Atelier Jeux chorégraphiques
Licence et Master, 2015-2016
L'atelier de cette année se déploiera en deux temps, sur les deux semestres, autour de la pratique des jeux chorégraphiques (http://xsud.blogspot.fr/p/jeux-choregraphiques.html). Ce dispositif spectaculaire, pédagogique et réflexif, a été créé par les artistes Laurent Pichaud et Rémy Héritier pour répondre à un impératif ludique : risquer de s'entendre parler de danse
Le premier semestre convoquera d'abord les jeux comme outils d auto-analyse pour mettre à jour nos a priori en danse. À travers l'observation de nos référents chorégraphiques, de nos représentations culturelles, de nos manières de regarder la danse et d'en parler, nous déploierons un atelier ressource où la pratique des jeux stimulera un partage de nos savoirs intuitifs ou constitués quant à l'histoire de la danse.
Tout en activant les jeux nous collecterons et analyserons alors nos commentaires, nos blagues et autres apartés informels en déployant des arbres généalogiques ou en traçant des cartographies individuelles et collectives. Lever nos représentations en danse sera notre guide.
Le second semestre sera dédié à la fabrication d'un événement jeux chorégraphiques durant la Semaine des Arts en mars 2016. Après un premier semestre prospectif, il sera en effet temps de jouer, et de faire jouer, en public.
Chorégraphie située
Licence, 2016-2017, avec Julie Perrin
2016 : Ce cours-atelier propose de retraverser l'histoire de la danse occidentale hors des théâtres, et de l'articuler avec une expérimentation au présent. Il s'agit en effet de réfléchir aux enjeux des lieux de représentation pour la danse moderne et contemporaine, de traverser des archives (textes, films) faisant trace de cette histoire, de la mettre en perspective d'une histoire des arts plastiques (art in situ, land art, happenings...), mais aussi de se confronter en pratique à la construction du geste dans l'espace public à travers des ateliers pratiques menés dans différents lieux que nous choisirons à chaque session en écho aux œuvres étudiées (forêt, centre commercial, place...).
2017 : Explorant un corpus de chorégraphies situées, ce cours mettra en jeu différentes formes de pratiques. D'abord pratiquer les œuvres chorégraphiques par l'exercice du regard et de l'écriture : tel est l'enjeu de ce cours. Écrire ce que l'on voit et plus largement ce que l'on perçoit. Saisir donc, comment l'on regarde. Et se confronter à l'écart entre percevoir et dire. Cette pratique permettra de s'interroger plus particulièrement sur l'acte de décrire, premier pas décisif de l'approche critique de l'œuvre, première étape inventive et interprétative.Pratiquer aussi l'analyse des documents, car ces chorégraphies situées soulèvent la question de l'œuvre en danse et de leurs traces.Pratiquer enfin avec un artiste : faire l'expérience de marches en contexte urbain conduit à affiner les analyses d'œuvre à venir. Il s'agira d'articuler dans l'écriture un travail du sensible et de l'intelligible.
Histoire de la danse en France - enquêtes dans les archives / sur les traces des danseurs
Master, 2017-2018, avec Sylviane Pagès
Comment faire une histoire de la danse qui soit une histoire des danseurs, qui s'intéresserait à leur travail (leur formation, leur conditions de travail, leurs lieux de répétition...), à ce que signifie « être danseur », à leurs parcours, voyages et migrations ? C'est à cet enjeu que tente de répondre ce cours, en s'interrogeant sur les conditions de possibilité d'une telle histoire, dès lors que l'historiographie se centre généralement sur les grandes figures. Mais, dans ce cours-atelier conduit par une chercheuse et un artiste, c'est aussi par le biais d'enquêtes que nous expérimenterons une telle histoire. Se plonger dans les archives du Centre national de la danse pour aborder l'histoire de la danse en France des années 1960 aux années 1980, partir à la recherche de danseurs parfois méconnus, parfois oubliés, ou rendus anonymes par les documents et tenter de mettre à jour leur traversée de cette histoire de la danse qu'ils ont eux-mêmes vécue et façonnée. Et si ces danseurs sont aujourd'hui introuvables ou disparus, ou si les traces ne donnent pas d'informations précises, alors tenter de dessiner leurs portraits en creux, par les contours. Expérimenter dans les fonds d'archives, pour jouer avec les notions de documents, d'enquêtes, de classement, et surtout faire jouer ces notions entre elles.
Performer la recherche
Master, 2016-2018
2017: Cet atelier propose d'interroger comment les méthodologies de recherches théoriques peuvent rencontrer et enrichir la pratique et les outils chorégraphiques, et vice versa, et permettre ainsi d'inventer des formats de recherche expérimentaux.
Fil conducteur de cet enseignement, et fruit d'une recherche sur plusieurs années autour de l'œuvre de la chorégraphe américaine Deborah Hay - assistanat chorégraphique, travail dans ses archives privées, traduction de certains de ses écrits, etc. -, un séminaire performé de 5 séances sera présenté en public aux Laboratoires d'Aubervilliers. Il alternera avec des séances où des invités - enseignantes du département danse de Paris 8, doctorants -, mettront en commun et en expertise auprès des étudiants leurs propres méthodologies de recherche.
Les étudiants, en regard de chaque séance du séminaire performé sur Deborah Hay ou de la proposition de l'invité, seront amenés à expérimenter et à interroger, de l'intérieur même de leurs recherches, les enjeux singuliers, exploratoires et stimulants qui font de toute recherche un processus de création joyeusement réflexif.
2018 : Comment des outils performatifs informent à la fois les méthodologies de recherche universitaire dans lesquelles nous sommes investis et la manière possible de présenter ces recherches en public ? À partir d'un travail régulier d'exercices performatifs, ce cours-atelier-méthodologique s'inventera sous la forme d'un laboratoire où chaque étudiant pourra faire jouer ses propres focus et dynamiques pour témoigner, déployer et mettre en réflexion l'actualité de sa recherche.
Profitant d'un emploi du temps où alterneront ateliers au studio danse de Paris 8 et au CND de Pantin, nous travaillerons à pratiquer les différentes manières d'adresser nos recherches en regard des contextes investis et pourrons inviter une communauté d'étudiants de Paris 8, ou au-delà, à venir participer à des temps publics spontanés ou préparés.