CHERCHEUSE ASSOCIÉE


MAITRESSE DE CONFÉRENCES
UNIVERSITÉ DE NICE SOPHIA-ANTIPOLIS, LABORATOIRE C.T.E.L.

 
federicafratagnoli@hotmail.com
DANSES SAVANTES DE L'INDE
CRÉATIONS CONTEMPORAINES DE LA DIASPORA INDIENNE
IDENTITÉ
HYBRIDITÉ
RELIGIEUX
Après avoir finalisé ses études en « arts du spectacle » à l'Université de Siena (2001), Federica Fratagnoli décide de poursuivre sa recherche en France, au département danse de l'Université Paris-8 Saint-Denis. En 2004 elle obtient son DEA, qui aborde la question de la contemporanéité dans les travaux chorégraphiques dits « traditionnels » d'Akram Khan. Elle poursuit sa recherche sur les créations des artistes de la diaspora indenne avec un doctorat, sous la direction d'Isabelle Launay et de Jean-Marie Pradier : « Les danses savantes de l'Inde à l'épreuve de l'Occident : formes hybrides et contemporaines du religieux ».

Pendant ces années de recherche, elle enseigne au Département des Sciences de l'Information en qualité d'ATER (2005/2006) et au sein du Département Danse en qualité d'ATER et de chargée de cours (2007/2009).

Un axe de sa recherche relève de l'analyse des œuvres chorégraphiques de la diaspora indienne par l'analyse du mouvement. Ces créations, généralement basées sur la rencontre avec d'autres cultures corporelles - dont celle de la danse contemporaine occidentale -, permettent à ces artistes de tester les limites de ce qu'est la danse indienne, remettant en question l'identité du chorégraphique. Combien peut-on s'éloigner du monde gestuel et esthétique propre à la « tradition » sans cesser de produire de la danse indienne ? Jusqu'où reste-t-elle encore reconnaissable pour le public ? Le dispositif employé par ces danseurs invite à repenser la façon dont le corps devient sensible à une culture autre et à esquisser les traits d'une « esthétique de la relation ». La possibilité d'accueillir une technique étrangère et de l'héberger dans ses propres « territoires » sensibles soulève ainsi des questions concernant le concept d'hybridité et d'identité.

Un deuxième axe de recherche porte sur l'analyse du phénomène « religieux », en rapport avec la modernité et les corps dansants. Comment les formes d'expression et de relation au divin sont-elles rejouées par les artistes indiens contemporains ? Quel rapport aux dieux invente-t-on aujourd'hui ? À travers quels outils ? Quelle scène - et quel corps - imaginaire faut-il créer pour résoudre un rapport aux dieux qui s'est déplacé ? Cet axe de recherche vise à examiner les aspects d'une « spiritualité » contemporaine, entendue comme pratique qui transforme et modifie l'être même de l'individu.

Formée à la danse indienne style Bharata Natyam avec Krishnaveni Lakshmanan et Maresa Moglia ainsi qu'à plusieurs techniques de danse contemporaine, elle poursuit, parallèlement à la recherche universitaire, une activité d'enseignement et de création.
Elle est régulièrement sollicitée par des structures pédagogiques (« Service Jeunes » du Théâtre de la Ville, Ecole de médiation culturelle EAC, Théâtre de Chaillot) ainsi que par des écoles et des conservatoires de danse (Musicaa - Amiens).

Dernière mise à jour : mai 2018