DOCTORANTE
DÉPARTEMENT PHILOSOPHIE - DÉPARTEMENT DANSE - UNIVERSITÉ PARIS 8

A.T.E.R. AU DÉPARTEMENT DANSE


 
PHILOSOPHIE DE L'ART, PHÉNOMÉNOLOGIE, ESTHÉTIQUE
HISTOIRE DE LA MODERNITÉ CHORÉGRAPHIQUE (ÉTATS-UNIS ET ALLEMAGNE)
ANALYSE DU MOUVEMENT, DES OEUVRES CHORÉGRAPHIQUES ET DES PROCESSUS DE TRANSMISSION
PRATIQUES ANTIQUES ET MODERNES DE L'EXTASE.
Après un travail de recherche sur la question de la spécificité du signifier chorégraphique - en tant qu'il vient bousculer un paradigme attendu du sens - ressaisie depuis une perspective phénoménologique (et l'amenant à traverser, depuis cet angle, les principaux discours des philosophes sur la danse, de l'Antiquité à Erwin Straus et Merleau-Ponty) dans le double cadre d'un Master en philosophie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (2006-2008) - mémoire sous la direction de Guy-Félix Duportail et avec le soutien actif de Renaud Barbaras - et d'un Magistère en philosophie contemporaine à l'Ecole Normale Supérieure (rue d'Ulm, Paris - 2004-2008), Katharina Van Dyk complète sa formation en faisant un Master 2 en danse à Paris 8 Vincennes - Saint-Denis (2009-2010). Le mémoire qu'elle rédige alors sous la direction d'Isabelle Ginot l'amène à confronter la thématisation de l'espace chorégraphique en terme d'extase chez Erwin Straus à une œuvre contemporaine à cette thèse : le solo Two Ecstatic Themes (1931) de la chorégraphe américaine Doris Humphrey.
Doctorante-contractuelle au département de philosophie de l'Université Paris 8 depuis la rentrée 2010, Katharina Van Dyk mène une recherche sur l'expérience de l'extase en tant qu'elle nommerait le trait d'union entre philosophie et danse (et ce plus particulièrement dans le contexte de la danse moderne des années 1920 et 1930 aux Etats-Unis et en Allemagne), la première thématisant la seconde depuis ce concept et la seconde le prenant à son compte comme ce qui décrit son propre fond tout en le convertissant en opérateur de création de pratiques techniques et/ou de composition chorégraphique au sein de ses œuvres. L'objectif scientifique de ce travail vise à se demander ce qui, en deçà des seules raisons historiques et/ou contingentes attenantes à ce fait, motiverait philosophiquement cette obsession commune autour de l'extase.
Rattachée à l'Ecole Doctorale Pratiques et Théories du Sens, Katharina Van Dyk mène cette recherche de doctorat sous la direction de Stéphane Douailler (professeur au département de philosophie de Paris 8, Laboratoire des Logiques Contemporaines de la Philosophie) et d'Isabelle Launay (professeur au département de danse de Paris 8, Laboratoire d'Analyse des Discours et Pratiques du champ Chorégraphique). Son corpus philosophique se concentre essentiellement sur Paul Valéry et Erwin Straus. Celui, chorégraphique, s'appuie sur les archives - principalement visuelles - qu'il nous reste de pièces traitant de l'extase à différents niveaux : essentiellement des pièces de Doris Humphrey, Martha Graham, Mary Wigman et Harald Kreutzberg. C'est donc dans une constante confrontation des écrits et des images, de la théorie et de la pratique, que Katharina Van Dyk situe méthodologiquement sa recherche
Elle enseigne au département de danse et continue, dans le cadre aussi bien de ses recherches que de son enseignement, à s'interroger - depuis ses connaissances en phénoménologie qu'elle croise avec une approche descriptive du mouvement telle qu'effectuée au département de danse - sur les bases d'une méthode de recherche au plus près de la spécificité de son objet.
D'octobre 2010 à octobre 2012, Katharina Van Dyk a été présidente d'Anacrouse, l'association des étudiants en danse de Paris 8, s'occupant notamment de la gestion des archives du département (mémoires, thèses, etc.), de la diffusion de la revue Funambule publiée par l'association et de l'organisation de nombreux partenariats entre les étudiants et les théâtres d'Ile-de-France (stages, rencontres, spectacles, etc.).

Dernière mise à jour : septembre 2014