OUVRAGES
Le butô en France, malentendus et fascination (trad. japonaise)
Keio University Press, Tokyo, 2017. Traduction : Patrick de Vos, Mariko Kitahara et Mariko Miyagawa
Ce livre est la traduction japonaise de l'ouvrage Le butô en France, malentendus et fascination, initialement publié par le Centre national de la danse en 2015. Il est traduit par Patrick de Vos, Mariko Kitahara et Mariko Miyagawa.
Le butô en France, malentendus et fascination
Centre national de la danse, Pantin, 2015
Ce livre retrace l'histoire de la fascination pour le butô en France, depuis le choc de sa découverte à la fin des années 1970. Cette fascination, non dénuée de malentendus, a suscité de nombreux désirs d'ailleurs et de Japon qui ont travaillé la danse contemporaine, alors en pleine effervescence. Quels désirs esthétiques le butô est-il venu combler ? Qu'a-t-il déplacé et déstabilisé dans la danse contemporaine ?
Analyser ce phénomène de réception, c'est déconstruire les lieux communs qui l'accompagnent. C'est aussi relire l'histoire de la danse en France : le butô a fait notamment ressurgir des désirs d'expressionnisme chez les danseurs contemporains alors tournés vers les abstractions américaines. Dans une approche mêlant esthétique et histoire culturelle, analyses de discours critiques et de gestes, ce livre relie l'histoire chorégraphique récente à celles, plus longues, du japonisme et de la mémoire de Hiroshima. Il révèle ainsi les multiples dynamiques qui ont nourri jusqu'à nos jours les regards sur le butô.
DIRECTION DE PUBLICATIONS
Recherches en danse
Membre depuis 2012 du comité de rédaction de la revue Recherches en danse. Revue de l'association des chercheurs en danse http://danse.revues.org/.
Danser en mai 68. Premiers éléments
éditions Micadanses et Université Paris 8, Paris, 2014
Ouvrage sous la direction de : Sylviane Pagès, Mélanie Papin et Guillaume Sintès.

« Danser en Mai 68 » émane d'une journée de réflexion organisée à Micadanses en octobre 2012 par le groupe de recherche « Histoire contemporaine du champ chorégraphique en France » (Sylviane Pagès, Mélanie Papin et Guillaume Sintès) qui a réuni les témoignages de Catherine Atlani, Odile Azagury, Claire Delaroche et Dominique Dupuy, autour de leur expérience des événements de Mai 68.

Retranscrits dans le présent ouvrage, ils sont enrichis d'entretiens avec Serge Keuten et Jean Guizerix, de contributions de chercheurs en danse et de reproductions d'archives.
Il s'agit en effet d'ouvrir un chantier historique sur le champ de la danse en 1968 jusqu'alors peu étudié et témoigne du développement récent des recherches sur l'histoire de la danse en France.

