PRÉSENTATION
Le Laboratoire Discours et Pratiques en Danse fait partie de l'équipe d'accueil 1572 MUSIDANSE « Esthétique, musicologie, danse et créations musicales » (http://musidanse.univ-paris8.fr/).
Dans cette rubrique, vous trouverez une présentation des axes de recherche du Laboratoire, des pages « chercheurs » qui présentent chaque membre de l'équipe ainsi que ses travaux, les réalisations collectives (colloques, publications...) ainsi que les recherches en cours.
Historique de la recherche
L'activité de recherche du Laboratoire s'est nourrie durant plus de vingt ans d'orientations successives : la première, « philosophique » initiée par Michel Bernard, philosophe, fondateur du département et de l'équipe de recherche ; la seconde plus centrée sur l'analyse du mouvement et les pratiques du danseur, dirigée par Hubert Godard, chercheur sur le mouvement. La troisième où la réflexion historique et l'analyse des œuvres apparaissaient au premier plan. La quatrième où l'analyse des pratiques chorégraphiques et somatiques en tant que pratiques « situées » ouvrent aussi sur une approche anthropologique et une esthétique de la réception transculturelle. Ces orientations reflètent les dialogues de l'équipe avec le monde de la création chorégraphique contemporaine en France, et l'interprétation des besoins ou des questionnements œuvrant au sein du milieu professionnel. En cela, le « laboratoire d'analyse des discours et pratiques du champ chorégraphique » a toujours été composé aussi bien d'enseignants chercheurs titulaires que d'associés issus du milieu professionnel ; ses membres permanents sont tous engagés sur le terrain professionnel (formations professionnelles d'interprètes, compagnies chorégraphiques, lieux de programmation, laboratoires de recherche artistique...) Il ne s'agit pas pour nous d'être « chercheur ou professionnel, chorégraphe ou interprète », mais de participer à l'activité réflexive propre au terrain, de travailler à proximité des interrogations émergeant de la pratique et de contribuer à une réflexion critique du milieu et avec le milieu.
Ainsi, les thématiques de séminaires telles que l'analyse d'œuvres (« Giselle »,« Le Sacre du printemps », « les Accumulations » de Trisha Brown) « Figures et pratiques de la communauté en danse », « Histoire et mémoire des œuvres chorégraphiques », « Techniques du corps en danse», « Spatialité en danse », « Image du corps », « Esthétique de la réception en danse », « Danses d'ailleurs », « Catégorisations en danse » ont toujours été conçues dans un rapport à la fois autonome et solidaire avec les nécessités du milieu chorégraphique.
Si les besoins d'outils sur le geste, de lecture critique ou d'une pensée historique nous sont apparus comme des urgences politiques du milieu professionnel à une certaine époque, c'est aujourd'hui vers l'analyse des pratiques et des discours dans le champ des savoir-faire du corps et de la danse que s'orientent nos travaux.
Les recherches du Laboratoire s'organisent ainsi autour de deux axes de recherche qui envisagent tant la dimension sociale que la dimension esthétique et historique.
1er axe : Histoire et esthétique
Les discours historiques et esthétiques en danse, au plan international, font une large place au culturalisme et ont construit un champ historiographique resté longtemps disjoint du champ des pratiques elles-mêmes. A travers ce thème assez large, nous adoptons un point de vue singulier : comment les artistes et les œuvres constituent-ils leur propre histoire de la danse ? Comment se pense la question de la mémoire, de l'histoire et de l'analyse, au sein des œuvres elles-mêmes ? Comment les textes, loin d'être purs commentaires discursifs, sont aussi des fabriques du corps et du geste ? Notre travail ici se situe en dialogue avec nombre de discours sur la danse, aussi bien dans le domaine de l'histoire, de l'anthropologie que de l'analyse des œuvres. Il est par nature interdisciplinaire, et s'appuie autant sur la lecture du geste que sur la philosophie, l'histoire culturelle, l'histoire des arts, la critique littéraire ou musicale, etc.

2e axe : Processus et pratiques
Bien que les constructions techniques et idéologiques du « corps » soient un objet central dans de nombreuses disciplines scientifiques (médecine, sciences sociales, études de genre, neuro-sciences, etc.), très peu d'entre elles s'intéressent aux pratiques dansées et aux méthodes somatiques - ensemble de techniques du corps auxquelles recourent fréquemment les danseurs. Il s'agit donc ici d'engager une épistémologie des techniques du corps en usage chez les danseurs (techniques dansées et méthodes somatiques), qui ne se contente pas d'une analyse des textes mais considère aussi les techniques elles-mêmes comme lieux de production de savoirs. Cet axe de recherche est également interdisciplinaire (les approches historiques, anthropologiques et sociales, l'analyse du mouvement y croisent les savoirs scientifiques les plus récents sur la posture, la perception, les comportements moteurs, etc.). Il inclut des approches académiques classiques (notamment sur l'histoire du corps et de ses techniques) combinées à des recherches-action, en lien avec les pratiques sociales.