saint-Denis Vincennes

Comité organisateur
Bottiglieri Carla (Université Paris 8)
Clavel Joanne (Université Paris 8, Muséum National d'Histoire Naturelle)
Ginot Isabelle (Université Paris 8)
Collectif Natural Movement
Comité scientifique
Bardet Marie (Université Paris 8, Université de Buenos Aires)
Bottiglieri Carla (Université Paris 8)
Clavel Joanne (Université Paris 8, Muséum National d'Histoire Naturelle)
Ginot Isabelle (Université Paris 8)
Salvatierra garcía de Quirós Violetta (Université Paris 8)


Les « pratiques somatiques » sont un ensemble de pratiques corporelles dont l'émergence en Occident commence au tournant du 20e siècle, et qui continuent à se développer jusqu'à aujourd'hui. Les initiateurs de ces méthodes argumentent le développement des méthodes d'éducation somatique comme une réponse directement issue des problèmes environnementaux causés par l'industrialisation grandissante des pays occidentaux et l'impact de ces changements sur les modes de vie (Gindler, Todd, Feldenkrais). L'urbanisation, les problèmes de pollutions, l'accélération des rythmes de vie et du rendement du travail modifient le quotidien des individus dont la qualité de vie en terme de corporéité se dégrade aussi vite que leur environnement. Dès ces débuts on peut proposer de construire une histoire de ces pratiques en regard d'une « contreculture verte », même si sa pratique actuelle en France, et dans l'ensemble des société post-industrielles, s'est normalisée au sein du vaste marché du « bien-être » récupérant au passage les pratiques corporelles orientales (yoga, taï-chi, qi qong...). En effet, les pratiques somatiques s'apparentent à ce qu'on pourrait appeler une « créativité environnementale » en réponse aux dégradations écologiques, dont il reste encore à cerner les modes de fonctionnement et le statut par rapport aux politiques publiques de soin, des loisirs et du monde des arts vivants.

Les pratiques somatiques ont connu un essor croissant dans le monde de l'art chorégraphique. Que les danseurs usent des somatiques à des fins purement techniques (efficacité et amplitude de mouvement), d'interprétation (gamme de nuances qualitatives du geste) ou encore personnelles (plaisir de se mettre en mouvement, de partager une pratique), tous veulent nourrir leurs connaissances par un ressenti interne reliant ainsi savoirs et savoir-faire. Combien, et comment, l'insertion des pratiques somatiques dans le champ chorégraphique vient-elle poser la question du rapport au monde, déplacer certaines approches de ce qu'il est difficile d'appeler « LE corps », ouvrir à un autre regard sur le rapport au milieu et aux autres ? En d'autres termes, en quoi peuvent-elles être vecteurs de questionnements politiques ? D'ailleurs, cet usage des danseurs est souvent à rapprocher de pratiques sociologiques plus globalement proches des mouvances écologiques. Ainsi, ces pratiques somatiques pourraient s'intégrer dans le développement d'une culture écologique, une culture de la soutenabilité. Cette notion fait référence à l'importance de la culture dans le processus de développement individuel, tant par le rôle constitutif qu'elle joue dans la construction des vies humaines que par le rôle participatif qu'elle tient dans les relations sociales et économiques. Or, la culture se tient au centre du principe de soutenabilité, puisque c'est par elle que notre rapport à la nature et à la communauté humaine se construit et s'opère.

Dans un tout autre contexte, les pratiques somatiques répondent aux nouvelles missions des structures de soin ou d'accompagnement social - qualité de vie, éducation thérapeutique, « autonomie » des personnes en « situation de handicap », art thérapie... Alternatives ou complémentaires, elles s'imbriquent dans un modèle socio-économique du soin en marge du « progrès techno-pharmaceutique » du modèle dominant. Ces pratiques proposent une co-construction du soin, voire de partage des responsabilités : tandis que le praticien propose un soin basé sur le toucher et le dialogue dans la durée, l'expertise du patient sur sa santé y (re)trouve une place tant dans le diagnostic que dans le remède. Dans quelle mesure l'intégration de ces pratiques dans le monde du soin peut-elle participer d'un changement de paradigme qui, plutôt que de travailler sur un corps-objet, introduirait d'emblée la question de la relation, du rapport avec le milieu, des manières de faire et de produire des champs d'expérience autres ? En ce sens, au-delà des singularités de chaque méthode, les pratiques somatiques partagent un certain nombre de principes proposant une approche écologique et notamment leur appréhension holistique du sujet et de son environnement. En effet, elles proposent de mettre au cœur de leur approche les interactions nécessaires à la vie - que cet écosystème soit celui de l'individu (en tant que multiple) ou celui de l'homme et de son milieu, que ces interactions soient avec les humains, les non-humains ou encore les éléments. En cela les pratiques somatiques s'intègrent dans un paradigme écologique de la santé et c'est cette possibilité de cadre théorique qu'il nous semble important de partager.

Pour cela nous avons conçu des journées d'échanges et de pratiques afin de construire des nouveaux espaces de réflexion autour des méthodes somatiques. Chaque journée sera consacrée à l'un des trois grands thèmes proposés : le soin, l'art et le politique - ce qui n'implique pas qu'il n'y ait pas de l'art dans le soin ou du soin dans l'art (et certainement du politique partout) mais que pour éclairer la proposition il nous faut d'abord l'effiler pour ensuite tisser une trame commune.
Chaque matinée sera réservée à 2 heures de pratiques, des pratiques somatiques bien évidemment qui seront suivies d'une conférence plénière afin d'avoir un soma bouillant d'imagination et de propositions à partager lors d'un repas en commun. L'après-midi se consacrera à un premier temps d'exposés sur les liens entre écologie et somatique, invitant au débat afin d'activer de nouveaux cadres conceptuels. Un deuxième temps consacré à des récits d'expériences concrètes qui agissent au cœur de l'environnement social, physique, urbain... seront autant de manière de penser un mouvement qui nous fait traverser des « territoires », une manière de penser les transitions, les interactions.

Pré-programme ci-joint
CYCLE RENCONTRES
28 NOV 14 / 30 NOV 14
64 = 14 - 50, ce que la performance fait à l'art
28-30 novembre 2014, Nantes, organisé par think think think
détail ci-joint
28 novembre / vernissage + performance
29 et 30 novembre / table ronde, activation de documents, projections de films et performances
29 novembre au 20 décembre / exposition de documents originaux de Pierre Restany, Allan Kaprow, Jean-Jacques Lebel
Organisé par : Honolulu, Entre-deux, Room-service, Carole Douillard et Manon Rolland
Avec les interventions (sous réserve) de : Julie Perrin, Janig Bégoc, Cécile Proust, David Zerbib, Rémi Héritier et Marcelline Delbecq,Franz Erhard Walther, Aurélie Ferruel et Florentine Guédon...
Dans un désir de mettre en partage cette première année de recherche et d'enrichir ces réflexions, think think think souhaite mettre en œuvre un moment d'ouverture publique et prend appui comme repère chronologique sur l'année 1964 permettant de poser un regard rétrospectif sur ces cinquante dernières années en lien avec la performance. Cette première ouverture inaugure un cycle de trois années qui traversera une histoire de la performance à travers trois périodes significatives. Table-ronde, activation de documents, performances et projections de films viendront nourrir ces deux jours de séminaires.
http://honolulufr.tumblr.com/
CONFÉRENCE
27 NOV 14 / 28 NOV 14
Panorama des pratiques somatiques, par Isabelle GINOT
27-28 Novembre. Centre national de la danse
Dans le cadre du Forum International Danse et Santé #1 - Danse : entre performance et santé
Le Centre national de la danse organise son premier Forum International consacré à la Santé, grâce au mécénat et à la collaboration du groupe Harlequin Floors.
Pendant deux jours, professionnels français et étrangers viendront échanger, témoigner et apporter leur contribution sur les enjeux et pratiques en matière de santé.
Tables rondes et ateliers permettront d'aborder les questions d'éducation, de nutrition, d'entraînement, de récupération, et de prévention des risques liés à la pratique professionnelle de la danse.
Ce temps fort souhaite confronter les pratiques développées dans plusieurs pays afin de sensibiliser les professionnels de la danse et de contribuer à une médecine mieux adaptée aux spécificités de la danse.

Public
Ce rendez-vous s'adresse aux acteurs du secteur chorégraphique et aux acteurs de la santé. Danseurs, chorégraphes, professeurs de danse, médecins, kinésithérapeutes, ostéopathes, psychologues, spécialistes du mouvement, responsables des institutions chorégraphiques (CCN, ballets de la ROF, écoles supérieures de danse, conservatoires régionaux...), équipes techniques, venez participer à ces rencontres

Programme détaillé ultérieurement.

Tarif : les 2 jours 39 , TR : 32 , préinscription (avant le 20 octobre) : 30 1 jour : 23 , TR : 18
Inscription préalable indispensable
reservation@cnd.fr - 01 41 83 98 98

CONFÉRENCE
25 NOV 14
La réception d'Yvonne Rainer aujourd'hui, par Jacinto LAGEIRA, Julie PERRIN et Chantal PONTBRIAND
25 novembre, 19h, musée du Jeu de Paume, Paris
Dans le cadre de "The Yvonne Rainer Project" au Jeu de Paume, dont vous trouverez le programme ci-joint.
CONFÉRENCE
13 NOV 14 / 15 NOV 14
Les pratiques somatiques : quitter le corps, penser le geste, par Isabelle GINOT
13-14-15 novembre 2014. Marseille, Parc Chanot
Dans le cadre des journées d'études des CMPP « Penser le corps dans tous ses états ». Marseille, Parc Chanot.
Objet d'attentions multiples, toujours présent, parfois au premier plan des demandes reçues en CMPP, le corps, paradoxalement, peine à trouver sa place dans les discours qu'il suscite.
CONFÉRENCE
12 NOV 14
Figures faibles, par Isabelle GINOT
12 Novembre 2014. Centre dramatique national de Montpellier
La conférence présentera quelques pistes de réflexion autour de la mise en scène, et en danse, de "figures faibles", performers et acteurs habituellement assignés à des images de faiblesse sociale : pauvreté, handicap, marginalité sociale.
CONFÉRENCE
07 NOV 14
Rainer Dance : Better late than never, une conférence d'Yvonne RAINER
7 novembre 2014, 16h, université Paris 8, amphi 4 (bâtiment A)
[Le film de la conférence sera prochainement mis en ligne]

Le département danse de l'université Paris 8 Saint-Denis accueille l'artiste américaine Yvonne Rainer : elle donnera une conférence intitulée "Rainer Dance : Better late than never".

Yvonne Rainer est à Paris à l'occasion du "Yvonne Rainer Project" conçu par Chantal Pontbriand qui se décline en quatre lieux :
- "De la Chorégraphie au cinéma" (projections et conférences) au Jeu de Paume :
- "Lives of Performers", une exposition au Centre d'art de la Ferme du Buisson, (Julie Pellegrin et Chantal Pontbriand, co-commissaires)
- "Entretien Yvonne Rainer/Chantal Pontbriand" à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, le 6 novembre 18h, Amphi des Loges
- "Nexus Rainer", un colloque international organisé par Barbara Formis (université Paris 1), Julie Perrin (université Paris 8) et Chantal Pontbriand, le 12 décembre 2014, 13h-20h, au Palais de Tokyo.

contact : julie.perrin@univ-paris8.fr

Yvonne Rainer est née à San Francisco en 1934. À partir de 1957, elle étudie et fréquente les classes de danse moderne à New York et commence à chorégraphier son propre travail en 1960. Elle est membre fondatrice du Judson Dance Theatre en 1962. Ses pièces les plus connues sont Terrain (1963), The Mind Is a Muscle (1968), Continuous Project-Altered Daily (1971), and This is the story of a woman who... (1973).

Entre 1972 et 1996, Yvonne Rainer réalise sept longs-métrages, à commencer par Lives of Performers et plus récemment Privilege (1990), Prix du meilleur réalisateur au Festival de Sundance en 1991, et Prix Geyer Werke au festival International du Documentaire à Munich la même année. MURDER and murder (1996) obtient le Prix Teddy au Festival de Berlin en 1997 et Prix Spécial du jury du Lesbian and Gay Film Festival de Miami en 1999. Ses films traitent de questions esthétiques et sociales, comme le mélodrame, la ménopause, le racisme, la violence politique, l'identité sexuelle et la maladie.

En 2000, Rainer revient à la danse avec After Many a Summer Dies the Swan, produit par la Baryshnikov Dance Foundation. Depuis, elle a réalisé cinq nouvelles chorégraphies, dont RoS Indexical, Spiraling Down et Assisted Living: Do you have any money?. Elle présente régulièrement ses performances sous l'égide de Performa. Les publications d'Yvonne Rainer comprennent Work: 1961-73 (1974) ; The Films of Yvonne Rainer (1989) ; A Woman Who...: Essays, Interviews, Scripts (1999) ; Feelings Are Facts: a Life (2006) et Poems (2011).

Yvonne Rainer a reçu de nombreux prix, dont deux bourses Guggenheim, une bourse MacArthur, plusieurs prix National Endowment, et un prix Yoko Ono. Ses archives sont conservées au Getty Research Institute de Los Angeles.
PUBLICATION
04 NOV 14
Danser en Mai 68
Soirée de lancement mardi 4 novembre 2014, à Micadanses
« Danser en Mai 68 » émane d'une journée de réflexion organisée à Micadanses en octobre 2012 par le groupe de recherche « Histoire contemporaine du champ chorégraphique en France » (Sylviane Pagès, Mélanie Papin et Guillaume Sintès) qui a réuni les témoignages de Catherine Atlani, Odile Azagury, Claire Delaroche et Dominique Dupuy, autour de leur expérience des événements de Mai 68.

Retranscrits dans le présent ouvrage, ils sont enrichis d'entretiens avec Serge Keuten et Jean Guizerix, de contributions de chercheurs en danse et de reproductions d'archives.
Il s'agit en effet d'ouvrir un chantier historique sur le champ de la danse en 1968 jusqu'alors peu étudié et témoigne du développement récent des recherches sur l'histoire de la danse en France.

Cet ouvrage est le fruit d'une collaboration entre Micadanses et le laboratoire « Esthétique, musicologie, danse et création musicale » de l'Université Paris 8.

Il sera disponible à titre gracieux lors de la soirée de lancement, mardi 4 novembre 2014, à Micadanses :
20, rue Geoffroy l'Asnier, 75004 Paris.

Sommaire ci-joint.
RENCONTRE
25 OCT 14
Un samedi avec ex.e.r.ce : recherche / chercher avec Myrto KATSIKI
samedi 25 octobre, 10h - 13h30, CCN de Montpellier
Un samedi par mois, le master ex.e.r.ce met en partage les pratiques, ressources et savoirs générés par son programme pédagogique, au sein d'un groupe de travail. Celui-ci est ouvert à toute personne désireuse de partager ses pratiques et expériences et de les mettre en dialogue avec d'autres.
Après un premier samedi consacré à la notion de durée, ce nouveau rendez-vous, en collaboration avec Myrto Katsiki (chercheuse au département danse de l'Université Paris 8) s'articule autour des processus de recherche. Comment une recherche invente ses outils, ses méthodes ? Il s'agit de témoigner d'une certaine façon d'envisager l'activité de la recherche et d'ouvrir à la réflexion d'un groupe plus large cette question centrale dans un programme de formation tel qu'ex.e.r.ce.
Entrée libre / inscriptions marion pradier 04 67 60 06 76 / m.pradier@ccnmlr.com
SÉMINAIRE
24 OCT 14
Etudes sur les Actions en Public, organisation par Marie BARDET
24 octobre 2014, Institut Gino Germani, Buenos Aires
Coordination de la séance du séminaire du groupe de recherche Etudes sur les Actions en Public, Instituto Investigación Gino Germani, (Gabriel Nardacchione), avec Fleur Courtois-Léger (Belgique) coordonnée par Marie Bardet.
PERFORMANCE
21 OCT 14
LUGAR OTRO, invitée: Marie BARDET
Centro Cultural Matienzo, Buenos Aires, 21 octobre
Participation à l'installation-performance LUGAR OTRO
APPEL à CONTRIBUTION
20 OCT 14
colloque "Eco Somatiques", par Soma&Po
appel à contribution pour le colloque du 8 au 10 décembre 2014 au Centre National de la Danse, Pantin
À l'initiative de « Soma&Po. Somatiques, Esthétiques, Politiques »
Groupe de recherche, laboratoire « Analyse des discours et pratiques en danse »
Université Paris 8 Saint-Denis Vincennes

Les « pratiques somatiques » sont un ensemble de pratiques corporelles dont l'émergence en Occident commence au tournant du 20e siècle, et qui continuent à se développer jusqu'à aujourd'hui. Les initiateurs de ces méthodes argumentent le développement des méthodes d'éducation somatique comme une réponse directement issue des problèmes environnementaux causés par l'industrialisation grandissante des pays occidentaux et l'impact de ces changements sur les modes de vie (Gindler, Todd, Feldenkrais). L'urbanisation, les problèmes de pollutions, l'accélération des rythmes de vie et du rendement du travail modifient le quotidien des individus dont la qualité de vie en terme de corporéité se dégrade aussi vite que leur environnement. Dès ces débuts on peut proposer de construire une histoire de ces pratiques en regard d'une « contreculture verte », même si sa pratique actuelle en France, et dans l'ensemble des société post-industrielles, s'est normalisée au sein du vaste marché du « bien-être » récupérant au passage les pratiques corporelles orientales (yoga, taï-chi, qi qong...). En effet, les pratiques somatiques s'apparentent à ce qu'on pourrait appeler une « créativité environnementale » en réponse aux dégradations écologiques, dont il reste encore à cerner les modes de fonctionnement et le statut par rapport aux politiques publiques de soin, des loisirs et du monde des arts vivants.

Les pratiques somatiques ont connu un essor croissant dans le monde de l'art chorégraphique. Que les danseurs usent des somatiques à des fins purement techniques (efficacité et amplitude de mouvement), d'interprétation (gamme de nuances qualitatives du geste) ou encore personnelles (plaisir de se mettre en mouvement, de partager une pratique), tous veulent nourrir leurs connaissances par un ressenti interne reliant ainsi savoirs et savoir-faire. Combien, et comment, l'insertion des pratiques somatiques dans le champ chorégraphique vient-elle poser la question du rapport au monde, déplacer certaines approches de ce qu'il est difficile d'appeler « LE corps », ouvrir à un autre regard sur le rapport au milieu et aux autres ? En d'autres termes, en quoi peuvent-elles être vecteurs de questionnements politiques ? D'ailleurs, cet usage des danseurs est souvent à rapprocher de pratiques sociologiques plus globalement proches des mouvances écologiques. Ainsi, ces pratiques somatiques pourraient s'intégrer dans le développement d'une culture écologique, une culture de la soutenabilité. Cette notion fait référence à l'importance de la culture dans le processus de développement individuel, tant par le rôle constitutif qu'elle joue dans la construction des vies humaines que par le rôle participatif qu'elle tient dans les relations sociales et économiques. Or, la culture se tient au centre du principe de soutenabilité, puisque c'est par elle que notre rapport à la nature et à la communauté humaine se construit et s'opère.

Dans un tout autre contexte, les pratiques somatiques répondent aux nouvelles missions des structures de soin ou d'accompagnement social - qualité de vie, éducation thérapeutique, « autonomie » des personnes en « situation de handicap », art thérapie... Alternatives ou complémentaires, elles s'imbriquent dans un modèle socio-économique du soin en marge du « progrès techno-pharmaceutique » du modèle dominant. Ces pratiques proposent une co-construction du soin, voire de partage des responsabilités : tandis que le praticien propose un soin basé sur le toucher et le dialogue dans la durée, l'expertise du patient sur sa santé y (re)trouve une place tant dans le diagnostic que dans le remède. Dans quelle mesure l'intégration de ces pratiques dans le monde du soin peut-elle participer d'un changement de paradigme qui, plutôt que de travailler sur un corps-objet, introduirait d'emblée la question de la relation, du rapport avec le milieu, des manières de faire et de produire des champs d'expérience autres ? En ce sens, au-delà des singularités de chaque méthode, les pratiques somatiques partagent un certain nombre de principes proposant une approche écologique et notamment leur appréhension holistique du sujet et de son environnement. En effet, elles proposent de mettre au cœur de leur approche les interactions nécessaires à la vie - que cet écosystème soit celui de l'individu (en tant que multiple) ou celui de l'homme et de son milieu, que ces interactions soient avec les humains, les non-humains ou encore les éléments. En cela les pratiques somatiques s'intègrent dans un paradigme écologique de la santé et c'est cette possibilité de cadre théorique qu'il nous semble important de partager.

Pour cela nous avons conçu des journées d'échanges et de pratiques afin de construire des nouveaux espaces de réflexion autour des méthodes somatiques. Chaque journée sera consacrée à l'un des trois grands thèmes proposés : le soin, l'art et le politique - ce qui n'implique pas qu'il n'y ait pas de l'art dans le soin ou du soin dans l'art (et certainement du politique partout) mais que pour éclairer la proposition il nous faut d'abord l'effiler pour ensuite tisser une trame commune.
Chaque matinée sera réservée à 2 heures de pratiques, des pratiques somatiques bien évidemment qui seront suivies d'une conférence plénière afin d'avoir un soma bouillant d'imagination et de propositions à partager lors d'un repas en commun. L'après-midi se consacrera à un premier temps d'exposés sur les liens entre écologie et somatique, invitant au débat afin d'activer de nouveaux cadres conceptuels. Un deuxième temps consacré à des récits d'expériences concrètes qui agissent au cœur de l'environnement social, physique, urbain... seront autant de manière de penser un mouvement qui nous fait traverser des « territoires », une manière de penser les transitions, les interactions.


Conditions de soumission
Les propositions de contribution présenteront des recherches touchant aux pratiques somatiques, corporelles, gestuelles ou dansées dans leur relation à l'environnement, et selon au moins l'un des trois axes (art, soin, politique) du présent appel.
Les conférences formelles auront une durée de 20 minutes suivies d'un échange avec la salle de 10 min.
Les propositions sont à envoyer sous forme de résumé (environ 300 mots), accompagnés d'un bref CV (une page maximum), avant le 20 octobre 2014 à l'adresse nm.collectif@gmail.com, réponses données le 31 octobre.
Toutes les interventions donneront lieu par la suite à une publication dans la revue Mobiles, collection Arts 8 L'Harmattan. Les journées seront filmées et un DVD sera édité.
Comité organisateur
Bottiglieri Carla (Université Paris 8)
Clavel Joanne (Université Paris 8, Muséum National d'Histoire Naturelle)
Ginot Isabelle (Université Paris 8)
Collectif Natural Movement
Comité scientifique
Bardet Marie (Université Paris 8, Université de Buenos Aires)
Bottiglieri Carla (Université Paris 8)
Clavel Joanne (Université Paris 8, Muséum National d'Histoire Naturelle)
Ginot Isabelle (Université Paris 8)
Salvatierra garcía de Quirós Violetta (Université Paris 8)
RENCONTRE
18 OCT 14
Rencontre aux 4 coins de la danse, avec Irène Filiberti, Mahalia Lassibille, Salia Sanou, Valérie Baran
samedi 18 octobre 2014 à 18h, Au Tarmac (159 avenue Gambetta - 75020 Paris)
en entrée libre sur réservation au 01 43 64 80 80
À l'occasion du spectacle Clameur des arènes de Salia Sanou que nous accueillons du 14 au 18 octobre 2014, nous vous convions à la rencontre exceptionnelle Aux 4 coins de la danse.
Autour d'une table ronde et d'un montage réalisé par la Cinémathèque de la Danse, nous proposons d'élargir nos connaissances et de découvrir la création chorégraphique contemporaine africaine, des figures historiques marquantes jusqu'au renouveau artistique actuel : Germaine Acogny, Irène Tassembédo, Seydou Boro, Salia Sanou, Serge Aimé Coulibaly, Faustin Linyekula...
avec Irène Filiberti (modératrice), Mahalia Lassibille (anthropologue de la danse / Paris 8), Salia Sanou (chorégraphe), Valérie Baran (directrice du TARMAC)
COMMUNICATION
15 OCT 14 / 17 OCT 14
Le spectacle du handicap. Un amateur hors normes, par Isabelle GINOT
15-16-17 octobre , université Poitiers
Journées d'études « Corps (in)croyables. La pratique amateur en danse contemporaine », université de Poitiers. Avec la participation de plusieurs membres de l'équipe de Paris 8 : Joanne Clavel, Isabelle Ginot, Isabelle Launay, Axelle Locatelli...
Organisation : Université de Poitiers : Michel Briand et Isabelle Lamothe
Compagnie Alice de Lux : Claire Servant et Matthieu Doze
Direction Régionale des Affaires Culturelles Poitou-Charentes
Ces journées d'études visent à montrer en quoi la pratique amateur en danse contemporaine peut être reconnue désormais comme un objet fondamental, sur le plan théorique et pédagogique, philosophique et anthropologique, esthétique et politique, artistique et éthique... La notion d'« amateur » semble ainsi propre à interroger, voire troubler, d'autres catégories, comme celle de professionnel, artiste, voire citoyen, tout en associant à la pratique artistique, avec un accent supplémentaire, tous les enjeux cruciaux qui
concernent le corps dansant, l'engagement, le plaisir, etc.
Le titre « corps (in)croyables » repose sur une observation : les corps d'amateurs dansants, souvent, d'âge, de genre, d'apparence, de statut social variés, ne sont pas des corps « incroyables », ils ne sont ni virtuoses, ni exceptionnels, toujours triomphants ou tragiques, surhumains ou en représentation, ils sont simplement « croyables », ordinaires, directs, quotidiens, humains, présents, vrais. Cependant, lors du travail en studio, dans la pratique d'expérimentation, comme sur la scène spectaculaire, ou dans ce qui peut en tenir lieu pendant le temps de la performance ou de la formation, où qu'elle se passe, ils peuvent devenir extra-ordinaires, comme issus de l'ordinaire et, du fait même de leur passage à la scène, mais aussi simplement au studio, suprêmement originaux, surprenants, encore « présents », mais d »une autre manière. D'où une ambiguïté, une incertitude dynamique qui demande non seulement à être interrogée mais aussi, comme elle l'est d'ailleurs souvent désormais, dans divers dispositifs relevant d »une politique culturelle, locale ou nationale, promue, défendue, dans des institutions ou hors-institution, dans le monde associatif, ou encore dans l'engagement même des artistes et créateurs.

CONFÉRENCE
15 OCT 14
La pratique de Deborah Hay, par Myrto KATSIKI
15 octobre 2014, 14h-16h, à KLAP - Maison pour la danse, Marseille
Conférence sur la pratique de Deborah Hay et le processus d'adaptation dans le cadre du Solo Performance Commissioning Project à partir du solo Pu (2006) de Laurent Pichaud.

