ALESSIO MARONGIU
2003
Statut et rôle de la danse dans le projet esthétique - politique de Richard Wagner
Sous la direction de Christine Roquet
MADELEINE ABASSADE
2000
La pratique de la danse moderne dans deux hôpitaux psychiatriques. Les expériences menées par Mathilde Monnier et José Montalvo
Mention Très Bien
LUCIE ALEXIS
2011
Statuts et usages de la transcription dans le Ballet Preljocaj
Sous la direction d'Isabelle Launay
CLOTILDE AMPRIMOZ
2003
Danse et cinéma. Un point de vue chorégraphique sur le film "play time" réalisé par Jacque Tati
Sous la direction de Christine Roquet et Julie Perrin, mention Très Bien
SOFIA ANASTASOPOULOU
2006
La chorégraphie et le droit d'auteur, un pas de deux fragile
Mémoire de Maîtrise, sous la direction d'Isabelle Launay, Mention Très Bien
MARITZA ARIZALA RUIZ
2005
Une certaine pédagogie de la salsa à Paris. "De la Colombie à la France"
Sous la direction de Christine Roquet et Dominique Praud
ÉLODIE AUSSEDAT
2000
Wilfride Piollet, une pédagogie, un regard d'élève
Sous la direction d'Hubert Godard, Mention Très Bien
MAGDALENA BAHAMONTES
2010
Premier geste d'une démarche chorégraphique in situ. "Le lieu Jaurès"
Mémoire de Maîtrise, sous la direction de Julie Perrin, mention Très Bien
ELISABETH BARDIN
2004
La chute en danse contemporaine : un élan
Sous la direction de Dominique Praud
MARC BARRET
2013
Entretiens avec des danseurs et des danseuses interprètes contemporain-e-s cinquantenaires : récits d'un métier
Sous la direction de Christine Roquet
CLAIRE BASTIDE
2005
La transmission des "danses traditionnelles africaines" en France
Sous la direction de Christine Roquet
Sous-titre :
Regard introspectif d'une élève sur des "contagions mystérieuses"
BOJANA BAUER
2004
Les postures subversives : l'intelligence de l'inintelligible
Sous la direction d'Isabelle Ginot, Mention Très Bien
Sous-titre :
Le rire du corps entre les techniques corporelles et la production de l'image dans les trois solos de V. Mantero
ANNETTE BAUMANN
2004
Dore Hoyer Vie et œuvre d'une artiste inclassable
Sous la direction d'Isabelle Launay et Simon Hecquet, Mention Très Bien
MONIA BAZZANI
1998
L'interprète contemporain et le processus d'actualisation de l'œuvre chorégraphique.
Sous la direction d'Isabelle Ginot, Mention Très Bien
Sous titre :
La reprise du solo The Two Ecstatic Themes de Doris Humphrey à partir de la notation Laban et la reprise du solo Adieu et Merci de Mary Wigman à partir de son image filmée
KARÈNE BELLANGER
2000
Analyse de Kaspar Konzert de François Verret
Sous la direction d'Isabelle Launay
SEBASTIAN BELMAR
2008
De l'espace du corps au mouvement de l'espace
Mémoire de Master 1, sous la direction de Julie Perrin
RAMA BEN ZVI
1999
L'improvisation en danse
LEA BOSSHARD
2013
"Rétrospective" par Xavier Le Roy : entre soi et les autres
Sous la direction d'Isabelle Launay
ANNE BOULANGER
2003
Interpréter la faune et improviser dans la pièce du quatuor Albrecht Knust "...d'un faune (éclats)"
Sous la direction d'Isabelle Launay, Mention Très Bien
AIKATERINI BOULY
2002
La lecture et la transmission du mouvement
Sous la direction d'Isabelle Launay
Fonction symbolique et accordage affectif dans un état de conscience spécifique, l'exemple de la danse traditionnelle festive de l'île d'Icarie en Grèce
CÉLINE BOULY
1999
Analyse de "Paradis", une pièce de la compagnie Montalvo-Hervieu
Sous la direction d'Isabelle Ginot
BERNADETTE BOURDILLAT
1997
Peau et danse... La Peauité comme approche du mouvement dansé
sous la direction d'Hubert Godard
Bernadette Bourillat cherche une réponse à la question suivante : quel rôle joue la peau dans le mouvement dansé? Pour ce faire, elle va s'appuyer sur trois champs de recherche différents: la langue populaire, la perception - se fondant principalement sur la pensée phénoménologique - et le mouvement dansé. L'énonciation langagière, les dynamiques sensorielles et la naissance du mouvement sont présentés dans le mémoire comme divers composantes de l'imaginaire qui interagissent et se nourrissent mutuellement dans le vécu propre à chaque être humain.

La première partie du mémoire analyse les informations que l'on peut tirer concernant la peau depuis les expressions de la langue populaire. Il en ressort que ces informations sont hétéroclites et parfois contradictoires. Pour expliquer comment la langue populaire transforme et a une influence sur le mouvement dansé, l'auteur propose un nouveau concept: la peauité. Ce concept, en filiation directe avec la corporeité de M. Bernard, permet d'aborder la peau sans la fixer dans une unique catégorie, en prenant en compte ses variations qualitatives. La peauité désigne l'interaction entre ce que la culture, l'histoire personnelle et les caractéristiques de la fonction tonique changent en nous. La peauité désigne tout autant l'imaginaire subjectif que le monde vécu et transformé par la peau.
La deuxième partie du texte se concentre davantage sur l'étude de la perception, qui est fondée sur l'idée que la peau, en plus d'être tout ce que la culture et l'histoire fictionnent d'elle, est avant tout un organe sensoriel. Incorporant les réflexions des divers auteurs et chercheurs, Bernadette Bourdillat rend compte de plusieurs points de vue sur la perception et se positionne dans une lignée phénoménologique où la perception est pensée comme étant au fondement de tout mouvement et de toute action, déterminant la connaissance de soi et du monde. L'auteur expose alors les différentes manières dont les auteurs explorent le lien entre mouvement et perception. Ainsi, la danse et la perception apparaissent comme deux êtres inséparables, et l'étude de l'une implique nécessairement celle de l'autre.
La suite du texte expose les trois chiasmes sensoriels de M. Bernard (intra-sensoriel, inter-sensoriel et parasensoriel ), d'abord depuis une perspective générale et ensuite en faisant le lien entre le toucher - en lien donc avec la peau - et la danse.

