MAITRESSE DE CONFÉRENCES
DÉPARTEMENT DANSE - UNIVERSITÉ PARIS 8

MEMBRE ASSOCIÉE À L'UNITÉ DE RECHERCHES MIGRATIONS ET SOCIÉTÉ - URMIS (UMR 205)


CO-RESPONSABLE DE L'ÉQUIPE DANSE, GESTE ET CORPORÉITÉ


 
mahalia.lassibille@univ-paris8.fr
ANTHROPOLOGIE DE LA DANSE
DANSES D'AFRIQUE ET EXPRESSIONS IDENTITAIRES CONTEMPORAINES
Formée en anthropologie à l'Université de Bordeaux II, Mahalia Lassibille a passé en 2004 sa thèse intitulée « Danses nomades. Mouvements et beauté chez les Peuls WoDaaBe du Niger » à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales sous la direction de Jean-Loup Amselle. Son travail ethnographique l'a conduite à croiser des outils utilisés en danse (analyse du mouvement, analyse chorégraphique...) et en anthropologie. Nommée maître de Conférences à la section danse de l'Université de Nice Sophia Antipolis en 2008, elle enseigne depuis 2013 au département danse de l'Université de Paris VIII. Elle est membre du laboratoire Musidanse, et membre associée à l'unité de Recherches Migrations et Société (URMIS). Elle fait partie du comité scientifique éditorial de la Revue Recherches en danse (http://danse.revues.org/) au sein de l'aCD (Association des Chercheurs en Danse).

A partir d'enquêtes de terrain menées au Niger entre 1994 et 2009, en France et depuis 2018 au Sénégal, sur des danses dites « traditionnelles », « contemporaines » mais aussi « urbaines », elle engage deux axes de recherches principaux :

CIRCULATIONS ET NON-CIRCULATIONS CHORÉGRAPHIQUES COMME POLITIQUES DE CRÉATION
A partir d'une ethnographie multi-située, Mahalia Lassibille étudie les circulations des danses d'Afrique et leurs incidences tant en termes chorégraphiques que politiques. Elle a ainsi analysé les danses des WoDaaBe dans un cadre cérémoniel, scénique lors de festivals en France, puis touristique au Niger, ces trois contextes interagissant. Elle a poursuivi ce travail avec des enseignants et chorégraphes africains qui circulent entre l'Afrique et l'Europe, mais aussi avec ceux qui n'arrivent pas ou plus à circuler. Ce pan donne lieu à des recherches avec des chorégraphes et des institutions reconnues mais aussi avec des pratiquants anonymes et des réseaux alternatifs.

LES CATÉGORIES EN DANSE : FICTIONS, CONTRADICTIONS ET RECOMPOSITIONS
Si l'usage des catégories en danse s'avère souvent problématique, elle représente néanmoins un arrière-plan fondamental des pratiques de recherches. Après un travail de déconstruction de la catégorie « danse africaine », « danse africaine traditionnelle » et « danse contemporaine africaine », Mahalia Lassibille s'intéresse à la manière dont les acteurs les utilisent, se les réapproprient et les réinterprètent. Elle travaille actuellement avec des danseurs de danses dites « urbaines » au Niger et au Sénégal pour saisir les relations qu'ils établissent, ou non, avec d'autres champs chorégraphiques, la façon dont ils composent leurs pratiques et la manière dont ils reconfigurent, via la référence aux Etats-Unis, les dichotomies historiquement établies entre Afrique/Occident, Blancs/Noirs...

Dernière mise à jour : septembre 2019