Dans le cadre de la Formation nationale des personnes ressources pour l'éducation à la culture chorégraphique : « Tramer l'approche d'une création : quelles médiations à l'œuvre ? », organisée par le CND et Klap - Maison pour la danse, 14-17 octobre 2014.
JOURNÉE D'ÉTUDE
27 SEP 14
Danse, mémoires à l'oeuvre
27 septembre 2014, Palais du Commerce, Lyon
Journée d'étude organisée par Claudia Palazzolo et Guillaume Sintès, avec le soutien du laboratoire Passage XX-XXI (Université Lyon 2) et de la Biennale de la Danse

9h15 : Accueil
09h30 : Introduction
Claudia Palazzolo, Université Lyon 2
Martine Boyer-Weinman, directrice de Passages XX-XXI

Session 1 : Mémoire des processus
Modérateur : Guillaume Sintès, Université Paris 8
10h00 : Axelle Locatelli, Université Paris 8
Partitions de cinétographie et transmission : pour quelle pensée de l'œuvre en danse ?
10h30 : Gretchen Schiller, Université Grenoble 3
Les processus mnémoniques et la migration du geste vécu : les sujets et objets chorégraphiques de William Forsythe.
11h00 : Pause
11h15 : Laetitia Doat (Université Lille 3) et Cathy Grouet (Cie Synopsie)
Danses d'hier au présent (conférence dansée).
12h15 : Discussions
12h45 : Déjeuner

Session 2 : Mémoire des œuvres
Modératrice : Paule Gioffredi, Université Lyon 2
14h30 : Marie Quiblier, Université Rennes 2
De l'usage des termes : pour une typologie de la reprise en danse.
15h00 : Aline Jaulin, Université Paris 7
La reprise, un révélateur éthique. L'exemple du "Dernier Spectacle" de Jérôme Bel.
15h30 : Pause
16h00 : Ivola Demanges, Université Lyon 2
A propos de "Parades and changes" d'Anna Halprin (avec les étudiants de l'Université Lyon 2)
COLLOQUE
26 SEP 14 / 27 SEP 14
La « contemporanéité » dans les pratiques scéniques en danse et en musique : regards croisés entre l'Afrique et l'Asie du Sud
vendredi 26 et samedi 27 septembre 2014 Université de Nice Sophia-Antipolis - Campus Carlone
Colloque international organisé par Antoine BOURGEAU (musicien, chargé de cours Université de Nice Sophia Antipolis), Federica FRATAGNOLI (MCF Université de Nice Sophia Antipolis), Mahalia LASSIBILLE (MCF Université Paris 8)
Programme détaillé ci-joint.
FORMATION
25 SEP 14 / 26 SEP 14
Soutenances publiques du DU « Techniques du corps et monde du soin »
25-26 septembre 10h-15h, Université Paris 8, studio de danse (A1 163)
FORMATION
22 SEP 14
Programme 2014-2015 du département danse
Ci-joint la brochure 2014-2015.
FORMATION
30 MAR 14 / 05 SEP 14
Dépôt de candidature 2014-2015
REOUVERTURE du dépôt de candidature du 1er au 5 SEPTEMBRE.

Le dépôt de candidatures en licence 3, en master 1, en master 2 au Département DANSE, au titre de l'année universitaire 2014/2015 est ouvert : du 30 mars au 30 mai 2014 sur le site Internet de l'Université Paris 8
<http://admission.univ-paris8.fr>
déposer maintenant votre candidature sur ce site, puis imprimer la première page du dossier de candidature et l'envoyer au secrétariat avec 2 enveloppes timbrées et votre adresse.
Si vous déposez votre candidature en M1 vous ajoutez en plus votre projet de recherche avec bibliographie (3-4 pages), que vous envoyez ou déposez au secrétariat avec la première pages de votre dossier.

PUBLICATION
15 JUL 14
Revue "Recherches en danse" en ligne
revue de l'association des Chercheurs en Danse
La revue "Recherches en danse" de l'aCD est désormais en ligne avec ses deux premiers numéros : "Etre chercheurs en danse" et "Savoirs et métiers : l'interprète en danse".
"Recherches en danse" est publiée sur la plateforme revues.org grâce au soutien d'Open Edition et du Cléo, Centre pour l'édition électronique ouverte. http://danse.revues.org/193

De nombreux chercheurs ont contribué à ces numéros, parmi lesquels plusieurs membres du laboratoire d'analyse des discours et pratiques en danse.
CYCLE RENCONTRES
04 JUL 14 / 06 JUL 14
What for Juillet : autour de la pratique du spectateur, avec Fabienne COMPET, Laurent PICHAUD, Julie PERRIN, Rémy HERITIER,
Le Studio de danse du Cap15 est un lieu de pratiques chorégraphiques et corporelles.
Le collectif d'artistes réuni autour de cet espace propose des laboratoires de recherche, des événements, des cours et des stages de formation

trois jours de recherche autour de la pratique de spectateur

What for juillet, le 4
nous, spectateurs, ce que l'on sait déjà de ces histoires de danses,
avec Rémy Héritier et Laurent Pichaud : Les jeux choregraphiques

What for juillet, le 5
nous, spectateurs, comment les oeuvres nous élaborent, comment nous élaborons les oeuvres
avec Julie Perrin : une conférence inspirée de son livre « Figures de l'attention" (presses du réel, 2012)

What for juillet, le 6
nous, spectateurs, zoom sur une oeuvre avec Fabienne Compet : une invocation/convocation à Trio A d'Yvonne Rainer

entrée libre et gratuite / pour tous renseignements : 0670311358 ou

w w w . s t u d i o d e d a n s e c a p 1 5 . b l o g s p o t . f r
PERFORMANCE
21 JUI 14 / 22 JUI 14
Jeux chorégraphiques, par Rémy Héritier et Laurent Pichaud, avec Matthieu Doze et Julie Perrin.
21 & 22 juin 2014, Théâtre de la cité internationale, Paris
Laurent Pichaud et Rémy Héritier expérimentent depuis plusieurs années les Jeux chorégraphiques dans différents contextes privés ou pédagogiques. Ils décident aujourd'hui d'en proposer une forme spectaculaire.
Dans ces Jeux, inspirés de ceux de l'OuLiPo, des « experts » de la danse et le public sont mis au défi d'identifier un style, une esthétique, à partir d'extrait dansé, écrit ou inventé pour l'occasion. L'enjeu n'étant pas vraiment de « tomber juste » mais d'exposer ses outils d'analyse et d'emmener les autres joueurs et joueuses dans une réflexion collective. Car c'est de cela dont il est question ici : débusquer les préjugés, questionner nos a priori, trouver de nouveaux angles de vue, de réflexion... et « oser » parler de danse.
SOUTENANCE DE THÈSE
10 JUI 14
Devenir(s) contemporains, par Maria Helena PINTO
10 juin 2014 à 14h, université Paris 8, salle des thèses
Soutenance de thèse, pour obtenir le grade de Docteur de l'Université Paris 8
Présentée et soutenue publiquement par : Maria Helena PINTO

Titre: DEVENIR(S) CONTEMPORAINS - "Emergence et évolution de la figure du danseur contemporain mozambicain. D'après les trajets, les discours, les œuvres et leur réception localement et à l'étranger"

Directrices de thèse : Madame Isabelle GINOT, Madame Mahalia LASSIBILE

Jury :
Mme Isabelle GINOT, Professeur au Département Danse de l'Université de Paris 8.
M. Amos FERGOMBE, Professeur en Arts du Spectacle à l'Université à d'Artois.
Mme Mahalia LASSIBILLE, Maître de conférences au Département Danse de l'Université de Paris 8.
Mme Georgiana WIERRE-GORE, Professeur en anthropologie de la danse à Université Blaise Pascal à Clermont Ferrand.
CONFÉRENCE
05 JUI 14
Le chorégraphique traversé par la photographie, par Julie PERRIN
5 juin 2014, 20h, Musée de la danse, Rennes
L'art photographique influe de bien des façons sur la construction du corps et de la danse. Cette conférence s'intéressera surtout à la façon dont l'idée de la photographie fait intrusion dans les conceptions de la composition en danse. A partir de quelques exemples chorégraphiques traversés par la photographie - Yvonne Rainer, Boris Charmatz, Vincent Thomasset... - s'ouvrira une réflexion sur le temps, sur l'image, le flux et le regard.
SÉMINAIRE
12 NOV 13 / 03 JUI 14
Séminaire 2013-2014 de l'unité de recherche Esthétique, musicologie, danse et création musicale
12 nov, 21 janv, 29 avril, 3 juin, université Paris 8
Mardi 12 novembre, 18h, A0162 : Pascale Criton (Art&fact), Makis Solomos (Paris 8)
Hétérotopies sonores et écologies du son

Mardi 21 janvier, 18h, A0162 : Pierre Michaud (Université de Montréal), Anne Sedes (Paris 8)
Musique mixtes, méthodologie de la recherche et création

Mardi 29 avril, 18h, A0165 : Jean-Paul Olive, Alvaro Oviedo (Paris 8)
Filmer le geste instrumental. Une expérience à partir des Bagatelles pour quatuor à cordes de Webern

Mardi 3 juin, 18h, A0165 : Joël Heuillon (Paris 8), Françoise Graziani (Université de Corté), Giordano Ferrari (Paris 8), Veronica Onetto (soprano)
La petite forme vocale, comme laboratoire d'écriture


Unité de Recherche Esthétique, musicologie, danse et création musicale (E.A. 1572)
Université Paris 8
2, rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

Contact : musique@univ-paris8.fr


PERFORMANCE
05 MAI 14 / 28 MAI 14
Interprétation de danses duncaniennes, par Laetitia DOAT
5 mai à partir de 17h, 21 mai à partir de 12h30, 28 mai à partir de 17h
participation au CHEMIN DES RENCONTRES organisé dans le cadre des manifestations pour les quarante ans du centre d'études féminines et de genre de l'université Paris 8
JOURNÉE D'ÉTUDE
23 MAI 14
Relire les années 1970 : les forces militantes - Institutionnalisation, syndicalisme et critique en danse
23 mai 2014, Centre national de la danse, Pantin
Cette journée organisée par le Groupe de recherche d'Histoire contemporaine du champ chorégraphique en France avec le soutien du Laboratoire d'analyse des discours et pratiques en danse - Université Paris 8 et en partenariat avec le Centre national de la danse, se déroulera le 23 mai prochain. Elle vient clore le cycle "Relire les années 1970" engagé à l'automne 2012.

Interventions de Marianne Filloux-Vigreux, Patrick Germain-Thomas, Ninon Prouteau-Steinhausser, Guillaume Sintès et projection d'un entretien avec Mireille Delsout.

Programme ci-joint.
CONFÉRENCE
22 MAI 14
Extase et nudité en danse, par Katarina VAN DYK
22 mai à la Faïencerie à Creil
Conférence introductive à la pièce de Tatiana Julien "La Mort et l'extase"
Cette conférence destinée aussi bien à un public non initié qu'à celui plus familier de danse contemporaine questionnera le nœud complexe qu'entretient nudité et extase au sein du spectacle chorégraphique (depuis la modernité) au travers de notre culture philosophique et esthétique. Elle vise ainsi à mettre en perspective le processus de création de la chorégraphe Tatiana Julien dans La Mort et l'extase à partir de sa lecture initiale de L'Erotisme de Georges Bataille.
CONFÉRENCE DANSÉE
15 MAI 14
Lire le Troisième boléro, par Valeria Giuga, avec Stéfany Ganachaud, Agathe Pfauwadel, Françoise Michel et Julie Perrin
15 mai, 19h, Conservatoire de Paris, salle d'art lyrique. 209, avenue Jean-Jaurès - 75019 Paris
Valeria Giuga,conception, relecture de la partition Laban
Stéfany Ganachaud et Agathe Pfauwadel,transmission du travail d'Odile Duboc
Françoise Michel, conception et création lumière
Musique de Maurice Ravel
Réservations à partir du 2 mai reservation@cnsmdp.fr

Trois boléros d'Odile Duboc et Françoise Michel a été créé en 1996 à La Filature, Scène nationale de Mulhouse.
En s'inspirant d'un texte de Vladimir Jankélévitch évoquant le Boléro de Ravel, Odile Duboc décide de se confronter à cette célèbre partition. Trois versions chorégraphiques voient alors le jour pour dix, deux et vingt et un interprètes, accompagnées de trois orchestrations successives de Pierre Monteux, Sergiu Celibidache et Pierre Boulez.
La troisième version de Trois boléros est la seule pièce d'Odile Duboc et Françoise Michel à avoir été notée en cinétographie Laban par Patricia Marie.
SÉMINAIRE
04 NOV 13 / 12 MAI 14
Séminaire des doctorants 2013-2014
lundis 10h-17h : 4 nov., 25 nov., 3 mars, 12 mai, Université Paris 8, studio ou autre salle
Dans le "séminaire des doctorants", les doctorants exposent l'avancée de leur recherche en 45 minutes environ, suivi d'un échange avec les membres du laboratoire.
Le séminaire est ouvert aux personnes extérieures au laboratoire, sur réservation auprès d'Axelle Locatelli axelle.lo@neuf.fr qui pourra vous fournir le détail des journées et les informations pratiques précises.
Ci-joint le programme.
RENCONTRE
29 AVR 14
Conversation entre Anne Teresa De Keersmaeker, Bojana Cvejic et Julie Perrin
29 avril 2014, 18h, Théâtre de la Ville, Paris
A l'occasion de la parution de l'ouvrage CARNETS D'UNE CHORÉGRAPHE / EN ATENDANT, CESENA 2e volume.

Dans ce deuxième volume de ses Carnets, la chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker poursuit ses entretiens avec Bojana Cvejic, théoricienne des arts de la scène et musicologue. Les deux femmes ouvrent grand les fenêtres et passent en revue dans le détail les principes, les techniques, les concepts qui ont présidé à l'élaboration du récent diptyque de la chorégraphe (En Atendant et Cesena, le second volet étant cosigné par Björn Schmelzer et scénographié par Ann Veronica Janssens). Ces deux spectacles ont en commun l'exploration du répertoire de l'Ars subtilior, fine pointe du raffinement musical à la fin du XIVe siècle. Le format singulier du « carnet », où se mêlent librement le récit, l'analyse et la documentation, permet de prolonger le travail accompli dans le précédent ouvrage, consacré à l'analyse des œuvres de jeunesse d'Anna Teresa De Keersmaeker (Carnets d'une chorégraphe. Fase, Rosas danst Rosas, Elena's Aria et Bartók, Rosas et Fonds Mercator, 2012). Les œuvres et le discours de l'artiste se sont enrichis dans l'intervalle de toutes les subtilités d'un style et d'une poétique parvenus à maturité. On mesurera le chemin parcouru en trente années de création artistique, et la diversité des registres de réflexion convoqués.

Cette rencontre est gratuite mais la réservation est obligatoire.
Inscrivez-vous en envoyant votre nom, prénom & le nombre de places souhaité par e-mail à l'adresse suivante : amosca@theatredelaville.com
CONFÉRENCE DANSÉE
26 AVR 14
Présence(s) du divin dans la danse moderne et contemporaine, par Laetitia DOAT et Federica FRATAGNOLI
Les Brigittines, Bruxelles, le 26 avril 2014, 17h
PERFORMANCE
28 FEV 14 / 12 AVR 14
La part du rite, de Latifa Laabissi, avec Latifa LAABISSI et Isabelle LAUNAY
28 février, Laboratoires d'Aubervilliers ; 12 avril, Théâtre de la cité universitaire
Avec La part du rite, nous assistons à un exposé d'Isabelle Launay (enseignante-chercheuse en danse) sur les questions posées à l'art par les pratiques des danses amateurs dans l'Allemagne des années 20. Dans un dispositif scénographique conçu par Nadia Lauro, Latifa Laâbissi règle une partition qui perturbe d'emblée le discours et dans un corps à corps, elle manipule, agit, secoue, modèle sans relâche ni ménagement le corps de la conférencière, entrechoquant images et discours. Théorie et pratique se mêlent pour former un discours altéré, troué, construisant un récit disparate et poétique.
C'est donc dans un récit altéré qu'Isabelle Launay évoque notamment trois projets d'artistes en danse, Rudolf Laban, Martin Gleisner et Jean Weidt, dont les esthétiques et politiques furent fort différentes. S'il s'agit pour l'art, comme y appelait déjà Rimbaud, de « plonger dans l'inconnu pour trouver du nouveau» , comment l'expérience du mouvement, l'exploration du monde sensible peuvent se faire à cette époque moyens de transformation du monde ? Une des questions centrales de l'art et particulièrement en danse de ce début du siècle ne serait-elle pas d'articuler non sans difficultés rêve et éveil, régression et révolution, somatique et politique, puissance magique et puissance critique, primitif et contemporain, jeu enfantin et savoir de la tradition ? A défaut de quoi, l'art produirait des « oeuvres,» des bibelots (Carl Eistein), ou encore des « médicaments» qu'on vient chercher pour soigner une maladie avouable de la bourgeoisie cultivée (Bataille), et non une force agissante, une image-acte qui ne laisse indemne ni l'objet ni le sujet. C'est aussi pourquoi on peut dire aussi que l'art est un jeu assez dangereux qui peut vite être celui d'apprentis-sorciers.

DISTRIBUTION
Conception : Latifa Laâbissi
Interprétation : Isabelle Launay, Latifa Laâbissi
Dispositif scénographique : Nadia Lauro
Durée : 40 minutes
SÉMINAIRE
10 AVR 14
Décrire l'extase d'Isadora Duncan est-il possible? Réflexions à partir de témoignages, d'images et de quelques exercices proposés aujourd'hui par ses "descendantes", par Katharina VAN DYK
10 avril 2014, CNRS d'Ivry : 27 rue Paul Bert, 94204 Ivry-sur-Seine, Salle A ; 9h30-12h/13h
Dans le cadre de : Atelier "La danse comme objet anthropologique", co-animé par Michael Houseman (CEMAF-Ivry, UMRS 8171 CNRS/PARIS 1/EPHE/Université de Provence) et Georgiana Wierre-Gore (ACTé, EA 4281, Université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand 2).
CYCLE RENCONTRES
24 MAR 14 / 28 MAR 14
Semaine des arts - 3e édition
UFR Arts, esthétique et philosophie. Université Paris 8 Saint-Denis
Programme détaillé joint.
Expositions, performances, conférences, débats, projections, tables rondes réunissant artistes, étudiants et chercheurs : une semaine à l'université Paris 8 où tous les départements de l'UFR "Arts, philosophie et esthétique" échangent et présentent leur façon de créer et chercher.
Les archives des différentes éditions sont disponibles ici : http://www-artweb.univ-paris8.fr/spip.php?rubrique422
En ouverture des journées, des forums sur les thèmes suivants :
1.Lundi 24 : Du centre expérimental de Vincennes au Centre Universitaire des Arts - à travers les méandres de la raison universitaire
2.Mardi 25 : Enjeux pédagogiques décisifs à l'heure de la normalisation des diplômes
3.Jeudi 27 : Réflexions sur des structures d'emploi à imaginer pour favoriser l'intégration d'artistes en université
4.vendredi 28 : Des thèses sur oeuvre

Du côté de la danse, signalons

> les Cours sauvages de l'histoire de l'art indomptée d'Alain Michard
Salle A0 181 de 15 h à 18 h
Du 24 au 28 mars
Ces « cours sauvages » sont basés sur la notion d'Histoire de l'art collective. Il s'agit de «pratiquer les oeuvres», c'est à dire d'en proposer des interprétations, d'en faire le récit, visuel, performatif, écrit, parlé. Cela en vue de les transmettre, de les faire circuler d'un corps à l'autre, d'une mémoire à l'autre, afin de construire une Histoire de l'art commune.
Ce Work in progress est un geste collectif. Les oeuvres dont il sera question auront en commun de «représenter» ce qui échappe à l'historiographie officielle. L'atelier ouvert toute la journée en continu accueillera le public, sous forme d'exposition permanente.

> Cultiver l'art du repos 1 par Isabelle Ginot
Studio Danse - Tous les jours, 13h-14h15, sauf Amphi Y le jeudi 13h-14h15
Les artistes cherchent des ressources pour la création dans les techniques de conscience et de pratiques corporelles qui sont aussi des pratiques de soin de soi-même. Toute la semaine, I.Ginot ouvre un atelier mouvement «Feldenkrais», où tout le monde est bienvenu, et particulièrement les personnels B/IATOSS, travailleurs et créateurs de l'université, avec qui nous espérons partager l'art du repos. Feldenkrais est une pratique douce accessible à tous qui invite à réorganiser les automatismes du geste, à partir d'une pensée du « repos » mais aussi de l'invention de nouvelles stratégies d'action.

> paysa-Je-corps
Lundi 24 mars - Studio danse 14h30-15h30
Participants : A. Guayamares et D. Alvarez
Court-métrage documentaire réalisé par : A. Guayamares. Projet : D. Alvarez Photographies : A.
Arozena. Dans un paysage inhabituel, à environ 45 Km au nord de Lima au Pérou des adolescents créent des langages avec leur corps et leur imagination. Ils dessinent dans l'espace et tracent des nouveaux paysages. Ce film naît d'un projet qui a été conçu en deux parties : l'atelier chorégraphique et le film documentaire. Le film est la continuation des propositions de l'atelier, l'improvisation et le rapport au quotidien des jeunes sont donc en symbiose avec leur sensibilité créatrice.

> Voir une danse - Décrire et interpréter Isadora Duncan par Laetitia Doat
mardi 25 mars - Studio de danse 14h 30-16h Voir une danse.
Décrire et interpréter Isadora Duncan Laetitia Doat. Comment voir la danse d'Isadora Duncan (1877-1927) à partir de dessins et de photographies ? Cette conférence, animée en gestes, en paroles et en images, proposera une étude du mouvement de cette danseuse américaine qui fascina le Paris de la Belle Époque et fut croquée par des artistes aussi célèbres que Rodin, Bourdelle, Carrière ou Steichen... Une manière d'interroger les liens ténus entre les arts et de goûter à une danse aujourd'hui disparue.

> Mouvement continu des Obstiné.e.s organisé par Anacrouse, l'association des étudiants en danse.
Mardi 25 mars. En bas de l'escalator, côté bât. A, de 11h à 19h
Cet événement propose de poursuivre l'élan donné par la première édition organisée lors de la deuxième Semaine des Arts, qui a marqué à la fois les étudiants du département Danse et les passants-spectateurs-participants de la Semaine.
Une journée complète d'interventions en mouvement, se relayant sans interruption. Un mouvement continu auquel se grefferont les passants, en écho à la Ronde Infinie des Obstinés. Un esprit de partage et de solidarité entre les étudiants, avec un public passant par là, à surprendre et à inviter.

> Le Cap de Pauline Le Boulba(lauréate d'un contrat doctoral Labex Arts-H2H)
& Anne-Lise Le Gac
mercredi 26 mars - Studio-théâtre 13h 30-14h30
Autour de l'injonction Performer la critique dans les pratiques chorégraphiques, j'ai invité l'artiste Anne-Lise Le Gac à intervenir à mes côtés lors de performances. Initiée il y a un an, cette conversation s'avère être un terrain fructueux pour nos recherches respectives et tente de dégager en creux une réflexion sur la relation regardant-regardé dans le champ chorégraphique. Ce rendez-vous pendant la Semaine des Arts se veut le premier d'une série intitulée Le cap où nous mettrons en regard nos préoccupations actuelles.

> Labodanse : Un incubateur de recherche interactive en danse, neuroscience et nouvelles technologies
Mercredi 26 mars - Amphi Y 9h30-11h
Un projet soutenu par le Labex Arts-H2H.
Par A. Bachrach et M. Gourfink. Une collaboration innovante entre des chercheurs en neurosciences cognitives, une chorégraphe et des spécialistes en Interaction Homme-Machine, pour former une plate-forme partagée pour la captation en temps réel de mesures physiologiques et neurophysiologiques des interactions danseurdanseur et danseur-spectateur. Cette plate-forme
servira à étudier les processus cognitifs qui soustendent la production et la réception artistiques, ainsi que comme outil de recherche et composition chorégraphique. Ce projet est centré sur l'univers chorégraphique développé par M Gourfink.

> Rencontres focus caraïbes
Mercredi 26 mars - Studio danse 14h30-16h30 Avec AKD Studio Prod : www.akdstudioprod.com Et
La Cie Afro-Ka'Danse : www.afrokadanse.com
Cette rencontre présentera le travail de K. Dunham, chorégraphe afro-américaine et de L Blou fondatrice de la techni'Ka Chorégraphe Guadeloupéenne. Expo photo «Ainsi Danse», Extrait «d'A ma Zone!», Conférence-dansée et initiation sur les danses contemporaines des Caraïbes.
Intervenants : S. Fairfort, C. de Rougemont, A. Corcho, J. Fairfort, L. Tabar et S. Courtaux. Avec le soutien du FSDIE.

> Sigiles
Jeudi 27 mars - Amphi 4, 13h-14h
S Pasco et F Rodríguez. Performance-jeu pour quatre musiciens, cinq danseurs et un graphiste.
Mise en place d'un jeu pour faire le lien entre le langage écrit et le langage improvisé en danse et en musique en passant par le biais du graphisme. Les compositions graphiques réalisées sur l'instant font résonner des actions ou des événements sonores. Le jeu est le reflet d'une
micro-société, par l'organisation des différents éléments et par l'application de certains principes subversifs qui viennent bousculer et réorganiser cette micro-société.

> Ensemble Ouvert, un projet de libre-échange entre artistes consentants de Silvy Panet-Raymond, artiste interdisciplinaire montréalaise, enseignante invitée, département de danse, Paris 8.
Jeudi 27 mars - Studio danse 10h-17h
À la fois labo-chantier et scèneplateforme, ce projet évolutif explore des procédés de collaboration et de transmission entre artistes de toutes disciplines. Soyez témoin ou participez à ces créations hybrides, en direct ou en différé. Des étudiant(e)s du département Danse de Paris 8, de la faculté des beaux-arts de l'Université Concordia de Montréal, d'artistes dont des artistes résidents de la Cité internationale des Arts. Avec le soutien de l'Université Concordia de Montréal.

> Le Flux
jeudi 27 mars Studio théâtre 13h 30-14h
Par C.Cottier, J.Dondzi?o, M.Schons, N.Smaali,S.Gineau, Miss God, M. Bertrand, Costumes : E.Horosz.
Le Flux, projet de danse, est une plateforme où des singularités de danseurs se croisent au service du spectacle et d'une expérience unique. en s'inspirant de l'eau, de sa capacité de changement d'état. En hommage à Odile Duboc, et sous le signe d'Héraclite « une seule chose est constante, permanente, c'est le changement ».

> Mises en récit
Rencontre avec Eric Didry et Enora Rivière. (avec Julie Perrin)
jeudi 27 mars - Studio théâtre 15h-17h
Par quels protocoles le metteur en scène Eric Didry et la chorégraphe Enora Rivière font-ils l'un et l'autre surgir des récits de vie ? Par quels procédés d'écriture s'en ressaisissent-ils pour construire une forme polyphonique où le souvenir singulier s'invente au contact de l'autre?
L'un élabore un théâtre à partir de paroles personnelles improvisées (Récits/Reconstitutions,1998 ; Compositions, 2009) ; l'autre fait naître dans un texte littéraire la biographie fictionnelle d'un danseur (Ob.scène. Récit fictif d'une vie de danseur, CND, 2013)

> Cultiver l'art du repos 2 : poids, sol et butinage, par Catherine Contour
vendredi 28 mars - Studio danse 14h30-18h
C.Contour prendra la suite de l'atelier Feldenkrais pour une dernière rencontre ; artiste chorégraphe interdisciplinaire, Cultiver l'art du repos est l'un des axes de sa démarche artistique depuis une douzaine d'années.
Elle conduit un travail discret et rigoureux d'exploration des processus de création questionnant les espaces de la représentation, les conditions de production, et les processus de l'imaginaire. Elle nous invite à venir échanger des pratiques de repos, de travail et de création autour d'un outil singulier : l'hypnose comme ressource du travail de création.