Le mémoire répond à la question du rôle de la peau dans le mouvement dansé en thématisant une peau complexifiée, appelée peauité : entrelacs de perception, de langage, de mouvement et surtout, d'imaginaire.

résumé établi par Catalina Insignares
PAOLA SECCHIN BRAGA
2007
De Véronique à Isabel, un remontage traversé
Mémoire de Master 1, sous la direction de Frédéric Pouillaude, Mention Très Bien
ROBERT BRAL
1998
La technique Alexander
Mention Très Bien
Robert Bral ancien danseur et professeur de danse, est certifié en différentes techniques Alexander, Body Mind Centering et en ostéopathie. Il présente sa recherche sur la technique Alexander en tant que pratique qui permet une plus grande harmonie entre le corps et l'esprit, mais qui peut aussi être utile à la formation du danseur.
Dans un premier chapitre il retrace la naissance de la technique Alexander. Frederick Matthias Alexander souffrait d'un problème vocal dans son activité de comédien et décide de trouver des moyens pour le résoudre. Avec une observation minutieuse et une recherche continue, il élabore une technique qui s'occupe du fonctionnement du corps et de la manière de faire dans des activités de la vie. Comment comprendre le corps dans sa totalité d'être engagé ? Dans ce processus, comment agir avec conscience entre le corps et le mental, comment faire attention à la perception dans le changement du geste vers «une meilleure utilisation de soi» ?
Dans le deuxième chapitre, l'auteur approfondit son étude à partir de principes sensoriels et physiologiques du corps. Dans cette partie, le travail sur la position de la tête est présenté comme une clé dans la perception et le positionnement du corps. La tête en équilibre permet de mieux se déplacer. Il faut donc comprendre les rôles des muscles profonds et superficiels et saisir le rôle de la proprioception dans l'appréhension des positions successives du corps. Pour intégrer ces principes, Bral développe dans le troisième chapitre : la leçon individuelle. Il présente deux exercices nommés le tour de table et le travail à la chaise. Avec l'aide d'un professeur, les patients peuvent non seulement bien percevoir le changement du comportement gestuel, mais aussi intégrer les façons d'utiliser la technique.
Dans le troisième chapitre, l'auteur approfondit son analyse sur le contrôle primaire, les directions et l'inhibition qui sont les principes de cette technique. En s'appuyant sur son expérience l'auteur veut nous montrer la pertinence d'utilisation de cette technique.
À la fin de cette étude, l'auteur applique la technique Alexander au domaine de la danse en vue de prévenir certaines pathologies.