Cet ouvrage est le fruit d'une collaboration entre Micadanses et le laboratoire « Esthétique, musicologie, danse et création musicale » de l'Université Paris 8.
Mémoires et histoire en danse, Mobiles n° 2
Collection Arts 8, Paris, L'Harmattan, 2010
Sous la direction d'Isabelle Launay et Sylviane Pagès
Sommaire ci-joint
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=32838
Repères. Cahier de danse
Biennale nationale de danse du Val-de-Marne
Membre du comité de rédaction 2010-2013.
Déterritorialiser le butô
Funambule, n°8, 2008, p. 19-60.
Coordination d'un dossier comprenant quatre articles sur le butô.
CONTRIBUTION DANS DES OUVRAGES COLLECTIFS
L'ambivalente revendication d'exister. Mai 68 et "la Danse" (premiers éléments)
in Sylviane Pagès, Mélanie Papin, Guillaume Sintès (ed.), Danser en mai 68. Premiers éléments, éditions Micadanses et Université Paris 8, Paris, 2014, p. 96-125
Article par : Isabelle Launay, Sylviane Pagès, Mélanie Papin et Guillaume Sintès.
Tomber
in Histoires de gestes, ouvrage sous la direction de Marie Glon et Isabelle Launay, Arles, Actes Sud, 2012, p. 39-53
Résurgence, transfert et voyages d'un geste expressionniste en France [...]
Mobiles n°2, « Mémoires et histoire en danse », Arts 8, Paris, L'Harmattan, 2010, p. 373-384.
Titre complet: « Résurgence, transfert et voyages d'un geste expressionniste en France : une historiographie discontinue et transnationale. Le butô entre le Japon, la France et l'Allemagne »
Cet article étudie comment le transfert chorégraphique du butô entre le Japon et la France à la fin des années 1970 peut être pensé comme une circulation de gestes, avec un troisième pôle chorégraphique : l'Allemagne et la danse expressionniste. L'influence du butô sur la danse contemporaine en France peut en effet être analysée comme un retour à un geste expressionniste, qui souffrait alors en France d'un déni. Le butô et le Japon constituent ainsi un détour, pour retrouver, sur les scènes chorégraphiques françaises, les projets esthétiques de l'expressionnisme.
II. Archives d'une expérience 1993-2007
Les Carnets Bagouet, La passe d'une œuvre. Ouvrage sous la direction d'Isabelle Launay. Editions Les Solitaires intempestifs, 2007, p. 87-316.
Selon quels désirs une œuvre chorégraphique contemporaine survit-elle à sa disparition ? De quelles manières, et qu'advient-il d'elle dans ce qui passe et se passe au cœur du transfert d'un corps à l'autre, d'un groupe à l'autre, d'un regard à l'autre ? Pour la première fois dans l'histoire de la danse contemporaine en France sont publiées ici des archives de danseurs au travail, réunis au sein des Carnets Bagouet depuis 1993. Durant plus de quinze années, ces lettres, entretiens, réunions, bilans et tables rondes, rendent compte d'une réflexion qui s'élabore d'abord en actes dans le studio, entre des sujets qui dansent, animés par le désir de définir l'actualité toujours nouvelle d'un savoir-faire qui fonde tout à la fois une esthétique et une éthique de travail. Bien au delà de l'œuvre de Dominique Bagouet, c'est à une réflexion sur l'histoire d'un geste, de son émergence passée et à venir, de son oubli comme de ses transformations et de ses disséminations que le lecteur est ici convié.