> Danse(s) choral(e)s de Rudolf Laban par Axelle Locatelli & les étudiants de licence,
Vendredi 28 mars - En bas de l'escalator, côté bat. A 13h et 15h30
Coordination : A. Locatelli.
Interprétation : G. Badin, J. Dondzilo, S. Dubuc, S. Fadel, T. Lymperopoulou, L. Morales,D. Mothes, A. Perrudin, M. Sans, M. Schons,M. Stephan, M. Teulié, E. Veillon, C. Vivela.
A partir de jeux de danse improvisés et de l'interprétation d'un extrait d'Aube (danse chorale composée en 1923 par Rudolf Laban et recréée ici d'après sa transcription en cinétographie Laban - système d'écriture en danse), les étudiants en licence danse posent la question de l'être ensemble. Qu'est-ce qu'un choeur de mouvement ? Comment marcher, bouger, danser en choeur ?

> le bal populaire, organisé par Christine Roquet
vendredi 28 mars
Maison de l'étudiant 20h-23h
Au bal, c'est le groupe qui mène la danse. Le plus difficile, c'est le premier
pas, ensuite il nous donne la cadence, nous porte et nous emporte. On y est obligé de prendre conscience de soi et des autres. On y apprend
beaucoup de choses, en dehors de la danse. Inutile de « savoir » danser, ici on apprend en faisant...
Polka, valse, mazurka, scottish... Venez partager la joie et le plaisir de bouger ensemble. Le bal n'est pas nostalgique, tourné vers le passé, le bal est un horizon (Rémi Hess).
CONFÉRENCE
27 MAR 14
De l'hétéro-hypnose à l'auto-hypnose - Les danses avec hypnose de Catherine Contour ? Avec Catherine Contour, Mathieu Bouvier, Ninon Prouteau et Nina Santès
Danses Augmentées à la Gaîté Lyrique, Paris, jeudi 27 mars 2014 - 19h30 (durée environ 2h30) - studio
Plongée n° 6, dans le cadre du cycle "Danses augmentées" de Catherine Contour à la Gaîté Lyrique, octobre 2013 - juin 2014
Programme complet ci-joint
SÉMINAIRE
24 MAR 14
Les films de la danse moderne, par Katharina VAN DYK
24 mars 2014, 19h à 21h EHESS (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris)
Dans le cadre du Séminaire d'histoire culturelle de la danse, proposé par le CRAL - Centre de recherche sur les arts et le langage
RENCONTRE
22 MAR 14 / 23 MAR 14
"Corps-Objet-Image" - Club R, par Alice Godfroy, Christophe Le Blay, Renaud Herbin, avec Mathieu Bouvier et Julie Perrin
22 & 23 mars 2014, 11h, Péniche Le Rafiot, Strasbourg
Rencontres organisées dans le cadre de la programmation Les Giboulées "Corps-Objet-Image", au Centre dramatique national d'Alsace Strasbourg - TJP.
Le Club R est un espace critique et sensible, conçu comme une plateforme de réflexion, de partage et de circulation d'idées. R comme Ressources, Retours d'expériences, Recherche & Revue, Richesses.
JOURNÉE D'ÉTUDE
07 MAR 14 / 08 MAR 14
Quels corps pour quelles scènes ? Le corps sur la scène et hors de la scène (part 2), avec Claire BUISSON, Marina NORDERA, Christine ROQUET, Alessandra SINI
Vendredi 7 mars, CND, Samedi 8 mars 2014 9h30-13h30 Studio 8, 2e étage, Centre national de la danse, Pantin
ATELIER des DOCTORANTS en DANSE

Déroulement des deux journées
La journée du vendredi 7 mars sera entièrement dédiée à l'atelier théorique « Quels corps pour quelles scènes ? Le corps sur la scène et hors de la scène (part 2) ».
La matinée du samedi 8 mars sera consacrée au Labo du corps « Le corps en jeu entre théorie et pratique » animé par Alessandra Sini, chorégraphe et chercheur en danse (CTEL, université Nice Sophia Antipolis) et Claire Buisson, chorégraphe et Maître de Conférence (CEAC, université Lille3)
Ce parcours d'expérimentation mêlera la pratique sensible du corps à un regard critique et une réflexion théorique. Il s'insère dans le programme du premier Atelier pour mettre en écho certaines des thématiques abordées.
L'après-midi du samedi 8 mars sera dédié à une discussion ouverte sur l'idée de performativité. Cette discussion, axée sur la question de la performativité des corps sur la scène et hors de la scène aura pour but de créer un lien entre l'atelier théorique et la pratique dansée du labo du corps de façon à faire dialoguer les deux moments et les deux dimensions de l'atelier. Il s'agira donc d'un temps d'échange ouvert autour du thème de la performativité.
Cet après midi de discussion nous donnera l'opportunité d'échanger en toute liberté pensées et questionnements pas encore aboutis, en traversant les parcours suggérés pendant ces deux journées et visera à faire le point et à clore ces deux journées.

Répondants et intervenants

Marina Nordera est professeur en danse et membre du Centre Transdisciplinaire d'Epistémologie de la Littérature et des Arts vivants (CTEL EA 6307) à l'université de Nice Sophia Antipolis. Après une carrière artistique, elle a obtenu un doctorat en Histoire et Civilisation à l'Institut Universitaire Européen de Florence avec une thèse sur danse et genre à l'époque moderne. Sa recherche et son enseignement portent sur l'histoire du corps et de la danse, en particulier à l'époque moderne et sur les méthodologies de la recherche en arts vivants. Elle a dirigé le Centre de recherche sur l'interprétation des textes en musique et dans les arts du spectacle (RITM EA 3158) de 2009 à 2011, elle est actuellement responsable de la Section Danse et du parcours Études en danse du Master Théories et Pratiques des Arts vivants. Parmi ses publications : avec Susanne Franco, Dance Discourses (Routledge, 2007) et Ricordanze. Memoria in movimento e coreografie della storia (UTET Università, 2010); avec Roxane Martin, Les arts de la scène à l'épreuve de l'histoire (Honoré Champion, 2011). Elle est membre fondateur de l'association italienne des chercheurs en danse AIRDanza et de l' aCD (Association des Chercheurs en Danse).

Christine Roquet est maître de conférences au Département Danse de l'université Paris 8 Vincennes- St. Denis, responsable de la Licence Art du spectacle chorégraphique puis responsable du département Danse (2011-2013). Elle est membre de l'équipe de recherche EA1572 « Esthétique et création musicale, musicologie » dirigée par J.P. Olive. Elle se consacre à l'enseignement et à la recherche en danse depuis le vaste domaine de « l'analyse du mouvement ». Son domaine de prédilection est celui de l'exploration du champ complexe de l'interaction (intercorporéité). À la lisière entre théorie et pratique, l'approche systémique du geste expressif, initiée par Hubert Godard, est fondamentalement transdisciplinaire. Cette mise en travail du regard porté sur les oeuvres et/ou sur les pratiques se double d'une recherche sur l'histoire, sur les fondements épistémologiques et sur les enjeux politiques de l'analyse du mouvement en France. Parmi ses publications : Fattoumi- Lamoureux, danser l'entre l'autre (Séguier, 2009) ; « De l'analyse du mouvement à l'approche systémique du geste expressif », DVD (Seminario internacional corpo cénico : linguagens o pedagogias, UNIRIO, 2011) ; « Méditations sur le porter », in Mobiles 2 (L'Harmattan, 2010) ; « Debout » et « Porter » in Glon M., Launay I., Histoires de gestes (Actes Sud, 2012).

Claire Buisson développe un parcours chorégraphique à travers la recherche théorique et performative. Sa démarche porte sur la corporalité, comme réalité quotidienne, sociale, poétique et performative. En 2009, elle crée dolce punto (D_P), une plateforme d'artistes et de recherche performative sur la corporalité. Elle a construit son parcours en danse par des workshops auprès de chorégraphes (Susan Buirge-Fondation Royaumont ; SNDO-Amsterdam; Myriam Gourfink-CND Pantin ; Meg Stuart- Ponterosa Tanz Festival ; Carlo Locatelli-Micadanses Paris; Benoit Lachambre-Atelier de Paris Carolyn Carlson). Depuis 2010, elle suit également une formation en Ashtanga Yoga et Pranayama auprès de Cécile Barra au CEFTY-Paris. Elle a étudié à l'université de Roehampton à Londres (Master of Dance Anthropology) et a ensuite réalisé un doctorat en Arts, mention Danse, sous la direction de Marina Nordera à l'université de Nice Sophia Antipolis. Elle enseigne dans différents contextes(formation au DE - CESMD Toulouse Midi-Pyrénées ; formation Extensions - CDC Toulouse ; laboratoire CORPO 10 - Rome, Turin, Tuscania, Naples). Depuis 2009, elle enseigne au sein du Parcours Danse de l'université de Lille 3, où elle est depuis 2012 responsable du Master Parcours Danse.

Alessandra Sini est doctorante en danse à l'université de Nice Sophia Antipolis, danseuse,
enseignante et chorégraphe. Elle s'occupe des activités et des chorégraphies pour la compagnie « Sistemi dinamici altamente instabili ». Elle développe un parcours de recherche autonome concentré sur la transformation de la matière du corps et sur les espaces relationnels. Diplômée de l'Académie Nationale de Danse de Rome, elle obtient sa maîtrise en Arts et Sciences du Spectacle à l'université « La Sapienza » à Rome, avec une thèse sur la danse italienne contemporaine. Son projet de recherche actuel met en oeuvre une approche de recherche novatrice sur l'histoire de ladanse et sur la performativité et l'esthétique des arts contemporains. Le regard se focalise sur le corps et sur ses transformations dans la recherche chorégraphique italienne récente (1995/2010),en articulant une méthodologie qui croise la pratique artistique et le champ théorique au travers des outils transdisciplinaires. Elle fait partie des Associations « Core » et « Duncan 3.0 » pour la diffusion de la culture de la danse contemporaine, du réseau didactique « Scuolaroma », de l'Association des chercheurs « AIRdanza » et de l'équipe qui organise les « Ateliers des doctorants en danse » au Centre national de la danse.

Les ateliers sont organisés avec le soutien du Centre national de la danse par :
Beatrice Boldrin, doctorante en philosophie à Paris-Descartes (Paris 5),
Laurie Brunot, doctorante en arts du spectacle à Paris 3/Lille 3,
Alessandra Sini, doctorante en danse à Nice Sophia Antipolis

Pour joindre l'équipe de l'Atelier des doctorants :
doctorantsendanse@gmail.com

Pour joindre le service Recherche et répertoires chorégraphiques :
recherche.repertoires@cnd.fr
COMMUNICATION
05 MAR 14
Habiter en danseur, par Julie PERRIN
séminaire doctoral Spatialité et situations ; Lacth et CEAC, université Lille 3, 14h30-18h30
Cette 5ème séance commune au Lacth et au CEAC (Centre d'étude des Arts Contemporains de Lille 3) portant sur la notion de spatialité abordera le croisement des arts : chorégraphie, paysage, land art.
Organisation, conception : Catherine GROUT (Lacth, ENS Architecture et Paysage de Lille) avec Anne BOISSIÈRE (CEAC, université Lille 3)
Chercheuse invitée : Julie PERRIN (université Paris VIII),
Doctorante : Mathilde CHRISTMANN
Détail ci-joint
COMMUNICATION
03 MAR 14
La critique chorégraphique peut-elle penser en termes dramaturgiques ?, par Bojana BAUER
Lundi 3 mars 2014, de 10h à 18h à l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense Salle Reverdy (rez-de-chaussée du bâtiment L)
Dans le cadre de son programme transdisciplinaire "La critique comme création", lancé avec le concours du Labex Arts H2H, l'Équipe de recherche en Histoire des arts et des représentations (HAR/EA 4414) de l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense.
Journée d'étude : La fonction critique dans les arts de la scène
Programme détaillé ci-joint
Coordination scientifique : Emmanuel Wallon - ewallon@u-paris10.fr
Entrée libre sur inscription auprès de Julie de Faramond - j.defaramond@noos.fr





COMMUNICATION
03 MAR 14
La critique performative en danse contemporaine, par Pauline LE BOULBA
Lundi 3 mars 2014, de 10h à 18h à l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense Salle Reverdy (rez-de-chaussée du bâtiment L)
Dans le cadre de son programme transdisciplinaire "La critique comme création", lancé avec le concours du Labex Arts H2H, l'Équipe de recherche en Histoire des arts et des représentations (HAR/EA 4414) de l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense.
Journée d'étude : La fonction critique dans les arts de la scène
Programme détaillé ci-joint
Coordination scientifique : Emmanuel Wallon - ewallon@u-paris10.fr
Entrée libre sur inscription auprès de Julie de Faramond - j.defaramond@noos.fr
PUBLICATION
28 FEV 14
Danse - An Anthology, édité par Noémie Solomon
Les presses du réel, collection Nouvelles scènes, Février 2014
Textes de Alexandra Baudelot, Michel Bernard, Jérôme Bel, Dominique Brun, Jonathan Burrows, Boris Charmatz, Yvane Chapuis, Bojana Cvejic, Anne Collod, Franz Anton Cramer, Mark Franko, Isabelle Ginot, Laurent Goumarre, Miguel Gutierrez, Simon Hecquet, Jenn Joy, Bojana Kunst, Isabelle Launay, Ralph Lemon, André Lepecki, Xavier Le Roy, Laurence Louppe, Boyan Manchev, Erin Manning, Julie Perrin, Chantal Pontbriand, Céline Roux, Noémie Solomon, Mårten Spångberg, Myriam Van Imschoot, Christophe Wavelet.
Sommaire ci-joint.
CONFÉRENCE
20 FEV 14
Le spectateur : du témoin au baigneur - Un art de la relation ? avec Catherine Contour, Rae Beth Gordon, Julie Perrin
Danses Augmentées à la Gaîté Lyrique, Paris, jeudi 20 mars 2014 - 19h30 (durée environ 2h30) - auditorium
Plongée n° 5, dans le cadre du cycle "Danses augmentées" de Catherine Contour à la Gaîté Lyrique, octobre 2013 - juin 2014
Programme complet ci-joint
Film de M. Bouvier et C. Contour sur les Plongées, ici : https://vimeo.com/104793373
CONFÉRENCE
24 JAN 14
Danse Théâtre, par Pauline LE BOULBA
24 janvier 2014 au Centre Chorégraphique National du Havre dans le cadre du festival Pharenheit
www.lephare-ccn.fr
SÉMINAIRE
13 JAN 14
Une danse en situation, par Julie PERRIN
Séminaire d'histoire culturelle de la danse, 19h à 21h EHESS (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris)
Séminaire d'histoire culturelle de la danse
2e et 4e lundis du mois de 19 h à 21 h (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 25 novembre 2013 au 26 mai 2014. Séance supplémentaire le 7 avril 2014 (même heure, même salle)

Séminaire proposé par le CRAL - Centre de recherches sur les arts et le langage
Site web : http://cral.ehess.fr/

Premier semestre :

25 novembre 2013 : Séance d'introduction, avec Mark Franko (Temple University)

9 décembre 2013 : Sophie Jacotot (post-doctorante, CRAL) et Axelle Locatelli (doctorante, Paris 8), La transmission par l'écrit dans les processus de création en danse, à travers les exemples du développement de la cinétographie Laban au début des années 1930 et de l'usage de l'écriture Conté à la fin des années 1940.

13 janvier 2014 : Julie Perrin (enseignante-chercheuse au département danse de l'université Paris 8), Une danse en situation.

27 janvier 2014 : Juan Ignacio Vallejos (chercheur au CONICET, Conseil national de recherche scientifique et technique, Argentine), Les philosophes de la danse : le projet du ballet pantomime dans l'Europe des Lumières (1760-1776).

10 février 2014 : Roland Huesca (professeur, Université de Lorraine), A chaque lieu, ses attentes. Théâtre des Champs-Elysées et théâtre du Châtelet à l'époque des Ballets russes.

24 février 2014 : Isabelle Conte (doctorante à l'EPHE), Les différents lieux des bals d'artistes à Paris: l'exemple du Bal des Quat'Z'Arts (1892-1966).
FORMATION
18 SEP 13 / 31 DEC 13
Pétition : DANGER pour les études en danse en France
à signer en ligne ici : http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2013N44152
à signer en ligne ici : http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2013N44152

A l'attention de :
Madame la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso
Madame Dominique Pistorio, Chef du département des accréditations et des habilitations


DANGER POUR LES ETUDES EN DANSE EN FRANCE

La nouvelle nomenclature proposée par le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche ne comporte pas la mention Danse (ni même études chorégraphiques) pour le diplôme national de Master. C'est là nier l'existence d'une discipline particulièrement dynamique, qui a toute sa place dans le domaine « Arts - Lettres - Langues » aux côtés des mentions « Cinéma et audiovisuel », « Création numérique », « Musique, musicologie », « Design » ou « Mode »...
En effet, les études et la recherche en danse sont inscrites à l'université depuis une trentaine d'années. Depuis les premiers diplômes d'université créés à la Sorbonne à la fin des années 1970 puis à l'université de Nice et de Paris 8 Saint-Denis dans les années 1980, après la création du premier poste de Maître de Conférences en danse à la Faculté de Lettres de Nice en 1985, l'arrêté du 31/07/89 publié au J.O. du 5/08/1989 confirme la création d'une dénomination nationale de licence et de maîtrise en Danse.
Depuis, les études en danse sont en expansion, avec un nombre de chercheurs croissant, aussi bien au sein des départements danse (dans les universités de Lille 3 Charles-de-Gaulle, de Nice Sophia Antipolis et de Paris 8 Saint-Denis) que des études en anthropologie de la danse (dans les universités Blaise Pascal à Clermont-Ferrand et Paris Ouest-Nanterre-La Défense), au CNRS et dans les départements d'arts du spectacle, d'histoire, de sociologie... Le nombre de doctorants répertorié par l'Atelier des doctorants en danse au Centre national de la danse ne cesse d'augmenter pour atteindre actuellement une soixantaine. L'Association des chercheurs en danse (aCD), créée en 2007, est également en plein développement et témoigne du dynamisme de la discipline. De nombreux étudiants se tournent ainsi vers la recherche en danse comme discipline autonome. Et de nombreuses demandes d'inscription en Master de danse arrivent chaque année, y compris de la part d'étudiants étrangers attirés par la spécificité de nos formations. La lisibilité du diplôme (pour les étudiants étrangers en particulier) est la garantie de l'existence et du développement de cette discipline.
Par ailleurs, dans le cadre du processus de Bologne pour l'enseignement supérieur, les universités ont été incitées à signer des conventions avec les écoles supérieures de danse, prévoyant la délivrance de diplômes de Danse (licence ou master) à ces jeunes artistes - diplômes venant ratifier la spécificité de leurs savoirs.
Les études en danse devront-elles désormais avancer masquées ? L'autonomie de la danse vis-à-vis de la musique ou du théâtre est le développement logique d'une discipline et la condition de sa visibilité. La nouvelle nomenclature du diplôme national de Master semble l'ignorer. Les enseignants-chercheurs, soutenus par les artistes chorégraphiques et des personnalités du milieu culturel, expriment aujourd'hui leur désapprobation et leur souhait que soit établie une mention Danse au sein du domaine « Arts - Lettres - Langues ».
L'inscription de la Danse dans ces nomenclatures qui, selon les termes du document du MESR pour les masters "doi(ven)t permettre de faire apparaître des secteurs émergents" irait dans le sens du travail effectué ces dernières années, témoignerait de la reconnaissance scientifique et institutionnelle de cette discipline.
Septembre 2013

Signatures :

DEPARTEMENT DANSE DE L'UNIVERSITE PARIS 8 SAINT-DENIS :
Michel BERNARD, Professeur émérite, fondateur du département
Isabelle GINOT, Professeure des universités
Hubert GODARD, Maître de conférence
Mahalia LASSIBILLE, Maître de conférence
Isabelle LAUNAY, Professeure des universités
Sylviane PAGES, Maître de conférence
Julie PERRIN, Maître de conférence
Christine ROQUET, Maître de conférence

SECTION DANSE DE L'UNIVERSITE DE NICE SOPHIA ANTIPOLIS
Federica FRATAGNOLI, Maître de conférence
Marina NORDERA, Professeure des universités
Joëlle VELLET, Maître de conférence

DEPARTEMENT DE DANSE DE L'UNIVERSITE LILLE 3 CHARLES-DE-GAULLE
Philippe GUISGAND, Maître de conférence HDR

CHERCHEURS EN DANSE, ENSEIGNANTS

Jean-Michel BEAUDET, Professeur des universités, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Département Anthropologie - Danse
Guillemette BOLENS, Professeure des universités, Littérature anglaise, Faculté des lettres, Université de Genève, Suisse
Laure GUILBERT, Présidente de l'Association des chercheurs en danse, Dr. en histoire, Responsable des Publications la danse à l'Opéra de Paris
Roland HUESCA, Professeur des universités, Esthétique et histoire de la danse, dépt "Arts", Université de Lorraine
Michael HOUSEMAN, Directeur d'études, Ecole pratique des hautes études
Sylvain LABARTETTE, Professeur agrégé d'éducation musicale, créateur de l'option de spécialité Art-danse en 1999, Lycée artistique Georges Brassens 75019 Paris
Hélène MARQUIÉ, Maîtresse de conférence en Études de genre, Arts et genre, Université Paris 8 Saint-Denis
Marie-Thérèse MOUREY, Professeure, Histoire culturelle de la danse dans le monde germanique, Université Paris-Sorbonne, UFR d'Etudes Germaniques et Nordiques
Claudia PALAZZOLO, Maître de conférence, Histoire culturelle de la danse, Responsable master au dépt. Arts de la scène, de l'image et de l'écran, Université Lumière Lyon 2
Frédéric POUILLAUDE, Maître de conférence, Philosophie de l'art, Directeur du Centre Victor Basch (recherches en esthétique et philosophie de l'art), Université Paris-Sorbonne, Institut universitaire de France
Didier PLASSARD, Professeur des universités, Co-responsable du Master professionnel Études chorégraphique, Université Paul Valéry - Montpellier 3
Nicole TOPIN-HARBONNIER, Professeure en études du mouvement, département Danse, UQUAM Montréal
Georgiana WIERRE-GORE, Professeure des universités, Anthropologie de la danse et des pratiques corporelles, Université Blaise Pascal Clermont 2

ARTISTES, DIRECTEURS DE FORMATION EN DANSE, REPRESENTANTS D'INSTITUTIONS CULTURELLES

Germaine ACOGNY, Danseuse, chorégraphe et directrice artistique du Centre International de Formation en Danse africaine contemporaine - Ecole des sables
Marcelle BONJOUR, Consultante pour la danse au cœur des arts à l'école , en France et en Europe
Paola CANTALUPO, Directrice du cycle supérieur de l'école nationale supérieure de danse de Marseille
Boris CHARMATZ, Chorégraphe, directeur du Musée de la danse, centre chorégraphique national de Rennes, projet BOCAL - école nomade et provisoire (2002-2004)
Nathalie COLLANTES, Chorégraphe, artiste responsable du BAC Danse au lycée Georges Brassens (Paris)
Didier DESCHAMPS, Directeur du Théâtre national de Chaillot
Myriam GOURFINK, Chorégraphe, directrice (2008-2013) du Programme de recherche et de composition chorégraphique (PRCC) à la Fondation Royaumont
Pascale HENROT et son équipe, Directrice du Théâtre de la Cité internationale (Paris)
Emmanuelle HUYNH, Chorégraphe, directrice (2004 à 2012) de l'école nationale supérieure de danse du centre national de danse contemporaine à Angers
Raïssa KIM, Coordinatrice de l'École supérieure du Centre national de danse contemporaine à Angers (2005-2012),
LABORATOIRES D'AUBERVILLIERS, la Direction.
Anne-Karine LESCOP, Danseuse, Responsable (2004-2007) des études de l'École nationale supérieure du Centre National de Danse Contemporaine à Angers
Fabrice MERLEN, Directeur du Conservatoire Gabriel Fauré, 5ème arrondissement Paris
Mathilde MONNIER, Chorégraphe, Directrice du centre chorégraphique national de Montpellier, Co-responsable du Master professionnel Études chorégraphique, Université Paul Valéry - Montpellier 3
Julie NIOCHE, Chorégraphe, Artiste associée au diplôme d'université « Techniques du corps et monde du soin », université Paris 8 Saint-Denis
Clairemarie OSTA, Directrice des Etudes en danse, Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris
Jean-Christophe PARÉ, ex-premier Danseur du ballet de l'Opéra National de Paris, ex-inspecteur danse au Ministère de la Culture, ex-directeur de l'école nationale supérieure de danse de Marseille, chorégraphe et formateur des enseignants en danse
Laurent PICHAUD, Chorégraphe, Co-directeur artistique du Master EXERCE, CCN Montpellier et Université Paul Valéry - Montpellier 3
Hervé ROBBE, Chorégraphe, Directeur de la formation Prototype à la Fondation Royaumont
Anne SACHS, Présidente de l'association Danse sur cour
Syndicat des Chorégraphes associés
Jean-Marie TOURATIER, Ancien Conseiller culturel du recteur de l'académie de Paris
Loïc TOUZE, Chorégraphe, membre du collège pédagogique (2004-2007) de l'École nationale supérieure du Centre National de Danse Contemporaine à Angers
SÉMINAIRE
09 DEC 13
La transmission par l'écrit dans les processus de création en danse, à travers les exemples du développement de la cinétographie Laban au début des années 1930 et de l'usage de l'écriture Conté à la fin des années 1940, par S. JACOTOT et A. LOCATELLI
Séminaire d'histoire culturelle de la danse, 19h à 21h EHESS (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris)
Séminaire d'histoire culturelle de la danse
2e et 4e lundis du mois de 19 h à 21 h (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 25 novembre 2013 au 26 mai 2014. Séance supplémentaire le 7 avril 2014 (même heure, même salle)

Séminaire proposé par le CRAL - Centre de recherches sur les arts et le langage
Site web : http://cral.ehess.fr/

Premier semestre :

25 novembre 2013 : Séance d'introduction, avec Mark Franko (Temple University)

9 décembre 2013 : Sophie Jacotot (post-doctorante, CRAL) et Axelle Locatelli (doctorante, Paris 8), La transmission par l'écrit dans les processus de création en danse, à travers les exemples du développement de la cinétographie Laban au début des années 1930 et de l'usage de l'écriture Conté à la fin des années 1940.

13 janvier 2014 : Julie Perrin (enseignante-chercheuse au département danse de l'université Paris 8), Une danse en situation.

27 janvier 2014 : Juan Ignacio Vallejos (chercheur au CONICET, Conseil national de recherche scientifique et technique, Argentine), Les philosophes de la danse : le projet du ballet pantomime dans l'Europe des Lumières (1760-1776).

10 février 2014 : Roland Huesca (professeur, Université de Lorraine), A chaque lieu, ses attentes. Théâtre des Champs-Elysées et théâtre du Châtelet à l'époque des Ballets russes.