Résumé établi par JingYan
AGNÈS BROCARDI-GOUGASSIAN
1992
L'écriture automatique et la danse
Sous la direction de Michel Bernard
MARION CAMPAY
2006
Les ruses de Charlot : Etude de sa danse à travers Les Temps Modernes
Mémoire de Maîtrise, sous la direction de Christine Roquet, mention Très Bien
ÈVE CARDONNET
2006
La danse de Samia Gamal
Mémoire de Maîtrise, sous la direction de Christine Roquet et Isabelle Launay, mention Très Bien
NICOLE CARVALHO PINTO VIEIRA
2011
Musique et danse improvisée : un essai sur la composition
VALÉRIE CASTAN
2008
Danse / identité / genre
Mémoire de Master 1, sous la direction d'Isabelle Ginot
Sous-titre :
La construction et la représentation des modèles féminins à travers l'analyse du geste dansé dans le paysage chorégraphique français des années 80 - 90
HENRI CHARBONNIER
2002
Mythe et pratique de "l'en-dehors" en danse classique
Sous la direction d'Isabelle Launay, Mention Très Bien
ESTELLE CHARRON
2006
Geste dansé / Geste signé
Mémoire de Master 1, sous la direction de Christine Roquet, mention Très Bien
Sous-titre :
Approche d'une utilisation de la langue des signes dans deux œuvres chorégraphiques contemporaines : Philippe Découflé, Le P'tit Bal (Le P'tit Bal Perdu), 1994 ; Pina Bausch, Nelken (Les OEillets), 1982
SARAH CHAUMETTE
2008
La construction du performer dans l'atelier de composition en temps réel de Mark Tompkins
Mémoire de Master 1, sous la direction d'Isabelle Ginot
PHILIPPE CHÉHÈRE
2008
Une pratique de la danse contemporaine à l'hôpital - Analyse des « savoirs » du danseur.
Mémoire de Maîtrise, sous la direction d'Isabelle Ginot
DANIÈLE CHEVRIER
1998
Le sacre du printemps de Nijinsky. Genèse d'une chorégraphie
AMÉLIE CLISSON
2005
Repères pour une histoire des « fêtes musicales de la Sainte Baume », du côté de la danse, de 1976 à 1980.
Sous la direction d'Isabelle Ginot
MAEVA COMBESCOT
2010
Ha! Ha! de Maguy Marin, un rire qui résiste
Mémoire de Master 1, sous la direction de Julie Perrin
ÉMILIE COMBET
2004
Danse et créolisation : ou poétique d'Edouard Glissant en irruption dans une danse marronne
Sous la direction de Christine Roquet, mention Très Bien
MARIA ISAURA CORLAY-PEREZ
1999
Danse et handicap moteur. Le geste du fauteuil roulant dans la pièce Outside In
Sous la direction d'Isabelle Ginot
ELIOSKA CORTES REY
2008
"Blush" de Wim Vandekeybus : une expressivité en danse contemporaine mise en valeur par le cinéma
Mémoire de Master 1, sous la direction de J. Perrin et A. Davidson
LUISA COSER SERAPHIM
2010
Loïe Fuller, la danseuse, le corps, la machine
Mémoire de Master 1, sous la direction d'Isabelle Launay
DOMINIQUE COULIN-PRAUD
1998
La méthode Pilates
Sous la direction d'Hubert Godard, Mention Très Bien
JACQUELINE COUSINEAU
2012
Vers une esquisse d'analyse de "Lightbulb Theory" de David Dorfman : en quoi la pièce "Lightbulb Theory" est-elle une oeuvre autobiographique ?
sous la direction de Julie Perrin, mention très bien
AMANDA CRON-FAURE
2005
Vieillir avec son art : étude de la corporéité mature en danse contemporaine. "La danse du temps" ou le temps de la danse
Sous la direction de Christine Roquet, mention Très Bien
OLIVIA CUBERO
2011
Performances en chambres dans une unité de soins palliatifs: du consentement initial à l'espace du consentement, comment la danse travaille-t-elle?
Mémoire de Master 1, sous la direction d'I. Ginot, mention Très bien.
AUGUSTO CUVILLAS
1999
La Compagnie Nationale de Chant et de Danse du Mozambique
Sous la direction d'Isabelle Launay, Mention Très Bien
TONI D'AMELIO
1998
Vers une technique de projection : une re-catégorisation des pas du ballet classique pour danseurs contemporains
Sous la direction d'Hubert Godard, Mention Très Bien
ANDREA DAVIDSON
1997
Conditions de possiblités de la vidéodanse : de la vidéo de danse à la vidéodanse et au-delà.
Sous la direction d'Hubert Godard
LISA DE RYCKE
1998
Le récit en danse contemporaine - Esthétique de l'évocation. Réflexion autour de Rosas de Anne Teresa de Keersmaeker
Sous la direction d'Isabelle Ginot, Mention Très Bien
NATHALIE DEGUIGNE
2003
Le lâcher prise chez Jacques Alberca un état de corps de la danse jazz
Sous la direction de Christine Roquet, mention Très Bien
ANNE-MARIE DEGUT
2003
Les peaux du mouvement. Le vêtement-costume-libre-poétique-de la danse à l'œuvre
Sous la direction d'Isabelle Launay
CLÉMENTINE DELBECQ
2010
Fabre fait histoire
Mémoire de Master 1, sous la direction de Julie Perrin, mention Très Bien
FLORA DELTRAZ
2010
Le corps en extase chez Alain Platel
Mémoire de Master 1, sous la direction de Julie Perrin
ANDREA DILLON
1996
Le regard du danseur
Sous la direction d'Hubert Godard
LAETITIA DOAT
2004
L'école comme cadre : confrontation des projets e.x.e.r.c.e et Bocal 2003-2004
Sous la direction d'Isabelle Launay, mention Très Bien
PATRICIA DOLAMBI
2013
La partition comme soutien d'analyse d'œuvre, ou comment mettre en dialogue la poétique de "Métis 2" avec la cinétographie
Sous la direction de Julie Perrin
MARTHA DUENAS
2008
Danser
Mémoire de Master 1, sous la direction d'Isabelle Launay
Sous-titre :
Derrière les gestes et les traces des "sans traces", une approche esthétique des images de la "disparition" en danse contemporaine en Colombie
CHANTAL DUMAS
2001
L'improvisation chez Geneviève Sorin Etude à partir du processus de création de la pièce "Un petit air"
Sous la direction d'Isabelle Ginot
CHLOE DUTILH
2003
Inventer du geste pour des non danseurs pour réinventer la danse
Sous la direction de Christine Roquet
BARBARA ELIAS DA SILVA
2009
L'interprète et le chorégraphe : reflexion à partir de mon parcours personnel
Mémoire de Master 1, sous la direction de Julie Perrin
EMMANUELLE ELUSSE
1992
Découvrir la nudité dans le spectacle de danse et à travers l'élaboration d'une écriture chorégraphique
Sous la direction de Michel Bernard
MARION EVEN
2011
Pratiques et figures de la marche dans la danse contemporaine : l'exemple que Christine Quoiraud
sous la direction de Sylviane Pagès
NAIMA FERRE
2006
Françoise Dupuy - Etre et transmettre
Mémoire de Maîtrise, sous la direction d'Isabelle Launay
MIREILLE FEYZEAU
1999
Les transferts de poids en danse contact
Mémoire de Maîtrise
L'étude propose une analyse du transfert du poids dans les pratiques de Contact Improvisation et le partage de la relation gravitaire, avec comme point de départ d'analyse la vidéo Fall after Newton de Steve Paxton. La vidéo est un montage des enregistrements des ateliers et performances de contact improvisation entre les années 1972 et 1983 (date du montage), et le texte « Esquisses pour des techniques intérieures », transcription d'une conférence donné en 1988, relatant des étapes de recherche pour aboutir au Contact Improvisation. Ce texte fournit des outils de lecture pertinents pour distinguer les étapes dans l'évolution du partage de la relation gravitaire.
Comme sources secondaires l'auteure utilise des textes et notes des séminaires d'Hubert Godard, ainsi que le livre Sharing the dance écrit par Cynthia Novack,. Elle étudie l'attraction reliant le centre de gravité d'un individu au centre de la terre, sous l'influence de la gravité ; l'attraction passant par les deux centres de gravité de deux contacteurs sous l'influence du lien social.
L'auteure analyse le film dans l'ordre des évènements en séquence d'à peu près 1 min pour en faire une brève description. Pour chaque extrait elle présente les danseurs participants, le texte et la narration, le montage et la prise de vue de la caméra. Elle tente une description de ce que se passe, ainsi que des commentaires de Steve Paxton pour les placer dans leur contexte historique. Le lecteur reconstruit ainsi l'image vue. Elle précise différents points : la respiration, la question de la sécurité, la gravité perçue à travers la sensation du poids. Sont observés dans la vidéo les moments d'action opérantes et inconscientes, les habitudes de chacun, les moments d'émotion et de désorientation, les changements de partenaires, les lacunes remarquées.
La deuxième partie traite de la naissance de la forme. Ici sont présentés les prémisses et leur identification à partir de l'organisation de ce chaos qui se donne à travers un système ouvert ou clos. L'ouvrage de Cynthia Novack permet de comprendre les « codes » du spectacle de Contact Improvisation qui diffèrent des codes d'autres types de danse, en ce qu'il essaie de se rapprocher des gestes quotidiens, de travailler sur scène un corps de tous les jours en ne lui apportant rien d'exceptionnel : un corps commun mais conscient de sa masse, de son poids et la relation gravitaire. Le modèle analysé est la performance donné à la John Weber Gallery avec une rapide analyse pour consacrer le restant aux « coulisses », c'est-à-dire pour traiter de l'organisation de cette performance dans le contexte du « Grand Union ».
L'étude comprend aussi la question du « self » en liaison avec la théorie du psychanalyste Stern qui propose 4 domaines du soi : le soi émergeant (sensations, perceptions et souvenirs), le soi noyau, le soi mental subjectif (émotions, raisons, intentions) et le soi verbal (lien interpersonnel verbal). Ces notions sont articulées avec le «self » chez Paxton et les contacteurs pour en vue de la création d'un langage commun. Enfin la troisième partie du mémoire présent une évolution du cours du Contact Improvisation où sont travaillés le partage du poids comme synonyme de partage des centres, l'attraction, l'équilibre, la complémentarité, le principe du don, la dualité entre soi et environnement. La transformation du partage de la relation gravitaire englobe ici le développement de nouvelles formes d'organisation sociale pour la danse.
L'auteur distingue trois périodes du Contact Improvisation à partir de l'analyse des gestuelles précises pour chaque période, ainsi que des exercices pratiqués avec leurs enjeux relatifs à la situation du réseau social des contacteurs.
La première période concerne les années 1972-1975 où les contacteurs ont commencé à se nourrir de méthodes qu'Hubert Godard appelle « approches du geste » caractérisées pour un travail sur la relation entre abandon et confiance. La deuxième période concerne les années 1976-1978 avec un travail centré sur le pousses et le contrepoids. Les exercices étaient alors marqué par l'exploration de la résistance, l'accumulation et le rebondissement d'énergie. C'est une époque d'émergence des différents styles de contacteurs. La troisième période est celle des années 1979-1983 plus vertueuse avec des portés sur les épaules du partenaire et des exercices d'hélices. A cette époque la parole commence à apparaître avec le mouvement. Les danseurs commencent à parler dans les « jam » et performances, à et revendiquer les départs à la campagne.
Paxton a ainsi transformé, selon l'auteur, son travail en travail collectif et son œuvre, une œuvre du groupe.