Chapitre 2 « Archives d'une expérience », par Anne Abeille, Isabelle Launay et Sylviane Pagès.
Le second chapitre de l'ouvrage est un recueil d'archives, orales ou écrites, des Carnets Bagouet. Ces archives sont retranscrites, présentées et composées de façon à rendre visible la réflexion menée par ce collectif de danseurs autour de la transmission des œuvres de Dominique Bagouet après sa mort, et autour du travail de l'interprète en danse. La présentation chronologique et thématique permet de mettre en lumière la parole des danseurs, souvent inaudible, tout en proposant des questionnements sur l'archive en danse et la mémoire des œuvres chorégraphiques.
ACTES DE COLLOQUES
Storia e appropriazioni del butô sulla scena francese
in Matteo Casari, Elena Cervellati, (dir.), Butô. Prospettive europee e sguardi dal Giappone, Bologna, Dipartimento delle Arti e ALMADL - Area Sistemi Dipartimentali e Documentali, 2015, pp. 123-132
La France a joué un rôle important dans l'exportation du butô dans le monde, en réservant un accueil enthousiaste aux premières représentations dès 1978. Cette fascination, non dénuée de malentendus, a aussi touché les danseurs français selon des modalités multiples : voyages au Japon, collaborations avec des danseurs butô, citation dans des pièces contemporaines... Après avoir retracé l'histoire de ce succès, cet article analyse comment le butô s'est transformé et trouve encore une actualité sur la scène française.
L'influence des théories du corps à l'œuvre dans le Butô de Hijikata Tatsumi sur [...]
Actes du colloque SDHS / CORD / CND, Repenser pratique et théorie, Birmingham, Society of Dance History Scholars, 2007, p. 390-394.
Titre complet : L'influence des théories du corps à l'œuvre dans le Butô de Tatsumi Hijikata sur les pratiques des danseurs contemporains en France
L'étude de cas de la réception du butô en France permet de questionner les notions de théorie et pratique et de mettre en crise cette dichotomie.
ARTICLES
Convoquer l'enfance en butô. Pour un geste non su
Repères, cahier de danse, n°36, novembre 2015, pp. 7-9
Cet article analyse les différentes modalités de convocation d'imaginaires de l'enfance par les danseurs butô, révélatrices de principes importants qui traversent la pratique de cette danse : l'appel à la mémoire individuelle, la recherche d'un geste non su et le travail de métamorphose.
Repères sur le butô
in Ballroom, n°5, mars-mai 2015, pp. 66-69.
Le butô en France : échanges chorégraphiques et fascination
La lettre de la bibliothèque MCJP, n°41, février 2013, p. 1-2
La venue de la compagnie de butô Dairakudakan en 2012 à la Maison de la culture du Japon est révélatrice de deux grands traits de l'histoire du butô en France : d'une part la fascination française constante pour cette danse issue des avant-gardes tokyoïtes des années 1960, d'autre part les processus de sélection et de réinvention qui sont à l'œuvre lors de ces migrations chorégraphiques du Japon vers la France. La difficile réception du Dairakudakan, avec son butô grotesque et kitsch, son esthétique ero-guro, révèle en creux que certaines esthétiques butô ont longtemps été privilégiées. Et le revirement récent de réception, avec des invitations plus fréquentes depuis les années 2000, s'inscrit dans un moment de redécouverte du butô, de son histoire comme de sa diversité esthétique.
Au risque de l'intime : le butô, une poétique de l'infime
Repères - cahier de danse, avril 2012, p. 24-27
Quelles prises de risques dans une danse du « presque rien » ? A partir d'entretiens avec trois danseurs butô issus de la scène contemporaine en France - Lorna Lawrie, Maki Watanabe et Gyohei Zaitsu -, cet article tente d'approcher le travail des danseurs butô dans l'acte même de la performance, abordant leur travail de la présence, de la sensorialité et leur rapport à l'émotion dans l'improvisation en scène.
La construction exotique du butô en France
in revue L'Ethnographie, "Pratiques corporelles artistiques et regard de l'autre", Editions L'Entretemps, n°5, 2011, p. 125-136
En analysant les mécanismes de la construction exotique du butô en France - la cristallisation sur l'identité japonaise, la construction comme altérité radicale, une catégorisation hors de l'histoire de la danse contemporaine -, ce texte montre comment l'exotisme fonctionne comme un écran : écran de projection de fantasmes et de clichés, mais aussi écran pour masquer l'histoire commune entre butô et danse contemporaine, et notamment l'histoire de la danse moderne et du geste expressionniste. L'histoire récente du butô en France s'inscrit alors dans l'histoire longue des danses exotiques et révèle combien les cadres historiques et culturels qui organisent la perception des pièces butô rejoignent des questionnements de l'anthropologie historique sur l'appréhension des danses « autres ».
La réception du butô dans la danse contemporaine en France [...]
Théâtre/Public, "Scènes françaises, scènes japonaises : allers-retours", décembre 2010, n°198, p. 47-50
Titre complet : La réception du butô dans la danse contemporaine en France : contre-modèle esthétique et résurgence expressionniste

Si le succès du butô peut s'expliquer par de nombreux facteurs et s'est nourri de malentendus culturels et historiques, ce texte se concentre sur la dimension esthétique de la réception de cette danse et sur les rapports entre butô et danse contemporaine, afin de comprendre dans quelle mesure le butô a constitué un contre-modèle aux esthétiques chorégraphiques dominantes en France.
Le moment Cunningham. L'émergence d'une référence incontournable de [...]
Repères - cahier de danse, avril 2009, p. 3-6
Sous-titre complet : L'émergence d'une référence incontournable de la danse en France...
Cet article prend pour objet la réception critique de Merce Cunningham en France. Artiste controversé dans les années 1960, il obtient la consécration à la fin des années 1970 et devient une référence incontournable de la danse en France, au cœur des imaginaires et des débats esthétiques de la « jeune danse ». Retracer l'évolution de la presse à son égard permet de mettre au jour l'évolution des discours et des regards portés sur la danse autant que la structuration du champ de la danse contemporaine à partir de cette figure, objet de désir comme de rejet.
Ôno Kazuo : le plus vieux danseur du monde. Légende d'une verticalité épuisée
Repères - cahier de danse, novembre 2009, p. 12-14.
L'analyse de la réception critique en France d'Ôno Kazuo considéré comme « le plus vieux danseur du monde » est associée à une analyse de ses œuvres, en particulier de son travail postural, de la dramaturgie de l'épuisement et de l'effondrement qu'il propose. La confrontation de ces deux analyses - analyse de textes et analyse de posture -, permet de saisir ce que fait le corps vieillissant d'Ôno aux critiques et aux spectateurs, et en quoi il trouble les conceptions de la danse et du métier de danseur.
Pistes de réflexion sur la transmission des œuvres en butô
Funambule, n°8, 2008, p. 26-39
Article de Sylviane Pagès et Violeta Salvatierra
Ce texte met en lumière une des évolutions récentes du butô en France : la constitution d'un répertoire au sein des compagnies butô et la transmission d'œuvres à des danseurs contemporains. Ces études de cas permettent de questionner les notions de répertoire et d'œuvre chorégraphique dans le champ du butô.