24 février 2014 : Isabelle Conte (doctorante à l'EPHE), Les différents lieux des bals d'artistes à Paris: l'exemple du Bal des Quat'Z'Arts (1892-1966).
SIGNATURE
07 DEC 13
Figures de l'attention. Cinq essais sur la spatialité en danse, par Julie PERRIN
7 décembre 2013, 21h30, au Théâtre de la cité internationale, Paris
RENCONTRE-SIGNATURE avec Julie Perrin, à l'issue de la représentation de "Self-Unfinished" de Xavier Le Roy et en présence du chorégraphe, à l'occasion de la parution de : Figures de l'attention. Cinq essais sur la spatialité en danse, les presses du réel, Dijon, 2012
JOURNÉE D'ÉTUDE
06 DEC 13
Relire les années 1970 : les circulations chorégraphiques en France
6 décembre 2013, Théâtre de la Cité internationale, Paris
Vendredi 6 décembre 2013
11h - 18h
Théâtre de la Cité Internationale
La Resserre
Entrée libre


Après une journée sur la danse en mai 68 (Micadanses, octobre 2012), et une consacrée aux grands studios (BnF, avril 2013), le cycle « Relire les années 1970 » se poursuit sous l'angle des circulations chorégraphiques internationales.
Cette décennie d'intenses mutations du champ chorégraphique contemporain connaît de nombreux échanges, tournés principalement vers les États-Unis, mais aussi l'Afrique, l'Inde ou le Japon. Plusieurs études de cas - l'arrivée du contact-improvisation, les directions américaines au Cndc, William Forsythe, Matt Mattox, Elsa Wolliaston...-, permettront d'analyser les désirs d'ailleurs qui traversent le champ de la danse : Quels nouveaux gestes ont été accueillis ? De quelles Amériques le champ de la danse s'est-il emparé ? Quelles ont été les fonctions de l'autre : exotisme, bouleversement perceptif, recherche de modèle, quête identitaire ? De nouveaux chantiers de recherche et des témoignages tenteront de décentrer l'histoire de la danse, en l'approchant par ses moments de rencontre avec l'autre.


Intervenants : Lucile Goupillon, Aline Laignel, Gérard Mayen, Sylviane Pagès, interview filmée d'Elsa Wolliaston, intervention dansée de Didier Silhol.


Journée d'études organisée par le « Groupe de Recherche : Histoire Contemporaine du Champ Chorégraphique en France » avec le soutien du Laboratoire « Analyse des discours et des pratiques en danse » (EA 1572 Esthétique, musicologie, danse et créations musicales, Université Paris VIII) et en partenariat avec le Théâtre de la Cité Internationale.

COMMUNICATION
29 NOV 13
Appropriations et actualité du butô sur la scène française, par Sylviane PAGES
Université de Bologne
JOURNÉE D'ÉTUDE
28 NOV 13
Journée des Doctorants EDESTA
site référent : http://www.edesta.univ-paris8.fr/
SOUTENANCE DE THÈSE
19 NOV 13
Voir une danse. Décrire et interpréter Isadora Duncan, soutenance de thèse de Laetitia DOAT
19 novembre, 14h, Laboratoires d'Aubervilliers
La soutenance sera précédée par une proposition spectaculaire faisant partie intégrante de la thèse de doctorat

Titre : Récital Duncan

Danses interprétées à partir des partitions transcrites en Labanotation par Nadia Chilkovsky Nahumck in Isadora Duncan, The Dances, The National Museum of Women in the Arts, Washington D.C., 1994.

Interprétation dansée : Laetitia Doat

Interprétation musicale : Alissa Zoubritzki

Durée : environ 25 min




Membres du jury :
M. Philippe GUISGAND, maître de conférences HDR à l'université de Lille 3
Mme Isabelle LAUNAY, professeur à l'université Paris 8 - Saint Denis
Mme Marina NORDERA, professeur à l'université de Nice - Sophia Antipolis
Mme Clairemarie OSTA, artiste chorégraphique, directrice des études chorégraphiques au CNSMDP
M. Laurent PICHAUD, artiste chorégraphique
Mme Christine ROQUET, maître de conférences à l'université Paris 8 - Saint Denis

Résumé :
Cette thèse expose le cheminement d'une recherche menée autour de l'esthétique d'Isadora Duncan (1877-1927) durant près de neuf ans, de l'automne 2004 à l'été 2013. Elle se présente sous la forme d'un récit à la première personne, exposant le parcours d'une chercheuse confrontée à l'étrangeté d'une danse du passé. Construisant alternativement, au fil des questions rencontrées, une posture de spectatrice de danse, d'historienne et d'interprète, la narratrice relate comment l'esthétique proposée par cette célèbre danseuse du début du XXe siècle s'est peu à peu « levée » (comme l'historien de l'art Daniel Arasse le dit à propos de « peintures qui se lèvent »). Le récit de cette expérience, entremêlant la description d'images, l'analyse de textes d'Isadora Duncan et de critiques de l'époque, engage le lecteur à partager cet apprentissage du voir. Un Récital Duncan proposé le jour de la soutenance de thèse, activera en corps, en pratique, les différentes conclusions posées à l'écrit dans le mémoire.
COMMUNICATION
15 NOV 13
Gestes au travail, gestes de métier. Retour sur "Aujourd'hui à deux mains", une proposition de Pascale Houbin, par Guillaume SINTES
15 novembre 2013 de 10h à 18h. VILLA GILLET - 25, RUE CHAZIÈRE /69004 LYON
Journée d'études Corps au travail. Gestes laborieux, gestes artistiques.
organisé dans le cadre du festival MODE D'EMPLOI conçu par la Villa Gillet et les Subsistances et du programme de recherche « L'ART AU TRAVAIL. REPRÉSENTATIONS ARTISTIQUES ET REPRÉSENTATIONS SOCIALES DU (MONDE DU) TRAVAIL DEPUIS LES ANNÉES 1968 » (Laboratoires Passages XX-XXI) dirigé par Bérénice HAMIDI-KIM (Université Lyon 2) et Armelle TALBOT (Université Paris 7)
MATIN
9H30-12H

9H30-09H45
Accueil des participants

09H45-10H
Ouverture de la journée par Martine Boyer-Weinmann (directrice du laboratoire Passages XX-XXI)

10H-12H
ARMELLE TALBOT (études théâtrales, Université Paris 7)
« Gestes laborieux, gestes artistiques : résistances et détours »

ARIANE MARTINEZ (études théâtrales, Université Grenoble 3)
« Rationalité et sublimation du geste ouvrier dans L'Usine d'Etienne Decroux (1946) et Les
Marchands de Joël Pommerat (2006) : le taylorisme en scène »

APRÈS-MIDI
14H-18H

14H-15H
Entretien avec ALEXANDRE ROCCOLI
chorégraphe, auteur du spectacle Empty Pictures ou l'impossible mémoire de la classe ouvrière

15H-18H
GUILLAUME SINTÈS (études chorégraphiques, Université Lyon 2)
« Gestes au travail, gestes de métier.
Retour sur Aujourd'hui à deux mains, une proposition de Pascale Houbin »

VINCENT RAFIS (études théâtrales, Université Grenoble 3)
« La scène à l'épreuve du travail prostitutionnel »

FLORE GARCIN-MARROU (études théâtrales, Labo LAPS)
« L'artiste comme O.S., opérateur de l'action.
À propos de l'automate-pur (Robert Bresson), de la machine actoriale (Carmelo Bene), des
manipulatrices (Georges Aperghis) en écho à la philosophie de Deleuze et Guattari »
PERFORMANCE
01 NOV 13 / 10 NOV 13
Sensationnelle, dispositif chorégraphique de Julie NIOCHE et Isabelle GINOT
stage de formation de danseurs professionnels, Samara (Russie). 1-10 novembre 2013
http://www.individus-en-mouvements.com/
Sensationnelle propose d'explorer une relation singulière entre « un danseur, un spectateur et un « toucheur », à partir d'un constat : regarder la danse, c'est la sentir (un peu).
Sensationnelle invite chaque spectateur à une expérience singulière et privilégiée avec deux danseurs. Confortablement assis, il assiste à une danse improvisée pour lui seul par l'un des danseurs, tandis que l'autre engage avec lui un dialogue tactile, entre massage et détente l'incitant à se concentrer sur son ressenti et pouvant aller jusqu'à la mise en mouvement. Le spectateur est ainsi au centre du dialogue entre les deux danseurs, et entre ce qu'il regarde et ce qu'il ressent. Ce dispositif simple invite les trois personnes ainsi rassemblées à regarder, sentir et dialoguer... Écoute réciproque et attentions partagées permettent à chacun des participants de contribuer à l'invention collective de cette proposition chorégraphique « sensationnelle ».
COMMUNICATION
01 NOV 13 / 02 NOV 13
Dance, Space and Place, par Julie PERRIN
Freie Universität Berlin / Institut for cultural Inquiry, 1 - 2 novembre 2013
Dans le cadre du colloque : "Interstices: Aesthetic Spaces of Experience in the Arts"
http://www.ici-berlin.org/de/event/547/
RENCONTRE
18 OCT 13 / 19 OCT 13
Ville artistes. Jeu et enjeux, avec Julie PERRIN et...
organisé par la Haute Ecole des Arts du Rhin et le Théâtre du Maillon, Strasbourg, 18 et 19 octobre
informations ici : http://www.villesenjeux.org/villes-artistes-jeu-et-enjeux/
Ven 18 octobre : 11h - 17h30
Jay Pather (Le Cap), Stefan Kaegi (Berlin), Raquel Rochas (Brasilia), Dieter Jaenicke (Dresde), Nicolas Fourgeaud (Strasbourg), Ligna (Berlin), Matthias Frense (Mülheim), Donna Kukama (Johannesburg), Dominique Malaquais (Paris), Stephen Wright (Paris), François Duconseille (Strasbourg), Daniel Payot (Strasbourg)

Sam 19 octobre : 10h - 18h
Dirk Baecker (Friedrichshafen), Christophe Haleb (Marseille), Dries Verhoeven (Utrecht), Zen Marie (Johannesburg), Rainer Hofmann (Utrecht), Florence Rudolf (Strasbourg), Bernard Fleury (Strasbourg), Sello Pesa (Johannesburg), Jean-Christophe Lanquetin (Strasbourg), Gaëtan Bulourde (Bruxelles), Julie Perrin (Paris), Androa Mindre Kolo (Kinshasa), Barbara Morovich (Strasbourg), Émeline Bailly (Paris), Jay Pather (Le Cap), Stephen Wright (Paris)

Aujourd'hui de par le monde, les interventions d'artistes dans l'espace urbain se multiplient. Ils viennent du théâtre ou de la danse, mais aussi des arts visuels ou sonores. Leurs actes s'inscrivent dans les contextes qu'ils investissent et produisent des moments de théâtralité qui interrogent le devenir des villes. Ils reconfigurent les modes de (re)présentation, tant dans les formes produites que dans la relation au public qui les perçoit, ce choix d'agir dans la ville étant une question ouverte et irrésolue posée aux lieux habituels de présentation de l'art (théâtres, musées...). Lors de ces deux journées de rencontres, nous explorerons le pourquoi et la manière dont des artistes travaillant en Afrique du Sud, en Europe du Nord, mais aussi au Brésil, choisissent de s'inscrire dans la ville et de mettre ou non leurs pratiques en battement avec la scène théâtrale, comme matrice choisie ou imposée par une histoire.

Nous donnerons la place à des artistes qui prennent la ville comme matériau de création et comme espace de monstration, se nourrissant du quotidien, de la théâtralité même de l'urbain. Ces performances tentent de raconter la ville « de l'intérieur », selon des modes discrets ou spectaculaires. Nous questionnerons des dispositifs comme le récit d'espace, la déambulation, l'improvisation (individuelle ou collective) simultanément actes de vie et de création ; mais aussi la figure du spectateur-acteur ou comment faire spectacle de soi, performer le quotidien ? Nous aborderons également des questions relatives à la place et à l'efficacité de l'acte artistique en termes de changements sociaux, politiques : qu'en est-il du geste d'artiste comme dispositif de combat, de conflit ?

En s'immergeant dans la ville, à qui ces artistes s'adressent-ils : habitant, citoyen, passant ? Ces formes reconfigurent l'adresse au spectateur ; l'attention de celui-ci à la « scène » en est transformée en un état troublant, où il devient plus complexe de faire le tri entre fiction et réalité, mêlés dans la part théâtrale de la cité ainsi révélée. S'agit-il toujours de spectateur (au sens de celui qui regarde), de public ou d'individu ?

Ces rencontres se construiront à partir de récits d'artistes venus d'horizons géographiques différents. Ils nous parleront de la manière dont ils articulent dans leurs pratiques ces enjeux avec leurs environnements urbains. Un ensemble de points de vue théoriques, mis en dialogue avec les expériences exposées viendront compléter le dispositif. Ce sera ainsi un manière d'interroger, à Strasbourg même, le devenir des espaces publics en les mettant en perspective avec d'autres contextes urbains dans le monde.

PERFORMANCE
14 OCT 13
Alrededor de la Mesa, avec Marie BARDET et...
14 octobre 2013 à l'Espacio Ecléctico - Buenos Aires- dans le cadre de la programmation TransARTE / Festival International de Buenos Aires, avec le soutien de L'Institut français d'Argentine, la Ville de Nantes, le FIBA et l'Espacio Ecléctico
édition argentine de "Autour de la Table": une proposition de Loïc Touzé et Anne Kerzerho, actuellement menée par la Compagnie ORO-Loïc Touzé, Cati et Taldans/Istanbul, et kom.post/Berlin. Equipe artistique de l'édition argentine : Marie Bardet, Cristian Bonaudi, Victoria D'Hers, Alejandro Karasik, Agustín Valle, Agustín Vasquez, avec l'équipe internationale: Jen Bonn, Camille Louis, Loic Touzé.
PERFORMANCE
12 OCT 13
Sensationnelle, dispositif chorégraphique de Julie NIOCHE et Isabelle GINOT
12 octobre, Nuit de la danse au festival « C'est comme ça » de l'Echangeur - Fère en Tardenois
http://www.individus-en-mouvements.com/
Sensationnelle propose d'explorer une relation singulière entre « un danseur, un spectateur et un « toucheur », à partir d'un constat : regarder la danse, c'est la sentir (un peu).
Sensationnelle invite chaque spectateur à une expérience singulière et privilégiée avec deux danseurs. Confortablement assis, il assiste à une danse improvisée pour lui seul par l'un des danseurs, tandis que l'autre engage avec lui un dialogue tactile, entre massage et détente l'incitant à se concentrer sur son ressenti et pouvant aller jusqu'à la mise en mouvement. Le spectateur est ainsi au centre du dialogue entre les deux danseurs, et entre ce qu'il regarde et ce qu'il ressent. Ce dispositif simple invite les trois personnes ainsi rassemblées à regarder, sentir et dialoguer... Écoute réciproque et attentions partagées permettent à chacun des participants de contribuer à l'invention collective de cette proposition chorégraphique « sensationnelle ».
COMMUNICATION
11 OCT 13
La danse moderne en France : un répertoire à inventer ?, par Mélanie Papin
11 octobre au Département danse de l'Université de Nice
Communication dans le cadre de la journée universitaire "ECHOS D'OEUVRES : DANSER LES REPERTOIRES" préparée par l'équipe du département danse de l'Université de Nice et du projet de l'association Sillages "ECHOS... DANSE, DANSE, DANSE!"

Resumé de la communication

"Réactiver des œuvres du passé issues du courant moderne, qui s'est développé en France depuis la fin des années 1940 jusqu'au début des années 1970, en les associant à la notion de répertoire pose d'emblée des interrogations :
- Quel est exactement le répertoire de la danse moderne française ? A t-il jamais existé ? En effet, les œuvres des modernes français ont-elles jamais fait l'objet d'une reconnaissance (esthétique, institutionnelle) et d'une transmission (historique, mémorielle) au sein du champ chorégraphique ?
- Dès lors, quel serait le projet qui consisterait à parler de répertoire pour la danse moderne en France ? Est-ce une redéfinition des contours de la mémoire, de l'histoire, du patrimoine culturel de la danse en France ? Quelle est l'« urgence » ou la nécessité aujourd'hui pour les danseurs et les chercheurs ?
Les deux pièces mises en jeu lors de cette semaine Sillages - « Terre d'exil » de Jacqueline Robinson et « Visages de femmes » de Dominique Dupuy ont toutes deux été crées dans un laps de temps particulier, 1968 pour la première et 1973 pour la seconde. Elles s'inscrivent peu ou prou dans la période d'émergence de la danse contemporaine en France débutant à la fin des années 1970 par le passage d'un champ chorégraphique assez déséquilibré entre deux courants - néo-classique d'un côté et moderne de l'autre - à une hybridation des pratiques et des esthétiques autant qu'une clarification progressive de ce qui « fait » le contemporain en danse.
Nous allons observer comment s'est structuré le champ chorégraphique au cours de ce moment pivot des années 1970 et à quelles conditions il s'est alors attaché à défendre le « droit à danser » avant d'opérer un « travail de mémoire » ou de se constituer un répertoire."
SIGNATURE
09 OCT 13
nanopolitics: experiments in movement
Londres, 9 octobre 2013 (lieu et horaire à confirmer)
À l'occasion de la publication de l'ouvrage collectif nanopolitics handbook, rencontre-signature avec les auteurs et l'éditeur Minor Composition.
Plotegher, P., Zechner, M., Rübner Hansen, B. (éd.), nanopolitics handbook, Minor Composition, Wivenhoe, New York, Port Watson, 2013
http://www.minorcompositions.info/?p=590
Textes et exercices de : nanopolitics group, esquizo-barcelona, David Vercauteren, Camila Mello and Fabiane Borges, Nelly Alfandari, Jorge Goia, Lottie Child, Carla Bottiglieri, Gabriella Alberti, Paolo Plotegher, DavydBodoun, Emma Dowling, Mara Ferreri, Manuela Zechner, Bue Rübner Hansen, Amit Rai, Anja Kanngieser, Lisa Burger, Irina Burger and Signe Lupnov.
« Comment penser le politique avec et par le corps ?
L'invention de nouveaux modes de sensibilité est une condition vitale pour enrichir et soutenir les formes d'engagements politiques, de travail et de vie dans les contextes situés de la collectivité urbaine. Le manuel nanopolitics propose une enquête de la cité et des milieux de travail néolibéraux, des politiques de crise et d'austérité, des vies précaires et des modes de collaboration - à travers les corps et leurs rencontres. A partir de l'exploration de « ce que peuvent des corps » - avec curiosité, courage et soin - nanopolitics est une proposition de nouvelles formes de subjectivation collective.
Sur la base des expérimentations du groupe nanopolitics, ce livre présente des exercices, des notions et des idées en forme de petites cartes et machines d'action. S'inspirant de mouvements sociaux, d'organisations communautaires, de la danse, du théâtre et des pratiques du corps, les réflexions et les pratiques esquissent des stratégies de navigation et de reconfiguration du terrain nanopolitique, en activant son implication avec l'échelle macropolitique de notre temps. »
JOURNÉE D'ÉTUDE
01 OCT 13
6ème Journée d'étude des doctorants en musique et danse
Université Paris 8 - Vincennes - St-Denis ; UFR Arts, Philosophie, Esthétique
Equipe d'Accueil "Esthétique, musicologie, danse et création musicale"
Programme ci-joint
FORMATION
23 SEP 13
Programme 2013 - 2014 du département danse
Ci-joint la brochure 2013-2014.
SIGNATURE
28 MAR 13 / 17 SEP 13
Histoire(s) et lectures : Trisha Brown / Emmanuelle Huynh
Signatures les 28 mars (Paris), 30 mai 2013 (Angers), 3 juillet 2013 (Montpellier), 17 septembre (Paris)
Rencontres autour du livre & Signatures :
- le 28 mars 2013 à 18h au Palais de Tokyo, Paris : avec Emmanuelle Huynh, Denise Luccioni et Julie Perrin
- le 30 mai 2013 à 19h à la librairie Contact, Angers : avec Emmanuelle Huynh et Julie Perrin
- le 3 juillet 2013 à 15h30, animée par Lise Ott, dans le cadre du Festival Montpellier Danse, au studio Cunningham.
- le 17 septembre, 18h30-20h30, à la galerie des presses du réel, 8 rue Saint-Bon, 75004 Paris : avec Emmanuelle Huynh et Julie Perrin

Ouvrage projeté par Emmanuelle Huynh
Coordination et réalisation : Emmanuelle Huynh, Denise Luccioni, Julie Perrin

RENCONTRE
15 SEP 13
Vivre les danses d'Isadora Duncan aujourd'hui avec Laetitia DOAT et Amy SWANSON
15 sept. 2013, 14h - 14h20 ou 17h - 17h20. Studio Le regard du cygne, 210 rue de Belleville 75020 Paris
Dans le cadre de la Journée Européenne du Patrimoine - Ouverture de saison
http://www.leregarducygne.com/
COMMUNICATION
29 AOU 13 / 01 SEP 13
Yvonne Rainer : neutre, féminismes et lesbianisme politique, par Julie PERRIN
Séminaire Art et Féminismes 7, La Fabrique des corps. Fondation Hartung Bergman
dans le cadre de :
"ARTS ET FÉMINISMES 7 : LA FABRIQUE DES CORPS" DU 29 AOÛT AU 1ER SEPTEMBRE 2013
Sur une proposition de Cécile Proust.
Conception et organisation : Christine Lamothe, Hervé Coste de Champeron et Elsa Hougue.
Comment les pratiques corporelles, la performance, la danse, en lien avec les théories féministes et les questions de genre, nous aident à penser cette fabrique.
Ce séminaire entend créer un espace de rencontre, d'échanges et de discussions entre des artistes et des théoricienEs et être un lieu de visibilité des recherches en cours.
Cette année nos réflexions porteront sur comment se construisent des corps à travers la médecine, les soins, les pratiques corporelles, somatiques, sportives, artistiques, les vêtements et les parures.
Quelles idées, rêves, imaginaires et idéologies sous-tendent ces constructions et comment la performance et la danse s'emparent de ces questions.
Avec la participation de Christine Bard, Elsa Dorlin, Nathalie Ernoult, Catherine Gonnard, Marianne Le Galliard, Catherine Louveau, ORLAN, Julie Perrin,Cécile Proust.
PERFORMANCE
12 JUL 13
Des-articulando, une performance de Marie BARDET
12 juillet 21h à Honolulu, 9 rue Sanlecque 44000 Nantes
Déplacer un discours avec des mouvements, tordre une danse avec des mots. Une exposition, une conférence, une présentation hybride qui transite l'espace d'une pensée, littéralement, mouvante.
Entre images, mots et gestes, une composition éclectique qui croise des savoirs anatomiques, des représentations historiques et des problématiques philosophiques, parcourant les articulations comme un terrain concreto-conceptuel.

Marie Bardet est docteure en philosophie et mêle depuis le début de ses recherches cette pratique de la philosophie avec une pratique dansée. Elle écrit, et a publié Penser et Mouvoir. Une rencontre entre danse et philosophie, traduit à l'espagnol (Pensar con Mover). Chercheuse associée au groupe de recherche Soma&Po (département de danse de l'Université Paris 8), elle travaille également à Buenos Aires où elle enseigne, propose des conférences publiques en mouvement (Des-articulando, una conferencia en movimiento, 2012; Les restes des gestes, 2010), et traduit des ouvrages du champ philosophique et artistique.

L'équipe d'Honolulu est heureuse de vous convier à cette présentation exceptionnelle de Marie Bardet, résidente en Argentine et de passage amical à Honolulu.

Remerciements à François Le Maguer.

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

jauge limitée, entrée libre.

réservation au 02 85 52 17 46

Honolulu 9 rue Sanlecque 44000 Nantes

quartier des Olivettes

Tram : Hôtel Dieu

Station bicloo : 10 rue des Olivettes
PERFORMANCE
09 OCT 12 / 30 JUI 13
Sensationnelle
performance, conception Julie Nioche et Isabelle Ginot, avec les étudiants de la Formation d'Artiste Chorégraphique du CNDC d'Angers.
En avant-spectacle durant toute la saison danse du CNDC au Quai, les étudiants de la Formation d'Artiste Chorégraphique proposent Sensationnelle, projet de Julie Nioche, chorégraphe et Isabelle Ginot, praticienne Feldenkrais et enseignante-chercheure.
Ce projet s'adresse à un nombre réduit de spectateurs.
Durée : 1h
Sensationnelle propose au spectateur d'expérimenter le regard comme pratique de la sensation, durant un temps privilégié avec deux danseurs : après l'avoir invité à s'installer confortablement, l'un improvise une danse pour un spectateur unique tandis que l'autre lui propose, par le contact de ses mains, un écho à la danse.
Le dispositif, simple, invite les trois personnes ainsi rassemblées à explorer les dialogues mutuels entre regarder, sentir et danser. Ecoute réciproque et attentions partagées permettent à chacun des participants de contribuer à l'invention collective de cette proposition chorégraphique sensationnelle.
Information et réservation au 02 44 01 22 66
COMMUNICATION
26 JUI 13
Les travaux du groupement professionnel du SNAC (Syndicat National des Auteurs et Compositeurs de musique) par Guillaume SINTES
Columbia University Global Centers Europe, Reid Hall, 4 rue de Chevreuse 75006 Paris
14h15-19h30, salle des conférences.
Dans le cadre du 5ème Workshop de l'International Society for the History and Theory of Intellectual Property (ISHTIP) : Economie culturelle et propriété intellectuelle. Information complémentaire et programme détaillé : http://www2.univ-paris8.fr/grhi/ishtip.html

COMMUNICATION
24 JUI 13
Décrire l'extase duncanienne depuis les sources iconographiques. Enjeux esthétiques et méthodologiques. par K. Van DYK
Atelier des doctorants en danse. Atelier hors-les-murs à l'Université de Nice Sophia Antipolis Lundi 24 juin 2013, 9h15-18h15
Cycle « Corps et danse ». Le corps sur la scène et hors de la scène

L'intervention se concentrera sur un panel de photographies d'Isadora Duncan où il s'agira de questionner le traitement de l'extase depuis une perspective esthético-poétique (à l'aide de concepts opératoires tirés de la phénoménologie et de l'analyse du mouvement dans sa lignée godardienne). Comment ces extases apparaissent hors-scènes tout en inventant des mises en scène de la nature et de la Grèce Antique ? Un aller-retour avec les textes permettra de proposer quelques interprétations plus générales.

programme complet ci-joint
COMMUNICATION
18 JUI 13
Comment devenir interprète du répertoire duncanien ?, par Laetitia DOAT
centre Prospero, Bruxelles, 18 juin 2013
dans le cadre de la Journée d'étude sur Isadora Duncan : http://www.centreprospero.be/node/202

"Isadora Duncan: entre invention d'un nouveau langage chorégraphique et fabrique d'un mythe d'origine" - Journée d'étude organisée par le Centre Arts et Performances (CAP) - composante du Centre Prospéro.

Le 18 juin 2013 : 10h30 - 16h30.
Réflexions autour de l'oeuvre de la chorégraphe américaine.

10h30-11h30 : Dorothy SMITH, Doctorante en philosophie à l'Université Saint-Louis et chercheuse au CAP. Isadora Duncan. Enjeux politiques d'une esthétique vitaliste.