Résumé établi par une étudiante de Paris 8
ALEXIA FONTAINE
2012
Etoiles de l'Opéra de Paris : Histoire d'une nomination
Sous la direction d'Isabelle Launay
CAROLA FUCHS
2013
La danse contemporaine vue comme un tableau vivant à l'exemple de la pièce "Le bénéfice du doute" de Christian Rizzo
Sous la direction de Julie Perrin
SHINTARO FUDJI
1996
Mises en jeu du regard. Dispositif d'image de Id de Hervé Robbe
Sous la direction d'Isabelle Launay
CLAUDIA GABLER
1998
Valeska Gert, mouvements contrastés
MÉLANIE GAMBIE
2004
Le système Chladek
Sous la direction d'Isabelle Launay et Dominique Praud
ALICE GERVAIS-RAGU
2010
Blogs de danseurs, enjeux croisés. Espace de visibilité, tribune, outil de création
Mémoire de Master 1, sous la direction de Julie Perrin, mention Très Bien
MILENA GILABERT
1998
Danse Photo - Modalités du regard du photographe sur le danseur à travers l'analyse des œuvres de la photographe Lois Greenfield
Sous la direction d'Isabelle Launay, Mention Très Bien
GABRIELA GOBBI
2012
Le problème de l'inclassable à partir du festival Les inacoutumés
Sous la direction de Sylviane Pagès
ALAIN GONOTEY
1998
L'atelier d'improvisation dans le dispositif de travail de la chorégraphe Odile Duboc
Mention Très Bien
MARIE GREULICH
2004
Une expérience de lecture d'une partition de cinétographie Laban
Sous la direction de Simon Hecquet
Sous-titre :
A partir d'un solo extrait de "L'apocalypse joyeuse" de Christian Bourigault, notée par Dominique Brun, 1992
GAËLLE GUÉRANGER
2008
De l'étreinte en danse
Mémoire de Master 1, sous la direction de Christine Roquet, mention Très Bien
MICHELE GUERRY
1998
Le travail corporel d'Etienne Decroux. Entre danse et mime
DANYA HAMMOUD
2009
Franz Poelstra, son dramaturge et Bach ou l'autofiction d'une danse
Mémoire de Master 1, sous la direction d'Isabelle Ginot
ÉLISE HARDY
2003
Danser au pays des sourds
Sous la direction de Christine Roquet, mention Très Bien
JESSICA HENOU
1994
Danse et institution : Le statut du chorégraphe en France aujourd'hui
Sous la direction de Michel Bernard
MATTHIAS HERRMANN
2011
Analyse de la pièce de Maguy Marin "Turba"
sous la direction de Sylviane Pagès
ALEXANDRA HOULIERE
2011
Brigitte Asselineau, une danseuse qui construit l'interprétation
sous la direction de Christine Roquet
CHARLOTTE IMBAULT
2008
Annonciation d'Angelin Preljocaj : l'esquisse d'un tableau
Mémoire de Master 1, sous la direction de Christine Roquet
SUNG-EUN JANG
1998
L'analyse d'une danse traditionnelle coréenne. La danse bouddhiste (Seung Moo)
Sous la direction d'Hubert Godard
XAVIERE JARTY
2013
Relation entre le lieu et l'oeuvre dans le travail chorégraphique de Lila Greene
Sous la direction de Julie Perrin
CHRISTEL JAULENT
2003
La revue Nègre au music-hall des Champs-Elysées ou la mise en scène d'une mythologie coloniale
Sous la direction d'Isabelle Ginot, Mention Très Bien
KATERINA KANELLI
2005
Le corps canonique de la danse contemporaine : Le cas May B
Sous la direction de Christine Roquet
ANNICK KERGREIS-CHABAUD
1994
Au Bauhaus, école d'art et d'architecture naît une danse dite "abstraite"
Sous la direction de Michel Bernard
MARIA KILACOU
1997
Les jeux de l'interspacialité chez Susan Buirge. Lecture de "l'espace-entre"
Sous la direction d'Hubert Godard
RIINA KOIVISTO
1996
Relation entre danse et arts plastiques dans le processus chorégraphique de Set and Reset
Sous la direction de Michel Bernard
GAËLLE LADOR
2001
Le CNSM de Lyon, département Danse
Sous la direction d'Isabelle Launay
MARC LAMBERT
1996
La notion de Talam dans un ensemble culturel : Le Kérala
Sous la direction d'Hubert Godard
FABIENNE LAMIDEY
2001
Pour continuer à désirer la barre
Sous la direction d'Isabelle Launay et Hubert Godard
MAEVA LAMRIKI
2011
L'émergence d'une danse contemporaine marocaine, 1978-2010
sous la direction d'Isabelle Launay
LORNA LAWRIE
2010
Bacon/Butô, à propos des corps défigurés
Mémoire de Master 1, sous la direction de Sylviane Pagès
CORINNE LE BOLE
2004
Mes jours et mes nuits, solo de Michèle Noiret
Sous la direction d'Isabelle Ginot
MARIA LEAO
1996
De la notion de "pré-expressivité" chez Eugénio Barba à celle de pré-mouvement chez Hubert Godard
Sous la direction d'Hubert Godard
SOPHIE LECONTE
2000
L'impossible immobilité
LISA LELIÈVRE
2003
Du tropisme à la conception d'un être ensemble : Les statuts de la lutte en capoeira
Sous la direction de Christine Roquet, mention Très Bien
ANNE LENGLET
2003
Au seuil de la pièce chorégraphique - le salut
Sous la direction de Christine Roquet, mention Très Bien
CHARLOTTE LEROY
2013
La part de liberté laissée aux élèves dans les processus de création en Danse à l'école
Sous la direction d'Isabelle ginot
JOHANNA LEVY
2004
Alibi, la dialectique du temps et du corps chez Meg Stuart
Sous la direction d'Isabelle Ginot
BRUNO LIGORE
2013
Historiographies de la danse antique 1738-1820
Sous la direction d'Isabelle Launay
AXELLE LOCATELLI
2003
Schrifttanz - regard sur la danse allemande de la fin des années 20 au début des années 30
Sous la direction d'Isabelle Launay, Mention Très Bien
La fin des années 20 est marquée selon Axelle Locatelli par une multiplication des discours sur la nouvelle danse et des journaux spécialisés en danse. En 1928, un des chefs de file de la nouvelle danse, Rudolf von Laban, dévoile son système notationnel, la cinétographie. Elle est présentée lors du 2e congrès des danseurs à Essen : l'écriture est de retour, comme un gage d'espoir pendant cette période de querelles entre les danseurs modernes. Axelle Locatelli s'est intéressée à la période qui précède l'arrivée d'Hitler au pouvoir, entre 1928 et 1931. La revue Schrifttanz (danse écrite) qui a existé durant cet intervalle, a introduit la notation de la danse au sein de la communauté des danseurs.
