Disséminer : le geste-ville, notes sur Surrogate City et City Maquette de M. Monnier
2013
La chance d'une danse exposée
Notes sur "La chance" de Loïc Touzé, 2013
Vis à vis
Collaboration artistique avec la danseuse-chorégraphe Andreia Nuhr, Sorocaba et Sao Paulo (Brésil), août 2012
Ce projet expose le dialogue et l''écart autant poétique que politique entre deux artistes-danseuses (mère et fille sur scène et dans la vie) qui évoquent la situation de la danse contemporaine dans les années 1970 au Brésil aux prises avec la dictature.
10 ans après. D'Isabelle Launay à Boris Charmatz
édition de poche, Dijon, Presses du Réel, 2011
Projet de postface pour l'ouvrage Undertraining, on a Contempory Dance, 2011.
Traduction en anglais par Anna Preger
("Entretenir, à propos d'une danse contemporaine", Presses du Réel, 2003)
Composer une histoire en danse
Texte intégral du catalogue Videodanse 2011
Projet de postface pour l'ouvrage Undertraining, on a Contempory Dance
2011
Traduction en anglais par Anna Preger, édition de poche, Dijon, Presses du Réel, 2011 (Entretenir, à propos d'une danse contemporaine, Presses du Réel, 2003)
A elaboração da memória na dança contemporânea e a arte da citação
traduction en portugais par Ana Texeira, 2011
Conférence "D'après moi"
Conférence au Théâtre de Gennevilliers le 6 mars 2009
Intervention sur l'autobiographie en danse, ponctuée par la lecture d'extraits d'autobiographies de danseurs. Par Isabelle Launay et Julie Perrin. Durée : 1h30
Une fabrique de la mémoire en danse contemporaine ou l'art de citer
Conférence donnée au SESC, Biennale de danse contemporaine de Santos (Brésil), novembre 2009
Comment penser la durée de vie d'un geste dansé ? Sous quelles formes vient-il persister dans notre présent ? Il est de multiples façons d'œuvrer à la mémoire d'un geste. On en évoquera ici quelques unes : la pratique de la variation, le travail de réinterprétation, celui de la citation, enfin celui de la survivance. Mais l'on s'attardera surtout sur un mode de citation brut, celui de la copie fréquente d'un enregistrement filmé. Ainsi ont travaillé trois artistes qui ont thématisé la copie selon des visées différentes : Jérôme Bel dans Le dernier spectacle, Latifa Laabissi dans Phasmes, Mathilde Monnier dans Tempo 76 et Surrogate City. Si tous les trois se placent sous la figure de l'artiste en copiste, et en font un outil de production privilégié, les modalités de ce travail de copie comme leurs finalités sont forts différentes, voire opposées à certains égards.
Vitalités et formes de l'oubli en danse
Conférence donnée dans le cadre du colloque Vestiges-Vertige, Théâtre de la Cité Internationale, Paris, nov. 2008, organisé par le Mas de la danse et l'IMEC
Faire l'éloge de l'oubli au sein d'un colloque sur la mémoire en danse, ce n'est certes pas critiquer la nécessité d'une histoire, nier le désir de mémoire ou refuser encore d'entretenir les souvenirs. Bien au contraire, c'est tenter de prendre en compte la fécondité et le nécessaire travail de l'oubli dans le mouvement mémoriel lui-même, de prendre la mesure de ses effets productifs pour la mémoire des œuvres, et pour l'histoire de la mémoire en danse. L'objet n'est pas ici de faire l'histoire des types d'oublis en danse, mais de proposer quelques pistes sur ce que permettent aussi des cultures de l'oubli notamment dans le champ du ballet classique, dans le champ de la danse d'expression en Allemagne ou encore dans la danse d'aujourd'hui.
La danse moderne et l'oubli
Conférence au théâtre de la Cité Internationale, samedi 17 novembre 2007
Cette conférence revient sur la danse moderne au début du XXe siècle en Allemagne et aux Etats-Unis. Elle propose d'interroger le rapport des danseurs modernes à l'oubli, d'en analyser les formes nécessaires pour leurs divers modes de retours. Aujourd'hui, des chorégraphes contemporains s'intéressent à ces registres esthétiques du corps en revisitant ces danses de la modernité.