11h30-12h30 : Hélène MARQUIE, Docteure en esthétique, maître de conférence (Paris 8) et chorégraphe. Centre d'études féminines/Etudes de genre, Arts et genre. Réflexions sur l'actualité d'Isadora Duncan, à l'intersection des études en danse et des études en genre.

12h30-14h00 : Déjeuner

14h00-15h30 : Laëtitia DOAT, Doctorante en danse et A.T.E.R (Paris 8). Comment devenir interprète du répertoire duncanien ?

15h30-16h30 : Geneviève VINCENT, Docteure en histoire, professeure d'histoire de la danse et de culture chorégraphique (universités de Montpellier et de Tours, Ecole Supérieure de danse de Marseille), et écrivaine. Autour de La danse de l'avenir : Duncan était-elle une écrivaine ?

PERFORMANCE
15 JUI 13
Jeux chorégraphiques, par Rémy Héritier et Laurent Pichaud, avec Volmir Cordeiro, Julie Perrin, Ana Rita Teodora
Uzès Danse, 15 juin 2013, cours de l'évêché, 18h30-20h30
Laurent Pichaud et Rémy Héritier expérimentent depuis plusieurs années les Jeux chorégraphiques dans différents contextes privés ou pédagogiques. Ils décident aujourd'hui d'en proposer une forme spectaculaire.
Dans ces Jeux, inspirés de ceux de l'OuLiPo, des « experts » de la danse et le public sont mis au défi d'identifier un style, une esthétique, à partir d'extrait dansé, écrit ou inventé pour l'occasion. L'enjeu n'étant pas vraiment de « tomber juste » mais d'exposer ses outils d'analyse et d'emmener les autres joueurs et joueuses dans une réflexion collective. Car c'est de cela dont il est question ici : débusquer les préjugés, questionner nos a priori, trouver de nouveaux angles de vue, de réflexion... et « oser » parler de danse.
SÉMINAIRE
19 NOV 12 / 27 MAI 13
Séminaire doctoral : Recherches et études en danse
lundis 9h30-12h30/13h30-16h30 : 19 nov., 14 janv.,8 avril , 22 avril, Université Paris 8, studio ou autre salle
Contact : Isabelle Launay
Etudes en Danse (partage de lectures) : 19 nov., 14 janv., 25 fév., 22 avril.
Séminaire Etudiants (présentation état des recherches des doctorants) : 17 déc., 4 fév., 8 avril, 27 mai.
Ce séminaire de doctorat se propose cette année une approche située des recherches en danse. Les présentations de l'état des recherches des doctorants de l'équipe (« Séminaire étudiants » alterneront avec des lectures communes des travaux récents du champ des études en danse (« Etudes en danse »). Il s'agira ainsi d'aider chacun à situer les recherches en cours au sein du paysage de la recherche en danse.
COMMUNICATION
21 MAI 13
2ème potlatch sur la performance
INHA, Salle Vasari, 10 h / 17 h
à l'occasion de la parution du numéro de Communications. Performance. Le corps exposé, n°92, éd. du Seuil, EHESS - Centre Edgar Morin (sommaire ci-joint)
Avec à partir de 10h : Georges Vigarello, Guy Spielman, Sylvie Roques, Richard Schechner, Julie Perrin, Isabelle Barbéris
à partir de 13h30 : Esther Gouarné, Bernard Muller, Caterina Pasqualino, Sophie Proust, Yann Marussich et ORLAN
COMMUNICATION
02 MAI 13 / 04 MAI 13
Entre documentation et recréation : mémoires et transmissions des œuvres performatives et chorégraphiques contemporaines, avec Isabelle LAUNAY
UQUAM, Montréal, les 2, 3 et 4 mai 2013
Atelier international en partenariat avec la Fondation Jean-Pierre Perreault et l'Institut du patrimoine de l'UQAM, sous la responsabilité d'Anne Bénichou
Détails ci-joint
SOUTENANCE DE THÈSE
15 AVR 13
Des corps écrits : spectacles chorégraphiques biographiques et représentations du corps dansant, par Paola BRAGA
le lundi 15 avril à 15h00, à l'Université Paris 8, salle A1 163
Composition du jury :
Mme. Guillemette Bolens (Université de Genève)
Mme. Isabelle Ginot (Université Paris 8)
M. Philippe Guisgand (Université Lille 3)
Mme. Isabelle Launay (directrice de thèse)


Résumé de la thèse:

L'enjeu de cette recherche se situe dans l'étude du croisement entre le domaine des spectacles chorégraphiques et celui du biographique - terme qui permet d'élargir le champ des occurrences qui composent la mise en récit de l'histoire de vie d'un individu, à travers divers média. Nous avons donc centré notre recherche sur les spectacles chorégraphiques en tant qu'occurrences du biographique, et sur l'interprétation et la perception du corps dansant.

Nous avons d'abord procédé à notre investigation par le biais de l'histoire et de la classification de la biographie, pour comprendre les enjeux de ce genre littéraire et les questionnements qu'il soulève. Nous avons constitué un relevé des biographies littéraires du domaine de la danse depuis le XIXe siècle et avons procédé à son analyse quantitative, pour ensuite décrypter la manière dont s'est développé le discours biographique sur les danseurs.

Dans un deuxième temps, nous nous sommes appuyés sur des concepts issus du domaine de la littérature pour nous aider dans la compréhension des œuvres biographiques littéraires et chorégraphiques. Les recherches sur la corporéité et la kinésie dans le récit littéraire nous ont permis d'analyser les descriptions et représentations du corps des danseurs.

La dernière partie de la thèse est dédiée à l'analyse de huit spectacles chorégraphiques biographiques. La structure et le fonctionnement de chacune des œuvres analysées sont mis en évidence en même temps que les représentations du corps du danseur qui sont en œuvre dans un spectacle chorégraphique. Une analyse des étapes créatives du processus de construction d'une image de corps dansant dans le discours chorégraphique biographique est également réalisée. Elle nous conduit à proposer un modèle de compréhension de la construction de l'entité du biographié, l'atlas du corps du biographié, une collection de représentations du corps de celui-ci.

JOURNÉE D'ÉTUDE
13 AVR 13
Relire les années 1970 en danse : Les corporéités dansantes en France à partir de l'expérience des danseurs, par le Groupe de Recherche Histoire Contemporaine du Champ Chorégraphique en France
13 avril 2013, 9h15 - 16h30. BnF - Site Richelieu, Salle des commissions. 5, rue Vivienne, 75002 Paris
Après une première journée de réflexion consacrée à la danse en mai 68 (Micadanses, octobre 2012), notre relecture des années 1970 se poursuit en invitant des danseurs et chorégraphes à partager les pratiques qui oeuvraient dans les studios à cette époque.

Il s'agira d'interroger et d'affiner notre regard sur la pluralité des corporéités dansantes, issues de la danse moderne, abstraite ou afro-américaine et qui se sont déployées aussi bien dans les institutions (GRTOP...) que dans le tissu associatif émergeant (Danse Théâtre Expérience, Free Dance Song...).

Partir des savoir-faire des danseurs impliquera la présentation de séquences dansées, qui seront mises en dialogue avec les chercheurs.

Intervenants: Christine Gérard, Marie-Odile Langlère, Isabelle Launay, Caroline Marcadé, Mélanie Papin, Christine Roquet, Christiane de Rougemont...


Journée d'études organisée par le « Groupe de Recherche : Histoire Contemporaine du Champ Chorégraphique en France »avec le soutien du Laboratoire « Analyse des discours et des pratiques en danse » (EA 1572 Esthétique, musicologie, danse et créations musicales, Université Paris VIII) et en partenariat avec le Département des Arts du Spectacle de la Bibliothèque nationale de France.

CYCLE CONFÉRENCES
21 NOV 12 / 10 AVR 13
La petite université populaire de la danse au Louvre, par Laetitia DOAT et Marie GLON
3 visites guidées
- Apparaître
Visite guidée, mercredi 21 novembre 2012, 19H, Musée du Louvre
Parcours danse-arts plastiques conçu avec Laetitia Doat, dans le cadre de la Petite université populaire de la danse (organisée par le Théâtre National de Chaillot en partenariat avec le département Danse de Paris 8 et le Musée du Louvre).
Réservation auprès du Théâtre National de Chaillot au 01 53 65 30 00 - http://theatre-chaillot.fr/agenda

- Fuguer
Visite guidée, mercredi 20 février 2013, 19H, Musée du Louvre
Parcours danse-arts plastiques conçu avec Laetitia Doat, dans le cadre de la Petite université populaire de la danse (organisée par le Théâtre National de Chaillot en partenariat avec le département Danse de Paris 8 et le Musée du Louvre).
Réservation auprès du Théâtre National de Chaillot au 01 53 65 30 00 - http://theatre-chaillot.fr/agenda

- Effacer
Visite guidée, mercredi 10 avril 2013, 19H, Musée du Louvre
Parcours danse-arts plastiques conçu avec Laetitia Doat, dans le cadre de la Petite université populaire de la danse (organisée par le Théâtre National de Chaillot en partenariat avec le département Danse de Paris 8 et le Musée du Louvre).
Réservation auprès du Théâtre National de Chaillot au 01 53 65 30 00 - http://theatre-chaillot.fr/agenda
CONFÉRENCE
09 AVR 13
Spatialité du geste dansé, par Julie PERRIN
9 avril 2013, 18h30, Maison des Sciences Economiques de Paris (106-112 boulevard de l'Hôpital, 75013)
Dans le cadre du cycle de conférences "Représentation de l'espace. Espace de la représentation" organisé conjointement par la Fondation Alberto et Annette Giacometti et le groupe CNRS-Art&Flux.

Nombre de chorégraphes s'entendent pour définir l'espace à partir du geste même. Si le geste génère le corps et l'espace, par quelle pensée du lieu est-il sous-tendu ? Le danseur fonde son geste sur la construction d'une fiction spatiale qui ouvre un espace d'action. La perspective est l'une de ses fictions que la danse contemporaine occidentale a maintes fois remise en question. Comment la danse construit-elle alors les conditions de sa visibilité scénique ou hors-la-scène ? Quelles sont ces pensées de l'espace à l'œuvre dans le geste qui ouvrent la dimension sensible, dramatique, relationnelle de la danse ?
FORMATION
08 AVR 13
MOTION du groupe inter-universitaire des enseignants-chercheurs en danse
Le groupe inter-universitaire des enseignants-chercheurs en danse qui s'est constitué le 7 avril 2012 à Nice, a engagé une réflexion commune autour des thèmes suivants :
contenus des formations universitaires en danse (Licences, Masters, Doctorats, Diplômes d'Université)
théories et pratiques dans les cursus
relations université/écoles supérieures et autres structures culturelles en danse
horizons de la recherche en danse

Concernant le troisième point, « relations université/écoles supérieures et autres structures culturelles en danse », et suite à l'examen des différentes conventions existantes (ou en projets), la commission a pointé un ensemble de difficultés au niveau licence et master :
Le groupe inter-universitaire des enseignants-chercheurs en danse qui s'est constitué le 7 avril 2012 à Nice, a engagé une réflexion commune autour des thèmes suivants :
contenus des formations universitaires en danse (Licences, Masters, Doctorats, Diplômes d'Université)
théories et pratiques dans les cursus
relations université/écoles supérieures et autres structures culturelles en danse
horizons de la recherche en danse

Concernant le troisième point, « relations université/écoles supérieures et autres structures culturelles en danse », et suite à l'examen des différentes conventions existantes (ou en projets), la commission a pointé un ensemble de difficultés au niveau licence et master

La suite ci-joint
CYCLE CONFÉRENCES
17 NOV 12 / 06 AVR 13
La petite université populaire de la danse à Chaillot, par Mélanie PAPIN, Andrée GRAU et Myrto KATSIKI
3 conférences au théâtre national de Chaillot et au musée du Louvre
Chaque saison depuis 2009, la petite université populaire de la danse, en partenariat avec le département danse de l'université Paris 8 et le musée du Louvre, se penche sur des verbes d'action - qui ne sont pas propres à la danse, et que chacun de nous connaît. Les chercheurs invités nous amènent à interroger ces actions, à comprendre ce qu'elles mettent en jeu, et à approcher l'histoire de la danse à partir de ces verbes...
Chacun de ces verbes d'action donne lieu à une conférence à Chaillot, suivie quelques jours plus tard d'un rendez-vous au Louvre avec Marie Glon et Laetitia Doat. (Coordination : Marie Glon)

Apparaître : 17 novembre, par Mélanie Papin (à Chaillot) et 21 novembre 2012 (au Louvre)
Fuguer : 16 février, par Andrée Grau (à Chaillot) et 20 février 2013 (au Louvre)
Effacer : 6 avril, par Myrto Katsiki (à Chaillot) et 10 avril 2013 (au Louvre)
Tarifs :
> Conférence à Chaillot : 6 euros
> Conférences à Chaillot + au musée du Louvre : 8 euros + droit d'entrée au musée
> Pass pour 3 conférences à Chaillot : 15 euros
Le site de Chaillot : http://theatre-chaillot.fr/agenda#pupd
PERFORMANCE
18 OCT 12 / 15 MAR 13
La part du rite, de Latifa Laabissi, avec Latifa LAABISSI et Isabelle LAUNAY
Collège des Bernardins, Paris, 18 octobre 2012, 20h (précédé d'Ecran somnanbule de Latifa Laabissi)
Ecole des Beaux Arts de Nancy, 20 novembre 2012.
Halles, Bruxelles, 14-15 mars 2013

Voir entretien ci joint à propos de "La part du rite" et sur le site de Figure Project http://figureproject.com/la-part-du-rite/
FORMATION
01 MAR 13
DU "Techniques du corps et monde du soin"
Ouverture des candidatures pour le prochain DU "Techniques du corps et monde du soin"
Responsable pédagogique : Isabelle GINOT, Professeure au département Danse, Université Paris 8
Coordinateur pédagogique : Michel REPELLIN, Chargé de coordination interassociative pour A.I.M.E. (Association d'Individus en Mouvements Engagés) et membre du TRT5 (groupe inter-associatif traitement et recherche thérapeutique VIH)

Renseignements et inscriptions auprès du service de la formation continue :
Tel : 0 820 20 51 00
info-sfp@univ-paris8.fr
www.fp.univ-paris8.fr

Les candidatures sont à déposer avant le 15 novembre 2012


L'évolution des cadres de prise en charge des affections longues durées dans les systèmes de soins médicaux ou para-médicaux et l'évolution continue des stratégies thérapeutiques notamment dans le domaine du VIH, ont fait émerger de nouveaux besoins en matière de suivi des patients, d'amélioration du parcours de soin et de la qualité de vie. L'éducation thérapeutique et la prise en charge globale du malade sont autant d'urgences nouvelles qui redéfinissent les territoires traditionnellement affectés au « soignant », au « patient » et à « l'entourage ». Par ailleurs, les danseurs, qui diversifient leurs « savoirs du corps » et les praticiens des techniques dites « somatiques » (Feldenkrais, Alexander, arts du toucher...) s'impliquent aujourd'hui davantage dans des milieux diversifiés (notamment des associations et des milieux médicaux et para-médicaux), mettant leurs connaissances empiriques du corps au service de personnes en difficulté. Ces techniques ainsi que celles de la danse offrent d'ores et déjà de nouvelles et précieuses ressources qui peuvent être judicieusement applicables dans le système soignant occidental.

Ce DU propose une formation, à la fois théorique et pratique ; il a pour objectif de sensibiliser les professionnels soignants aux savoirs du corps en leur permettant de leur faire une place dans leur pratique quotidienne et d'accueillir dans leur contexte professionnel des activités corporelles. Il offre également aux praticiens somatiques et aux danseurs des clés essentielles pour collaborer avec les professionnels du soin.

L'équipe pédagogique est formée d'enseignants-chercheurs, de professionnels du mouvement et de la danse, ainsi que de soignants et accompagnants de malades.

CONFÉRENCE
21 FEV 13
Le tournant spatial de l'art contemporain, par Julie PERRIN, Laurent PICHAUD et Anne VOLVEY
École nationale supérieure des beaux-arts Montpellier, Galerie.
Chacun depuis son champ de recherche, le chorégraphe Laurent Pichaud, la géographe Anne Volvey et la chercheuse en danse Julie Perrin échangeront sur des démarches artistiques qui font du lieu leur ressort central. Cette réflexion sur l'art pour site spécifique espère se déployer par la confrontation des disciplines et des points de vue. Dans le même temps, elle met son propre contenu à l'épreuve du contexte : comment la mise en situation de nos questionnements respectifs et l'exposé de notre documentation résistent-ils à la situation présente ?
RENCONTRE
11 FEV 13 / 19 FEV 13
Deux rencontres autours du livre-DVD : Odile Duboc, Les mots de la matière
11 février, Micadanses / 19 février, SACD
1/ le 11 février à 19h30, à Micadanses, dans le cadre du Festival Faits d'hiver et de la Soirée édition danse. En présence de Françoise MICHEL & Julie PERRIN.
http://www.faitsdhiver.com/2013/SiteDanse.html

2/ le 19 février à 18h30, à la SACD, 7 bis, rue Ballu, 75009 Paris. En présence de Françoise MICHEL & Julie PERRIN et François BERREUR.
réservation indispensable dans la limite des places disponibles : invitation.mda@sacd.fr
PARUTION : LIVRE
11 FEV 13
Odile Duboc. Les mots de la matière. Écrits de la chorégraphe (LIVRE + DVD)
Les solitaires intempestifs, Besançon, 2013, 256 pages
Ouvrage établi sous la direction de Françoise MICHEL et Julie PERRIN

Ce livre donne à lire et entendre les mots de l'artiste Odile Duboc. C'est la voix d'une chorégraphe, danseuse, pédagogue, soucieuse de transmettre les valeurs de sa danse, et d'en décrire les gestes fondateurs. Elle a traversé trente ans de l'histoire de la danse en France, transmettant inlassablement ses convictions artistiques auprès de nombreux danseurs - amateurs ou professionnels - dont beaucoup sont devenus chorégraphes par la suite. Dans une écriture limpide et parfois poétique, elle décline ici ce qui fonde son esthétique et son langage chorégraphique. Odile Duboc, Les mots de la matière rassemble des textes écrits entre 1981 et 2010, pour certains inédits.
Françoise Michel et Julie Perrin

Accompagné d'un DVD : trois solos d'Odile Duboc Langages clandestins (1981), Overdance (1989) et O.D.I.L (2006), ainsi que la Grande leçon de danse de la chorégraphe filmée en 2009 au Centre national de la danse.

Ouvrage publié avec le concours du Centre National du Livre.
COMMUNICATION
07 FEV 13
Politics in Art Forms : The political dynamics of Dance, avec Kristy EDMUNDS, Heddy MAALEM, Janet O'SHEA, Julie PERRIN, Yvonne RAINER,
Sous la présidence d'Anurima Banerji (UCLA), University of California, Los Angeles
Danse le cadre du colloque "Politics in Art Forms/La politique dans les formes artistiques" organisé par les universités UCLA (University of California, Los Angeles), USC (University of Southern California) et Paris 8 Saint-Denis, à Los Angeles, les 7 et 8 février 2013.

Comité d'organisation du colloque : Anurima Banerji (UCLA, World Arts and Culture) ; Steven Ross (History of Film, USC) ; Violaine Roussel (Political Sociology, Paris 8)

Programme ci-joint
CONFÉRENCE
01 FEV 13
Danse et politique, par Isabelle LAUNAY
CCN du Havre, vendredi 1er février 2013, 14h
SÉMINAIRE
31 JAN 13
Intervention de Ninon Prouteau-Steinhausser
3ème Séminaire doctoral commun Paris I/Paris IV, 31 janvier, 18h à 20h (salle Jullian, 1er étage, INHA, 2 rue Vivienne, 75002)
Le 3ème Séminaire doctoral commun Paris I/Paris IV se tiendra ce jeudi 31 janvier 2013 de 18h à 20h (salle Jullian, 1er étage, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris).

Nous entendrons à cette occasion deux communications consacrées au thème de " la description" :
- Nikola Piperkov (Paris I) : (D)Ecrire les images : de l'ekphrasis au transcodage. La description sous l'angle de la linguistique.
- Ninon Prouteau-Steinhausser (Paris VIII) : Descriptions de la danse dans la critique chorégraphique : quelques hypothèses pour une analyse textuelle chorégraphique.
Dans le cadre de cette séance, nous aurons le plaisir d'accueillir Luisa Capodieci, Maître de conférences en Histoire de l'art moderne à l'Université Paris I.
CONFÉRENCE
30 JAN 13
Repères historiques et esthétiques sur la danse contemporaine en France, par Sylviane PAGES
IUFM de Carcassonne
COLLOQUE
17 JAN 13 / 18 JAN 13
Gestes et mouvements à l'oeuvre. Une question danse-musique, XXe-XXIe siècles
Université Paris 8
Colloque international et transdisciplinaire ; 17-18 janvier 2013
Organisé par :
Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Laboratoire d'études et de recherche sur les Logiques Contemporaines de la Pensée (EA4008).
Laboratoire d'esthétique, musicologie et créations musicales (EA1572).
Laboratoire d'analyse des discours et pratiques en danse (sous-section d'EA1572).
Unité de recherches Philosophies Contemporaines (EA 3562), Centre d'Esthétique et de Philosophie de l'Art.

Sous la direction d'Olga Moll, Pauline Nadrigny, Christine Roquet et Katharina Van Dyk

Programme détaillé ci-joint.
PARUTION : LIVRE
08 JAN 13
Figures de l'attention. Cinq essais sur la spatialité en danse, par Julie PERRIN
Les presses du réel, Dijon, 2012
Faire l'expérience d'une œuvre chorégraphique conduit le public à éprouver cette sorte de tension propre à la relation esthétique, au cours de laquelle le spectateur s'invente comme sujet sensible. Ce livre propose de considérer comment l'œuvre oriente et favorise un trajet perceptif que l'examen de la spatialité en danse met en évidence. La spatialité contribue à organiser un régime de visibilité et d'attention : elle semble jouer un rôle déterminant dans la façon dont l'œuvre sollicite le spectateur, en désignant où regarder et comment percevoir. Cette hypothèse est mise à l'épreuve des analyses successives de cinq pièces : Self-Unfinished de Xavier Le Roy (1998), Trio A d'Yvonne Rainer (1966), Suite au dernier mot : Au fond tout est en surface d'Olga Mesa (2003), Con forts fleuve de Boris Charmatz (1999) et enfin Variations V de Merce Cunningham (1965). L'attention à l'œuvre chorégraphique est ainsi au cœur de la réflexion : comment chaque danse, à l'intérieur du dispositif de perception constitué par la scène occidentale, sollicite-t-elle le spectateur pour conduire son attention vers le surgissement d'une figure dansante ?

En librairie début 2013
PARUTION : LIVRE
31 DEC 12
Les archives internationales de la danse, par Sanja Andus L'Hotellier
Ressouvenances, 2012
Fondées en souvenir des Ballets suédois et de Jean Börlin, par Rolf de Maré le 16 juin 1931 à Paris, et dirigées par Pierre Tugal, les Archives Internationales de la Danse (A.I.D.) se donnèrent pour objectif de centraliser tous les documents ayant trait à la danse dans tous les pays du monde, de constituer un musée de la danse, une bibliothèque, un office de documentation et de renseignements, un service d'archives, un département sociologique et ethnographique, une salle de conférences et de démonstrations ainsi qu'une salle d'expositions.
L'objet de cet ouvrage est de reconstituer l'histoire de la Fondation et de proposer une analyse de ses principaux chantiers : les différents concours entre 1932 et 1947, le projet muséal ainsi que la conception du projet scientifique, en prenant, comme point de départ méthodologique, une enquête auprès des témoins de l'époque - les artistes chorégraphiques. Le retour sur les différents concours qu'organiseront sur quinze ans les A.I.D. permet de montrer comment s'est imposée, auprès d'un public que les A.I.D. entendent fédérer, la figure de Kurt
Jooss au dépend de celle de Jean Börlin, dont la fondation entendait précisément entretenir le souvenir. L'analyse du projet scientifique porté par les A.I.D. fait l'objet de la troisième partie de cet ouvrage, dans laquelle est abordée la notion du terrain que constitue le
voyage exploratoire aux Indes néerlandaises en 1938. Apparaissent alors nettement les limites de leur méthodologie scientifique, réponse de la fondation à ce qui est perçu comme l'absence d'un corpus intellectuel propre à la danse.
L'auteure: danseuse de formation, Sanja Andus L'Hotellier est historienne de la danse. Docteure de l'Université Paris VIII-Vincennes Saint-Denis, elle a collaboré à différentes missions de recherche notamment auprès du Musée de la danse de Stockholm, du Mas de la danse, de l'IMEC et du Centre National de la Danse. Elle est actuellement chercheuse invitée au Département d'Histoire de Columbia University de New York.
Préface par Françoise Dupuy. - Postface par Dominique Dupuy.
PARUTION : LIVRE
18 DEC 12
Histoire(s) et lectures : Trisha Brown / Emmanuelle Huynh
Les presses du réel, Dijon, 2012
Ouvrage coordonné par Emmanuelle HUYNH, Denise LUCCIONI et Julie PERRIN

En 1992, lorsque je sollicite une première rencontre avec Trisha Brown, je ne sais pas encore que je vais m'intéresser à la question de la transmission, à la question de l'école comme lieu d'émancipation. C'est pourtant ce qui se joue dans ces conversations qui auront lieu pendant dix ans. À travers les questions à Trisha Brown, souvent préparées, parfois improvisées, je cherche à comprendre tant le cœur du travail, sa fabrication intime, le rapport aux danseurs, leurs corps, leur imagination, que le contexte du travail, le cadre hiérarchique de la compagnie, le désir d'école, les questions économiques qui parfois donnent de nouvelles orientations. À mesure que je la rencontre, je peux inventer ma route et préciser mes propres options. Loin de m'inféoder à elle, ce lien m'autorise et m'émancipe.
Emmanuelle Huynh
Ces conversations sont accompagnées d'échanges avec des collaborateurs de Trisha Brown, de textes de ses danseurs, de notes consignées lors d'un stage avec la chorégraphe, de trois jours de conférence donnée au CNDC d'Angers en 2006. L'ensemble est suivi d'un essai sur cette filiation déliée entre Trisha Brown et Emmanuelle Huynh.

En librairie début janvier 2013
RENCONTRE
05 DEC 12 / 07 DEC 12
Festival CRITIQUES
Organisé par : CNDC d'Angers, laboratoire « Analyse des discours et pratiques en danse », Labex Arts H2H (2012), l'ESBA Tours, Angers, le Mans
Depuis les années 1990, nombreux sont les artistes chorégraphiques qui s'interrogent sur la critique au sein même de leur travail de création. On assiste ainsi à l'émergence d'une pluralité d'objets - œuvres, processus de travail associant artistes, critiques et chercheurs, dispositifs performatifs et discursifs, plateformes interactives d'échange de savoirs et de pratiques, sites internet (www.everybodystoolbox.net, www.countercritic.com).
Les danseurs produisent des discours, les critiques mettent en scène leurs processus de regard et d'écriture : ainsi les rapports danse/critique se diversifient et se multiplient : à l'activité classique de la critique sur l'art, s'ajoute la pratique critique par les artistes, les critiques performatives (ou écritures et performances sur l'art pratiquées par les critiques), et enfin, le discours critique comme objet de l'art ou performance critique.
Le Festival présente cette « critique en action » sous toutes ses formes : en soirée, des performances, spectacles, dispositifs (Claudia Triozzi, Ben Evans, Valentina Desideri, Julie Nioche/ Isabelle Ginot, Bojana Cvejic) qui témoignent de la place que cette question occupe désormais au sein des pratiques artistiques.
En journée, des jeunes artistes issus de plusieurs écoles d'arts (Master Essais du CNDC, Master Ex.e.r.ce de Montpellier, l'ESBA TALM d'Angers, ESBAN Nantes, le département danse de l'Université Paris 8) se rencontreront durant une semaine d'atelier pour échanger leurs propres questions et pratiques critiques.
Chaque jour en ouverture et fin de soirée, l'équipe d'artistes et de chercheurs associée à la manifestation proposera " un critic club" invitant le public à un temps de rencontre en périphérie des propositions artistiques.