Dans une première partie, l'auteure présente la revue Schrifttanz comme le résultat d'une collaboration entre l'Institut chorégraphique de Berlin fondé par Laban et l'Universal-Edition, une maison d'édition viennoise spécialisée en musique, à partir de la correspondance débutant en février 1928, entre Vienne et Berlin, entre les fondateurs de la revue, sur l'impulsion de Heinsheimer qui souhaitait rendre public le système notationnel de Laban. Le mémoire s'appuie sur la lecture de ces lettres par Gunhild Oberzaucher- Schüller. Suit un historique des quatre années de publication de la revue, à partir du premier numéro publié pour le congrès des
danseurs d'Essen portant sur la question de la diffusion et l'histoire de la notation en danse et son importance dans l'évolution du champ chorégraphique. Annoncée comme une revue trimestrielle, Schrifttanz n'a fait l'objet que de onze parutions irrégulières. Le contenu des numéros est soumis a de multiples variations, malgré la récurrence de certaines rubriques comme les « Notizen ». Valérie Preston-Dunlop a classé cinq sujets abordés par la revue : la recherche de nouvelles directions, la notation et la choréologie, la pédagogie de la danse, danse et arts (notamment musique) et personnalités, évènements. Laban s'entoure de collaborateurs pour endosser le rôle de rédacteurs, la plupart faisant partie du « Laban Bund », hormis Alfred Schlee. Mais des danseurs, pédagogues et chorégraphes (allemands et pas seulement), quelques musiciens, compositeurs, costumiers et avocats participent également à certains articles. D'abord destinée à promouvoir la notation, Schrifttanz se met davantage au service de la mouvance labanienne - qui va à l'encontre de la mouvance wigmanienne - à partir de février 1929, lorsque Schlee prend en charge la rédaction. En avril 1930, Schlee publie un article essentiel intitulé « Vers un tournant de la nouvelle danse ». Axelle Locatelli en propose ici une traduction.
Dans une seconde partie intitulée Entre raison et sensation, Axelle Locatelli étudie les positions de Schrifttanz par rapport au danseur, au spectateur et à l'enseignement. Concernant la figure du danseur, Schlee penche pour un retour au « corps primitif » manifeste de cette révolution artistique. La danse moderne allemande s'est nourrie de l'Expressionnisme, de l'atmosphère de son époque, elle tente de « rétablir une culture du savoir corporel ». Dans ce contexte, Schrifttanz confronte deux corps différents : l'un qui réagit en fonction des sensations et de sa spiritualité, l'autre technique. En outre, alors qu'à la fin des années 20 les danseurs se battent pour la reconnaissance de leur art en tant qu' « art majeur », Schrifttanz leur vient en aide en interrogeant son mode de
perception : la nouvelle danse allemande n'est pas réservée à une élite mais peut s'ouvrir à tous. Et cela passe par l'éducation du public. La revue s'efforce d'élargir la notion de technicité et propose des outils qui permettraient de clarifier, de nommer, de ranger les expériences ».
Une troisième partie traite de l'écriture de la danse et de la danse écrite à travers la longue genèse de cette notation et le discours de Laban. Offrir au mouvement une notation contribue à transformer la danse en un véritable savoir fondé sur l'écrit, à élever la danse au rang d'art majeur. « La notation participe à l'identification de l'œuvre » et n'enlève rien à la spontanéité de l'inspiration, de la création chorégraphique. Point important pour Laban et ses collaborateurs : les danseurs devraient recevoir un enseignement en notation pour lire et écrire le mouvement. Laban se pose aussi en expérimentateur du mouvement : il propose de nouvelles
pratiques corporelles au sein des groupes, et, en s'appuyant sur la culture festive, met en place des chœurs en mouvement pour les amateurs. En l'ouvrant à un public plus large, Laban œuvre à la reconnaissance de la danse. Aussi, lorsqu'au début des années 30, la danse chorale s'oriente vers l'écriture, le répertoire et la représentation des chœurs en mouvement professionnels, la danse entre dans la sphère politique de l'Allemagne des années 30 (avec les risques de dérives que cela implique). La cinétographie facilite le rassemblement de personnes, celui d'une masse, masse où danseurs se brouillent avec spectateurs. Un seul geste, un seul corps
serait en quelque sorte selon l'auteure la nouvelle devise de la danse chorale dès le début des années 30, qui est d'ailleurs reconnue en 1936 au sein de la Chambre de théâtre du Reich. En offrant un espace de questionnement, en créant un discours sur la danse, Schrifttanz s'inscrit clairement dans le politique.
On trouvera en annexe un sommaire des numéros de Schrifttanz et surtout une série d'articles traduits en français par Axelle Locatelli : l'éditorial du n°1 de 1928, des textes de Laban : Principes fondamentaux de l'écriture du mouvement de 1928, Composition en danse et danse notée de 1928, des textes de Martin Gleisner : Danse écrite et danse amateur de 1928 et Laban, créateur de la danse amateur et du chœur en mouvement de 1929, Représentation et expérience vécue en danse de Fritz Böhme datant de 1930, des textes de Fritz Klingenbeck : Technique et forme de 1930 et Que faut-il noter ou non ? de 1930, et enfin, Une
danse entre culte et divertissement datant de 1931 et écrit par Ernst Kallai.


