DOCTORANTE
DÉPARTEMENT DANSE - UNIVERSITÉ PARIS 8

 
contact@marinaledrein.com
RECHERCHE-CRÉATION
ART ET SOIN
PRATIQUES ET SAVOIRS SITUÉS
DANSES, LUTTES ET POUVOIR D'AGIR
Marina Ledrein est artiste visuelle, art thérapeute et doctorante contractuelle au sein de l'équipe « Danse, geste et corporéité » de l'EDESTA depuis la rentrée 2021. Son parcours académique pluridisciplinaire entre arts plastiques, danse et soin l'amène aujourd'hui à tisser ensemble pratique artistique et recherche avec ses expériences en tant que soignante au sein d'institutions de santé. Elle s'intéresse aux nouvelles esthétiques de la danse à la croisée des arts plastiques et de la performance et imagine des dispositifs qui placent la relation au cœur des processus. Dans son travail, il est question de penser les circulations possibles entre l'art et le réel comme un problème d'ordre politique et social en plaçant le sensible, les théories du care et les savoirs situés au cœur de la recherche-création.
Elle est par ailleurs co-fondatrice de BLACKCUT, plateforme de production et de diffusion dédiée aux pratiques artistiques collaboratives, qui soutient notamment le collectif MOUVEMENT(s) créé à l'hôpital psychiatrique Robert BALLANGER (93), à l'initiative de ses usagers et de Karine DEBONO (psychologue clinicienne). Aujourd'hui, le collectif se fixe pour objectif d'interroger les espaces de la psychiatrie en passant par les pratiques artistiques en mouvements et associe au processus l'artiste et chercheuse Shirley NICLAIS et la musicothérapeute et musicienne Fanny INGRASSIA.
Lauréate du prix du Master développement durable et inclusif du territoire de l'Université Paris 8 en 2020 pour son mémoire sur les pratiques collaboratives en danse accompagné du court métrage Chorée, sa recherche doctorale également dirigée par Isabelle GINOT s'intitule Pour une architecture vivante - L'hôpital psychiatrique à l'épreuve du sentir et de l'expérimentation dansée. Le projet de thèse a pour terrain une co-recherche entre artistes et usagers autour de l'enfermement psychiatrique. Il interroge les possibles stratégies de réappropriation des espaces de soin offertes par le travail du geste. La thèse multiplie les formats (écriture, performance, cartographie en ligne) pour répondre à la multiplicité des adresses et la complexité des auctorialités à l'œuvre dans les processus de création collective. Marina Ledrein est également soutenue par le Théâtre Louis Aragon à Tremblay-en-France, le CENTQUATRE à Paris et le programme Agir IN Seine-Saint-Denis du Conseil Départemental.
Elle participe également au laboratoire Mouvements engagés (séminaire public et bodystormings). Le programme est initié par le département Danse de l'Université Paris 8 & l'équipe de A.I.M.E.- Association d'Individus en Mouvements Engagés.


Dernière mise à jour : octobre 2021