Le Festival CRITIQUES est présenté dans le cadre du projet « La critique en action : regards de l'art et regards sur l'art », projet de recherche mené depuis mai 2012 associant chercheurs et artistes du CNDC et de l'université Paris 8, qui vise à observer et analyser les différentes activations de la « question critique » au sein de la production chorégraphique.

Ce projet est conduit dans le cadre du Labex Arts H2H (2012) et associe le laboratoire « Analyse des discours et pratiques en danse » de l'Université Paris 8, le CNDC d'Angers (dir. Emmanuelle Huynh), et l'ESBA Tours, Angers, le Mans.
Projet dirigé par : Isabelle Ginot, Emmanuelle Huynh, Anne Kerzerho
Coordonné par : Myrto Katsiki, Jennifer Lacey, Ninon Prouteau

Programme détaillé ci-joint

CONFÉRENCE
06 DEC 12
Deux histoires singulières du design en débat, par Béatriz PRECIADO et Alexandra MIDAL
Centre Pompidou, 6 décembre, 19h, petite salle niveau - 1
à 18h : projection du film "Politique-Fiction : le design au combat" (59'), 2012, d'Alexandra Midal
Deux regards singuliers et complémentaires soumis à discussion :
Béatriz Preciado, auteur de Pornotopie (Flammarion, 2011) voit dans Playboy, le journal d'Hugh Hefner, un prescripteur majeur du design et de l'architecture modernes, plus encore que les revues spécialisées de l'époque.
Alexandra Midal, historienne et théoricienne du design, auteur du film Politique-Fiction : le design au combat, propose une histoire du design de 1840 à 1960 à travers le prisme du politique et de la contre -culture.
Projection du film Politique-Fiction : le design au combat, d'Alexandra Midal, 2012, 59', suivie d'un dialogue entre Beatriz Preciado et Alexandra Midal.
Entrée libre dans la limite des places disponibles




CONFÉRENCE
28 NOV 12
Conférence sur le butô, par Sylviane PAGES
dans le cadre d'Automne Enseignants, Festival Automne en Normandie, Le Rayon Vert, Saint-Valéry-en-Caux
RENCONTRE
28 NOV 12
Rencontre avec Boris CHARMATZ et Isabelle LAUNAY
Médiathèque de Saint Herblain, 19h
RENCONTRE
16 NOV 12
Danses de sorcières, avec Marie GLON et des auteurs et artistes
20h, Maison Populaire de Montreuil, 9 Rue Dombasle, 93100 Montreuil
Carte blanche à la revue Repères, cahier de danse pour la parution de son numéro 30 : rencontre, projections, débats avec les auteurs et artistes interviewés. Ci-joint le sommaire
Infos : CDC du Val-de-Marne, 01 46 86 17 61 - http://www.alabriqueterie.com
TABLE RONDE
16 NOV 12
John Cage. Table ronde avec Gianmario Borio, Max Noubel, Julie Perrin, Robert Piencikowsk, Veniero Rizzardi, Gianfranco Vinay
DAMS, Bologna, dans le cadre du 16ème Colloque de musicologie de la revue «Il Saggiatore musicale» et à l'occasion du centenaire de la naissance de Cage
Avec : Gianmario Borio (Université de Pavia), Max Noubel (Cral/Ehess, Université de Bourgogne), Julie Perrin (Université de Paris 8), Robert Piencikowsk (Fondation Paul Sacher, Bâle), Veniero Rizzardi (Università Ca' Foscari, Venise), Gianfranco Vinay (Université de Paris 8)
PARUTION : LIVRE
01 NOV 12
Pensar con mover. Un encuentro entre danza y filosofía, de Marie BARDET
éd. Cactus, Buenos Aires, 2012
Dos prácticas cruzadas, la de la danza y la de la filosofía, como campo intensivo en el que circulan (caminan, rolan, com-ponen, articulan, presentan, piensan) imágenes y cuerpos. Una inquietud que pasa de una a otra en vaivén, pero que en su velocidad de vaivén (o en su lenta cadencia) abre una brecha que toma todo en un torbellino, o en una neblina, donde el imperio de las formas cede el paso al misterio de las fuerzas.
¿Cómo se relacionan dos heterogeneidades? Tras esta pregunta parte Marie Bardet, bailarina y filósofa a la vez, al mismo tiempo, deliberadamente, con prácticas variadas entre los pisos de baile, las aulas universitarias, y los monstruos híbridos que instituye.
Y en torno a esta pregunta, formulada, trabajada, atravesada y espesada por múltiples derivaciones construirá un vasto -y crujiente- aparato conceptual-escritural para pensar las prácticas en la danza y (quiera Dios) en la filosofía.
Libro polifónico que reúne las voces de escritores, filósofos, bailarines, coreógrafos, y algún que otro espíritu fantasmal, Pensar con mover logra además el prodigio de poner a funcionar una de las filosofías más potentes de la vida, del tiempo, de la creación, la de Henri Bergson, en el meollo de todas las inquietudes inmanentes a la danza. Pero no como una aplicación, o en sobrevuelo, o desbrozando la tierra, sino en el discurrir común de un mismo flujo continuo y heterogéneo, moviente, descubriendo que aquello ya danzaba en sus imágenes-movimiento, en sus imágenes-luz, o que el baile ya pensaba -¿con los pies, como quería Nietzsche?- no sobre sus movimientos sino con ellos.

Marie Bardet es doctora en filosofía por la Universidad Paris 8 y en Ciencias Sociales por la Universidad de Buenos Aires. Sigue sus investigaciones entre filosofía y danza, profundizando su trabajo de doctorado titulado « Filosofía de los cuerpos en movimiento. Entre la improvisación en danza y la filosofía de Bergson. Estudio sobre la inmediatez ». Desde el inicio de sus estudios, entrelaza su carrera universitaria en filosofía contemporánea y estética, con una formación en artes del movimiento e improvisación en danza (Julyen Hamilton, Deborah Hay...) y técnicas somáticas. La transversalidad entre estos dos campos es palpable en su escritura (Penser et Mouvoir. Une rencontre entre danse et philosophie, Paris, éd. L'Harmattan, 2011; traducción al castellano: Pensar con Mover, Buenos Aires, ed. Cactus, 2012; múltiples artículos en revistas nacionales e internacionales), en sus conferencias y presentaciones públicas (Des-articulando, una conferencia en movimiento, Espacio Ecléctico, 2012; Les restes des gestes, 2010) como en su labor docente en Universidades (Paris 8, UBA, UNC, UNLaR) y en instituciones de formaciones artísticas (Centro Coreográfico Nacional de Rillieux (fr), Teatro San Martín en Buenos Aires (arg), etc.).
http://imageinactionsbardetmarie.over-blog.com/
APPEL à CONTRIBUTION
31 OCT 12
Être interprète en danse
Appel à contribution pour Recherches en danse, revue de l'aCD
Délai reporté au 31 OCTOBRE
Appel de l'association des Chercheurs en Danse : détail ci-joint
http://acdanse.free.fr/
COMMUNICATION
26 OCT 12
Descriptions de la gymnastique rythmique par André Levinson, critique de danse pour Comoedia et Candide (Paris, 1920-1933), par Ninon PROUTEAU-STEINHAUSSER
Campus de Bobigny - Université Paris 13
Journée de la recherche doctorale en ethnoscénologie : Sport, théâtre et arts vivants
Laboratoire d'ethnoscénologie (EA1573)
Réseau des doctorants et jeunes chercheurs en ethnoscénologie
Maison des Sciences de l'Homme Paris Nord (USR3258)
CNRS - Université Paris 13 - Université Paris 8
Société Française d'Ethnoscénologie
Programme ci-joint
CONFÉRENCE
25 OCT 12
Danse contemporaine, une pluralité de gestes, par Mélanie PAPIN et Ninon PROUTEAU-STEINHAUSSER
Université Picardie Jules Verne, campus de Laon, en partenariat avec l'Echangeur de Fère-en-Tardenois
Cette session « culture chorégraphique » propose d'aborder la notion de danse contemporaine sous l'angle de la pluralité. La diversité des esthétiques aujourd'hui est l'héritière d'une histoire de la danse riche en circulations chorégraphiques qui nourrissent des modes de pensée du geste dansé multiples, parfois opposés. En explorant différents « gestes » aussi bien à travers les œuvres et leur contexte qu'un atelier pratique, nous souhaitons partager en corps et en pensée quelques aspects de ce foisonnement de la danse.
Conférence pour l'Echangeur de Fère-en-Tardenois, en partenariat avec l'Université Picardie Jules Verne - campus de Laon, dans un programme qui s'appelle "Les Rencontres" : un programme d'actions culturelles à destination des étudiants du Master "Education et Formation" dans le cadre de leur formation initiale (anciennement IUFM). Ce programme est également ouvert aux enseignants et amateurs du département, ainsi qu'aux étudiants de l'IUT du campus de Laon.
TABLE RONDE
24 OCT 12
Danser en Mai 68, le Groupe de recherche Histoire contemporaine du champ chorégraphique en France
Micadanses, 16 rue Geoffroy l'Asnier, 75004 Paris, 14h-18h
Journée de réflexion organisée le Groupe de recherche en histoire contemporaine du champ chorégraphique en France (Université Paris VIII - Département Danse - Laboratoire des pratiques et des discours du champ chorégraphique)en partenariat avec Micadanses
Programme détaillé ci-joint.
COLLOQUE
08 OCT 12 / 11 OCT 12
Arte, Estética e Politica: Dialogos com Jacques Rancière
Rio de Janeiro
Détails ci-joint
Avec les interventions de Marie Bardet et Julie Perrin
CONFÉRENCE
09 OCT 12
Le "Déjeuner sur l'herbe" d'Yvonne Rainer, par Julie PERRIN
Rio de Janeiro, UFRJ, 2e encontro de pesquisadores dos programas de pos-graduaçao em artes do estado do Rio de Janeiro
Programme complet ci-joint
La chorégraphe américaine Yvonne Rainer réalise son troisième court-métrage en 1968 : Trio Film (13', silencieux). A posteriori, alors qu'elle est devenue cinéaste à partir de 1972, elle considère ses premiers court-métrages comme une simple extension de son intérêt pour le corps et le corps en mouvement. « Je n'ai pas fait de films : j'ai fait des exercices chorégraphiques filmés qui étaient censés être regardés en vision périphérique ». Malgré ce jugement sévère, il semble évident que Trio Film soulève des questions esthétiques cruciales dans le prolongement des débats ouverts par le Judson Dance Theater - questions partagées par les cinéastes expérimentaux à New York dans les années 1960. La référence à Manet, à Cukor mais aussi à la catégorie du blue movie (film pornographique) traduit bien le nœud théorique dans lequel la chorégraphe se débat. Nous réfléchirons à l'expérience du temps, de l'ordinaire, de la nudité proposée par Trio Film.
CONFÉRENCE
06 OCT 12
Le Butô, esthétique spectrale et danse de la peau, par Sylviane PAGES
entre 20h et 21h, Nuit Blanche à Paris, Projet White Spirit : parcours nocturne autour du blanc, Palais de Tokyo, salle 37
Proposition du Centre Allemand d'Histoire de l'Art. Conception: Bettina Bauerfeind, Tobias Kämpf, Sarah Troche, Muriel van Vliet
http://nuitblanche.paris.fr/oeuvres/lieu/76#2
JOURNÉE D'ÉTUDE
02 OCT 12
5e journée d'étude des doctorants en musique et danse
université Paris 8, salle A0162, 9h45-17h
Programme ci-joint.
A noter l'intervention de Ninon PROUTEAU à 15h
CONFÉRENCE
17 SEP 12
Sauter, par Isabelle LAUNAY
Biennale de la Danse, Lyon, TNP de Villeurbanne
Reprise de la conférence du Théâtre de Chaillot dans le cadre de la Petite Université Populaire de la Danse, délocalisée à Lyon pour l'occasion.
FORMATION
12 SEP 12
Programme 2012-2013 du département Danse
Brochure ci-joint
Informations également ici : http://www-artweb.univ-paris8.fr/spip.php?rubrique340
APPEL - COLLOQUE
05 SEP 12
Gestes et mouvements à l'oeuvre. Une question danse-musique, XXe-XXIe siècles
Appel à communication
Voir document ci-joint
Colloque international et transdisciplinaire ; 17-18-19 janvier 2013
Organisé par :
Université Paris 8 Vincennes - Saint-Denis
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Laboratoire d'études et de recherche sur les Logiques Contemporaines de la Pensée (EA4008).
Laboratoire d'esthétique, musicologie et créations musicales (EA1572).
Laboratoire d'analyse des discours et pratiques en danse (sous-section d'EA1572).
Unité de recherches Philosophies Contemporaines (EA 3562), Centre d'Esthétique et de Philosophie de l'Art.

Sous la direction d'Olga Moll, Pauline Nadrigny, Christine Roquet et Katharina Van Dyk
RADIO
26 JUI 12
Gestuelles - Émission "Pas la peine de crier", avec Marie Glon et Isabelle Launay
Sur France Culture, 26 juin 2012
à écouter ici : http://www.franceculture.fr/oeuvre-histoires-de-gestes-de-isabelle-launay
Présentation du livre Histoires de gestes, par Marie Glon et Isabelle Launay
COMMUNICATION
15 JUI 12
Anna Halprin et le paysage, par Julie PERRIN
Colloque Staging the Land - L'enjeu de la perception dans la création contemporaine in situ, 13-15 juin 2012, Université d'Avignon
détail ici : http://www.nancyholt.com/
RENCONTRE
12 JUI 12
Photographie et danse
Fondation d'entreprise Ricard, 12 rue Boissy d'Anglas 75008 Paris, 19h-21h
Table-ronde organisée par Michelle Debat, autour du dernier numéro de la revue d'histoire de l'art LIGEIA ; avec Mathias Auclair, Jacinto Lageira, Anne Nordman et Julie Perrin.
Sommaire de la revue : http://revue-ligeia.com/contenu.php
Michelle Debat, Photographie & danse
Michelle Debat, L'oiseau comme figure de la danse
Odile Duboc, Vols d'oiseaux...
Anne Nordmann, La cartographie du réel ...
Odile Duboc, L'instantané chorégraphique
Michel Guérin, La trans(e)-parence, (éclair vs écran)
Philippe Guisgand, Ce que la photographie dit à la danse
Julie Perrin, Le chorégraphique traversé par la photographie. À propos du temps dans la composition : Rainer, Paxton et Charmatz
Patricia Brignone, Danse & photographie : éloge de l'indiciel
Myriam Gourfink et Françoise Rognerud, La danseuse photographe : la photographie comme « état de témoin »
Alix de Morant, « Io e un altro : deux femmes, une seule peau »
Christian Gattinoni, Toutes sortes de corps en transit images
Bernard Andrieu, Est-ce le corps qui danse ?
Jacqueline Salmon, Tout mouvement regardé avec l'intention de regarder de la danse
Corinne Mercadier, Ce qu'a vu la photographie ...
Daniel Linehan, Faire c'est non pas dire mais c'est montrer ..., à propos de Montage for Three (2009) de Daniel Linehan
Danièle Meaux, Le livre de photographies comme espace d'une chorégraphie (à propos de Prague de Magdi Senadji)
Isabelle Giovacchini, Révérences ...
Mathias Auclair, Les danseuses de l'Opéra de Paris et la photographie (1860-1914)
CosimoChiarelli, Etienne Bertrand Weill, danseur d'images
Louise Provencher, Échographie(s). Ou de quelques images de l'écoute
Michelle Debat, Où il est question de « danseuses absolues »
Daniel Dobbels, La photographie est
Mathilde Monnier, À partir de la danse...
Edwige Phitoussi, Processus imageants dans la recherche chorégraphique d'Alban Richard
Jacinto Lageira, João Fiadeiro. Repli dans le noir
Germana Civera, L'image en partage : à propos de Splendeur inespérée de Germana Civera





PARUTION : LIVRE
06 JUI 12
Histoires de gestes, sous la direction de Marie GLON et Isabelle LAUNAY
éditions Actes Sud en collaboration avec le Théâtre national de Chaillot et l'équipe de recherches « Analyse des pratiques et des discours en danse », université de Paris 8
Présentation de l'ouvrage au Théâtre national de Chaillot, le 6 juin à 19h30, en présence des auteurs.
Compléments ci-joint
JOURNÉE D'ÉTUDE
25 MAI 12
Journée Genre et Danse, avec Hélène Marquié
10h-16h, studio du département danse
Organisé à l'initiative d'Hélène Marquié, avec les étudiants Master de son cours et ceux du département danse.
En présence d'Isabelle Ginot, Sylviane Pagès, Julie Perrin et Christine Roquet
COMMUNICATION
21 MAI 12
La transmission de la danse. Du mouvement au geste expressif ; analyser, interpréter, transmettre une danse contemporaine africaine à la croisée des héritages de l'Afrique de l'Ouest et des danses occidentales, par Christine ROQUET
Lundi 21 mai : Master class par Germaine Acogny et Christine Roquet (MCF, Université Paris VIII)
Colloque "Corps, éducations, mondialités, Approches comparatives dans l'espace francophone", du 21 au 26 mai 2012, Maison des Sciences de l'Homme - Alsace (MISHA), 5 Allée du Général Rouvillois, 67000 Strasbourg
CONFÉRENCE
12 MAI 12 / 13 MAI 12
Laboratorio abierto, par Marie BARDET
Presentación conferencia en movimiento Articulando sábado 12 (19h)
Taller y charla domingo 13 (10h-17h)
(Espacio Eclectico, Humberto 1° Buenos Aires)
http://www.espacioeclectico.com.ar
CONFÉRENCE
11 AVR 12
La lecture comme geste, par Barbara FORMIS et Julie PERRIN
18h, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. UFR Arts Plastiques et Science de l'Art. 47, rue des bergers. 75015 Paris
Dans le cadre du séminaire Prise de pratique/Mise en paroles, organisé par le Laboratoire du geste : www.laboratoiredugeste.com
Entrée Gratuite. Inscription obligatoire : laboratoire@laboratoiredugeste.com
Session 1 : 30 Novembre à 18h : Richard Siegal
Session 2 : 25 janvier à 18h : Laurent Pichaud
Session 3 : 14 mars à 18h : Mélanie Perrier
JOURNÉE D'ÉTUDE
06 AVR 12 / 07 AVR 12
Les études et la recherche en danse à l'université
6 et 7 avril 2012, Journées d'étude par les enseignants-chercheurs en danse.
Journées de réflexion sur l'orientation et l'avenir des études et de la recherche en danse à l'université en France.
Avec les enseignants des départements danse de l'université de Nice Sofia Antipolis (laboratoire RITM), de l'université de Lille 3 et de l'université Paris 8 Saint-Denis (laboratoire analyse des discours et pratiques en danse).
COMMUNICATION
05 AVR 12
Le manifeste en danse, par Guillaume SINTES
organisé par le CRAL, EHESS, 96, Bd. Raspail. Salle de séminaire, Centre d'Etudes Africaines
journée d'études "Le manifeste artistique : un genre collectif à l'ère de la singularité" organisée par le CRAL le 5 avril 2012
CONFÉRENCE
02 AVR 12
Lectures-Dialogue et Réflexions - corps/esprit 1 par Marie BARDET
Lundi 2 avril, 15H30-19h30, LIEUES, Lyon (32 RUE DES TABLES CLAUDIENNES - LYON 1ER )
Quand Descartes devient le moins cartésien du monde.
Ou, union de l'âme et du corps, et expérience de la pesanteur dans la correspondance avec la Princesse Elisabeth
RENCONTRE
01 AVR 12
Etirement #3 "presenting the present" par Marie BARDET et Julyen HAMILTON
dans le cadre du cycle "penser & mouvoir / mouvoir & penser" organisé par CitéDanse à Grenoble, Dimanche 1er avril 2012 10h-18h
Espace Creatorio - 32 rue du Maréchal Joffre - 38600 Fontaine
CYCLE RENCONTRES
26 MAR 12 / 30 MAR 12
Semaine des arts - 2e édition
Programme ci-joint.

Expositions, performances, conférences, débats, projections, tables rondes réunissant artistes et chercheurs : une semaine à l'université Paris 8 où tous les départements de l'UFR "Arts, philosophie et esthétique" échangent et présentent leur façon de créer et chercher.
Les archives des différentes éditions sont disponibles ici : http://www-artweb.univ-paris8.fr/spip.php?rubrique422
CYCLE CONFÉRENCES
04 FEV 12 / 24 MAR 12
Alwin Nikolais, le pas en avant pour la danse en France, par Mélanie PAPIN
SN Saint Quentin en Yvelines ; L'Onde, Vélizy ; CC Jean Vilar, Marly Le Roi ; Collectif 12, Mantes La Jolie
"Aujourd'hui, Nikolais reste relativement méconnu du grand public, alors même qu'il a apporté à la danse de nombreuses innovations. Il a été l'un des artisans de la danse contemporaine en France, en proposant des voies nouvelles à la création chorégraphique et davantage peut-être en portant un corps dansant libéré des conventions classiques d'une part et de l'expressivité théâtrale d'autre part.
Les communications s'attacheront donc à cerner ce que Nikolais a « fait » à la danse en France tant d'un point de vue artistique que pédagogique."

Ce cycle de conférences est à l'initiative du Conseil Général des Yvelines dans le cadre de son dispositif parcours chorégraphique destiné aux élèves danseurs et aux pédagogues du département. A l'occasion du centième anniversaire de sa naissance, Alwin Nikolais est mis à l'honneur notamment avec la venue de la Ririe- Woodbury Dance Company.
JOURNÉE D'ÉTUDE
12 MAR 12
Première journée d'études Somato-politiques
Lundi 12 mars, 13h-20h Lieu : Université Paris 8, département danse, Bat A Studio Danse (A 1 163)
Sous la direction d'Isabelle Ginot,
animé par Marie Bardet, Carla Bottiglieri, Joanne Clavel, Isabelle Ginot, Beatriz Preciado, Violeta Salvatierra

Cette journée vise à identifier et permettre la rencontre de chercheurs de différentes disciplines qui travaillent sur des objets « parents », les pratiques corporelles, et plus particulièrement les pratiques somatiques et autres « techniques du geste ». Les manières de regarder, dire, problématiser ces techniques du geste informent et transforment à la fois les recherches menées et l'insertion de ces recherches dans les terrains pratiques, sociaux et politiques. Les discussions seront avant tout centrées sur les questions d'épistémologie des techniques du geste (quelles sont leurs sources, leurs modes de transmission, leurs enjeux, etc.), et de méthodologie des recherches.

Objet des présentations : par « techniques du geste », nous entendons prioritairement les pratiques somatiques (méthodes corporelles et psycho corporelles basées sur le travail de la « prise de conscience », telles que Alexander, Eutonie, Feldenkrais, BMC, etc.), mais aussi des approches telles que le Contact improvisation, Mouvement Authentique, etc.

Approche : Il ne s'agit pas de réunir des chercheurs à partir d'une liste exclusive d'objets de recherche, mais plutôt à partir de leur approche. Ont été privilégiées les propositions qui envisagent l'étude des pratiques corporelles à partir d'une double approche à la fois théorique et pratique ; autrement dit, qui problématisent les pratiques et/ou l'expérience de la pratique.

Méthode de travail : Les propositions retenues et diffusées à l'avance à l'ensemble des participants pour lecture préalable, ne feront pas l'objet de présentations orales, mais uniquement de la mise en discussion. Les discussions seront prioritairement centrées sur les questions méthodologiques et épistémologiques.

Programme

13h Accueil des participants
13h15 Introduction à la journée d'études
13h30 Discussion : La Méthode Feldenkrais dans le champ de la petite enfance, réflexion psychologique et pédagogie concrète pour une prévention globale (Annette Orphal, psychologue en crèche et praticienne Feldenkrais).
14h15 Discussion : Décompactage du soma, d'une saison du spectacle à l'autre (Benito Barja)
15h Discussion : Pour une approche somatique et écologique du corps dansant (Biliana Fouilhoux, Laboratoire Education et Intervention - Lille 2)
15h45 Pause
16h15 Discussion : Entretiens d'explicitation et pédagogie phénoménologique en danse (titre provisoire) A. Cazemajou, Univ. Blaise Pascal, Clermont-Ferrand
17h Discussion : Le performer, producteur d'un geste virtuose (Agathe Dumont, Univ. Lyon 2).
17h45 Pause
18h : Groupe de recherche somato-politiques : perspectives de recherche.
19h : Conclusion de la journée.

Université Paris 8, 2 rue de la Liberté - Saint-Denis. Métro Saint-Denis-Université
contact : isabelleginot@univ-paris8.fr - www.danse.univ-paris8.fr
CYCLE CONFÉRENCES
15 OCT 11 / 10 MAR 12
La petite université populaire de la danse à Chaillot et au Louvre
Théâtre national de Chaillot : les 15 oct, 19 nov, 14 janv, 11 fév, 10 mars à 17h.
Pour la troisième saison, le Théâtre National de Chaillot, en partenariat avec le département danse de l'université Paris 8 et le musée du Louvre, propose un cycle de conférences sur la danse. Ces conférences s'adressent aussi bien aux néophytes qu'aux « savants » : elles invitent à ouvrir notre perception de l'art chorégraphique, en explorant différentes façons de parler de la danse.

Ce cycle s'organise autour de verbes d'action. En 2009/2010, nous avions choisi être debout, tomber, tourner, sauter, marcher, en 2010/2011 s'asseoir, porter, arriver/partir, prendre par la main, courir.

En 2011/2012, la réflexion se poursuit autour de regarder, frapper, rassembler, installer, glisser : avec chacun de ces thèmes, il s'agit d'évoquer l'histoire des représentations du corps en mouvement, en recourant à l'analyse du mouvement et d'œuvres chorégraphiques, à la philosophie, à l'histoire ou à d'autres éclairages issus des sciences humaines et des savoir faire des danseurs. Chacun de ces verbes d'action donne lieu à une conférence au Théâtre National de Chaillot, suivie quelques jours plus tard d'un rendez-vous au musée du Louvre : animée par deux chercheuses en danse, cette visite invite les participants à cheminer entre danse et arts plastiques.