Résumé établi par Lucie Alexis

ANAÏS LOISON
2009
Etude d'un style et de sa construction regard sur l'œuvre et l'art de la danseuse et chorégraphe Erna Omarsdottir
Mémoire de Master 1, sous la direction de Julie Perrin
AUDREY LOPEZ
2005
La danse contemporaine à l'école primaire
Sous la direction d'Isabelle Launay
CYRIL LOT
2006
La mort du cygne : histoires et évolutions du symbole du nouveau Ballet Russe
Mémoire de Master 1 sous la direction de Christine Roquet et Isabelle Launay, Mention Très Bien
CECILE LOUVEL
1999
Le groupe en chorégraphie : analyse d'une pièce, Insurrection de Odile Duboc
Mention Très Bien
VICTORINE LOUVET
2011
Analyse de la pièce de Sidi Larbi Cherkaoui "Foi"
Sous la direction de Sylviane Pagès
ANNE LUCAS
1998
Black Mountain College
Mention Très Bien
EMMANUELLE LYON
2000
Vers une nouvelle pédagogie de la danse classique
Sous la direction d'Hubert Godard, Mention Très Bien
LÉA MAGNER
2001
Analyse de Rosas Danst Rosas - Anne Teresa de Keersmaeker
Sous la direction d'Isabelle Ginot
SAMADHI MARINHO
1998
La performance en danse
Sous la direction d'Isabelle Ginot
FABRICIA MARTINS
2009
Pichet Klunchun and myself, une allégorie ethnologique
Mémoire de Master 1, sous la direction de Julie Perrin
Sous-titre :
Des représentations des métiers de danseurs et de chorégraphes sur scène ou quand le chorégraphe devient l'objet de la danse
LÉNA MASSIANI
2004
La performance en danse à travers in vitro performance déambulatoire dirigée par Nadine Beaulieu
Sous la direction de Christine Roquet
LAURE MASSIAS
2003
Ramdam, un espace de travail pour les artistes, regard sur un lieu et ses pratiques
Sous la direction d'Isabelle Ginot, Mention Très Bien
ALICE MASSON
2013
La sincérité dans "J'ai tout donné" d'Alain Michard
Sous la direction de Julie Perrin, mention Très Bien
GÉRARD MAYEN
2003
Par où, la danse ?
Sous la direction d'Isabelle Ginot, Mention Très Bien
Sous-titre :
Du texte au geste, la mise en marche d'une écriture chorégraphique de la disparition dans la pièce "Déroutes" de Mathilde Monnier
EFSTATHIOS MERMIGKIS
2007
La méthode du Rolfing et la contribution de la psychanalyse lacanienne
Mémoire de Maîtrise, sous la direction d'Isabelle Ginot, Mention Très Bien
VALENTINA MORALES VALDES
2012
Où est Pina ? Regards, états de corps et modes de présence. quelques approches pour une analyse qualitative de la danse de Pina Bausch
Sous la direction d'Isabelle Ginot, mention Très Bien
GABRIEL MOSS
2003
Arthur Hall. L'identité et esthétisme de la danse africaine américaine
Sous la direction d'Isabelle Launay
EMMA MRABET
2003
Le ballet national tunisien
Sous la direction d'Isabelle Ginot
LARA MROUE
2008
"Le chemin vers la force et la beauté" de Wilhelm Prager
Mémoire de Master 1, sous la direction d'Isabelle Ginot
ALEX MUCCHIELLI
1999
Festival international Montpellier Danse
YUKIKO MURATA
2006
Le "Yameru Maihime" de Tatsumi Hijikata et le corps féminin
Mémoire de Master 1, sous la direction d'Isabelle Launay, Mention Très Bien
DALIA NAOUS
2008
Le corps en guerre : un corps qui subit, un corps qui agit
Mémoire de Master 1, sous la direction d'Isabelle Launay
Sous-titre :
Le traitement de l'image du corps dans les pratiques artistiques libanaises
CLAIRE NEZONDET
1999
"L'autoportrait de 1917" et "Ou ?" (Deux solos de Christian Bourigault)
Sous la direction d'Isabelle Ginot
MARIE NICOLAS
2002
Sasha Waltz - Körper ou la neutralité des corps
Sous la direction d'Isabelle Ginot
CHLOE NOBLE
2008
Dance de Lucinda Childs, Philip Glass et Sol Lewitt. Identité et évolution d'une esthétique chorégraphique.
Mémoire de Master 1, sous la direction de Julie Perrin
SYLVANA ODDO
2004
Technique du mouvement, langue étrangère et éducation
Sous la direction de Christine Roquet, mention Très Bien
PASCALE ORELLANNA
1999
Une version orientale de la danse contemporaine : Anta Oumri, de Liat Dror et Nir Ben Gal
Sous la direction d'Isabelle Ginot
PASCALE ORELLANNA
2001
Entrelacs ou l'image photographique et la scène chorégraphique
LUNA PAESE
2013
La pièce "Déperdition" : questionner le rapport entre partition et danse dans l'œuvre de Myriam Gourfink
Sous la direction d'Isabelle Ginot
SYLVIANE PAGÈS
2002
La réception du butô en France
Sous la direction d'Isabelle Launay, Mention Très Bien
MÉLANIE PAPIN
2007
Christine Gérard, Parcours chorégraphique
Mémoire de Master 1, sous la direction d'Isabelle Ginot, Mention Très Bien
GIULIA PAPOTTI
2013
"Loin..." Rachid Ouramdane. Rencontres, Images et Récits d'un voyage performé
Sous la direction de Julie Perrin, mention Très Bien
RAUL PARRA
2005
La danse contemporaine à l'Académie supérieure des arts de Bogotta.
CAROLINA PEDALINO COSTA
2008
Intégration musique et danse : analyse de la pièce "21" de Grupo corpo
Mémoire de Master 1
DANIELLE PEREZ
2010
L'élue dans les Sacre du Printemps
Mémoire de Master 1, sous la direction de Christine Roquet
LAURE PEYRAMAYOU
2010
Etude d'une proposition chorégraphique participative, Les lecteurs, chorégraphies collectives
Mémoire de Maîtrise, sous la direction de Julie Perrin, mention Très Bien
SARAH PEYRIEUX
1998
Une approche de la pensée esthétique de J. Limon (1908-1972) Période : 1955-1966
Sous la direction d'Isabelle Launay
ALICE PINIER
2010
"Argentina sola ?" de Marilen Iglesias Breuker : une esthétique de la disparition
Mémoire de Master 1, sous la direction de Christine Roquet
MARIA HELENA PINTO
1999
La danse Mapico
Sous la direction d'Isabelle Launay, Mention Très Bien
LYDIE PLANAS
1994
Torsion et distorsion. De l'inscription des corps dans les œuvres graves de Francisco Goya au sillage des corps dans la mét
Sous la direction de Michel Bernard
LAUTARO PRADO
2013
La déconstruction au centre du travail pédagogique de Loïc Touzé
Sous la direction d'Isabelle Ginot
NINON PROUTEAU
2008
La posture critique d'André Levinson à travers ses trois recueils de critiques chorégraphiques
Mémoire de Master 1, sous la direction d'Isabelle Launay, mention Très Bien
DESPINA PSALLI
2006
La présence de la corporéité dans la Cérémonie d'Ouverture des Jeux Olympiques d'Athènes 2004
Mémoire de Maîtrise, Sous la direction d'Isabelle Launay
PATRICIA QUEVEDO
2004
Rencontres chorégraphiques internationales de Seine Saint Denis 2004
Sous la direction d'Isabelle Ginot
Sous-titre :
Une proposition de lecture des tendances esthétiques et des effets de milieu
VIRGINIE QUIGNEAUX
2003
Joseph Nadj danse l'absurde
Sous la direction d'Isabelle Launay
SOLÈNE RACAPÉ
1999
Sérénade de Balanchine - Genèse de la danse classique américaine
Sous la direction d'Isabelle Ginot, Mention Très Bien
RIZKI RAMDHANI
2005
Le Boléro de Maurice Béjart : Une danse de séduction ?
Sous la direction de Christine Roquet
VÉRONIQUE RAY
2010
Etude de composition, Du goudron et des plumes, de Mathurin Bolze
Mémoire de Master 1, sous la direction d'Isabelle Ginot
CÉCILE RAYMOND
2005
La question de la transmission à travers les stages butô de Masaki Iwana
CLAIRE REYNOLDS
1999
Les principes de l'atelier de Robert Ellis Dunn (1960 - 1996)
Sous la direction d'Isabelle Ginot, Mention Très Bien
Analyse détaillée des procédés d'apprentissage proposé par Dunn, basés entre autre sur ces idées :
- L'atelier est un lieu démocratique où les danseurs acquièrent une autonomie
- Analyser le travail au lieu de juger afin de créer un terrain fertile
- L'atelier crée des outils contournant la notion d'inspiration afin d'éviter les répétitions et les blocages et pour aller vers une palette infinie de possibilités.

Les ateliers de Dunn sont assistés par de nombreux danseurs qui vont par la suite créer le groupe de Judson Church. Indéniablement, les propos de Dunn serviront de tremplin pour toute une génération de danseurs qui vont écrire une nouvelle page d'histoire de la danse.
Cette mémoire a une valeur pédagogique importante et peut également servir de source d'inspiration à l'improvisateur.

