DOCTORANTE
UNIVERSITÉ PARIS 8

 
Originaire de Russie, Polina y fait sa formation en danse, d'abord classique et de caractère, ensuite en danse contemporaine, et obtient en parallèle une licence en histoire à l'Université d'État de Saint-Pétersbourg. Après ses études de master en arts du spectacle à Paris 8 et à l'Université libre de Bruxelles, Polina se forme à la notation du mouvement Laban au CNSMDP dont elle obtient le diplôme de perfectionnement en 2016. Durant ce parcours, elle continue à se former en répertoire de la danse contemporaine, auprès des écoles P.A.R.T.S. (Bruxelles), Trinity Laban School à Londres, compagnies d'Akram Khan, de Trisha Brown, et travaille en tant que danseuse et assistante de mouvement pour la compagnie de théâtre physique N.U. someone troupe (Belgique). Elle travaille également dans le genre de la vidéodanse (Canada / lauréate du festival Shortcuts - Experimental Dance Film Festival in 360°, Vienne). Lauréate du programme d'Aide à la recherche et au patrimoine en danse du CND, elle développe l'enseignement de la notation Laban et la transmission du répertoire en Russie, ainsi qu'en Grèce (en tant qu'artiste / chercheuse invitée au Duncan Dance Research Center à Athènes).
Elle poursuit sa recherche en doctorat au Département Danse de Paris 8 sous la direction d'Isabelle Launay. Son sujet, qui s'inscrit dans le domaine de l'histoire de la danse et l'analyse d'œuvres, est consacré au développement de la danse moderne en Russie au tournant du XXe siècle, ses liens avec la danse moderne européenne (notamment, la danse moderne allemande) et la question de l'hybridation des influences et des circulations des savoirs sur la danse entre ces pays. Cette recherche met en avant les échanges, inexplorés jusqu'à présent par les chercheurs, entre les studios expérimentaux de danse en Russie et les écoles et les courants allemands de danse moderne dans les années 1910-1920, et le rôle que ces échanges ont joué dans l'émergence en Russie de nouvelles pratiques corporelles et de nouvelles réflexions sur l'art du mouvement. Les années 1910, ainsi que le début des années 1920 (avec le lancement de la Nouvelle politique économique de Lénine en 1921, après la guerre civile) ont été caractérisées par une ouverture singulière aux expressions artistiques étrangères et aux échanges internationaux entre les artistes, y compris les danseurs. Outre l'influence de la « danse libre » de Duncan, les liens étaient particulièrement forts avec des artistes allemands : de nombreux artistes russes ont étudié à cette époque-là en Allemagne avec Elisabeth Duncan, Rudolf Laban, Mary Wigman ou dans une de leurs filiales. Les circulations des savoirs et des pratiques corporelles, ainsi que les transferts culturels dans la danse moderne dans un contexte politique et socio-économique particulier des années avant et après la Révolution d'octobre, entre la Russie et l'Allemagne (avec également un rapport aux pratiques de la danse moderne en France, compte tenu de l'émigration d'un grand nombre de danseurs modernes russes en France à la fin des années 1920, lorsque le changement dans la politique culturelle du pays a causé la fermeture de la plupart des studios) sont ainsi au coeur de cette recherche.

Dernière mise à jour : septembre 2019