- Regarder, par Isabelle Ginot le 15 octobre, (Louvre 19/10 et 21/10 par L. Doat et M. Glon)
- Frapper, par Federica Fratagnoli le 19 novembre (Louvre 23 et 30)
- Rassembler, par Claude Sorin le 14 janvier (Louvre 18 et 25)
- Installer, par Barbara Formis le 11 février (Louvre 15/02 et 7/03)
- Glisser, par Julie Perrin le 10 mars (Louvre 14 et 21)

Coordination Marie Glon, doctorante à l'EHESS, rédactrice en chef de la revue Repères, cahier de danse.
CYCLE CONFÉRENCES
25 JUI 11 / 18 FEV 12
Conversations sur la performance
Théâtre de la Cité internationale, juin 2011- novembre 2012 : 25 juin, 10 déc, 18 févr, 23 juin, ...
Une proposition du Théâtre de la Cité internationale avec l'aide d'ARCADI
Comité scientifique : Isabelle Barbéris, enseignant chercheur en Arts du spectacle Université Paris Ouest / Julie Perrin, enseignante chercheuse, Université Paris 8 - Département Danse / Claire de Ribaupierre, chercheuse en anthropologie de la culture, Haute Ecole d'Art et de Design de Genève.

Conférences enregistrées ici : http://soundcloud.com/theatredelaciteinter

Peu présente, peu visible, peu dotée en moyens, la performance concentre pourtant sur elle bien des foudres... En malmenant les regards critiques, elle accomplit ce faisant une de ses fonctions premières : celle d'un art de l'irritation et du boniment. Peut-être que la responsabilité en revient au terme même de performance - qui sert aussi de rengaine au capitalisme avancé.
Chacune des 5 conversations sur la performance prend son parti d'une idée reçue pour la remettre en jeu et montrer comment l'art se nourrit d'abord des critiques qui lui sont adressées. Artistes et intellectuels se partageront micro et plateau.

Samedi 25 juin 2011 à 15 h
N°1 L'art et la vie/« C'est n'importe quoi ! »
Parce que le « n'importe quoi » est une critique adressée à l'indistinct, à l'innommable, la performance - dont les mises en jeu font théâtre de tout et n'importe quoi - pourrait bien reprendre à son compte cette accusation perplexe. Performer ne revient-il pas à produire des objets non encore formés, c'est-à-dire donnés, nommés, classés ? La performance, dans son travail de déplacement des frontières entre art et vie, prend l'expression « faire n'importe quoi » au pied de la lettre.
Conversation animée par Isabelle Barbéris, maître de conférence à l'Université de Paris VII
Interventions de David Zerbib, enseignant et chercheur à l'Université de Paris I, critique d'art et de Fanny de Chaillé, artiste, en résidence au Théâtre de la Cité internationale. Entrée libre.

N°2 Quand est-ce que ça commence ? / Le temps et le récit.
Samedi 10 décembre 2011 à 17h, Conversation animée par Claire de Ribaupierre
La performance joue avec beaucoup de liberté de la notion de temps. Conceptuelle, abstraite ou narrative, la performance contrarie les logiques traditionnelles du récit: elle aménage des effets de surprise, elle laisse l'ennui s'installer, elle excite l'impatience du spectateur, le caresse plutôt à rebrousse-poil.

N°3/ Ca finit toujours à poil / Le corps
samedi 18 février 2012 à La Ferme du Buisson, dans le cadre de Hors Saison
Conversation animée par Julie Perrin et Gaëlle Bourges
La forme d'irritation produite par la performance tient pour grande part des pratiques du corps qui la sous-tendent. Porté par l'excès, la surchauffe, la mise en danger, par l'exploration de sa matérialité triviale ou par la simplicité exacerbée d'une mise en scène du quotidien, le corps de la performance interroge, dérange. Que faire de cette nudité exposée ? Quels savoirs, quelles techniques fondent son geste ?

N°4/C'est de la provoc'/ L'engagement politique / le genre
samedi 23 juin 2012 Conversation animée par Isabelle Barbéris, avec les interventions d'Olivier Neveux et de Beatriz Preciado (sous réserve).

N°5/ Conférence performative sur la performance par Fanny de Chaillé et Massimo Furlan
Automne 2012
CONFÉRENCE
06 FEV 12 / 07 FEV 12
La figure et le geste adolescents dans "Jours étranges" de Dominique Bagouet, par Isabelle LAUNAY
6 et 7 février 2011, Le Triangle, Rennes, puis Lycée Jean Moulin de Saint Brieuc
Conférences sur la figure et le geste adolescents dans Jours étranges de Dominique Bagouet à l'occasion de sa reprise par des adolescents menée par Anne Karine Lescop et Catherine Legrand
PARUTION : LIVRE
15 DEC 11
Généalogie du jugement artistique, suivie de Considérations intempestives sur les dérives actuelles de quelques arts, par Michel BERNARD
éditions Beauchesne, collection Prétentaine - Essais en sciences humaines - Réflexions philosophiques
Présentation de son nouvel ouvrage par Michel Bernard. Jeudi 15 décembre 12h-15h, studio de danse de l'université Paris 8
BON de COMMANDE ci-joint.
RENCONTRE
15 DEC 11
Présentation de la programmation Vidéodanse "Composer une histoire en danse", par Isabelle LAUNAY avec Julie PERRIN et Claude SORIN
Centre Pompidou, Paris, 15 décembre 2011, 19h
http://www.centrepompidou.fr
CONFÉRENCE
07 DEC 11
Sur les pratiques de la mémoire collective en danse contemporaine, par Isabelle LAUNAY
au Centre de Développement Chorégraphique d'Aquitaine, Le Cuvier, 7 décembre 2011, 10h-12h30
RENCONTRE
07 DEC 11
Présentation de l'ouvrage "Mémoires et histoire en danse", par Isabelle LAUNAY
Médiathèque Gabriela Mistral, Artigues, 7 décembre 2011, 18h
PROFESSEURE INVITÉE
15 NOV 11 / 06 DEC 11
Sylvie FORTIN
Sylvie Fortin est professeure au département Danse de l'UQAM (Université du Québec à Montréal). Elle sera présente au département danse du 15 novembre au 6 décembre 2011, et interviendra dans plusieurs cours et séminaires du département danse (Licence, Master, Doctorat).
Contact : Isabelle Ginot, isabelle.ginot@univ-paris8.fr
Christine Roquet : chroquet@free.fr

Programme :

Christine Roquet, « Lire et dire le geste » : interventions les mardis de 12h à 16h, les 15 novembre, 22 novembre, 6 décembre. Lieu : studio de danse, A1 163. Lectures de textes philosophiques et sociologique (Foucault, Shusterman, Bourdieu), et leurs usages pour des expérimentations de pratiques corporelles (public extérieur : contacter Christine Roquet)

Isabelle Ginot, « Gestes ailleurs » lundi 14 novembre, 14h00-18h00. Studio de danse, A1 163.
Cette séance anticipe sur le séminaire « gestes ailleurs » organisé au 2ème semestre. Sylvie Fortin présentera ses travaux sur la santé des danseurs, puis un débat sera organisé avec les participants sur leurs propres pratiques en matière de santé et de prévention. (public extérieur : contacter Isabelle Ginot).

Isabelle Ginot, « Savoirs somatiques », jeudi 17 novembre, 9h00-12h00. Studio de danse A1 163. Rencontre autour du parcours en danse et pratiques somatiques de Sylvie Fortin.

Sylvianne Pagès et Marie Glon, cours de méthodologie de la recherche. 17 novembre, 15h-19h00. Salle A0169. Panorama des méthodologies de la recherche en danse au Québec.

Séminaire doctoral de l'Equipe d'accueil 1572 « Esthétique, musicologie, danse et création musicale » . 5 décembre à 18h. Salle à confirmer.
« Méthodologies de la recherche interdisciplinaire en arts : l'approche du programme de doctorat en études et pratiques des arts de l'UQAM
Lors de ce séminaire rassemblant les doctorants en musique et danse de l'équipe de recherche, Sylvie Fortin présentera son parcours de chercheure en danse et en pratiques somatiques, en mettant l'accent sur les choix méthodologiques qui ont accompagné ce parcours.



SÉMINAIRE
15 NOV 11 / 06 DEC 11
« Lire et dire le geste », par Sylvie FORTIN et Christine ROQUET
les mardis de 12h à 16h, les 15 novembre, 22 novembre, 6 décembre. Lieu : studio de danse, A1 163
Lectures de textes philosophiques et sociologique (Foucault, Shusterman, Bourdieu), et leurs usages pour des expérimentations de pratiques corporelles (public extérieur : contacter Christine Roquet)

Sylvie Fortin est professeure au département Danse de l'UQAM (Université du Québec à Montréal). Elle sera présente au département Danse du 15 novembre au 6 décembre 2011, et interviendra dans plusieurs cours et séminaires du département danse (Licence, Master, Doctorat).

SYLVIE FORTIN, PH.D. est professeure titulaire au Département de danse de l'Université du Québec à Montréal où elle a développé un Diplôme d'études supérieures spécialisées en éducation somatique. Elle enseigne au sein de ce programme, au baccalauréat et à la maitrise en danse ainsi qu'au programme de doctorat en études et pratiques des arts. À ce jour, elle a dirigé le mémoire de maitrise ou la thèse de doctorat de plus d'une trentaine d'étudiants. Praticienne certifiée de la méthode Feldenkrais d'éducation somatique, ses champs d'enseignement et de recherche comprennent les approches critiques et socioculturelles du corps et de la danse, les méthodologies de recherche en pratiques artistiques, l'éducation somatique et la promotion de la santé.
Auteure d'une centaine d'articles scientifiques, dont certains ont été traduits en anglais, espagnol, italien et portugais, Sylvie a dirigé en 2008 le livre Danse et Santé : du corps intime au corps social. Elle y co-signe sept articles qui abordent la question éthique des atteintes au corps et les enjeux de pouvoir que sous-tend le discours dominant de la création artistique. Fréquemment invitée comme conférencière principale sur le thème de la corporéité en danse, elle vient de recevoir le University of Auckland Distinguished Visitor Award. C'est la première fois qu'un tel prix est remis à un professeur du domaine de la danse.
Membre du Centre de recherche interdisciplinaire sur la biologie, la santé, la société et l'environnement (CINBIOSE) et de l'équipe interdisciplinaire L'invisible qui fait mal, Sylvie collabore avec des sociologues, ergonomes et juristes à des projets de recherche participative en lien aux questions de santé des femmes. En partenariat avec des groupes communautaires, elle dirige présentement deux projets de recherche-action qui consistent à proposer à des personnes souffrant de troubles de comportement alimentaire, des ateliers de prise de conscience de soi selon diverses méthodes d'éducation somatique.
Champs de spécialisation
Recherche postpositiviste
Éducation somatique et formation en arts
Pratiques corporelles d'éducation et de promotion de la santé
Pédagogies féministes et analyse de l'enseignement de la danse
Approches critiques et socioculturelles du corps et de la danse

CONFÉRENCE
05 DEC 11
Le geste à l'édifice, par Julie PERRIN
Faculté d'Architecture, d'Ingénierie architecturale, d'Urbanisme / UCL - LOCI Site de Tournai, 5 décembre, 18h15, auditoire G7
Dans le cadre du SEMINAIRE 2012 ARCHITECTURE & ART : LA PROMENADE ARCHITECTURALE
Mené conjointement par la faculté d'architecture, d'ingénierie architecturale et d'urbanisme UCL-LOCI site de Tournai (Belgique)et le département danse de l'UFR Art - Université de Lille 3, le séminaire « Architecture et Art 2012 » se centre à la fois sur un thème : la promenade architecturale, et une discipline corporelle : la danse.

Destiné aux étudiants de master 1 en Architecture et en « Création et Etudes en Art Contemporain » spécialité danse, ce séminaire prendra la forme d'un atelier de création visant, sous une forme spectaculaire, à rendre compte de l'expérience spatiale d'une promenade architecturale.
L'atelier sera nourri en amont par un cycle de conférences et des projections de films portant sur les relations entre danse et architecture.
Questionnement :
- De quelles façons une architecture induit-elle les déplacements et comportements des usagers ?
- Lorsque l'on parcourt une architecture, notre mémoire enregistre des perceptions changeantes et multiples, les espaces sont habités des mouvements des usagers : comment intégrer la notion du corps et son déplacement pour penser, concevoir l'espace ?
- Les savoirs du danseur -son intelligence sensible, sa pensée du corps en mouvement (flux, forces, rythmes)- peuvent-ils conduire à une autre appréhension de l'espace et à de nouveaux modes de conception pour l'architecte ?

Intervention du 5 décembre :
Quelle lecture des édifices les artistes chorégraphiques proposent-ils par leurs performances ? De quelle perception et interprétation de l'architecture témoignent leurs interventions ? La danse conçue pour une architecture la met en lumière ou la déplace, interrogeant les usages du lieu, renouvelant les modes d'habiter. Que nous apprennent des pratiques architecturales et des conceptions du corps qu'elles supposent ces actes qui se frottent à l'édifice, lui résistent, lui répondent, le poétisent ou l'historicisent ?

programme des conférences ci-joint
COMMUNICATION
05 DEC 11
Méthodologies de la recherche interdisciplinaire en arts : l'approche du programme de doctorat en études et pratiques des arts de l'UQAM, par Sylvie FORTIN
Séminaire doctoral de l'Equipe d'accueil 1572 « Esthétique, musicologie, danse et création musicale » . 5 décembre à 18h. Salle à confirmer
Lors de ce séminaire rassemblant les doctorants en musique et danse de l'équipe de recherche, Sylvie Fortin présentera son parcours de chercheure en danse et en pratiques somatiques, en mettant l'accent sur les choix méthodologiques qui ont accompagné ce parcours.
CONFÉRENCE
29 NOV 11
Attraction sensorielle et transmission du geste en butô, par Sylviane PAGÈS et Philippe CHÉHÈRE
Mardi 29 novembre 2011 à 18h, Maison de la culture du Japon, Paris.
www.mcjp.fr
COMMUNICATION
25 NOV 11 / 27 NOV 11
Conférence de Bojana BAUER et Myrto KATSIKI
Psi - Performance Studies International Regional research cluster « Encounters in synchronous time », Athens, 25-27 November 2011
http://encountersinsynchronoustime.wordpress.com/
COMMUNICATION
18 NOV 11
Le fonds Jean-Marie Gourreau de la médiathèque du CND, par Mélanie PAPIN
18 novembre 2011 - Atelier des doctorants - CND, Pantin
RENCONTRE
18 NOV 11
Table ronde: La pratique corporelle et l'éducation somatique pour les personnes concernées par le VIH et les hépatites virales
9h-13h, Hôpital Jean Jaures (salle de conférence - Rdc) 9-21 Sente des Dorées, 75019 PARIS
Avec les associations et acteurs du champ sanitaire et médico-social,
partenaires des projets conduits ou accompagnés par A.I.M.E de 2008 à 2011.
et avec le soutien de SIDACTION
(dans le cadre de l'appel à projet Qualité de vie et des soins / A.I.M.E 2008-2010)

Intervenants et modérateurs:
Isabelle Ginot, enseignante-chercheur, Paris VIII - Saint Denis, praticienne Feldenkrais®
Carla Bottiglieri, chercheur Paris VIII - Saint Denis et praticienne Body Mind Centering®
Violeta Salvatierra, chercheur Paris VIII - Saint Denis et artiste chorégraphique
Michel Repellin, responsable des projets "Techniques du corps" à AIME
Nous serions très heureux de vous retrouver à cette occasion et vous aurez la possibilité de témoigner d'une expérience que vous avez pu traverser soit comme participant à un atelier corporel soit comme organisateur ou acteur intéressé par ce type de projet.
Pour cela, il vous sera possible de prendre la parole sur chacune des parties proposées dans les temps de discussion prévus.

Inscription : contact@individus-en-mouvements.com ou par téléphone : 01 40 03 83 14


COMMUNICATION
17 NOV 11
Habiter le paysage en danseur, par Julie PERRIN
journée d'étude sur L'imagination environnementale organisée le 17 novembre 2011 à l'espace Mendès-France de Poitiers
Programme complet ci-joint.
SÉMINAIRE
14 NOV 11
« Gestes ailleurs », par Sylvie FORTIN et Isabelle GINOT
lundi 14 novembre, 14h00-18h00. Studio de danse, A1 163
ATTENTION NOUVELLE DATE!

Cette séance anticipe sur le séminaire « gestes ailleurs » organisé au 2ème semestre. Sylvie Fortin présentera ses travaux sur la santé des danseurs, puis un débat sera organisé avec les participants sur leurs propres pratiques en matière de santé et de prévention. (public extérieur : contacter Isabelle Ginot).

Sylvie Fortin est professeure au département Danse de l'UQAM (Université du Québec à Montréal). Elle sera présente au département Danse du 15 novembre au 6 décembre 2011, et interviendra dans plusieurs cours et séminaires du département danse (Licence, Master, Doctorat).

SYLVIE FORTIN, PH.D. est professeure titulaire au Département de danse de l'Université du Québec à Montréal où elle a développé un Diplôme d'études supérieures spécialisées en éducation somatique. Elle enseigne au sein de ce programme, au baccalauréat et à la maitrise en danse ainsi qu'au programme de doctorat en études et pratiques des arts. À ce jour, elle a dirigé le mémoire de maitrise ou la thèse de doctorat de plus d'une trentaine d'étudiants. Praticienne certifiée de la méthode Feldenkrais d'éducation somatique, ses champs d'enseignement et de recherche comprennent les approches critiques et socioculturelles du corps et de la danse, les méthodologies de recherche en pratiques artistiques, l'éducation somatique et la promotion de la santé.
Auteure d'une centaine d'articles scientifiques, dont certains ont été traduits en anglais, espagnol, italien et portugais, Sylvie a dirigé en 2008 le livre Danse et Santé : du corps intime au corps social. Elle y co-signe sept articles qui abordent la question éthique des atteintes au corps et les enjeux de pouvoir que sous-tend le discours dominant de la création artistique. Fréquemment invitée comme conférencière principale sur le thème de la corporéité en danse, elle vient de recevoir le University of Auckland Distinguished Visitor Award. C'est la première fois qu'un tel prix est remis à un professeur du domaine de la danse.
Membre du Centre de recherche interdisciplinaire sur la biologie, la santé, la société et l'environnement (CINBIOSE) et de l'équipe interdisciplinaire L'invisible qui fait mal, Sylvie collabore avec des sociologues, ergonomes et juristes à des projets de recherche participative en lien aux questions de santé des femmes. En partenariat avec des groupes communautaires, elle dirige présentement deux projets de recherche-action qui consistent à proposer à des personnes souffrant de troubles de comportement alimentaire, des ateliers de prise de conscience de soi selon diverses méthodes d'éducation somatique.
Champs de spécialisation
Recherche postpositiviste
Éducation somatique et formation en arts
Pratiques corporelles d'éducation et de promotion de la santé
Pédagogies féministes et analyse de l'enseignement de la danse
Approches critiques et socioculturelles du corps et de la danse

CYCLE CONFÉRENCES
07 NOV 11 / 11 NOV 11
cycle de trois conférences, par Isabelle LAUNAY
Université de Waseda, Centre de Recherches attaché au Musée du Théâtre de Waseda, Institut sur le Théâtre et l'Image
7 novembre : Les dérives d'une œuvre en danse, sur L'Après-midi d'un faune de Nijinski
9 novembre : Ecrire sa vie en danse, l'exemple de l'autobiographie d'Isadora Duncan
11 novembre : Sur les pratiques de la citation en danse contemporaine, le travail de la copie chez Jérôme Bel
PARUTION : LIVRE
30 OCT 11
"Hear my voice", par Bojana BAUER , Bojana CVEJIC et Rudi LAERMANS
éd. Rosas (2011)
CONFÉRENCE
24 OCT 11 / 28 OCT 11
"Trio A", par Julie PERRIN
Dans le cadre de la transmission de "Trio A" d'Yvonne Rainer par Fabienne Compet, TU de Nantes
Organisé par Musique et Danse en Loire-Atlantique.
CONFÉRENCE
18 OCT 11
À propos du devenir des œuvres en danse contemporaine, par Isabelle LAUNAY
dans le cadre de l'Université du Cearà et de la Biennale de Danse de Fortaleza (Brésil)
De quelles œuvres ou de quels gestes du passé en danse avons-nous besoin aujourd'hui ? Quels sont nos classiques ? Comment les faire vivre ? Si la réponse est parfois claire, elle peut être aussi bien plus complexe, tant l'histoire et le devenir d'un geste peut passer par des chemins surprenants. Il est de multiples façons d'œuvrer à la mémoire d'un geste pour que se raconte, se transforme, se stabilise et se dissémine consciemment et inconsciemment une expérience corporelle. On en évoquera ici quelques unes : la pratique de la variation (dans le cadre d'une tradition collective), le travail de la citation, celui de la copie, enfin celui, beaucoup plus mystérieux, de la survivance en écho à la programmation de la Biennale de la Danse de Fortaleza.
COMMUNICATION
13 OCT 11 / 15 OCT 11
Danse moderne et extase : analyse comparée de trois pièces depuis la pratique d'analyse du mouvement, par Katharina VAN DYK
dans le cadre du colloque international Figures du ravissement (Université de Poitiers) les 13-14-15 octobre 2011 (MSHS de Poitiers, Château d'Oiron - 79)
CONFÉRENCE
08 OCT 11
Petite histoire de la danse contemporaine en France, par Mélanie PAPIN et Ninon PROUTEAU
Atelier et conférence - 8 octobre 2011- L'Echangeur - Château-Thiérry
À partir des trois œuvres performées le soir-même à L'Echangeur (BigLittle B. de Daniel Larrieu, Tout va bien d'Alain Buffard et (m)imosa de François Chaignaud, Cécilia Bengoléa, Marlène Monteiro Freitas et Trajal Harrell), Mélanie Papin et Ninon Prouteau - doctorantes au département danse de Paris VIII - ont imaginée une conférence visant à parcourir à grandes enjambées une petite histoire de la danse contemporaine française dont ces trois œuvres témoignent, chacune à sa façon. Chaignaud a dansé pour Buffard qui a dansé pour Larrieu. Mais avec qui a dansé Larrieu ? Autour de ces trois figures se dessine une partie de l'histoire de la danse des années 80 à aujourd'hui, d'émergence de génération en rupture, les déconstructions et les héritages se fictionnent et s'activent dans des gestes variés, des pratiques d'avant-garde réinventées.
En complément à la conférence nous proposons une heure d'atelier où, travers une approche simple, il s'agira d'expérimenter deux aspects d'une démarche chorégraphique contemporaine par le mouvement : la construction d'un espace par le regard et les potentialités d'un geste.
FORMATION
04 OCT 11
Programme 2011-2012 du département danse
Programme susceptible de modification.
COMMUNICATION
28 JUI 11 / 30 JUI 11
Journées d'études organisées par les doctorants du laboratoire d'ethnoscénologie
Les 28, 29 et 30 juin 2011 De 09h00 à 19h00 À la Maison des Sciences de l'Homme Paris Nord
A noter les interventions de deux membres de l'équipe de recherche :
Analyse des solos de traditional Kathak d'Akram Khan. De la miniature indienne à la perspective occidentale : l'affirmation d'un espace scénique contemporain, par Federica Fratagnoli
De nouveaux outils conceptuels pour penser les pratiques somatiques : l'exemple de la méthode Feldenkrais, par Isabelle Ginot

Programme ci-joint
CONFÉRENCE
24 JUI 11
35 ans de butô en France. Histoire d'une fascination, par Sylviane PAGÈS
Festival de butô de l'Espace culturel Bertin Poirée, Paris, 24 juin 2011 à 18h30
RENCONTRE
14 JUI 11 / 18 JUI 11
Schools 2011 : Performer son école
Une semaine de rencontres, d'échanges et de présentations publiques au CNDC d'Angers
A noter
le 14 juin, Isabelle Launay dans la discussion publique : Artiste/chercheur : pourquoi faire la distinction ?
le 16 juin, Julie Perrin dans la la discussion publique : Quelles ouvertures pour l'art chorégraphique ?
le 17 juin, Isabelle Ginot dans la la discussion publique : Quelles ouvertures pour l'art chorégraphique ? (2e partie)

Pour le CNDC, Schools répond à une volonté forte de s'engager pour les jeunes danseurs et
chorégraphes au sortir de leur formation et de leur offrir un temps et un lieu d'échanges de
pratiques, de réflexion et de performances. Les étudiants-artistes sont au centre de Schools
et en alimentent l'esprit et les contenus. L'objectif de Schools est de porter un regard
critique et exigeant sur les pédagogies de la danse contemporaine en plaçant les jeunes
danseurs au coeur du processus d'échanges.
La première édition a rencontré en mai 2009 un incontestable succès tant du point de vue
des participants que du public : près de 150 étudiants issus de onze écoles européennes
mobilisés pour pratiquer et penser ce que sont les pédagogies en danse aujourd'hui, plus de
4000 spectateurs assistant aux débats et aux présentations des écoles invitées.
Schools 2011 renouvelle l'ambition d'être un temps à la fois prospectif et festif, une
fabrique où se partagent les expériences et les points de vue critiques, et offre au public la
possibilité de découvrir les jeunes danseurs et chorégraphes qui feront la danse
contemporaine de demain.
Cette deuxième édition réunira seize formations et débordera du cadre européen pour
s'élargir au contexte américain. Elles composeront une cartographie qui mettra l'accent sur
le développement des masters en danse, façon de rendre compte des profondes
mutations à l'oeuvre dans le champ des formations artistiques supérieures.
Avec Schools, Emmanuelle Huynh et le Centre national de danse
contemporaine accompagnent ainsi les artistes émergents.
JOURNÉE D'ÉTUDE
13 MAI 11 / 14 MAI 11
Danse et littérature : usages de la métaphore
Vendredi 13 mai 2011, salle D035, Maison de la recherche de l'Université de la Sorbonne-Paris IV Samedi 14 mai 2011, salle D002, Université de Saint-Denis-Paris VIII
Journées d'études interdisciplinaires organisées avec le soutien de l'équipe « littératures françaises du XXe siècle » (EA 2577) de Paris IV et des équipes « littérature et histoires » (EA 1579) et « esthétique, musicologie et créations musicales » (EA1572 / laboratoire d'analyse des discours et pratiques du champ chorégraphique) de Paris VIII.

Ces journées d'étude sont nées du projet de croiser les domaines de la danse et de la littérature, en suscitant des échanges entre doctorants ou jeunes chercheurs des deux disciplines. Nous proposons ainsi de choisir la métaphore comme point de ralliement et de nous interroger sur le processus métaphorique, employé et valorisé par des discours aux statuts et contextes si variés, du roman aux studios de danse.

Dans la mesure où elle se fonde sur le « rapprochement de deux éléments hétérogènes » (Nanine Charbonnel), la métaphore semble à même de révéler les ressemblances de la littérature et de la danse, sans gommer l'irréductible dissemblance du corps et du verbe. Partant du constat qu'elle est en effet souvent convoquée quand il s'agit d'analyser les relations qu'entretiennent la danse et la littérature mais que son usage et sa pertinence ont été peu interrogés, nous proposons de réfléchir aux présupposés et aux enjeux de sa présence au carrefour de ces deux disciplines.
Précisons toutefois que, si la métaphore est très employée dans la critique comme dans la pratique chorégraphique, la recherche en danse est loin de l'avoir « absorbée » au point d'en faire un objet de prédilection théorique, comme c'est le cas des études littéraires et stylistiques. Nous faisons ainsi le pari que la confrontation de deux disciplines n'ayant pas emprunté les mêmes chemins théoriques peut permettre de renouveler l'appréhension du phénomène métaphorique, y compris en littérature. D'autre part, analyser l'usage en danse d'un outil du discours rhétorique et littéraire nous permettra d'envisager l'articulation avec la littérature sous l'angle peu étudié de la pratique chorégraphique.