Son plan :
Constructions et propositions de R. Dunn
Decomposition du travail d'atelier de R. Dunn
Phase analytique des ateliers

Mots clefs :
Cunningham et Cage, pédagogie, qualité de mouvement, expérience, consignes, structures, improvisation, communauté, à l'écoute, New York des années 1960 - 1970,

Résumé établi par Michaela Meschke
AMANDINE RICHAUD
2013
Le centre de développement chorégraphique de Ouagadougou : La Termitière
Sous la direction d'Isabelle Ginot
ALICE RIME
2012
Lawrence Halprin, The RSVP Cycles, un livre à performer
Sous la direction de Julie Perrin
ÉNORA RIVIÈRE
2001
Expérience d'une remémoration
Sous la direction d'Isabelle Launay
Sous-titre :
Du processus de création... à la pièce "...d'un faune (éclats)" conçue et réalisée par le Quatuor Knust
MARIANA ROCHA
2006
la danse in situ dans l'espace public : les spectacles "Résidence secondaire" et "Dé-camper" de Christophe Haleb
Mémoire de Master 1, sous la direction de Julie Perrin mention Très Bien
MARIE ROCHE
1998
La ménagerie de verre
Sous la direction d'Isabelle Ginot, Mention Très Bien
CHRISTINE ROQUET
1996
Aspects de la dynamogénie du geste dansé. D'après le travail d'atelier de F. Verret et S. Aubin
Sous la direction d'Hubert Godard
MARIE-LOUISE ROSELIN CITTEE
2005
La question de l'histoire dans le spectacle "La tête à l'envers"
Sous la direction d'Isabelle Launay
AURÉLINE ROY
2009
La cinémathèque de la danse : histoire d'une institution
Mémoire de Master 1, sous la direction d'Isabelle Launay
PAULINA RUIZ CARBALLIDO
2011
L'écran comme espace chorégraphique
sous la direction de Julie Perrin
sous titre :
Une étude sur le film de Maya Deren "A study in choreography for camera"
AGNIESKA RYSZKIEWICZ
2007
Un regard chorégraphique sur l'œuvre de David Lynch à travers Mulholland Drive
Mémoire de Maîtrise, sous la direction d'Isabelle Launay
ANA SABOIA
1996
Dimension politique de la danse contact des années soixante aux années quatre - vingt
Sous la direction d'Hubert Godard
Ce travail introduit et situe la danse Contact Improvisation de ses débuts et donne des pistes quant à son évolution. Le non-initié rencontre une description claire de cette technique et de ses enjeux alors que l'expert en danse contact risque de ne pas y apprendre des nouvelles choses. L'écriture présente des inégalités, certaines parties semblent bien plus intéressantes que d'autres, comme celles traitant directement du contexte politique et de son influence.
Chaque chapitre est cohérent en soi et les différentes parties peuvent se lire séparément.
De nombreuses citations de personnages ou de textes clefs permet de relier et situer la danse contact avec la mouvance new yorkaise de cette période.

Son plan :
L'émergence de la danse contact dans la société américaine.
La Judson Church, foyer de l'émergence de la « post-modern dance ».
Steve Paxton, le créateur de la danse -contact.
Les danseurs de la danse contact.
Evolution de la danse contact.
La revue « Contact Quaterly ».
L'espace en danse contact.
La contribution de la danse contact au scénario de la danse contemporaine.

Mots clefs :
performance, rejet du pouvoir, non aux spectacles, le quotidien, la marche, gravité

Résumé établi par Michaela Meschke
MARION SAGE
2009
Identité et transformation, la danse intempestive d'Harald Kreutzberg. Du jeu de l'autre à la performance du "je"
Mémoire de Master 1, sous la direction d'Isabelle Launay
JULIE SALGUES
1999
Un centre chorégraphique : le CCN de Montpellier Languedoc-Roussillon
Mention Très Bien
VIOLETA SALVATIERRA
2005
Autour d'une création inspirée de quelques solo de Ko Murobushi et de Carlotta Ikeda
Sous la direction d'Isabelle Launay et Anne-Karine Lescop, Mention Très Bien
STEPHANIE SAMENZO BRUGO
2006
La transe et la danse
Mémoire de Maîtrise, sous la direction de Christine Roquet
Sous-titre :
Comment s'opère la relation entre la pièce chorégraphique "O.MORE" et le rituel
de possesion "la Derdeba" ?
CAROLINA SCHNEIDER
2006
"Du dedans au dehors au travers de l'improvisation". Le cas du chorégraphe Karim Sebbar
Mémoire de Maîtrise, sous la direction de Christine Roquet
SANTIAGO SEMPERE
2005
Le processus de création d'un solo "Le mandala des petits chevaux"
Mention Très Bien
Sous-titre :
solo de danse, dansé et chorégraphié par Santiago Sempere
MI-SOOK SEO
1998
Analyse de la chorégraphie du Sacre du Printemps de M. Béjart et de son rapport avec le Yin-Yang
Sous la direction d'Isabelle Launay
NATHALIE ANNE SHAW
1998
L'importance d'une méthode d'enseignement de la danse classique. La méthode Cecchetti
Sous la direction d'Isabelle Launay
IZUMI SHIKATA
2010
Histoire de l'évolution du Prix de Lausanne
Mémoire de Master 1, sous la direction de Christine Roquet
SYLVAINE SIDOROWICK
1999
Pour une délocalisation de l'œuvre chorégraphique : étude de "Frontier"de M. Graham et sa reprise en 1976
Sous la direction d'Isabelle Ginot, Mention Très Bien
PATRICIA SIGNORET
2002
Le statut de spectateur et la représentation du corps dans « Alors ? Heureuse ? »  de Cécile Proust et Jacques Hoepffner
Sous la direction d'Isabelle Ginot
Patricia Signoret propose une analyse descriptive et critique de « Alors, heureuse ? » axée principalement sur le lien conception/création : le processus et l'oeuvre sont mis à nu de leurs origines aux constituants et évolutions. Nommé, entre autres, « dispositif chorégraphique », son questionnement se fait autour de deux notions principales...
La représentation du corps : venant d'une transmission de la parole de femmes à propos de leur sexualité, le corps émergeant est traité d'abord dans les propos de Cécile Proust, désirant « ne pas montrer des corps asexués et non genrés mais des corps de femmes très liés à la sensualité et à l'érotisme » puis au sein de chacun des constituants décrits du dispositif chorégraphique ; celui-ci, élaboré pour être un véritable « appel à la multi-sensorialité » par le jeu entre les corps, donne un corps à voir et à faire alors nommé désir, pulsionnel, sensationnel...
Le statut de spectateur : la même démarche est employée : le dire et le faire sont exposés, nous montrant que chaque évènement a été pensé comme « une mise en acte d'une situation réelle ou fantasmée ayant nourrie l'imaginaire sexuel féminin » et visant à ce que le spectateur puisse activement « s'offrir un voyage à l'intérieur de sa propre sensorialité ».
Le questionnement final, soutenu et délimitée par des références théoriques, met en exergue le propos féministe de l'œuvre mettant en avant « la multiplicité et la richesse de la sexualité féminine » en jouant avec les codes, construction culturelle et sociale, sans les subir !

