(COLLECTIF )
2020
La Claque et le Bitume
La Claque et le Bitume est un zine auto-édité par des étudiant·es de Licence et de Master du cours d'Analyse d'œuvres (mis en place par Pauline Le Boulba) qui s'est tenu au premier semestre 2019-2020. Ce zine fabriqué collectivement rend compte de plusieurs points de vue sur des spectacles de danses dans des contextes variés. Il offre aussi quelques détournements de rubriques : l'horoscorps, un glossaire-mots croisés ou encore un courrier du spectacœur. Trois numéros ont été mis en page. Ils seront distribués dans la vraie vie tôt ou tard.
(COLLECTIF )
2011
0. Bibliographie indicative : Analyse d'œuvre chorégraphique (2011)
AMANDINE BAJOU
2010
*. Marin par A. Bajou
Analyse de "May B" de Maguy Marin / Devoir d'étudiante
BRUNO BLANCHE
2012
*"Planes" de Trisha Brown, par Bruno Blanche
Devoir d'étudiant
VÉRONIQUE BOUTÉ
2008
*. Cunningham par V. Bouté
Analyse de "Story" et "Beach Birds for Camera" de Merce Cunningham / Devoir d'étudiante
ANNIE DUMONT
2008
*. Cunningham par A. Dumont
Analyse de "Story" et "Beach Birds for Camera" de Merce Cunningham / Devoir d'étudiante
ISABELLE GINOT
2003
Dis-identifying : dancing bodies and analyzing eyes at work [...]
Discourses in Dance, vol. 2, n° 1, London, 2003, p. 23-34 (unpublished in French)
"Dis-identifying : dancing bodies and analyzing eyes at work. A discussion of Vera Mantero's a mysterious Thing, said e.e. Cummings".
a mysterious Thing, said e.e. cummings*, a solo by Portuguese dancer and choreographer Vera Mantero, calls into question practices of dance criticism. Although overloaded with layers of signification (of genre, race, dance, etc.) and therefore apparently calling for interpretation, the forces working within the dancer's body seem to disable the mechanics of signification. That resistance to semiotization, in turn, is calling for a mutation in the critic's work, maybe opposing to the free-trade in the markett of semiotics a new position of stasis, and offering an arrest of the flow of meaning, and the time to a reconfiguration of perception.
ISABELLE GINOT
2003
Un lieu commun
Repères, cahier de danse, CDC du Val-de-Marne, mars 2003
ISABELLE GINOT / CHRISTINE ROQUET
2003
Une structure opaque : autour des Accumulations de Trisha Brown
in Etre ensemble, dir. C. Rousier, Centre national de la danse, Pantin 2003, p. 252-273.
Article d'Isabelle Ginot et Christine Roquet. Cette analyse d'un dispositif chorégraphique de T. Brown particulièrement commenté, les Accumulations, envisage la nature collective de la performance de T. Brown dans un premier temps à partir des « enveloppes » discursives multiples qui entourent la pièce : lectures historiques, interdisciplinaires, etc., qui s'accumulent précisément pour construire une lecture convergente. Dans un second temps, il s'agit de confronter à cette lecture englobante, celle, détaillée et minutieuse, permise par la lecture du geste à partir des outils de l'analyse du mouvement. Un autre « être ensemble » émerge de ce deuxième point de vue.
ISABELLE GINOT
2002
Les croyances suspendues : autour des Hommages de Mark Tompkins
in La danse en solo, dir. C. Rousier, Pantin, Centre national de la danse, Pantin 2002
« Tompkins était un artiste à la fois peu bavard, et d'une redoutable précision quant à l'usage des mots. Résistant à la pratique d'écrire, il n'était pas pour autant un de ces « danseurs du silence » avec lesquels elle avait construit sa pratique de critique. Elle le regardait travailler, et ce « regard continu » avait miné discrètement, de l'intérieur, la chaîne regarder-penser-écrire et le sentiment d'un « soi pensant sur l'oeuvre ». Les repères de la critique avaient été grippés par la danse et la pensée du chorégraphe, savant en per- et sub-version. Inversion, aussi. Ecrire sur les solos n'avait cessé de déraper, renvoyant le texte à l'extérieur des bornes de « l'analyse des oeuvres ». Ce qu'elle pouvait dire de ces danses, c'était surtout le désamarrrage des mécaniques de la pensée critique. Et la mise en dérive du texte prenant la forme d'une conversation à plusieurs couches, entre elle et lui, lui et lui, elle et elle, etc. Elle avait donc tenté d'écrire autant sur certains aspects de son travail à lui, que sur certains de ses effets sur sa pensée critique, à elle...»

ISABELLE GINOT
2001
Ceci n'est pas le corps de Chouinard
Protée, « Danse et Altérité », volume 29 n° 2, automne 2001, p. 77-84.
Le corps dansant du Faune de Marie Chouinard est un corps multiple, où se superposent des images, des histoires et des matérialités corporelles différentes et contradictoires. Habité de formes et de poncifs concernant tant le Faune de Nijinski que les canons de la danseuse, du masculin, du féminin, de l'humain, de l'animal, du naturel et de l'artificiel, il fait surgir également les poncifs qui organisent le regard et le discours de celui qui l'observe. Peut-on penser ce l'on regarde quand les frontières entre organique et prothèse corporelle ont été dissoutes ?


The dancing body of Marie Chouinard's Faune is multiple. It accumulates various and contradictory images, stories, body matters. Inhabited by shapes and clichés about Nijinski's Faune, the dancing female body, masculinity, feminity, human, animal, natural and artificial, it also raises issues of the clichés that structure the vision and the discourse of the observer. Can one think what one sees when frontiers between the organic and the body prosthesis have been erased ?
ISABELLE LAUNAY
2013
La chance d'une danse exposée
Notes sur "La chance" de Loïc Touzé, 2013
ISABELLE LAUNAY
2003
Communauté et articulations, à propos du Sacre du Printemps de V. Nijinski
Etre ensemble, Figures de la communauté en danse, Centre National de la Danse, 2003
Description et analyse de la (re)construction du "Sacre du printemps" de Ninjinski par Millicent Hodson et Kenneth Archer. Quelle pensée du sacrifice cette récréation donne-t-elle à voir ? Comment est problématisée la question de la communauté culturelle, de la communauté des arts, et enfin celle des gestes à partir d'un corps articulaire et du principe du montage ? Et comment les débuts de l'aventure moderniste sont ici mis à l'épreuve ou démontés par l'introduction d'un événement anarchique au sein d'un rituel chorégraphique savamment organisé ?
PÉNÉLOPE LAURENT NOYE
2010
*. Marin par P. Laurent Noye
Analyse de "May B" de Maguy Marin / Devoir d'étudiante
GÉRARD MAYEN
2006
Relations (auto)critiques
Publié avec l'aimable autorisation de Gérard Mayen. Article paru dans : Quant à la danse, Images en Manœuvres Editions, octobre 2006, 4, p. 46-48.
CHRISTINE ROQUET
2009
Postface. De l'analyse du mouvement
Postface de ROQUET Christine, Fattoumi-Lamoureux. Danser l'entre l'autre, Séguier, Biarritz, 2009, p. 166-171
FRANCOISE TESSIER
2008
*. Cunningham par F. Tessier
Analyse de "Story" et "Beach Birds for Camera" de Merce Cunningham / Devoir d'étudiante
CHRISTOPHE WAVELET
2000
L'après-spectacle
publié par le Kaaitheater, Bruxelles, 2000
Sur Le Dernier spectacle, de Jérôme Bel.
Une première version de cet article est paru dans la revue Mouvement en 2000.