Pauline Galli (allocataire-monitrice, littérature française, Paris VIII)
Delphine Vernozy (doctorante contractuelle, littérature française, Paris IV)
Bojana Bauer (doctorante, danse, Paris VIII)
Ninon Prouteau (doctorante contractuelle, danse, Paris VIII)

Pour plus d'informations, écrivez-nous à l'adresse suivante : danselitterature@gmail.com
CONFÉRENCE
12 MAI 11 / 13 MAI 11
Emmanuelle Huynh, créer dans la rencontre, par Julie PERRIN
dans le cadre du Parcours perfectionnement réservé aux professionnels, organisé par l'Orcca : "Lire les spectacles de danse et trouver les mots pour en parler aux publics"
Jeudi 12 mai : Conférence nourrie d'extraits vidéos commentés qui proposera de situer le spectacle « Cribles », présenté le soir même au Manège de Reims, au sein de la démarche de la chorégraphe Emmanuelle Huynh et sera l'occasion d'un parcours à travers l'histoire de la danse en France. Centre culturel Sant-Exupéry, Reims.
Vendredi 13 mai: atelier d'écriture sur « Cribles », chorégraphie d'Emmanuelle Huynh, Manège de Reims
A noter également le 12 mai : Atelier du regard à partir d'extraits vidéo (observation, description), découverte d'esthétiques différentes, par Julie Salgues - Manège de Reims
& Expérimentation d'une donnée importante de la danse contemporaine : l'espace, par Julie Salgues - Centre culturel Sant-Exupéry





CYCLE CONFÉRENCES
27 OCT 10 / 11 MAI 11
La petite université populaire de la danse au Louvre
Au Louvre > les mercredis 27 octobre, 1er décembre, 9 février, 23 mars et 11 mai à 19h
Le théâtre national de Chaillot, le département danse de l'Université Paris 8 et le musée du Louvre proposent un cycle de conférences sur la danse. Ces conférences s'adressent aussi bien aux néophytes qu'aux « connaisseurs » : elles invitent à ouvrir notre perception de l'art chorégraphique, en explorant différentes façons de parler de la danse.
Ce cycle s'organise autour de verbes d'action. En 2009-2010, nous avions choisi être debout, tomber, tourner, sauter, marcher. En 2010-2011, la réflexion se poursuit autour de s'asseoir, porter, arriver/partir, prendre par la main, courir : avec chacun de ces thèmes, il s'agit d'évoquer l'histoire des représentations du corps en mouvement, en recourant à l'analyse du mouvement et d'œuvres chorégraphiques, à la philosophie, à l'histoire ou à d'autres éclairages issus des sciences humaines et des savoir-faire des danseurs.
Chacun de ces verbes d'action donne lieu à une conférence au Théâtre National de Chaillot, suivie quelques jours plus tard d'un rendez-vous au musée du Louvre : animée par deux chercheuses en danse, cette visite invite les participants à cheminer entre danse et arts plastiques.
Coordination Marie Glon, doctorante à l'EHESS, rédactrice en chef de la revue Repères, cahier de danse
En partenariat avec le département danse de l'Université Paris 8 et le musée du Louvre

. À Chaillot > les samedis 23 octobre, 27 novembre, 5 février, 19 mars et
30 avril à 17h
. Au Louvre > les mercredis 27 octobre, 1er décembre, 9 février, 23 mars et
11 mai à 19h
ATTENTION : Entrée libre dans la limite des places disponibles - réservation obligatoire au 01 53 65 30 00
INFO : http://theatre-chaillot.fr/lart-detre-spectateur

Petite université populaire de la danse, saison 2010/11
- S'asseoir :
23 octobre, conférence avec Isabelle Ginot au Théâtre National de Chaillot (17h-19h)
27 et 29 octobre, visite avec Laetitia Doat et Marie Glon au musée du Louvre (19h-21h)
- Prendre par la main :
27 novembre, conférence avec Marina Nordera au Théâtre National de Chaillot (14h30-16h30)
1er et 8 décembre, visite avec Laetitia Doat et Marie Glon au Musée du Louvre (19h-21h)
- Porter :
5 février, conférence avec Christine Roquet au Théâtre National de Chaillot (17h-19h)
9 et 11 février, visite avec Laetitia Doat et Marie Glon au Musée du Louvre (19h-21h)
- Arriver/partir :
19 mars, conférence avec Mahalia Lassibile au Théâtre National de Chaillot (17h-19h)
23 et 30 mars, visite avec Laetitia Doat et Marie Glon au Musée du Louvre (19h-21h)
- Courir :
30 avril, conférence avec Federica Fratagnoli au Théâtre National de Chaillot (17h-19h)
11 et 13 mai, visite avec Laetitia Doat et Marie Glon au Musée du Louvre (19h-21h)
PARUTION : LIVRE
06 MAI 11
Penser et Mouvoir. Une rencontre entre danse et philosophie, par Marie BARDET
L'Harmattan, "La philosophie en commun", Paris, 2011
Quelles postures une philosophie doit-elle inventer pour saisir des gestes ? Comment peut-elle dé-composer des mots pour tenter de dire ce qui se passe entre des corps en mouvement ? À quels pas communs et divergents sommes-nous invités en dansant et en philosophant? Dans cet ouvrage se dessine le paysage d'une rencontre entre danse et philosophie où se redistribuent, à travers l'expérience de la gravité, les lourds et les légers, les images et les gestes, les pensées et les mouvements. Un paysage peuplé de verbes, de pas, de roulements, de points d'interrogation, et de limites mobiles. Un paysage conceptuel se dépliant de Schopenhauer à Bergson et Deleuze, et traversé par un inquiétude: celle de l'immédiateté et de l'imprévisible comme puissances limites de l'exercice philosophique, là où elle résonne avec celle de l'improvisation comme questionnement incessant de la composition chorégraphique (de la génération du Judson Dance Theater à la création contemporaine). En se mettant à penser, à peser, à marcher, et à rouler ensemble, danse et philosophie croiseront des problèmes de représentations, de perceptions, de compositions et de démarches collectives.

Une présentation du livre est organisée le vendredi 6 mai à 20h30 au studio Canaldanse, http://www.canaldanse.com


SÉMINAIRE
07 FEV 11 / 02 MAI 11
Histoire des idées et épistémologie des pratiques somatiques, dir. GINOT, avec BARDET, BOTTIGLIERI, CLAVEL, PRECIADO
Lundis 7 février, 14 mars, 4 avril, 2 mai. 13h-18h, Université Paris 8, salle A1 163. ATTENTION changement d'horaire le 2 MAI de 15h à 20 h
"Histoire des idées et épistémologie des pratiques somatiques : l'exemple Feldenkrais"
Programme ci-joint
Les pratiques somatiques sont des techniques corporelles souvent situées à la croisée des arts gestuels, de la thérapie et du bien-être. Savoirs « mineurs » par excellence, elles se développent marginalement aux savoirs institutionnels du corps et à leurs pratiques (sportives, médicales, voire artistique), et pourtant toujours aussi en dialogue ou en écho avec ceux-ci. Ce dialogue, souhaité ou imposé, est freiné par une double contrainte : d?une part, la nature potentiellement et profondément critique des pratiques somatiques vis-à-vis des modèles dominants et des paradigmes rarement questionnés qui les organisent. D?autre part, la difficulté des pratiques somatiques à articuler leur propre discours, et à expliciter ces ruptures épistémologiques et différences de paradigmes. Cette difficulté affaiblit leur puissance critique initiale et fait parfois de ce dialogue une impasse : soit les pratiques somatiques sont soumises au paradigme dominant (par exemple en apportant la » preuve scientifique » de leur efficacité clinique sans que ce glissement soit interrogé), soit elles sont exclues des territoires institutionnels et reléguées dans les marges du nonsavoir, voire du charlatanisme. Le projet de ce séminaire, centré sur une de ces méthodes, parmi les plus répandues et soutenue par un corpus de sources très riche, est de recenser les sources conceptuelles et culturelles qui fondent la pensée Feldenkrais. Il s'agira de montrer comment, au-delà des savoirs « scientifiques » qui soutiennent l?élaboration de la technique et abondent dans les textes s'efforçant de justifier celle-ci, une telle pratique est délimitée par un horizon culturel, conceptuel et politique profondément interdisciplinaire. A partir de quelques thématiques transversales et cruciales à la pensée Feldenkrais, il s?agira à la fois de retracer les sources de la pensée Feldenkrais, et de construire son horizon philosophique, politique et conceptuel, afin de poser les bases pour une véritable autonomie de son système de pensée ; de le dégager de sa dépendance apparente à des paradigmes dominants ; et enfin, d?interroger les enjeux politiques qui le travaillent, tant dans son histoire que dans son devenir.
CYCLE CONFÉRENCES
23 OCT 10 / 30 AVR 11
La petite université populaire de la danse à Chaillot
À Chaillot > les samedis 23 octobre, 27 novembre, 5 février, 19 mars et 30 avril à 17h
Le théâtre national de Chaillot, le département danse de l'Université Paris 8 et le musée du Louvre proposent un cycle de conférences sur la danse. Ces conférences s'adressent aussi bien aux néophytes qu'aux « connaisseurs » : elles invitent à ouvrir notre perception de l'art chorégraphique, en explorant différentes façons de parler de la danse.
Ce cycle s'organise autour de verbes d'action. En 2009-2010, nous avions choisi être debout, tomber, tourner, sauter, marcher. En 2010-2011, la réflexion se poursuit autour de s'asseoir, porter, arriver/partir, prendre par la main, courir : avec chacun de ces thèmes, il s'agit d'évoquer l'histoire des représentations du corps en mouvement, en recourant à l'analyse du mouvement et d'œuvres chorégraphiques, à la philosophie, à l'histoire ou à d'autres éclairages issus des sciences humaines et des savoir-faire des danseurs.
Chacun de ces verbes d'action donne lieu à une conférence au Théâtre National de Chaillot, suivie quelques jours plus tard d'un rendez-vous au musée du Louvre : animée par deux chercheuses en danse, cette visite invite les participants à cheminer entre danse et arts plastiques.
Coordination Marie Glon, doctorante à l'EHESS, rédactrice en chef de la revue Repères, cahier de danse
En partenariat avec le département danse de l'Université Paris 8 et le musée du Louvre

. À Chaillot > les samedis 23 octobre, 27 novembre, 5 février, 19 mars et
30 avril à 17h
. Au Louvre > les mercredis 27 octobre, 1er décembre, 9 février, 23 mars et
11 mai à 19h
ATTENTION : Entrée libre dans la limite des places disponibles - réservation obligatoire au 01 53 65 30 00
INFO : http://theatre-chaillot.fr/lart-detre-spectateur

Petite université populaire de la danse, saison 2010/11
- S'asseoir :
23 octobre, conférence avec Isabelle Ginot au Théâtre National de Chaillot (17h-19h)
27 et 29 octobre, visite avec Laetitia Doat et Marie Glon au musée du Louvre (19h-21h)
- Prendre par la main :
27 novembre, conférence avec Marina Nordera au Théâtre National de Chaillot (14h30-16h30)
1er et 8 décembre, visite avec Laetitia Doat et Marie Glon au Musée du Louvre (19h-21h)
- Porter :
5 février, conférence avec Christine Roquet au Théâtre National de Chaillot (17h-19h)
9 et 11 février, visite avec Laetitia Doat et Marie Glon au Musée du Louvre (19h-21h)
- Arriver/partir :
19 mars, conférence avec Mahalia Lassibile au Théâtre National de Chaillot (17h-19h)
23 et 30 mars, visite avec Laetitia Doat et Marie Glon au Musée du Louvre (19h-21h)
- Courir :
30 avril, conférence avec Federica Fratagnoli au Théâtre National de Chaillot (17h-19h)
11 et 13 mai, visite avec Laetitia Doat et Marie Glon au Musée du Louvre (19h-21h)
CONFÉRENCE
22 AVR 11
Butoh ouvert, par Sylviane PAGES
22 avril 2011, La Petite Rockette, 6 rue Saint Maur - 75011 Paris - Métro Voltaire
Conférence sur le Butô
SÉMINAIRE
21 JAN 11 / 02 AVR 11
Eléments pour une histoire du métier en danse, XVIIème-XXème, par Isabelle LAUNAY et le Groupe en Histoire culturelle de la danse de l'EHESS
Séminaire de Master et doctorat. les 21 et 22 janvier, les 7 et 8 mars les 1er et 2 avril
Force est de constater qu'il n'existe pas à ce jour une histoire du métier en danse en France sur les époques moderne et contemporaine. Aussi est-ce pour répondre en partie à ce manque, et dans des limites de ce cadre, que le séminaire se propose de rassembler sur une période intensive, un groupe de chercheurs travaillant essentiellement sur la France afin qu'ils puissent discuter leurs hypothèses de travail. Il s'agit de faire un premier état des lieux de leurs connaissances sur la construction du métier en danse. En effet, si tel n'est pas le plus souvent directement l'objet de leur recherche, l'histoire sociale et juridique du métier en danse croise par biens des aspects son histoire culturelle, technique comme ses esthétiques.
Si le métier est un des modes de socialisation du travail en danse, comment s'est-il donc construit et en fonction de quels enjeux ? L'enjeu du séminaire serait en outre de réfléchir aux conditions d'une possible périodisation de cette histoire.
Pour chaque séance, l'intervenant proposera quelques dates ou moments qui lui semblent important de privilégier dans la perspective d'une histoire du métier en danse. Il apportera deux ou trois documents sources premières à partager et soumettre au regard critique, aiguisé et bienveillant des participants en vue d'expliciter son rapport aux sources.
Vend 21 Janvier (studio Danse, Paris 8)
9h30-12h30 : I. Launay Introduction
Sam 22 janvier (studio Danse, Paris 8)
9h30-12h30 : Marina Nordera, la construction genrée (féminin et masculin) du métier du danseur et de la danseuse au XVIIIe siècle: corps, technique, société et représentations.
13h30-16h30 : Vannina Olivesi, De l'Académie à l'entreprise théâtrale : le statut professionnel des danseurs et des danseuses de l'Opéra (Paris, 1770-1850)
Lundi 7 mars (studio Danse, Paris 8)
9h30-12h30 Juan Ignacio Vallejos, commentaire des Lettres Patentes 1662
13h30-16h30 Juan Ignacio Vallejos, statut des danseurs/chorégraphes en France à l'époque de Noverre
Mardi 8 mars (studio Danse, Paris 8)
9h30-12h Emmanuelle Delattre sur les représentations du danseur(se) professionnel (le) dans l'histoire de l'Ecole de l'Opéra de Paris (1783-1939) 12h30-15h Sophie Jacotot, sur le statut juridique et la condition sociale des danseurs de société en France dans l'entre deux guerres
Vend. 1er avril (studio Danse, Paris 8)
9h30-12h Hélène Marquié, sur la condition sociale des danseur(seuses) de l'Opéra de Paris entre 1831 et 1880
12h30-14h Guillaume Sintès sur le statut juridique et social du chorégraphe, de 1945 à aujourd'hui en France
Sam. 2 avril (lieu à préciser)
9h30-12h30, Marie Glon, sur le statut et les pratiques des maîtres de danse, fin XVIIè-début XVIIIème
13h30-16h Conclusion
RENCONTRE
28 MAR 11 / 01 AVR 11
EN-TÊTE
Semaine des arts à l'université Paris 8, du 28 mars au 1er avril 2011, 11h-23h
Expositions, performances, conférences, débats, projections, tables rondes réunissant artistes et chercheurs : une semaine à l'université Paris 8 où tous les départements de l'UFR "Arts, philosophie et esthétique" échangent et présentent leur façon de créer et chercher.
Le programme précis est sur http://www.artweb.univ-paris8.fr/accueil.htm.
contact: semainedesarts@univ-paris8.fr
coordination : Eric Lecerf, Guillaume Loizillon, Julie Perrin, Gwenaëlle Plédran

A signaler, quelques-unes des propositions du département danse :

- Scène : S_F/Sacre_Fac-similé et Le Bal - Amphi X, vendredi 1er avril 17h30-18h30 par les étudiants du CNDC d'Angers
Avec : Lou Cantor, Clarisse Chanel, Malika Djardi, Corentin Le Flohic, Miguel Garcia Llorens, Anatole Lorne, Martin Juvanon du Vachat, Martina Musilova, Johann Nöhles, Marie Orts, Mathilde Rance, Marcela Santander Corvàlan, Lina Schlageter, Pierre Tedeschi, Talia De Vries. Productions Centre national de danse contemporaine Angers
Les étudiants de la Formation d'artiste chorégraphique (FAC) à l'école nationale supérieure du CNDC d'Angers, école en convention avec le département Danse de Paris 8, présentent :
S_F/Sacre_Fac-similé d'après Le Sacre du printemps de Vaslav Nijinski, 1913. Musique Igor Stravinski. Chorégraphie Dominique Brun.
Nijinski n'a laissé aucune partition chorégraphique du Sacre du printemps et il n'existe aucun film d'époque à même de nous restituer cette danse de Nijinski. Telle qu'à sa création, l'œuvre est bel et bien perdue. Pour tenter de saisir l'originalité du Sacre, il reste cependant des archives que l'on pourrait qualifier de « périphériques », partielles, mais néanmoins précieuses. Lors du travail entrepris par Dominique Brun au CNDC, les danseurs de la FAC travaillent dans un premier temps les matières de danse composées selon une facture « historique », puis les réinventent, fabriquant avec ces traces souvent obscures qui nous en restent, des matières à fictions où tramer et actualiser leur propre danse du Sacre.
Le bal, extrait de Meublé sommairement de Dominique Bagouet (1989). Remontage : Sylvain Prunenec, Annabelle Pulcini et Catherine Legrand. Avec l'accord des Carnets Bagouet
Chaque étudiant travaille sur une partition homme et une partition femme. Les rôles étant sexués, comment danse-t-on une danse a priori dédiée à l'autre sexe ? Quelle marge la précision de la danse laisse-telle à l'interprète ?

- Conférence : T. Brown et J. S. Bach : Pour une offrande qui ne soit pas un sacrifice- Amphi X, mercredi 30 mars 17h-18h
Par Christine Roquet (Danse) et Olga Moll (Musique). Cette conférence à deux voix traitera de l'analyse conjointe d'une œuvre chorégraphique contemporaine, M. O. de Trisha Brown sur la musique de J. S. Bach. Une musicienne-musicologue et une analyste du mouvement confronteront leurs problématiques et leurs outils d'analyses afin de faire émerger les diverses modalités de relations entre musique et danse au sein de cette pièce.

- Scène-débat : Art and Life - Prairie de l'université, jeudi 31 mars 14h-16h
Deux versions du même solo intitulé « Art and Life » écrit par la chorégraphe américaine Deborah Hay. Livrée sous forme d'un scénario-poésie, la partition devient un terrain parsemé de pièges à expérimenter à chaque instant. Étudiée initialement sur un beau parquet en Ecosse par vingt solistes guidégarés par ses « questions for the dancers » délicieusement alambiquées, la danse qui en émerge apparaît comme une énigme ouverte, constamment reconduite et jamais résolue. Pratiquée quotidiennement au grand jour ou au crépuscule, dans l'obscurité ou aux néons, chaque soliste prend le risque et la responsabilité d'en bâtir ses propres rives. Au bout du chemin, voilà « Pas rond, le pré » adapté par une danseuse de bourrée (Léa Monteix) et « Caballito » interprété par une comédienne polyglotte (Sarah Chaumette).

- Atelier-conférence : Précipiter l'image - Studio de Danse A1 163, Lundi 28 mars 15h-16h
Par Marie Bardet, Carla Bottiglieri et Violetta Salvatierra : philosophie, danse, somatique.
Circulant entre représentations et sensations, comment les images peuvent-elles inventer différentes manières de nous mettre en mouvement ? Nous interrogerons à travers divers dispositifs ouverts aux participant.e.s, certains usages des images comme vecteurs d'accélérations perceptives, et de production de milieux, de gestes et d'affects.

- Scène-rencontre : « Jetés dehors » - Amphi X, mercredi 30 mars 15h-16h
Un auteur, un chorégraphe : Sylvain Prunenec et Mathieu Riboulet. Université Paris VIII / festival Concordan(s)e. Au commencement est l'expulsion, et le souffle éperdu après lequel on court dans un silence assourdissant. Après quoi l'on est jeté dans des cours, bien mal nommées de récréation, où l'on est hors d'haleine parce que les choses y sont diverses, imprévues, dangereuses sans doute, un peu cruelles. Si l'on n'est pas tombé la tête la première, ou si l'on s'est relevé, c'est pour mieux prendre l'élan et rouler dans la poussière des arènes, laisser nos corps sur le tapis et rejoindre les fantômes dans les cintres des scènes, être hors de nous, enfin, sans l'entremise de la colère. Car nous n'avons de souffle que pour nous essouffler.
Suivi d'une rencontre avec les artistes, Julie Perrin (Danse), Ninon Prouteau (Danse) et Olivia Rosenthal (Littérature).

- Projection : Breath made visible de Ruedi Gerber, 2009, 80' - Salle de projection A1-181, mardi 29 mars 16h-18h
Un film sur Anna Halprin, née en 1920, qui réunit, en un portrait de la danseuse, chorégraphe et pédagogue américaine, de nouveaux entretiens et d'anciennes performances, du matériel jamais encore rendu public. On y voit de nombreuses images d'archives (Parades and changes, Ceremony of us, Merce Cunningham...) Proche des avant-gardes musicales, cinématographiques et chorégraphiques des années 1950 et 60, Halprin développe ces dernières années une pratique du soin par le travail du corps.

- Scène : Aux détours des contours
Déambulation pluridisciplinaire et participative. Conception et réalisation : Fernanda Tafner, Laure Peyramayou,Véronique Charmetant et Tiago Fazito
Mêlant danse et arts plastiques, Aux détours des contours propose d'expérimenter des relations sensibles avec certains espaces de l'Université Paris 8. Discrètement détourné par des propositions plastiques, l'espace architectonique s'ouvre aux suggestions poétiques de partitions chorégraphiques laissées à la disposition du public.

- Scène : La procession
Par Luis Corvalan (Danse). C'est un parcours sonore et sensoriel qui engage le corps des interprètes-performeurs à travers les couloirs de l'université. Les flutes indiennes et leurs vibrations sont l'élément central de notre performance ; elles donneront une atmosphère plutôt festive et nous accompagneront tout le long.

- Scène : Spanish Dance d'après Trisha Brown
Cette chorégraphie (4?) de Trisha Brown tirée de Accumulating Pieces a été dansée pour la première fois à la Sonnabend Gallery, New York, le 27 mars 1973. Musique : Bob Dylan, Early Mornin' Rain (de Gordon Lightfoot). Interprétée par l'équipe enseignante du département Danse (Laetitia Doat, Federica Fratagnoli, Isabelle Ginot, Isabelle Launay, Sylviane Pagès, Julie Perrin, Ninon Prouteau, Christine Roquet, Katharina Van Dyk). Coordination : Isabelle Launay



PARUTION : LIVRE
24 FEV 11
Rencontre à l'occasion de la parution de MÉMOIRES ET HISTOIRE EN DANSE
jeudi 24 février à 19h à la librairie du 104 - Le Merle Moqueur - 104 rue d'Aubervilliers - Paris 19e
MÉMOIRES ET HISTOIRE EN DANSE, Mobiles n° 2
Volume sous la direction d'Isabelle Launay et Sylviane Pagès
Cet ouvrage présente le travail historique qui s'active en France depuis une dizaine d'années dans la recherche en danse comme dans le champ de la création chorégraphique. Les études rendent compte, d'une part, des avant-gardes chorégraphiques et critiques ; d'autre part, de la construction de la figure du danseur-interprète et de sa parole (on y trouvera notamment La Guimard, Isadora Duncan, Peter Van Dyk, Jean-Christophe Paré, Brigitte Asselineau, et bien d'autres).
Si les contributions s'appuient sur des types de sources très divers (textes et témoignages, mais aussi partitions chorégraphiques, archives radiophoniques, iconographie...), toutes entendent placer au cœur de la démarche historique l'analyse de la mouvance des œuvres aux prises avec leurs interprétations (La Mort du cygne de Fokine, L'Après-midi d'un faune de Nijinski, Noces de Nijinska, Dance de Lucinda Childs, Véronique Doisneau de Jérôme Bel...) ainsi que la construction du geste (le saut de Nijinski, mais encore le porter...).
Ces différentes approches historiques ont en commun de considérer la danse d'abord comme un art vivant. Aussi loin de s'opposer, mémoire(s) et histoire sont-elles articulées de telle sorte qu'elles puissent jouer l'une tout contre l'autre pour ouvrir l'imagination et le savoir historique sur des œuvres, des artistes ou des événements que l'on croyait connaître. Et c'est in fine à une autre façon de penser et d'écrire l'histoire de la danse que le lecteur est convié.

Coll. Arts 8
ISBN : 978-2-296-13239-9 39.50 456 pages
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=32838
FIN D'ATELIER
21 FEV 11
Conférence dansée autour de Quasi-Waltz, Doris Humphrey, 1929, par Laetitia DOAT et Noëlle SIMONET
Studio danse, Université Paris 8, lundi 21 février, 14h, Studio de danse A1 163
Cette présentation publique clôt l'atelier répertoire chorégraphique mené par Laetitia Doat et Noëlle Simonet au département danse avec les étudiants de Licence
COMMUNICATION
15 FEV 11
Pour une offrande qui ne soit pas un sacrifice, par Christine ROQUET et Olga MOLL
Colloque International à Montréal, Québec, intitulé : "Dialogues en mouvement"
Colloque organisé par la société québécoise de recherche en musique (SQRM), l'observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM), l'université McGill et l'Université Concordia.
COMMUNICATION
13 FEV 11
Trisha Brown / Emmanuelle Huynh : l'entretien entre artistes, 1992-2006, avec Emmanuelle HUYNH et Julie PERRIN
11h, Fondation Biermans-Lapôtre à la Cité internationale universitaire de Paris, 9A Boulevard Jourdan - 75014 Paris
Emmanuelle Huynh sollicite à plusieurs reprises des entretiens avec Trisha Brown, comme autant d'occasions d'une réflexion sur l'oeuvre de la chorégraphe américaine et d'élaboration d'une pensée critique qui construit en retour son propre parcours. Ces entretiens seront publiés prochainement par Emmanuelle Huynh (avec la participation de Denise Luccioni et Julie Perrin), sous le titre Trisha Brown / Emmanuelle Huynh, coédition Presses du réel, CNDC d'Angers

Communication proposée par Emmanuelle Huynh et Julie Perrin dans le cadre de la journée d'étude "La voix du danseur dans tous ses états", volet de "art TU art DIT", conçu par Dominique Dupuy et Ode après l'Orage, avec le concours de Claude Sorin et le partenariat exceptionnel de l'Ina. Réalisation : Arcadi, avec le concours de Micadanses, du Centre National de la Danse, du Théâtre de la Cité Internationale et de la Fondation Biermans-Lapôtre.
PARUTION : LIVRE
17 JAN 11