Concepts clef : « questionnaire » « relation » « sexualité feminine » « spectateur actif » « évolution de la création » « proxémie » « genre » « identité sexuelle » « perception » « chiasme » « corps »

Résumé établi par Laure Peyramayou
MAÏTÉ SNAUWAERT
1999
Le corps de l'Hystérie
Sous la direction d'Isabelle Launay, Mention Très Bien
NOÉMIE SOLOMON
2003
Des textes comme lieu commun ou Une danse dessinée par le discours. À partir d'une lecture des revues Mouvement et Art Press
Sous la direction d'Isabelle Ginot et Beatriz Preciado, Mention Très Bien
Partant du postulat que les échanges et les interactions entre art chorégraphique et critique de presse fondent un réseau d'influences atypique, ce mémoire tâche de mettre à jour le fonctionnement d'un tel réseau, selon une « physique » et une « logique » propres.
Afin de démontrer cette intuition, Noémie Solomon s'appuie sur un corpus d'articles des revues Mouvement et Art press, puisqu'elles présentent en leur sein ce réseau, sous la forme d'un groupe d'artistes qui élaborent au fil des textes une certaine pensée pour la danse : Jerôme Bel, Alain Buffard, Boris Charmatz, Xavier Le Roy, Laurence Louppe, Yvonne Rainer, Emmanuelle Huynh, Sabine Prokhoris et Christophe Wavelet. (Le corpus sur lequel son étude s'appuie regroupe des articles parus dans Mouvement de juin 1998 à juin 2002, et Art press depuis 1987 jusqu'à 2002, ainsi une majorité d'articles sont de Laurence Louppe).

Le questionnement mis en jeu s'articule ainsi autour de deux pôles principaux. Le premier consiste à observer différents flux d'influences qui traversent les textes sélectionnés, afin de déceler la formation de courants pouvant constituer la trame d'un lieu commun. Le deuxième s'intéresse quant à lui à la manière dont ces textes s'inscrivent au sein de la création chorégraphique et à leur façon de dessiner les contours d'une danse contemporaine.
D'un point de vue méthodologique, c'est grâce au concept de doxa tel qu'il est envisagé par Anne Cauquelin, dans son livre L'art du lieu commun, bon usage de la doxa, que Noémie Solomon appréhende cette « pensée commune » sous un angle productif. Ainsi, il apparaît au fil de son étude, que les modes de production (danse et écriture) se déplacent ensemble dans un « lieu commun ». Ce lieu n'est autre que le discours lui-même comme espace d'expression privilégié qui, à l'image d'une doxa, englobe et traverse une certaine danse contemporaine, imprégnant et générant les actes chorégraphiques. Par l'étude de textes, c'est une certaine danse qui apparaît. Resterait maintenant, selon l'auteur, à analyser les œuvres chorégraphiques qui reflètent en miroir ce même lieu commun.

Mots-clefs :
Lieu commun, presse écrite, danse contemporaine, discours, doxa, réseau.

Résumé établi par Ninon Prouteau
CLAUDE SORIN
2004
La parole du danseur dans les archives radiophoniques - Etat des lieux
Sous la direction d'Isabelle Launay, Mention Très Bien
YASUKO SUDA
2009
Le Groupe de Recherche Théâtrale de l'Opéra de Paris
Mémoire de Master 1, sous la direction d'Isabelle Launay
KIM SUN-HEE
2002
L'analyse de la danse "Cheo Yong" (la danse de cour traditionnelle coréenne)
Sous la direction d'Isabelle Launay
Sous-titre :
Recherche sur l'organisation du mouvement à travers la pensée du Yin et du Yang et des cinq éléments dans la danse de cours Cheo Yong Mu
ANDREA TANASESCU
2006
Le sacre du printemps. Analyse des formes musicales et chorégraphiques
NILDA TASKOPRU
2008
Limb's theorem ou illusion des espaces
Mémoire de Master 1, sous la direction de Julie Perrin
BAHAR TEMIZ
2012
La composition chorégraphique comme création de systèmes complexes. Un regard sur les processus de travail en temps réel de Joao Fiadeiro et des technologies d'improvisation chez William Forsythe
ANDREA TIRADO
2013
De la folle amoureuse à la folle sociale. La représentation de la femme folle sur scène, La Giselle de Mats Ek
Sous la direction de Christine Roquet
ANNE TOMAS BOUIL
2010
Mikhaïl Baryshnikov
Mémoire de Master 1, sous la direction de Christine Roquet
NICOLE TOPIN
1999
L'étirement dans l'entraînement du danseur - Entre idéal et efficacité
Sous la direction d'Hubert Godard, Mention Très Bien
KATHY TOUATI
2007
Enjeu d'un atelier dans un centre d'accueil pour demandeurs d'asile
Sous la direction de Christine Roquet, Mention Très Bien
NATHALIE TOUATY
2013
Une étude de cas en méthode Feldenkrais : les plis de l'interrelation
Sous la direction d'Isabelle Ginot
JOELLE TRAUFFLER
2012
Rendre visible la création contemporaine en jazz : Unfinished Fragments de Patricia Greenwood Karagozian
sous la direction de Sylviane Pagès
PAVLINA TSIATSIOU
2006
Célébrations d'inauguration et de clôture des Jeux Olympiques "Athènes 2004"
Mémoire de Maîtrise, sous la direction d'I. Launay, A. Menicacci, A. Davidson
Sous-titre :
"High-Tech" au service de chorégraphies gigantesques
VICKY TURCI
2005
Les publics de la danse au sein des lieux intermédiaires.
MAEVA TURCIUS
2013
L'Audition, un des procédés menant à la danse contemporaine : de la chasse aux annonces à l'intégration d'une compagnie
Sous la direction de Sylviane Pagès
MAYU KA UENO
2005
Un lieu de mémoire instable : analyse de l'œuvre "Memorandum" de Dumb Type
Sous la direction d'Isabelle Ginot
EMILSEN RINCON VARGAS
2005
Reflexion sur la transmission des pas de base de la danse afro-colombienne à partir d'un travail spécifique concernant l'espace
Sous la direction de Dominique Praud
CAROLINE VARRY
2003
Les activités de danse au sein des espaces intermédiaires aujourd'hui
Sous la direction d'Isabelle Launay et P. Henry, Mention Très Bien
Sous-titre :
Etude comparative entre les Laboratoires d'Aubervilliers et Mains d'OEuvres
MARIE-ALINE VILLARD
2007
Poésie et Danse, pour un entretien en devenir. L'impression du mouvement dans l'œuvre de Michaux
Mémoire de Maîtrise, sous la direction de Frédéric Pouillaude
VALENTINE VUILLEUMIER
2003
L'improvisation sur les chemins de l'apprentissage en danse
Sous la direction d'Isabelle Ginot, Mention Très Bien
FRANCOISE WITTMANN
1997
Mémoire d'un geste dansé. Les fondements corporels de la danse classique
Sous la direction d'Hubert Godard
ORI WOLLMAN GERSHON
2011
Le Zeybek, une éducation du corps et de la morale
Mémoire de Master 1, sous la direction d'Isabelle Launay
ANNA WYTYCH
2004
Le développement de la danse contemporaine en Pologne sur le vu de l'activité artistique de trois chorégraphes
Sous la direction d'Isabelle Launay, Mention Très Bien
Sous-titre :
Conrad Drzewiecki, Jacek Luminski et Wiltord Jurewicz
NATHALIE YOKEL
1997
Un regard sur le Faune : l'analyse de "L'Après-midi d'un faune" d'après les photographies d'Adolphe de Meyer
MING-CHU YU
2005
Le ying et le yang dans le mouvement à l'exemple de Taiji quan
Sous la direction d'Isabelle Ginot
AURELIE ZARA
2010
La construction de l'expressivité du geste de Noureev
Mémoire de Master 1, sous la direction de Christine Roquet