1960-1980 : Histoire contemporaine du champ chorégraphique en France
Master (2011-2013)
A quelles conditions la Nouvelle Danse Française des années 1980 à-t-elle émergé ? Pour la doxa, cette génération de danseurs, regroupant des figures aussi variées que Jean-claude Gallotta, Dominique Bagouet, Maguy Marin, Karine Saporta, François Verret..., symbolisée par le mythe de la tabula rase, incite à penser l'histoire de la danse contemporaine comme un phénomène auto-fécondé. En effet, à cette période de vitalité esthétique et politique, s'oppose la décennie des années 1970 qualifiée d'inerte et d'inepte. Pourtant elle est le théâtre de révolutions sociales et culturelles majeures que l'on peut situer historiquement à partir de mai 1968.

Ce séminaire se déroule sur deux semestres et est animé par Sylviane Pagès et Mélanie Papin

Dans un premier volet, il s'agit de déconstruire ce mythe historiographique : que fait Mai 68 à la danse ? Comment parler de danse française dès lors que la période est traversée de nombreuses circulations chorégraphiques venant dAmérique, d'Allemagne ou du Japon ?
Le second volet, intitulé « Relire les années 1970 : forces discrètes et altérités » s'intéresse aux spécificités de la génération de danseurs des années 1970 et aux éléments fondateurs qui ont été posés : processus d'intellectualisation, défense et valorisation de la danse, diversité esthétique...
Atelier d'écriture (méthodologie à destination des étudiants danseurs en école d'art)
Licence, CNDC d'Angers - direction Emmanuelle Huynh, 2011-2012
Destiné à favoriser la pratique de l'écriture, de la lecture de textes théoriques ou des écrits de danseurs mais aussi à pratiquer le regard sur les œuvres chorégraphiques, cet atelier s'articule à l'actualité chorégraphique des étudiants et à des éléments de méthodologie.
Histoire de la danse - Histoire en danse
Licence, CNDC d'Angers - direction Emmanuelle Huynh, 2012-2013
Le cours présente deux enjeux : aborder les différents modes de regard sur l'histoire du côté de la discipline elle-même (comment s'élabore une historiographie ? A partir de quelles réflexions épistémologiques ? Qu'est-ce que l'histoire en danse ?) et du côté des pratiques chorégraphiques (Comment les artistes historicisent leurs pratiques ? Quel travail de mémoire opèrent-ils ? Ou encore, à quelles conditions, selon quels processus, la discipline historienne intervient dans certains projets chorégraphiques ?).
Relire les années 1970 en France : forces discrètes et altérités
Master (2011-2013)
Ce cours, mené avec Mélanie Papin, propose une relecture des années 1970 dans l'histoire de la danse en France, en portant attention au contexte politique et culturel dans lequel s'est développée la danse contemporaine, avant qu'elle ne devienne davantage visible et reconnue dans la décennie 1980. Le premier axe de cette relecture consistera en la redécouverte de figures partiellement oubliées, qui ont pourtant œuvré discrètement - mais en profondeur -, à la construction d'une danse contemporaine en France : Le Four Solaire, Moëbius, Arcor - Christine Gérard et Alexandre Witzman-Anaya, l'Ensemble chorégraphique de Vitry dirigé par Michel Caserta... Le deuxième axe consistera à relire l'histoire de la danse en France par ses moments de rencontre avec des altérités corporelles (japonaise, africaine, etc.,) permettant ainsi de décentrer cette histoire, de l'aborder par ses contours et ses marges, par son rapport à l'altérité et à l'étranger.