Dans le cadre du cycle de conférences organisé par Théâtre de la Cité Internationale à Paris et le département danse de l'université Paris 8 SaintDenis
20072008 : Anachronisme
Le savoir historique est le fruit d'un regard présent sur le passé. Faire l'histoire de la danse comporte une part nécessaire d'anachronisme. Des chercheurs et des artistes proposent ici de rendre féconds des rapprochements incongrus, de mettre en regard différents chorégraphes pour mieux révéler un pan de leur esthétique, de poser des questions anciennes à l'art contemporain et réciproquement. Faire jouer l'anachronisme, c'est ainsi interroger l'acte de voir.
Coordination : Julie Perrin, département danse de l'Université de Paris VIII Saint-Denis et
Christine Morquin, Théâtre de la Cité Internationale à Paris.
Quand le danseur s'invente un métier
Conférence du 18 novembre 2006, au théâtre de la cité internationale à Paris
Comment un danseur aujourd'hui se prépare-t-il à ses créations à venir ? Quel entraînement, quelle pratique exige-t-on de lui ? Chaque esthétique ne suppose-t-elle pas une pensée et une technique du corps spécifiques, mais aussi un imaginaire du métier même de danseur ? Danses virtuoses ou corps quotidiens, techniques discrètes, danses écrites ou improvisées, travail vocal... on observe une grande diversité de démarches. Le débat sur la formation du danseur contemporain - formation physique, sensible, intellectuelle - hérite des propositions des danseurs modernes, qui donnent au mot « technique » un contenu nouveau : après l'entraînement biomécanique, l'atelier, inventé au début du XXe siècle, apparaît comme un espace d'expérimentation du sensible ; d'autres imaginaires du métier de danseur surgissent.

Deuxième conférence du cycle 2006-2007, intitulé "Derrière l'oeuvre, face à elle".
Au grand jour, apparaît la création chorégraphique. Le temps d'une représentation, la
danse est dévoilée, offerte au regard du public, donnée en partage. Mais en amont, derrière
l'oeuvre, entre les représentations, les artistes connaissent une activité plus discrète, parfois intime. Pratique de soi, invention du geste, entraînement physique et questionnements
échangés, déploiement d'un univers propre nourri de curiosités multiples : ces temps
précieux, nécessaires, irriguent la création. Ils supposent l'oeuvre à venir.
Comment travaillent les danseurs et chorégraphes présents sur les scènes depuis les
années 80 ? Comment pensentils leur métier et nourrissentils leur création ? Qu'estce qui
les fait bouger, les fait créer ? Quel imaginaire les habite ? Cette face du travail de l'artiste chorégraphique reste souvent bien méconnue. Elle est difficile à saisir, mais la variété des esthétiques contemporaines révèle, à elle seule, la diversité des démarches. Les danseurs invités pourront en témoigner. La présentation d'extraits vidéos soutiendra le propos. Tenter de comprendre des cadres d'expériences ou d'envisager les ressorts d'une recherche
artistique, c'est se donner les moyens d'atteindre l'intelligence singulière qui fonde une
oeuvre.
Ce cycle de cinq conférences propose ainsi de se tourner vers le travail du danseur,
de réfléchir aux processus de création et de déceler, dans l'oeuvre même, les affleurements
de ces pratiques de mouvement et de pensées qui soustendent la création. Autrement dit,
effectuer ce voyage de l'univers du danseur et du chorégraphe, vers l'expérience du
spectateur.
Coordination : Julie Perrin & Christine Morquin.
Lettre à Dominique Frétard
Droit de réponse collectif non publié à l'article de Dominique Frétard, « Noter la danse, embrigader les corps » dans Le Monde du 18 janvier 2000
Ce texte collectif signé par 32 personnalités (artistes, chercheurs et responsables de structure) est une réponse critique à un texte de la journaliste D. Frétard sur la notation en danse. Il argumente sur le fait que la notation ne saurait être par essence un instrument de contrôle, « toujours lié au pouvoir politique », contrairement aux idées très répandues à ce sujet. Mais l'absence en France de tradition d'apprentissage de la notation (mis à part l'effort entrepris par Jacqueline Challet-Haas et quelques autres depuis trente ans), l'ignorance générale de ses pratiques, ainsi que l'absence de pensée critique sur sa nature et sa fonction, conduisent à bien des erreurs et des confusions, et à des attitudes de méfiance irrationnelles.
Notes à la demande de Monique et Jack Lang au Ministère de la Culture [...]
juin 2000.
Titre complet : Notes à la demande de Monique et Jack Lang au Ministère de la Culture, projet pour le développement d'une culture en danse dans les collèges et lycées
Par Isabelle Ginot, Hubert Godard, Isabelle Launay.