Publié avec l'aimable autorisation de l'association Anacrouse.
Résonances du butô dans la musique contemporaine : corporéité et processus de [...]
Funambule, n°8, 2008, p. 21-25.
Titre complet : Résonances du butô dans la musique contemporaine : Corporéité et processus de travail chez Georges Aperghis
Analyse du texte « Une partition sonore et gestuelle » du compositeur contemporain Georges Aperghis, en particulier de sa conception du corps et du travail scénique, qui entre en résonance avec les projets esthétiques du butô.
Publié avec l'aimable autorisation de l'association Anacrouse.
Quand les comédiens sont les acteurs d'eux-mêmes, ils dansent [...]
Funambule, n°6, 2004. p. 9-19.
Article de Laurence Pagès et Sylviane Pagès
Titre complet : Quand les comédiens sont les acteurs d'eux-mêmes, ils dansent. A propos du film "Les Idiots" de Lars von Trier
Ce texte aborde le film de Lars von Trier du point de vue chorégraphique, en analysant le travail corporel des acteurs.
Le haka, une mise en danse de la corporéité rugby
Funambule, n°5, juin 2003. p. 77-89.
Article d'Anne Lenglet et Sylviane Pagès

Analyse du mouvement du haka, danse maorie dansée notamment par les rugbymen de Nouvelle-Zélande.
ENTRETIENS D'ARTISTES
Entretien avec Suzon Holzer
in "L'âge du corps", Repères - Cahier de danse, Biennale nationale de danse du Val-de-Marne, novembre 2009, p. 18.
ENTRETIENS AVEC L'AUTEUR
Butô : de l'expérience à l'expertise - Témoignage d'un enseignant-chercheur
in Les cahiers java, « danses contemporaines », 2015, pp. 18-20
THÈSE ET HABILITATION
La réception des butô(s) en France. Représentations, malentendus et désirs
Thèse sous la direction d'Isabelle Launay et Jean-Marie Pradier, Paris 8, 2009
Le butô, forme chorégraphique élaborée au Japon dans les années 1950-60, est introduit en France à la fin des années 1970, s'inscrivant dans l'histoire des nombreux transferts chorégraphiques qui ont jalonné le XXe siècle. Cette thèse est consacrée à l'étude de son processus de réception, envisagée comme l'analyse des discours sur le butô, des représentations et méconnaissances qu'ils ont construites et véhiculées, et de leurs effets dans la danse contemporaine. Le contexte de réception est présenté en amont, par l'étude des étapes de cette introduction et de ses lieux d'accueil, ainsi que des réactions critiques et de l'historiographie. L'analyse des bouleversements institutionnels et esthétiques de ce contexte révèle alors comment le butô est devenu un événement médiatique et artistique fascinant mais propice aux malentendus.
Le deuxième temps de la thèse approfondit l'analyse des discours critiques sous l'angle de l'histoire culturelle, par la déconstruction des représentations dominantes du butô : son association systématique à Hiroshima et sa construction exotique. En étudiant ces deux principaux lieux communs inscrits dans l'histoire des représentations françaises du Japon, il s'agit de comprendre les cadres historiques et culturels qui orientent les regards sur les corporéités dansantes.
La dernière partie de la thèse aborde les effets du phénomène butô sur les imaginaires et les pratiques des danseurs et chorégraphes en France. Si les discours ont construit le butô comme altérité radicale et comme une danse exotique, ses appropriations par les danseurs contemporains révèlent toute la proximité du butô avec la danse contemporaine et surtout avec son histoire moderne ou expressionniste. Ainsi un regard plus précis sur le geste permet de comprendre que le butô a introduit une déstabilisation des postures, un affaissement des corps dans la danse contemporaine, et a surtout rendu visible un geste expressionniste et une esthétique spectrale, alors occultés dans la danse en France.